Navigation – Plan du site
Articles

Martin Buber et la culture française

Dominique Bourel
p. 122-139

Texte intégral

1Buber, qui parlait et écrivait parfaitement le français (comme l’italien puis l’anglais) sans compter le polonais, l’hébreu et l’allemand, a entretenu toute sa vie un rapport particulier avec la culture française, juive et chrétienne1. C’est la raison pour laquelle il nous a paru important de consacrer un volume entier du choix de sa correspondance en cours de publication à ce sujet2.

2Mais les problèmes surgissent assez vite. En effet que faire des correspondants des pays francophones ou de ceux qui, tel Mircea Eliade utilise cette langue pour correspondre avec lui ? Pour Diogène, Roger Caillois écrit en anglais, Eloni Sanios écrivain(e) grecque rédige en français comme les hollandais, suisses et belges, ainsi que des correspondants d’Amérique du Sud. En revanche, maître Jean Schrameck ou le pasteur Jean de Pury et Bernhard Blumenkranz écrivent en allemand, comme des enseignants germanistes de Lille ! Que faire aussi des lettres moins immédiatement attrayantes avec des éditeurs, des directeurs de collection, des agents – notamment avec Hélène Strassova en deux langues et entre 1950 et 1964 –, des collègues, ainsi que de nombreux anonymes, ou considérés tels qui pourtant font toujours sens pour les érudits et parfois même les détendent ? Sans compter celles qui égrènent rendez-vous ou demandes d’articles ?

3Cette petite contribution, attristée et nostalgique à la pensée d’un visage qui avait beaucoup aidé le signataire de ces lignes et suivait aussi avec compétence ses projets de recherche sur Martin Buber, permet de donner la voix à certaines personnes qui, parfois, ont plutôt vocation à rester enfouies dans les archives. Quelques superbes morceaux tirent vers le haut le reste des correspondants. Le tout permet de faire une enquête poussée dans l’histoire du judaïsme français autant que dans celle de la philosophie et même de la pensée. Il convient aussi désormais de pousser l’investigation dans des fonds d’archives en France afin de tenter de retrouver les réponses de Buber.

4Ces documents proviennent tous des archives Martin Buber du département des manuscrits de la bibliothèque nationale et universitaire de Jérusalem. Je remercie Margot Cohn, sa responsable, elle aussi liée à Elisabeth Warschawski et sa famille, pour son aide constante ainsi que de l’autorisation de publier ces pièces. Limitant les notes au minimum, j’ai bénéficié des précieux renseignements des professeurs Simon Schwarzfuchs, André Jacob, Alex Derczansky. J’espère que les lecteurs pourront aussi m’aider sur quelques points encore obscurs.

Henri Sérouya3 à Martin Buber, 21 novembre 1927

5Je me permets de vous demander si je puis vous envoyer une étude sur la « mentalité primitive » d’après la doctrine de M. Lévy-Bruhl pour votre revue4. Cette étude n’est pas encore entièrement terminée, mais je puis vous l’envoyer le plus tôt possible.

6Je vous ai fait parvenir, il y a quelques mois, 2 revues Menorah et Vers l’Unité où je vous ai plusieurs fois cité. Le titre de ce travail paru alors dans ces deux revues est « La philosophie de l’action » Dr. Eisler5 et M.Chestov6 m’ont parlé beaucoup de bien (sic) de vous et d’ailleurs ce sont eux qui m’ont aimablement indiqué votre adresse.

7Je m’occupe spécialement de la philosophie pure et aussi de la Kabbale.
Croyez, Cher Monsieur, à mes sentiments distingués.

Jean Schlumberger7 à Martin Buber, 27 août 1936

8On écrit beaucoup de lettres futiles et l’on remet à plus tard celles dont on a l’esprit vraiment occupé et qu’on n’est pas désireux d’écarter de sa pensée. En choisissant les deux petits livres que vous m’avez envoyés, vous saviez avec une sûre intuition, qu’ils étaient exactement faits pour moi. J’aurais dû vous écrire depuis longtemps combien j’avais trouvé de nourriture, avec la constante joie d’y rencontrer, enfin ramenées à la clarté, des choses que j’avais confusément pressenties ou cherchées. Vous n’étiez pas le premier à attirer mon attention sur ces deux mondes différents crées par le tu et le il ; mais vous poussiez cette distinction et vous en tirez des conséquences avec beaucoup plus de pénétration que je ne l’avais encore vu faire. J’espérais qu’une nouvelle rencontre à Pontigny8 me permettrait de vous dire ma gratitude. Trouvez-en ici l’expression, puisque à mon grand regret nous nous sommes manqués.

9Pour des raisons de vocabulaire (nous ne pouvons pas former de mots composés et nous sommes réduits aux périphrases) la traduction de Ich und Du me paraît à peu près impossible ; mais les difficultés seraient moindres pour Zwiesprache. Me permettez-vous d’en parler à la revue Mesures, dont l’animateur, Mr. Church9, me paraît susceptible de s’intéresser vivement à cette [illisible] ce serait seulement à la condition qu’il pût garantir un excellent traducteur. Je joins à cette lettre, en hommage de reconnaissance, deux petits dialogues, où vous trouverez peut-être, si une fois vous y portez les yeux, une certaine parenté avec les vôtres. Je dois dire, pour les rendre intelligibles, qu’ils sont séparés par les plus grandes épreuves de ma vie, la maladie et la mort de ma femme10.
Veuillez croire, cher Monsieur Buber, à mes sentiments bien dévoués.

Jean Paulhan11 à Martin Buber, 31 janvier 1937

10Monsieur, nous désirions donner dans Mesures – que vous connaissez sans doute – quelques chapitres de Zwiesprache. Voulez-vous nous y autoriser ? J’en serais, pour moi, très heureux.12 (Et puis-je vous prier de nous dire aussi si quelque part des droits devra être versée à votre éditeur ?).

11Je vous prierais également de vouloir bien nous envoyer une petite notice bio-bibliographique (dans le genre de celle sur Musil, que vous trouverez dans le numéro de Mesures que je vous fais adresser par même courrier, à la page 62).
Croyez, je vous prie, Monsieur, à mes sentiments très empressés.

Jean Paulhan à Martin Buber, 15 février 1937

12Monsieur, vous avez dû recevoir entre temps Mesures. Merci de votre lettre, c’est bien le Zwiesprache de 1934 que j’ai en main ; et j’ai pour lui plus d’attachement que je ne puis vous le dire.
Croyez, je vous prie, à mes sentiments très dévoués.

Père Roland de Vaux13 à Martin Buber, 8 mai 1943

13Monsieur le Professeur, j’ai bien reçu votre lettre et je serais très heureux de faire votre connaissance et de parler avec vous des questions qui nous intéressent tous les deux. Malheureusement je vais être extrêmement occupé jusqu’au milieu de la semaine prochaine, et je dois partir immédiatement après pour passer une quinzaine de jours hors de Jérusalem. Je vous serais donc très reconnaissant de remettre notre entrevue au début de juin.

14Cependant si vous aviez un besoin urgent de me voir, vous pourriez me trouver au couvent Lundi prochain entre 4 et 6 heures.
Veuillez agréer, Monsieur le Professeur, l’expression de mes sentiments très distingués.

Albert Memmi14 à Martin Buber, Paris 12 juin 1946

15Monsieur le Professeur, notre maison d’édition15 a créé une collection juive qui veut réunir le meilleur des réalisations spirituelles juives et qui contiendra des œuvres dignes de l’accueil de tous les publics non seulement par leur contenu nationalement original mais aussi par leur valeur universelle.

16Nous avons pensé, entre autres, à présenter au public français, une série « d’œuvres choisies » de nos penseurs contemporains. Vous est-il possible de nous donner, dans la valeur d’un volume, un certain nombre d’extraits les plus représentatifs de votre œuvre qui seraient publiés sous le titre de « œuvres choisies de Martin Buber » ?

17Si notre proposition vous agrée nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous faire connaître votre réponse le plus rapidement possible ainsi que les modalités selon lesquelles nous pourrions obtenir votre œuvre.

18Nous annonçons par ailleurs un recueil de nouvelles d’André Spire, une anthologie de la littérature hébraïque contemporaine, Logos, Israël, l’Église, de Zissu, les œuvres choisies de Bialick [sic] etc…

19Enfin pour justifier l’entière confiance que vous pouvez avoir dans nos moyens, voici un extrait du catalogue de notre maison d’édition :
André Gide, Pages de Journal, Interwiews imaginaires.
Arthur Kœstler, La lie de la terre.
Jean Hytier, André Gide, les arts de littérature.
Virginia Woolf : La maison hantée.
Edgar Poe : Trois manifestes.
Fédérico Garcia Lorca : Romancero Gitan – Petit retable de Don Cristobal. Chant funèbre et Ode à Whitman.
Albert Camus : Noces.
Etc.

20Dans l’attente de votre réponse, recevez, Monsieur, l’expression de nos meilleurs sentiments.
Le directeur de la collection.

Emmanuel Rais16 à Martin Buber, 14 février 1947

21Cher Monsieur le professeur, voici encore quelques détails concernant votre voyage parisien.
1) Bachelard a obtenu du recteur que vous fassiez à la Faculté des Lettres vos trois conférences sur le mystère de la souffrance et sur l’idée fondamentale du chassidisme. Il croit que vous aurez un beau public d’étudiants et de spécialistes. Il conseille aussi de donner à la conférence sur le chassidisme un sous-titre explicatif.

222) En plus, selon son conseil, je me suis adressé à Jean Wahl, professeur de philosophie à la Sorbonne qui vous connaît de Pontigny – homme très proche de vous d’après ses vues – lui-même élève de Jacques Gordin. Il vous prie de faire 2 conférences (si possible) dans une très intéressante « association philosophique » qu’il dirige, sur un sujet de votre choix, en français si possible, concernant le judaïsme. Le point de vue du judaïsme, selon vous, sur tel ou tel autre problème.

233) M. Bachelard pense que votre arrivée à Paris est trop tardive – les étudiants étant trop occupés par les examens à cette époque. De toute façon, tant lui que M. Jean Wahl vous prient de préciser le temps de votre séjour à Paris pour qu’ils puissent préparer l’auditoire. C’est pourquoi je vous prie de m’écrire, sans beaucoup tarder, le temps exact où vous entendez être à Paris.

244) Dans les milieux juifs – j’ai parlé de votre voyage à M. Fink – écrivain et érudit hébraïsant et yiddish à Paris, dirigeant culturel sioniste le plus important. Il voudrait s’occuper de votre séjour parisien et vous prie, si vous pouvez, de faire 3 conférences à Paris pour le public juif : une dans le brith ivrit(h) – groupe d’élite d’hébraïsants – sur un sujet de votre choix en ivrit(h), une au centre culturel de la « Fédération des sociétés juives », si possible en yiddish, sinon en français, et une dans l’ « association des intellectuels juifs de France » – devant un public mélangé de Juifs et de chrétiens, en français. Il voudrait également, si possible, publier sur vous une étude dans la revue juive de langue française « quand même » qu’il dirige. Mais il lui faudrait pour cela vos œuvres suivantes : Zwiesprache, Die Frage an den Einzelnen et votre ouvrage hébraïque sur la philosophie du chassidisme, en n’importe laquelle des trois langues : hébreu, anglais ou allemand.

25Il vous envoie – et je vous l’expédierai lundi (schabat (h) s’approche) – quelques numéros de la revue hébraïque machberot(h) qu’il a fondée et qu’il dirige, en même temps que le livre promis de M. Léon sur la conception matérialiste de la question juive et que le dernier numéro du « quand même » – le seul que je possède à cause d’un article que j’y ai inséré sur la discussion d’un problème d’art juif qui a eu lieu ici – pour vous en donner une idée.

26Les articles des machberoth(h) qui lui semblent les plus intéressants pour vous, il les a marqué au crayon tantôt sur la couverture tantôt dans le texte.

27D’une façon générale, j’ai l’impression que l’intérêt pour vous est très grand et que vous risquez davantage d’être submergé par trop de demandes de conférences que par trop peu. C’est pourquoi, contrairement à mon intention première, je n’ai parlé de votre arrivée qu’à un petit nombre de personnes très qualifiées comme Bachelard, Wahl ou Fink.

28Les livres dont M. Fink a besoin pour son étude – il vous prie de les lui expédier le plus vite possible pour qu’il ait le temps de les étudier et publier l’étude sur vous avant votre arrivée.

29En même temps je vous prie de préciser la date la plus exacte possible de votre arrivée à Paris.
Je reste à votre disposition pour tout autre enseignement ou démarche que vous désireriez.
Bien dévoué à vous

André Jacob17 à Martin Buber, 15 février 1950

30Monsieur, ancien élève de Gaston Bachelard, qui introduisit la traduction française de votre Ich und Du18 et attiré depuis toujours par le problème des valeurs et de l’éthique, j’ai été enthousiasmé par votre belle œuvre, surtout les deux dernières parties.

31Je regrette de ne pas connaître assez d’allemand pour avoir pu lire Die Frage an den Einzelnen et serais heureux de savoir s’il existe quelques comptes-rendus en français de votre œuvre en dehors du Je et Tu.

32Oserai-je également vous demander comment vous situez votre pensée par rapport au judaïsme et au christianisme traditionnels. Les rapports et les différences entre ceux-ci vous semblent-ils les mêmes qu’il y a 20 siècles, ou avoir évolué ?

33Par ailleurs, toujours poussé vers les voyages les plus édifiants qui m’ont déjà mené du Maroc à la Suède et de l’Irlande à la Hongrie, j’aurais été extrêmement désireux pendant la quinzaine des prochaines vacances de Pâques (début avril) de venir en Israël19. La situation actuelle rend-elle encore chimérique l’organisation d’une ou deux conférences plus ou moins philosophiques susceptibles d’alléger les frais toujours élevés de déplacement depuis Tunis (que je pense quitter à la fin de l’année scolaire pour la métropole où je voudrais mener à bien ma thèse de doctorat sur « Le temps du Désintéressement »).

34Dans l’espoir que ma lettre vous touchera dans les meilleures conditions, et en m’excusant de mes audacieuses questions, je vous prie de croire, Monsieur, à ma bien respectueuse admiration.

Jean-Marie Domenach20 à Martin Buber, 8 novembre 1950

35Monsieur, j’ai entendu dire que vous deviez venir prochainement à Paris. Je serais heureux de vous voir à cette occasion.
Accepteriez-vous aussi de venir parler à notre centre Esprit à Chatenay, devant une trentaine de personnes invitées spécialement pour s’entretenir avec vous ?

36Pourriez-vous me donner votre réponse de principe et me préciser les dates de votre séjour à Paris ?
Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de mes sentiments respectueux.
Rédacteur en Chef

Alex Derczansky21 à Martin Buber, s. l. n. d.

37Cher maître et ami, votre lettre a été la bienvenue. M. Fink a été avisé de votre décision.

38J’ai à vous remercier de l’envoi de Die Zwei Glaubensweisen par votre éditeur. Si vous pouviez me faire parvenir vos autres ouvrages parce que je ne possède que Je et Tu, en traduction française et les Contes hassidiques dans l’édition anglaise. À part cela, je n’ai entre mes mains aucun de vos autres ouvrages. Votre Paths to Utupia ou l’édition hébraïque (Nétivot be-Outopia, héb.) me seraient fort agréables ainsi que votre Foi des Prophètes.
Ce ne sont que des désirs et si vous étiez disposé à me les faire parvenir, je vous en serai reconnaissant.

39Quant à mes efforts de constituer un groupe « personnaliste » juif, ils ont été couronnés de succès par le nombre et la qualité des assistants : toutes les têtes pensantes et agissantes des moins de trente-cinq ans du judaïsme français étaient là : je vous ferai grâce des noms. Nous avons décidé [sic] de dissocier le spirituel du réactionnaire et d’établir les ruptures nécessaires, délier les valeurs spirituelles de leurs compromissions avec le désordre établi, ensuite de s’atteler à une œuvre de création : engager les valeurs spirituelles dans les révolutions nécessaires. Grosso modo, il s’agit de transfigurer, pour moi, l’effort d’Esprit sur le plan juif.

40Avec beaucoup de mes camarades, cet effort aurait pu se passer de la collaboration avec Esprit puisqu’ils sont chrétiens ou agnostiques et Français, tandis que notre dialectique, à nous Juifs, est entre Israël-Terre et Israël-Dispersion.

41En tout état de cause, nous avons trouvé le point de départ commun à partir des thèmes chers à Esprit exposés par J. M. Domenach, que vous avez eu l’occasion de voir à Esprit et nous nous sommes répartis en cinq, voire six groupes de travail qui sont les suivants :
1) La guerre (le problème de la paix, pacte atlantique, réarmement allemand etc.) ;
2) Nos devoirs envers l’État d’Israël ;
3) Les Juifs, le judaïsme et la réalité sociale ;
4) Les Juifs dans la communauté française ;
5) La synagogue (problèmes de l’exégèse et de la critique biblique, liturgie et Rites, la communauté visible et invisible, etc) ;
6)

42Les jeunes qui participent avec nous à cet effort sont des orthopraxes pour la plupart, voire des orthodoxes, en tout état de cause leur milieu d’origine est l’Austrittsgemeinde plus des Nord-Africains au tempérament mystique. D’ailleurs la discussion est ouverte entre ces deux tempéraments sur nombre de problèmes.

43Quel est votre point de vue sur des recherches de ce genre ?
Votre avis sera le bienvenu. Notre réunion de travail se tiendra le 28 janvier à l’École Rabbinique, 9 rue Vauquelin, avec le Rabbin Schwarzfuchs, rapporteur de la Guerre.

44Si vous repassez par Paris, nous nous ferons un plaisir de nous réunir avec vous.
À ce propos, M. Fink m’a demandé à nouveau de vous faire savoir que lui et son (héb.brit ?) seraient fort heureux de vous entendre en hébreu et qu’ils aimeraient être courant au moins une quinzaine à l’avance.
À vrai dire, nous aurions aimé que vous ne vous dispersiez point et nous serions fort heureux d’avoir l’occasion pendant quelques heures d’échanger nos vues et d’éclairer notre lanterne auprès de notre Ancien.
Dans l’espoir de vous lire au plus tôt, croyez à mon affectueux respect.
PS. Rappelez-moi, je vous prie au bon souvenir de Mme Buber.

Isaac Pougatch22 à Martin Buber, 24 février 1952

45Cher Maître, peut-être vous souvenez-vous encore de la visite que vous aviez rendue à mon Centre de Plessis-Trévise, en été 1947.
Vous m’aviez fait l’honneur et l’immense plaisir de passer avec mes élèves et moi-même, une soirée de Chabbat. Cette visite nous a laissé un grand souvenir et vous en trouverez un écho dans les pages de mon livre, que je viens de vous envoyer.

46Je me souviens qu’au moment de votre départ, vous m’aviez suggéré d’écrire quelque chose sur mon école et de vous envoyer ce texte. Je tiens parole en vous faisant parvenir le livre que j’ai consacré à cette expérience et qui, j’espère, vous intéressera. Comme une bonne partie de l’ouvrage se rapporte à la formation de jeunes Nord-Africains, en vue de leur travail à l’Alyath-Hanoar, je pense que cela peut intéresser Israël.

47Si donc vous jugez utile d’aider à la diffusion de mon livre, j’en serais très heureux. De toute façon, un mot de vous, à l’occasion, me ferait grand plaisir. Veuillez, Cher Maître, croire à ma profonde admiration.

Frère Bruno de Jean Marie23 à Martin Buber, 29 juin 1953

48Monsieur le Professeur, j’apprends du Professeur Heinemann, qui a bien voulu accepter de collaborer à un volume collectif sur le prophète Elie notre Père, que vous êtes absent de Jérusalem encore pour quatre mois. Mon ami, M. Louis Massignon, insiste beaucoup pour que je renouvelle, via Zurich, la demande que je vous ai faite à Jérusalem au début du mois. Nous serions profondément heureux que vous acceptiez d’écrire sur la spiritualité élianique dans Israël. M. Massignon traitera de cette spiritualité dans l’Islam. Le P. de Vaux nous a assuré également son concours. Je demande au Professeur Culmann de se charger du Nouveau Testament. Vous avez dû savoir par un de mes confrères, le P. Paul, quelle importance nous attachons à cet ouvrage collectif. Bien qu’il ait été toujours fidèle à Elie « son fondateur », le Carmel prend conscience aujourd’hui de façon profonde de son appartenance élianique.
Dans l’espoir d’une réponse favorable, je vous prie de croire, Monsieur le Professeur, à mes sentiments de religieux respect.

André Zaoui24 à Martin Buber, 1er juin 1955

49Cher Monsieur le Professeur, votre lettre m’est parvenue hier matin et je vous en remercie très chaleureusement.
Ce fut pour moi une joie de vous rencontrer et un honneur de vous demander votre collaboration à notre Institut International d’Etudes Hébraïques, dont vous trouverez ci-jointe la notice.

50Permettez-moi tout d’abord de vous dire combien m’a ému votre acceptation de venir enseigner, au moins pour un mois dans notre institut et, maintenant, ainsi que vous nous l’avez demandé, je vais vous conter l’origine et les buts de nos projets en voie de réalisation.

51Depuis près de dix ans, rabbin de l’Union Libérale Israélite, à Paris, et après mes années de guerre (1943-1945) où je servis dans l’armée française comme aumônier militaire, j’ai toujours porté mes efforts dans l’enseignement de la jeunesse juive en vie du renouvellement du judaïsme, renouvellement seulement possible dans la remontée aux sources bibliques et prophétique, mystique et hassidique de la foi de nos pères.

52Bien qu’issu de l’Ecole Rabbinique de France (rue Vauquelin à Paris), j’ai compris, au bout de quelques années de rabbinat en Afrique du Nord et sur les fronts d’Italie, de France et d’Allemagne, la nécessité impérieuse pour les cadres spirituels du judaïsme de sortir souvent hors de la haie bâtie autour de la Loi, pour agir, précisément, dans l’intérêt même de Dieu et d’Israël (Ps.119-126). Il n’est, en effet, plus possible de parler à la jeune génération, le langage inadéquat de certains rabbis obscurantistes du Moyen Age ou des dayanim ritualistes et formalistes du xvie et du xviie siècle. Plus que jamais, le peuple juif a aujourd’hui besoin de guides sûrs et de chefs spirituels éprouvés.

53Mes voyages et conférences dans les communautés d’Afrique du Nord, de France et des pays voisins et mes différents séjours en Palestine et Israël, m’ont montré à quel point la jeunesse juive, de la Diaspora comme d’Israël, est orpheline de Dieu parce que égarée, tel un troupeau sans berger.

54Le malheur veut que cette carence soit aussi qualitative que quantitative. Ainsi en France, pour une population juive de 270 000 âmes, il n’y a qu’environ 30 rabbins, soit 1 pour 10 000. Alors que – c’est un simple exemple – pour 40 000 000 de catholiques, il y a 170 000 prêtres et religieuses, soit 1 prêtre ou une religieuse pour 235 âmes. La proportion de chefs spirituels juifs par rapport aux Chrétiens, est donc effarante : 1/10 000 contre 1/235, sans compter que la France compte 1 Juif pour 160 habitants.

55S’il est vrai que la crise religieuse soit générale et affecte aussi bien le judaïsme que les autres religions, il n’en demeure pas moins qu’à l’intérieur du judaïsme, et depuis le temps de l’Émancipation (1789) et celui de la restauration de l’État d’Israël (1948), la crise religieuse soit beaucoup plus complexe que dans les autres confessions, d’autant plus que les massacres dus au nazisme ont détruit des milliers de centres de pensée et de vie juive irremplaçables.

56On peut considérer, à juste titre que le judaïsme peut demeurer fermement une religion vivante, à condition qu’il soit fondé organiquement sur des communautés fortes et vivantes ; mais, cela n’est possible qu’avec des cadres intellectuels et spirituels sûrs, éprouvés et nombreux. On a dit, souvent, que le judaïsme était à la fois nation et religion, il est aussi et avant tout, pensée religieuse et universelle. C’est pourquoi, les institutions cultuelles et culturelles doivent être développées et constamment adaptées au progrès de la science et de la pensée philosophique. Il est donc nécessaire de créer des centres de culture juive et de spiritualité, capables de renouveler la pensée et la vie religieuse du peuple juif, en Diaspora comme en Israël. Ces centres ont une triple tâche :
a) sortir à la lumière tous les trésors du passé contenus dans des milliers de manuscrits hébraïques et de livres anciens.
b) adapter aux temps présents et pour les jeunes générations toutes les vérités contenues dans cette tradition multiséculaire.
c) préparer l’avenir messianique de l’humanité en redonnant à notre Peuple d’Israël la connaissance et l’amour de Dieu dans une prise de conscience intime de la relation du Je et Tu que vous avez admirablement définie dans un de vos livres, et dont nous avons reparlé, lors de notre entretien de Jérusalem.

57Pour vous confier encore un souvenir personnel, j’ajoute qu’en 1941, alors que je m’étais réfugié en Afrique du Nord où je fus rabbin pendant trois ans, j’avais proposé au Grand Rabbin d’Alger la création d’un séminaire rabbinique pour remplacer éventuellement, celui de Paris qui avait dû fermer ses portes et se transférer près de Vichy. C’est que dans ma jeunesse, une image m’avait toujours frappé : Rabbin Yohanan Ben Zaccai sortant clandestinement, dans un cercueil, de Jérusalem assiégée, pour aller fonder son école à Yavné.

58La spiritualité juive et aujourd’hui dans une situation analogue à celle de la chute du Temple. Il faut mobiliser toutes les forces vives qui restent parmi les rescapés du grand massacre et entreprendre son travail de sauvetage en créant, avant tout, des chefs spirituels et des maîtres du judaïsme qui redonnent à Israël son éclat, tout en préparant son avenir glorieux qui intéresse toutes les nations.

59Et, pour terminer, permettez-moi d’insister auprès de vous pour que vous acceptiez de diriger, au moins pour la première année, notre Institut de Paris. J’ai écrit dans ce même sens à Miss Montagu qui vous écrira aussi au nom de la World Union for Progressive Judaism.
Je vous prie de croire, Cher Monsieur le Professeur, à mes sentiments religieusement dévoués.

Albert Givré25 à Martin Buber, Nice le 21 août 1957

60Monsieur le Professeur, permettez-moi de vous faire part de la communication suivante :
Langue hébraïque : (Habakuk II-2)

61Je suis né en 1883, à Démotica près d’Andrinople. À la suite de longues années d’études et de patientes recherches, j’ai abouti à écrire l’hébreu, par l’emploi de caractères en usage en Occident, avec adjonction de lettres-voyelles, etc … Par ce moyen, le sens en est fidèlement rendu, dans le respect de son étymologie et sa phonétique officielle, dite séphardite. Ce qui donnerait la possibilité de lire ou écrire dans cette langue, d’une manière courante et intelligible, et, de la rendre ainsi accessible.

62L’utilisation, d’abord en Israël et ensuite en la Diaspora de ce mode d’écriture, de l’hébreu, permettrait :
– la diffusion rapide de la langue, dans la clarté et la précision ;
– l’étude de toutes matières, à tous les degrés ;
– la formation de guides spirituels et moniteurs pour toutes contrées ;
– l’intégration des immigrants à la vie nationale ;
– le développement de la religion, l’éducation et la culture ;
– le progrès technique, économique et social ;
– la renaissance des lettres, des sciences et des arts ;
– le rayonnement de la civilisation juive dans le monde ;
– le bon entendement entre juifs et avec les autres peuples ;
– la liaison entre l’Israël et la Diaspora ; etc …

63Ce qui comblerait une lacune plus que millénaire et contribuerait à la sauvegarde de l’unité, la dignité et la pérennité juives.
Toutefois la lecture de la Torah pourrait continuer à être faite dans le texte en caractères carrés.

64Dans l’attente que, vu mon âge et l’urgence du problème, ce projet puisse être mis à l’étude et appliqué, sous les auspices des dirigeants du judaïsme, avant qu’il ne soit trop tard.
Veuillez agréer, Monsieur le Professeur, mes salutations distinguées.

65PS. D’après l’histoire, les caractères carrés auraient été importés de la Chaldée par Ezra et introduits par lui dans le judaïsme.

Pierre Maxime Schuhl26 à Martin Buber 12 juillet 1959

66Cher Monsieur et éminent collègue, j’ai été heureux de trouver à mon retour du Portugal, La vie en dialogue, et vous remercie […] de me l’avoir fait envoyer. J’avais vainement essayé de faire lire Je et Tu ces dernières années, par des étudiants qui n’avaient pu se le procurer ; il est bon que cette œuvre soit rééditée, accompagnée de plusieurs autres textes importants.

67Le prochain numéro de la Revue Philosophique publiera une étude sur votre œuvre, que j’ai demandé au Dr. Fleischamnn, qui passe l’année à mon séminaire avec l’appui de notre Centre de la Recherche Scientifique.

68Cela a été une joie pour moi, l’an dernier, de voir la proposition que j’avais faite, de vous conférer le doctorat honoris causa, suivie par la Faculté d’abord, le Conseil de l’université ensuite. J’ai seulement regretté que votre état de santé ne vous ait pas permis de venir assister à la cérémonie.
Veuillez agréer, Monsieur et éminent collègue, avec mes meilleurs vœux pour votre santé et vos travaux, l’expression de mes meilleurs et très dévoués sentiments.
Pierre Maxime Schuhl

Dr. A. Olivenstein27 à Martin Buber, Saint Cloud, 5 octobre 1960

69Monsieur et honoré Maître, je prends la liberté de vous écrire pour la raison suivante : un groupe de jeunes universitaires et intellectuels juifs français auquel j’appartiens, a décidé de créer une revue, intitulée L’An six mille, où coexisteront tous les courants du judaïsme. Cette revue fera place aussi bien à la nouvelle littérature israélienne et judéo-française qu’aux textes traduits du yiddish et de l’hébreu des écrivains et penseurs des époques actuelles et passées.

70Notre souci essentiel est de ne pas laisser se perdre, s’oublier, le patrimoine juif et de confronter le judaïsme à la réalité présente, dans tous les aspects, fussent-ils les plus brûlants. Ainsi peut-être, mieux enracinés dans ce que nous fûmes, pourrons-nous essayer de déchiffrer plus clairement l’avenir et les perspectives qui s’offrent à nous.

71Le numéro que nous préparons sera consacré au Golem et à la dépersonnalisation.
Ce numéro bénéficierait hautement de votre illustre collaboration et il nous serait précieux de l’obtenir sous la forme qui vous conviendra le mieux, même si le texte que vous consentiriez à nous donner n’avait qu’un lointain rapport avec le Maral et les problèmes que pose à nos générations la civilisation technicienne qui est la nôtre.

72Bien que sachant combien outrecuidante est ma démarche auprès de votre éminente autorité, j’ose espérer que notre entreprise vous paraîtra digne d’intérêt et que vous favoriserez un rayonnement que nous permettra votre renommée collaboration.
Je vous prie de croire, Monsieur et honoré Maître, en l’expression de mes sentiments respectueux et hautement admiratifs.

Emmanuel Lévinas28 à Martin Buber, 11 mars 1963

73Très vénéré Monsieur Buber29, on vient de m’adresser l’édition allemande30 du beau volume qui vous est consacré et auquel j’ai eu l’honneur de collaborer. Je suis heureux et fier de ce nouvel hommage qui vous a rendu ainsi par l’Occident pensant.
Je suis heureux de vous adresser à cette occasion mes félicitations qui s’ajoutent à celles que je vous prie d’agréer à l’occasion de votre jubilé. Tous mes vœux pour votre santé et pour la continuation de votre œuvre vont vers vous – vous savez combien tout ce qui vient de vous compte et importe.
Parmi vos réponses aux objections, je trouve une page qui me concerne. Me permettez-vous d’y revenir ?

74Je n’ai jamais pensé que l’étude mécanique de nourrir et d’habiller puisse, par lui-même, construire la rencontre d’Autrui. Mes idées à ce sujet sont, malgré tout, moins simples. Je pense que le Du sagen est déjà donner et que séparé de ce donner, même établi entre étrangers, il est une amitié éthérée, purement spirituelle qui, loin de constituer le phénomène purement spirituel original, est déjà dérivé et quelque peu déchu. Le Du sagen traverse d’emblée mon corps jusqu’aux mains qui donnent ; il suppose par conséquent mon corps (en tant que corps propre), les choses (en tant que objets de jouissance) et la faim d’Autrui (qui le marque en tant qu’Autrui). Ainsi s’incarne le Sagen par-delà les organes de phonation ou les organes de l’activité artistique. Je pense enfin qu’Autrui en tant qu’Autrui est pauvre et dénué (en même temps que mon Maître et Seigneur) et que la Relation est essentiellement dissymétrique. Voici quelques idées qui guidaient mes « objections ». Elles restent dans la bonne tradition biranienne31. Mais je pense aussi que, dans Synedrin, Rabbi Yochanan disant Gdola logima ne propageait pas seulement l’idée de « soupes populaires » ; et qu’il est important de ne pas impliquer le donner dont je parle dans le « se donner » : l’amour bekol meodcha doit être recommandé même quand on a déjà demandé l’amour.

75Je m’excuse d’avoir été si long, mais je devais à ma vénération pour votre personne et pour votre œuvre, ces quelques explications.
Je vous redis l’expression de mon très grand respect et de tous mes vœux.

Haut de page

Notes

1 Nous avons déjà présenté quelques échantillons dans divers articles, « De Bar-sur-Aube à Jérusalem. La correspondance de Gaston Bachelard et Martin Buber » in Revue internationale de Philosophie 150 (1984) pp. 201-216, « Six lettres de Louis Massignon à Martin Buber » in Pardès (1985) pp. 173-181 et « Albert Camus, Martin Buber et la Méditerranée » in Perspectives, Revue de l’Université hébraïque de Jérusalem, 5, 1998, pp. 145-157.
2 Lettres choisies de Martin Buber 1899-1965, textes traduits et annotés par D. Bourel et F. Heymann, Paris CNRS édition 2004. Martin Buber, Lettres avec la France, éditées et annotées par D. Bourel et F. Heymann est à paraître chez le même éditeur en 2007.
3 Henri Sérouya (1895-1968), savant juif né à Jérusalem.
4 Der Jude (1916-1925) avait cessé sa parution. Le philosophe Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939) dirigeait la Revue Philosophique de la France et de l’Etranger.
5 Robert Eisler (1882-1949), historien des religions, secrétaire général de l’Institut de Coopération Intellectuelle depuis 1925.
6 Léon Chestov (1866-1938), philosophe russe établi à Paris.
7 Jean Schlumberger (1877-1968), co-directeur de la NRF.
8 Jean Schlumberger a rencontré Buber à Pontigny, lors de la décade 23 octobre-2 septembre 1935, dont le thème était « Au sujet de l’ascétisme et de son pouvoir créateur ».
9 Henry Church (1880-1947), mécène de la revue Mesures, 1935-1940.
10 Suzanne Weyher (1878-1924).
11 Jean Paulhan (1884-1968), rédacteur en chef de la NRF.
12 Mesures 4, 15 X 1937, pp. 17-29, traduction de Germain Landier, pseudonyme pour Barbara Church, la traductrice.
13 Roland de Vaux (1903-1973), dominicain, directeur de l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem.
14 Albert Memmi, romancier et essayiste, né en 1920.
15 Il s’agit des éditions Charlot.
16 Emmanuel Rais (1909-1981), critique et essayiste.
17 André Jacob, philosophe né en 1921, professeur émérite, Paris X-Nanterre.
18 Gaston Bachelard écrit l’avant-propos de Je et Tu, Paris, Aubier 1938, trad. de Geneviève Bianquis.
19 Le voyage n’a pas eu lieu.
20 J.-M. Domenach (1922-1997), directeur de la revue Esprit entre 1957-1977.
21 Alex Derczansky (1924- ), philosophe et sociologue, spécialiste de la culture et de l’histoire du yiddish.
22 I. Pougatch (1897-1988), éducateur et pédagogue.
23 Frère Bruno de Jean Marie (Jacques Froissart, 1890-1962), carme, directeur des études carmélitaines.
24 André Zaoui, né en 1916, rabbin de l'union libérale israélite (Copernic) entre 1946 et 1969.
25 À l’heure où nous rédigeons ces lignes, nous ne possédons aucun renseignement sur ce correspondant.
26 Pierre Marie Schuhl (1902-1984), professeur de philosophie à la Sorbonne.
27 A. Olivenstein (Armand Olivennes 1931-2006), médecin chef des hôpitaux psychiatriques.
28 Emmanuel Lévinas (1906-1995), philosophe français. Directeur de l'ENIO, il termine sa carrière comme professeur de philosophie à la Sorbonne.
29 Noms Propres (cf. note suivante), pp. 46-47 imprimant une version légèrement différente, nous éditons le texte des archives, donc celui qui fut effectivement reçu par Buber.
30 Martin Buber. Stuttgart, Kohlhammer, 1965 ; une version américaine était parue en 1963 dans la célèbre collection « The Library of Living Philosophers » Evanston, Ill. En français « Martin Buber et la théorie de la connaissance » dans Noms Propres, Fata Moragana, Livre de poche, 1987, pp. 23-43.
31 Maine de Biran (1766-1824), philosophe français.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bourel, « Martin Buber et la culture française », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 18 | 2007, 122-139.

Référence électronique

Dominique Bourel, « Martin Buber et la culture française », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 18 | 2007, mis en ligne le 09 mars 2009, Consulté le 25 mars 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/107

Haut de page

Auteur

Dominique Bourel

Dominique Bourel est docteur ès-lettres, directeur de recherche au CNRS (Centre Roland Mousnier Paris IV), et chargé de cours à l'EPHE. Il a publié Moses Mendelssohn et la Naissance du judaïsme moderne et achève une biographie de Martin Buber à paraître chez Albin Michel en 2008.
dominique.bourel@paris4.sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page