Navigation – Plan du site
Articles

Catholiques français et allemands en Palestine, XIXe-XXe siècles

Dominique Trimbur
p. 92-106

Texte intégral

1Les pages qui suivent présentent, en résumé, notre recherche qui se concentre sur la Palestine, et illustre la facette catholique de l’intérêt européen pour cette région. Il s’agit là du principal centre des activités catholiques françaises et allemandes à partir de la deuxième moitié du xxe siècle. Une telle comparaison franco-allemande est-elle possible en l’occurrence ? Théoriquement la réponse doit être positive, puisqu’il s’agit de la comparaison entre deux politiques culturello-religieuses. Dans la pratique, il en va néanmoins d’une comparaison entre deux positions très différentes. Pour la France, le catholicisme est le cœur même du dispositif, dans la lignée d’une action pluriséculaire, comme cela est répété à satiété par ses divers acteurs, en métropole ou sur le terrain. En ce qui concerne l’Allemagne, on a ici un aspect en apparence marginal, en vertu de ce que Berlin incarne le protestantisme ; dans les faits, à partir de la fin du xixe siècle, le catholicisme est pleinement intégré dans la politique étrangère allemande, notamment pour faire pièce aux prétentions monopolistiques françaises, elles-mêmes concurrencées par les aspirations italiennes, comme pour démontrer les aspirations universelles, géographiques et spirituelles, de la Weltpolitik de Guillaume II. La présentation qui suit ne peut qu’esquisser un panorama, avec des analyses qui trouvent leur sens dans le cadre d’un projet d’ensemble bien plus vaste.

I. Cadre général : la Palestine avant la Première guerre mondiale

2Que représente la Terre Sainte pour les deux pays ? La France et l’Allemagne participent de l’intérêt, du renouveau de l’intérêt pour cette région de la part des pays européens que l’historien israélien Yeoshuah Ben Arieh a qualifié de « redécouverte », et que l’historien français Henry Laurens a appelé « invention » de la Terre Sainte. Cela se traduit par une exploration scientifique, une forte prise en considération religieuse, un vif intérêt politique, qui dérivent in fine sur des aspirations territoriales, non réalisées et qui demeurent en règle général cantonnées à l’établissement de sphères d’influences. Sur le terrain, après l’établissement de représentations consulaires à Jérusalem et Jaffa, cela passe par le développement de réseaux d’établissements religieux à caractère notamment caritatif, à partir du milieu du xixe siècle. Pour la France c’est la reprise de l’idée communément admise : « fille aînée de l’Église », elle est la puissance catholique, avec une responsabilité particulière envers la Terre Sainte1. On s’inscrit en effet, et de manière tout à fait affichée et décomplexée, dans la droite ligne de l’époque des Croisades et d’une politique étrangère séculaire, depuis François 1er et son arrangement avec la Sublime Porte sur la protection des chrétiens établis dans l’Empire ottoman. Au fil des siècles, l’option catholique s’impose comme l’expression de la politique officielle. En ce qui concerne l’Allemagne, cette option catholique est d’abord l’émanation d’une initiative privée, des catholiques allemands, qui ne sont pas majoritaires au sein du Reich, lui-même principalement protestant et dirigé par la dynastie éminemment protestante que sont les Hohenzollern.

3Quelles sont les motivations, et les moyens d’agir ? Du côté français, il en va du respect d’une tradition pluri-centenaire, dans le but de propager l’influence française par le biais de la charité. Du côté de l’Allemagne, il s’agit également de la reprise d’une certaine coutume, remontant également aux Croisades, mais surtout de la volonté de s’émanciper du protectorat français sur les Latins (catholiques) d’Orient, qui, dans la pratique, place les catholiques allemands de l’Empire ottoman dans la dépendance des diplomates français dans tout contact avec les autorités ottomanes2 ; d’un point de vue de politique intérieure, l’activisme catholique allemand se veut une illustration supplémentaire de la fin du Kulturkampf, avec pleine intégration des catholiques allemands dans leur société, ce qui est hautement affirmé lors du « pèlerinage » de Guillaume II en Orient, en octobre-novembre 1898. Ces motivations respectives trouvent leur aboutissement dans l’élaboration des réseaux d’établissements religieux, en Palestine en particulier, dans l’intégralité de l’Empire ottoman en général. En ce qui concerne la France, la constitution de ce réseau est toute progressive, sans réelle idée de base quant à la logique qui doit présider à l’installation d’un établissement ou d’une communauté religieuse ; au bout du compte toutefois, le réseau qui se met en place est raisonné, avec une série d’établissements « utiles ». Ce réseau cumule une France officielle et officieuse, une France explicite et implicite, puisque si les établissements français bénéficient d’allocations du ministère des Affaires étrangères, ils ne dépendent pas directement de celui-ci et ne représentant pas officiellement la France. Dans le cas de l’Allemagne, la mise en place du réseau semble s’effectuer de manière plus systématique : on utilise le moyen le plus efficace, à savoir la mise en place d’institutions religieuses, ce qui est aussi une manière de dissimuler quelque peu des intentions politiques ouvertement affichées par ailleurs.

4Pratiquement, comment cette politique est-elle organisée ? Comme cela découle de ce qui vient d’être mentionné, dans le cas de la France on ne note pas d’initiative combinée. Chaque requête visant à établir une nouvelle institution est reçue et examinée par le ministère français des Affaires étrangères, qui en juge la valeur selon ses propres critères. Il n’existe pas d’officine centrale décidant de l’installation, ou non, de l’un ou l’autre ordre ou congrégation en Terre Sainte : on note l’existence de groupements, de groupes d’intérêt, en lien avec des corrélations traditionnelles (à l’instar de la connexion qui unit Lyon au Levant) ; des bulletins et journaux, plus ou moins constants et réguliers, émanent des groupements que sont l’Œuvre de la Propagation de la Foi, l’Œuvre des écoles d’Orient, le Comité des intérêts français en Orient, le Comité de l’Asie française) ; et leurs thèses peuvent être reprises par de grands organes de presse (le Journal des Débats, Le Temps, la Revue des deux Mondes). Il existe régulièrement des appels visant à l’établissement de quelque secrétariat central, permettant la coordination de l’effort catholique français en direction de la Terre Sainte, émanant d’officiels ou de porte-parole attitrés ou officieux de la cause française. C’est le cas du consul de France à Jérusalem, Charles de Ledoulx, en 1888 ; en 1898 du cardinal de Reims Langénieux, ardent défenseur de la cause catholique et française ; du député catholique Denys Cochin, en 1911 ; du publiciste et émissaire du Comité des intérêts français en Orient, Maurice Pernot, en 1913. Toutefois, rien n’aboutit dans ce sens, ce qui souligne l’absence de cohérence de l’action française. À ce titre, deux exemples sont particulièrement éloquents : en ce qui concerne les domaines nationaux de Sainte-Anne et Abou Gosh, un temps très long existe entre le don des terrains et/ou immeubles/édifices à la France par les Ottomans et l’établissement effectif de communautés religieuses françaises là (1856-1878 et 1873-1899 respectivement)3. Inconséquence d’une part, mais d’autre part on note aussi des considérations très pragmatiques, avec de fortes réticences face à des projets d’institutions dont la facette religieuse semble par trop prédominante. Dans le cas de l’Allemagne, dès le départ existent des comités coordonnant les initiatives : Verein vom Heiligen Grabe zur Förderung katholischer Interessen im Heiligen Lande et Palästinaverein der Katholiken Deutschlands, qui fusionnent en 1895, pour former Deutscher Verein vom Heiligen Lande (DVHL). Cette unification précoce des efforts, imitée par la catholique Italie et l’orthodoxe Russie, est jalousée par la France. Les catholiques allemands intéressés par la Terre Sainte disposent de plus d’un périodique, Das Heilige Land, lui aussi sans réel équivalent en France.

5En l’occurrence l’élément de comparaison est important, dans la mesure où effectivement la France et l’Allemagne observent leurs activités respectives : la constellation action/réaction/interaction est fondamentale dans la pratique des deux pays : le recours à certains religieux et leur instrumentalisation au service d’un pays trouve systématiquement sa réplique de la part de l’autre pays4. L’enjeu est d’importance pour des pays intéressés par des prises d’influence, directes ou indirectes, sur la région et ses populations. Car à travers leurs multiples domaines d’activité (écoles, orphelinats, hôpitaux, archéologie, exploration scientifique…), les institutions concernent des clientèles vastes et variées, qu’il s’agisse des classes moyennes ou supérieures, des représentants des élites locales, voire de la puissance souveraine ; et les clientèles des établissements catholiques sont loin d’être seulement des chrétiens, puisqu’élèves juifs ou musulmans les fréquentent. La présence sur le terrain est également assurée par le passage de pèlerins : le déplacement et le séjour de tels groupes sont autant d’affirmations de la présence française ou allemande, selon le cas.

6Les actions culturelles à l’étranger des deux pays dans le domaine catholique profitent de réseaux. En France ou en Allemagne, les ministères des Affaires étrangères entretiennent des liens avec des prélats (c’est le cas du cardinal Langénieux, requis par le Quai d’Orsay pour contrer l’offensive de Guillaume II, en 1898) ; ces prélats sont utilisés dans leur pays respectif, et a fortiori lorsque ceux-ci se rendent en Terre Sainte (c’est le cas du cardinal Langénieux en 1893, comme légat pontifical participant au congrès eucharistique international ; du cardinal Dubois en 1919-1920 ; et de Mgr Baudrillart, recteur de l’Institut catholique de Paris, en 19235) ; et les deux pays peuvent se servir des bonnes relations qu’ils entretiennent avec de hauts prélats en poste à Rome (le cardinal Rampolla, secrétaire d’État du Vatican, et le cardinal Tisserant – au long de sa longue carrière au Saint-Siège, pour la France ; le cardinal Ledochowski, préfet de la Congrégation pour la propagation de la Foi, pour l’Allemagne). Les deux pays peuvent mettre à leur profit les communautés françaises et allemandes, mais aussi des organismes catholiques à vocation internationale : il en va de la (très italienne) Custodie franciscaine de Terre Sainte, d’institutions pontificales (à Rome ou installées en Terre Sainte, comme l’Institut biblique pontifical, tenu par les Jésuites et perçu comme un instrument aux mains de l’Allemagne dirigé contre l’Ecole biblique dominicaine, d’obédience française), et de prélats en poste à Jérusalem (les Patriarches latins – évêques catholiques – de Jérusalem : Mgr Braco [1873-1889], considéré comme pro-français, à la différence de Mgr Piavi [1889-1905], réputé pro-allemand). De même, le clergé des Églises orientales unies à Rome peuvent servir de médiation en faveur de chacune des influences. C’est particulièrement le cas de la France avec les séminaires orientaux destinés aux diverses Églises catholiques orientales confiés à des religieux français : destinés à « régénérer » ces Eglises en assurant une éducation de qualité de leurs futurs clergés respectifs, comme le dit un fonctionnaire du ministère français des Affaires étrangères, ces séminaires sont « nos meilleurs centres de propagande 6 ». Ayant pour vocation de créer un milieu francophone et francophile capable de diffuser les valeurs françaises, ce sont de véritables « têtes de pont » permettant d’atteindre d’autres populations, comme les musulmans de Palestine ou d’autres parties de l’Empire ottoman. Pour les deux pays, il s’agit là d’un moyen très pratique et bon marché d’exercer une influence : de fait, spécialement avant la Première guerre mondiale, on a l’impression que la religion devient un prétexte, et l’on observe un fossé croissant avec la vocation religieuse initiale des institutions catholiques.

7Quels sont les buts de ces institutions ? Pour la France, c’est la conquête spirituelle ou matérielle de la Terre Sainte : incarnée par des lieux de mémoire et des lieux de vie français, avec des vues sur l’intégralité de la Terre Sainte, c’est une appropriation mentale, qui veut précéder une appropriation concrète. Comme le dit l’un des plus ardents partisans des communautés catholiques, Maurice Barrès, la France « poss[è]d[e] les âmes » des populations locales7. Pour l’Allemagne, il en va de l’établissement d’institutions indépendantes du protectorat français : l’objectif est de disposer d’institutions d’obédience allemande, qui ne soient pas seulement protestantes, vouées à prouver l’universalité des aspirations germaniques. Jalouse de ses prérogatives, la France est soucieuse de marquer la continuation de son protectorat. Elle a ainsi la possibilité d’imposer son point de vue face à l’activisme allemand : juste avant la Première guerre mondiale elle doit accepter l’établissement à Jérusalem d’une annexe de l’Institut biblique pontifical, émanation d’un souhait allemand – perçu comme tel par la France, mais Paris parvient à obtenir que soit évitée la nomination à sa tête d’un Jésuite allemand8. La France agit en vertu d’idées clairement monopolistes, en dépit des mesures anticléricales qui la caractérisent dans la période considérée9. C’est d’ailleurs au nom de cette contradiction que les prétentions françaises sont disputées par les puissances rivales sur le champ catholique, en l’occurrence par l’Allemagne. On note au total le souhait des deux pays de disposer en Terre Sainte dans les institutions de leur obédience respective des communautés religieuses liées à eux : des Bénédictins français à Abou Gosh, des Bénédictins allemands à la Dormition.

8Quelle est la « réception » de l’action culturelle à l’étranger respective ? Chez les catholiques français il y a enthousiasme face à l’alignement de la France républicaine et laïque sur les plus anciennes traditions initiées par l’Ancien régime. On idéalise ainsi le rôle français (avec la reprise du slogan « Gesta Dei per Francos »), et les catholiques hexagonaux ont le souci de l’installation d’une « vraie France » en Terre Sainte : celle incarnée par les établissements français doit représenter la fidélité à une conception traditionnelle, mise à mal par les excès anticléricaux de la Troisième République ; une fois établie, les catholiques français espèrent d’ailleurs que cette « vraie France » pourra inspirer la métropole. Quant aux catholiques allemands, il est clair qu’ils ne peuvent qu’apporter leur soutien à une politique patriotique, qui promeut la restauration de l’unité nationale après les troubles du Kulturkampf.

9En ce qui concerne le Saint Siège, il accepte le rôle prépondérant de la France, en vertu de l’ancienneté du protectorat. Par ailleurs il ne peut guère se mettre à dos une France qui est alors le plus important terreau de missionnaires. Dans ces conditions le Vatican doit accepter cette situation aussi longtemps qu’il n’existe pas d’alternative et que la Terre Sainte demeure sous domination ottomane musulmane. En direction de l’Allemagne, le Saint-Siège admet l’existence d’un protectorat allemand de facto sur les institutions catholiques allemandes ; mais le Vatican ne peut accepter de jure cette protection, comme il le répète officiellement – à la demande instante de la France – en 1898. Pour ce qui regarde les autorités locales, avant et pendant la Première guerre mondiale les Ottomans, on observe à la fois résignation et acceptation nécessaire d’institutions dont la vocation caritative est réelle : il s’agit certes d’instruments au service d’États et d’idéologies exogènes, mais ces institutions revêtent un aspect pratique, puisqu’elles pallient les lacunes des infrastructures ottomanes. Comme l’indique l’observateur précis qu’est Maurice Pernot, sur un budget global du système éducatif à Jérusalem de 2 millions de francs, les Ottomans ne contribuent qu’à hauteur de 25 00010.

10Pour la France, la consécration du réseau catholique est constituée en 1901 par l’accord de Mytilène, arrangement douanier obtenu par la pression, accordant reconnaissance à l’ensemble des établissements français de l’Empire ottoman, en les dispensant de toute imposition, condition sine qua non de leur existence et de leur survie ; 1901 est d’ailleurs l’année où s’installent les derniers arrivés parmi les religieux français, complétant un vaste réseau polyvalent. Pour l’Allemagne, la pierre de touche est constituée par le passage en Orient de Guillaume II, aboutissement et début d’une présence symbolique, avec des institutions couronnant les différentes collines de Jérusalem, et suscitant la jalousie des autres puissances, en particulier de la France11 : à partir du début du vingtième siècle, l’Allemagne dispose ainsi d’un réseau, certes plus étroit que son aîné français, très actif et qui ne manque pas de susciter les inquiétudes françaises.

11Dans les faits, ces inquiétudes françaises démontrent l’exagération de certains quant à une rivalité largement surestimée. De fait, à la fin du xixe siècle, la France compte en Palestine 58 institutions, et plus de 100 institutions protégées ; ces établissements abritent d’une part 178 religieux français masculins en charge de 1 000 élèves, et d’autre part 300 religieuses françaises, s’occupant de 2 200 élèves et de 80 000 malades. Dans l’ensemble de l’Empire Ottoman, le réseau français, ce sont 300 institutions en tous genres, avec 100 000 élèves représentant toutes les populations : 40 % des élèves chrétiens fréquentant des établissements scolaires, 12 % des juifs, 0,55 % des musulmans ; et 50 % des élèves fréquentant des écoles étrangères. Ces chiffres soulignent la concentration sur les minorités. En comparaison avec les autres institutions étrangères, en Palestine, 70 % des communautés masculines sont françaises (10 % autrichiennes, 10 % italiennes et 10 % allemandes), et le français est la véritable lingua franca, des établissements comme de la vie quotidienne de la Terre Sainte. La réalité des chiffres indique quant à elle la faiblesse numérique éloquente de l’Allemagne : à Jérusalem les catholiques allemands entretiennent la Paulushaus, la Schmidtschule, et l’établissement bénédictin de la Dormition ; dans les environs de la Ville sainte, des religieux allemands administrent à Emmaüs Kubeibe un hospice pour personnes âgées ; et sur les hauteurs du lac de Tibériade, à Tabgah, se situe un couvent bénédictin et une église. Comme l’indique en 1906 un diplomate français : « outre les 8 pères bénédictins de la Dormition et les 82 sœurs de Saint Charles réellement concentrés dans les institutions allemandes, seuls 33 religieux sont répartis dans les différents ordres12 ».

II. La Première guerre mondiale et les réseaux catholiques allemand et français

12La Première guerre mondiale est un temps difficile pour le réseau des établissements catholiques français : après le départ pour la guerre des plus jeunes religieux, les plus âgés et les non-mobilisés sont expulsés par les Turcs, après leur entrée en guerre aux côtés des Puissances centrales. En revanche, le premier conflit mondial constitue une chance pour l’Allemagne, qui a champ libre pour ses activités, en bonne entente avec son alliée austro-hongroise. Alors que des mesures strictes sont prises contre les établissements français (et italiens à partir de 1915), l’école des filles du DVHL est autorisée à rouvrir dès 1915 (celle des garçons seulement en 1917) ; dans cette logique, certains catholiques allemands veulent saisir l’occasion de remplacer les religieux français par des homologues germaniques, en s’emparant des locaux et des domaines d’activité de leurs frères en religion mais néanmoins rivaux13. Les Allemands assurent la continuation d’une vie quotidienne catholique (en dépit de ce que les catholiques français affirment à l’époque), et même ils souhaitent profiter de l’occasion pour démontrer la validité de leur foi en proposant de vastes projets qui devraient bénéficier au Saint-Siège. Les catholiques allemands envisagent alors des perspectives encourageantes pour le temps de l’après guerre, d’où nécessité de recruter de nouveaux missionnaires, germanophones. Dans l’immédiat, ces desseins ne sont pas sans poser problème du fait de l’activisme de l’allié ottoman : sous la férule autoritaire de Djemal Pacha, on assiste à une turcisation et à une islamisation de la Palestine ; tandis que le djihad lancé par les Ottomans contre les Français et les Britanniques est explicitement soutenu par les Allemands et les Austro-Hongrois.

III. Après la Première guerre mondiale

13Le temps des hostilités et la période immédiatement postérieure ne permettent guère la réalisation des projets catholiques allemands. Le vent tourne une nouvelle fois, à l’avantage de ceux qui avaient été chassés en 1914, les Français. Dans ces conditions, la France peut envisager à un moment une sorte de restauration du Royaume latin, consécration de l’implication du catholicisme dans l’action culturelle française à l’étranger 14 ; des idées régulièrement évoquées sous le couvert de la conférence de San Remo (avril 1920), avec confirmation du réseau français, en dépit de la perspective de plus en plus réelle d’une Palestine sous régime britannique. En l’occurrence, la France a le souci de combiner ses efforts avec ceux du Saint Siège (en lien avec la nouvelle Congrégation pour l’Église orientale), et elle peut obtenir une certaine restauration de l’ordre préalable ; même si le Saint-Siège est désireux de se défaire d’une trop grande dépendance à l’égard de la France et d’imposer l’argument selon lequel le protectorat n’a plus de sens dans un territoire désormais placé sous l’administration d’une puissance chrétienne. Pour ce faire, la France compte sur la Commission des Lieux saints, prévue aux termes de la charte mandataire sur la Palestine, mais qui ne verra jamais le jour. Par la suite, le Saint Siège reste grosso modo attaché à l’importance symbolique de la position française, comme l’atteste l’accord de 1926 sur les honneurs liturgiques, préservant l’apparence d’une place prépondérante de la France dans le milieu catholique de Terre Sainte. Quant à elle, la France continue d’affirmer son exigence de maintenir le monopole français ; sur le terrain, elle investit l’établissement allemand de la Dormition en y faisant installer des moines francophones (belges), pour une brève période, au moment où les Bénédictins allemands sont expulsés de Palestine. De fait, la facette catholique allemande connaît une éclipse temporaire ; par la suite, l’Allemagne n’a guère les moyens d’exercer une action politique en tant que telle, et dispose seulement d’une marge dans les domaines économique et culturel : du point de vue catholique, après leur expulsion, les Bénédictins allemands peuvent rentrer d’Égypte dès 1921, et ils se voient attribuer la charge symbolique du séminaire patriarcal de Jérusalem, formant les prêtres du diocèse. La communauté bénédictine de la Dormition est érigée au rang d’abbaye, en 1926.

14Pour les deux pays, la facette catholique trouve son intégration dans l’institutionnalisation des actions culturelles à l’étranger : on passe de services plus ou moins combinés à une réelle administration des deux diplomaties culturelles. Pour la France c’est la création du Service des Œuvres françaises à l’étranger ; avec à Paris une spécificité, puisque la politique culturelle en direction de la Palestine est aussi du ressort du conseiller technique pour les affaires religieuses, Louis Canet. Pour l’Allemagne, au sein de l’Auswärtiges Amt, le catholicisme est de la seule compétence de la Kulturabteilung. Dans les deux cas, cette stabilisation signifie également une rationalisation, avec concentration sur les institutions les plus efficaces, car l’élément catholique représente un moyen d’affirmer une présence dans la nouvelle Palestine. Cela est toutefois mis à mal, avec des évolutions dues d’une part à des facteurs internes. En France, c’est la baisse des effectifs de religieux français s’installant en Terre Sainte, conséquence tardive des mesures anticléricales du tournant du siècle ; s’ajoutent des difficultés économiques hexagonales et des développements dus à des restructurations au sein de l’Eglise catholique : la France doit lutter contre l’internationalisation et la dénationalisation des communautés religieuses ou des associations catholiques (à l’instar de Propagation de la Foi, basée originellement à Lyon et transportée à Rome), évolution voulue par le pape Pie XI. La mise à mal de l’élément catholique est d’autre part le fruit de facteurs locaux : dans le contexte palestinien, en particulier à partir de la fin des années 1920, on enregistre l’affirmation d’éléments non-chrétiens parmi la population, avec modification dans l’apparence de la société. Pour Paris et Berlin, il y alors nécessité de s’adapter. C’est ce que fait la France, avec encouragement à la création d’institutions laïques ou d’autres obédiences plus à même d’accompagner la croissance de la population juive : c’est au total une autre France qui s’invente. De plus, avec la montée des tensions politiques existent des conséquences lourdes pour le travail et le rayonnement des institutions catholiques : les fouilles archéologiques sont empêchées par les troubles et les grèves, la circulation des pèlerins gênée par les barricades et les checks-points… En ce qui concerne l’Allemagne, outre ces mêmes obstacles, après 1933 s’impose une propagande nazie pure et dure : à partir de ce moment, l’action culturelle à l’étranger n’est plus dirigée que vers les colons allemands installés en Palestine (notamment les Templer, colons protestants), visant à leur mise au pas. C’est moins le cas en ce qui concerne les catholiques, mais cela réduit d’autant la place de leurs institutions dans le cadre général de l’action allemande. De surcroît, le pouvoir nazi réduit drastiquement les exportations de devises, affectant le fonctionnement d’institutions largement dépendantes de flux financiers en provenance de la métropole.

15Quelles sont enfin les attitudes des acteurs locaux ? Exerçant la responsabilité de la gestion des lieux depuis la prise de la Palestine, en 1917, les Britanniques s’imposent, mais se résignent lors de la conférence de San Remo, acceptant les privilèges traditionnels des institutions françaises. Il n’en reste pas moins qu’à terme les autorités mandataires ont le souhait de contrôler le système éducatif de la Palestine : en 1927 est édictée une ordonnance sur l’éducation, tendant à son uniformisation. De leur côté, de plus en plus présents dans un domaine où les établissements catholiques avaient la haute main avant 1914, les sionistes refusent tout réseau éducatif alternatif au leur (ce qui concerne également les établissements de la très française Alliance Israélite Universelle).

16Dans la phase finale de la période considérée, au moment de la Deuxième guerre mondiale, de nouvelles arrestations et expulsions des Allemands défont le réseau catholique ; tandis que leurs homologues français sont affectés par des embarras financiers, qui s’ajoutent aux difficultés politiques internes au sein de la communauté française.

Conclusion

17Quelle est la situation en 1945 ? Quel est le résultat de ces politiques ? Au lendemain de la Deuxième guerre mondiale, comme en 1918, la France est soucieuse de rétablir son réseau, en un temps où il semble possible de regagner une position de force : les institutions catholiques françaises semblent pouvoir retrouver une place à part entière, ou davantage, au sein du corpus separatum, l’entité envisagée pour la région de Jérusalem aux termes du plan de partage de novembre 1947. Par la suite, du fait d’une situation politique locale de plus en plus tendue, les représentants français doivent lutter contre toute démission de la part des congrégations françaises, effectivement tentées d’abandonner le terrain. En ce qui concerne l’Allemagne, la difficulté résulte de l’arrestation et de l’expulsion des citoyens allemands au cours des années 1939-1945, avec placement des institutions catholiques sous custodie britannique. Pour les deux pays s’impose alors une nouvelle accélération de l’histoire, avec un bouleversement – la création de l’État d’Israël et le conflit qui la suit – qui a de lourdes conséquences pour les deux réseaux. Dans tous les cas, avec la situation qui leur est faite par l’année 1948, au-delà des difficultés matérielles (dégâts subis par certaines des institutions catholiques) et politiques, n’est-il pas temps de prendre ses distances d’avec des habitudes qui relèvent d’une certaine forme de colonialisme ? Pour sa part, l’influence de l’éducation dispensée par les établissements français tend elle-même à l’émancipation des populations locales : cette donnée révèle le succès éclatant de la culture française, mais aussi la pire situation pour le statut politique de la France dans la région, lorsque fortes de leurs épanouissements respectifs, les populations locales rejettent au bout du compte les instruments de pénétration que furent et restent à leurs yeux les établissements européens, en l’occurrence catholiques. Au-delà de ce rejet, demeurent aujourd’hui des bâtiments, des institutions, et des noms célèbres qui marquent le paysage et les mémoires de la Ville et de la Terre saintes.

Haut de page

Notes

1 Voir D. Trimbur et R. Aaronsohn (dir.), De Bonaparte à Balfour – La France, l’Europe occidentale et la Palestine, 1799-1917, collection « Mélanges » du CRFJ, vol. 3, Paris, CNRS-Éditions, 2001 ; Dominique Trimbur (dir.), Europäer in der Levante – Zwischen Politik, Wissenschaft und Religion (19.-20. Jahrhundert) / Des Européens au Levant – Entre politique, science et religion (xixe-xxe siècles), Pariser Historische Studien 53, München, Oldenbourg, 2004.
2 Tout contentieux opposant un catholique étranger installé en Orient à un Ottoman ne peut être réglé que par la médiation du diplomate français du lieu, seul habilité à entrer en contact avec les autorités ottomanes
3 Voir nos articles « Religion et politique en Palestine : le cas de la France à Abou Gosh », dans D. Trimbur et R. Aaronsohn (dir.), De Bonaparte à Balfour, op. cit., pp. 265-293 ; « Sainte-Anne : lieu de mémoire et lieu de vie français à Jérusalem », in Chrétiens et sociétés – xvie-xxe siècles, Centre André Latreille (Université de Lyon 2)/Institut d’Histoire du Christianisme (Université Lyon 3), n°7, 2000, pp. 39-69.
4 Installation de Bénédictins français à Abou Gosh (1898), allemands à la Dormition (1906), par exemple.
5 Voir nos articles : « Une appropriation française du Levant : la mission en Orient du cardinal Dubois, 1919-1920 », in P. Cabanel (dir.), Une France en Méditerranée – Écoles, langue et culture française, xixe-xxe siècles, Paris, Créaphis, 2006, pp. 109-128 ; « L’Orient de Monseigneur Baudrillart », in P. Christophe (dir.), Cardinal Alfred Baudrillart, Paris, Éd. du Cerf, 2006, pp. 235-272.
6 Archives du ministère des Affaires étrangères, dépôt de Nantes, série D:172 Palestine 1924/1929, lettre du consulat général de France à Jérusalem (118) au MAE-Service des Œuvres Françaises à l’Étrangers (SOFE), 25 novembre 1929, d’Aumale.
7 Maurice Barrès, Enquête aux pays du Levant, Paris, Plon, 1923 ; ici tome 2, p. 182.
8 Pour plus de détails, voir notre ouvrage Une école française à Jérusalem – de l’École pratique d’Études bibliques des Dominicains à l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, dans Mémoire dominicaine, V (Paris, Éd. du Cerf), 2002, pp. 31-33.
9 J.-D. Durand, P. Cabanel (dir.), Le grand exil des congrégations françaises 1901-1914, Paris, Éd. du Cerf, 2005.
10 M. Pernot, Rapport sur un voyage d’étude à Constantinople, en Egypte et en Turquie d’Asie (janvier-août 1912), Comité de défense des intérêts français en Orient, Paris, Firmin-Didot, 1913, pp. 103-104.
11 Voir notre contribution « Intrusion of the « Erbfeind » – French Views on Germans in Palestine 1898-1910 », in T. Hummel, K. Hintlian et U. Carmesund (dir.), Patterns of the Past, Prospects for the Future, The Christian Heritage in the Holy Land, Londres, Melisende Press, 1999.
12 Archives du ministère des Affaires étrangères, dépôt de Paris, PAAP 240 Doulcet, 3 Protectorat religieux, lettre du ministre des Affaires étrangères aux ambassades françaises, 23 février 1906, à propos d’une statistique diffusée au Reichstag sur les établissements religieux allemands dans le monde.
13 Voir notre article « Le destin des institutions chrétiennes européennes de Jérusalem pendant la Première guerre mondiale », in Mélanges de Science Religieuse, Université catholique de Lille, n°4, octobre-décembre 2001, pp. 3-29.
14 Voir notre article « Les Croisades dans la perception catholique française du Levant, 1880-1940 : entre mémoire et actualité », in Cristianesimo nella storia, 27 (2006), pp. 909-934.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Trimbur, « Catholiques français et allemands en Palestine, XIXe-XXe siècles », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 18 | 2007, 92-106.

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Catholiques français et allemands en Palestine, XIXe-XXe siècles », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 18 | 2007, mis en ligne le 07 janvier 2008, Consulté le 22 octobre 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/115

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

Dominique Trimbur, historien de l’histoire de la présence européenne en Palestine-Israël, est chercheur associé au CRFJ. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont De Bonaparte à Balfour – La France, l’Europe occidentale et la Palestine, 1799-1917, Paris, CNRS éditions, 2001 (dir., avec R. Aaronsohn) ; Une école française à Jérusalem – De l’École pratique d’Études bibliques des Dominicains à l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem, Paris, Éd. du Cerf, 2002 ; à paraître en 2007 : De Balfour à Ben Gourion – Les puissances européennes et la Palestine, 1917-1948 (dir. avec R. Aaronsohn, Paris, CNRS éditions).
dominiquetrimbur@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page