Navigation – Plan du site
État de la recherche

Le premier pèlerinage populaire de pénitence en Terre Sainte

L’ultime croisade
Bertrand Lamure
p. 9-34

Texte intégral

1Tout au long du xixe siècle, les pèlerins français, pour certains plus touristes ou aventuriers que catholiques fervents, restent attirés et fascinés par la Terre Originelle. Lamartine évoque la Terre Sainte comme celle « dont tous les noms avaient été mille fois balbutiés par mes lèvres d’enfant, dont toutes les images avaient coloré, les premières, ma jeune et tendre imagination »1.

2Chateaubriand reste la référence pèlerine pour la première moitié du xixe siècle, celui qui a « ouvert la carrière » lors de son voyage en Orient en 18062. C’est suite à la publication de son Itinéraire de Paris à Jérusalem3 en 1811 que de nombreux pèlerins se lancent dans l’aventure. Son récit a joué, suivant l’expression de Fernande Bassan, le rôle d’« excitant »4 sur les esprits5. Les écrivains issus du courant romantique, Lamartine, Flaubert ou Nerval, découvrent en Orient l’inspiration de leurs futurs travaux et l’esprit d’aventure. Gustave Flaubert visite cependant Jérusalem et le Saint-Sépulcre en voyageur sceptique à l’inverse de son compagnon Maxime Du Camp, profondément touché par les Lieux Saints, et qui fut l’un des premiers à photographier la Palestine.

3Au début du xixe siècle, les récits des pèlerins nous laissent l’impression d’une terre restée à l’écart de tout progrès depuis « le pèlerin de Bordeaux »6, faisant de la découverte de la Palestine une aventure spartiate. Chateaubriand, en 1806, nous laisse une description de son équipement : « Mon équipage consistoit en un tapis pour m’asseoir, une pipe, un poêlon à café, et quelques schalls pour m’envelopper la tête pendant la nuit »7 et il ajoute que lorsqu’il dort en peine air, sa selle lui sert d’oreiller, et il s’enveloppe dans son manteau.

4Pour les déplacements, le sentier reste la norme et le cheval ou le mulet les soutiens indispensables pour se rendre dans la Ville Sainte, avant l’établissement de routes et du chemin de fer Jaffa-Jérusalem8. Le Père Géramb, en 1832, semble prendre toute l’ampleur de cet inconfort au moment de quitter Jaffa pour Jérusalem :

« je ne puis vous dire combien je fus effrayé en voyant que le mulet sur lequel je devais faire le trajet de Jaffa, avoit pour toute selle un énorme sac rempli de je ne sais quoi ; pour étrier, de mauvaises cordes ; pour bride, une chaîne passée autour du cou. J’eus beau gronder, beau prier, beau promettre de l’argent, tout fut inutile : il me fallut grimper sur ma triste monture, et m’y tenir les jambes tellement écartées, […] que sera-ce d’ici à Jérusalem ! […] Encore douze ou quatorze heures, que deviendrai-je9 ? »

5Le cheval ou le mulet restent les partenaires indispensables des pèlerins, des drogmans ou des moukres jusqu’à la fin du siècle, principalement dans les régions montagneuses ou escarpées comme la Samarie ou le désert de Judée.

6Un voyage en Terre promise relève d’une expédition particulièrement pénible. De ce fait, il est presque impensable de n’envisager que la découverte d’un pays, alors que l’Égypte, la Syrie ou l’Arabie Pétrée sont si proches et qu’on ignorait si l’occasion de visiter ces contrées se représenterait un jour. Ainsi le séjour en Terre Sainte varie entre deux et huit semaines et la découverte des autres pays de un à six mois. Le voyage vers la Palestine depuis l’Europe se fait uniquement en bateau au départ de Marseille ou de Venise. Chateaubriand arrive en Terre Sainte après un périple à travers l’Italie, la Grèce, Constantinople pour arriver à Jaffa près de deux mois et demi après son départ de France10.

7Les pèlerins dits romantiques permirent « d’ouvrir la carrière », d’être des hommes qui, par leurs écrits, firent prendre conscience aux catholiques de France que Jérusalem existe toujours, que cette ville reste le lieu originel de leur foi, que la Palestine est l’espace sacral de la religion chrétienne. Lettrés, argentés, espérant parfois l’aventure, majoritairement croyants, ils surent montrer qu’il n’y a qu’un pèlerinage qui compte vraiment dans la vie d’un chrétien, c’est celui à Jérusalem. Ainsi, toutes les difficultés de transport, en mer et sur terre, les rencontres inopinées, vont progressivement s’atténuer pour laisser place à une foi dominante.

8En 1853 se produit un événement inespéré, oublié depuis des siècles, l’arrivée en Terre Sainte, Terre du Christ, ancien royaume des croisés, d’un pèlerinage de catholiques français.

9Pourquoi une telle organisation dans une région oubliée de tous les européens chrétiens qui ont trouvé à Rome la nouvelle source de leur foi ?

10La situation des catholiques palestiniens, appelés également latins, est de plus en plus précaire face au nombre grandissant des orthodoxes. La restauration en 1847 du patriarcat latin et le retour d’un consul français redonnent espoir et soutien (financier en particulier !) à la communauté latine de Palestine. La Conférence de Saint-Vincent de Paul de Jérusalem, fondée par des membres du consulat de France, souhaite dans ce contexte la venue de pèlerins français pour que la flamme de la religion romaine brille de ses pleins feux face aux schismatiques.

11Cet appel des catholiques de Terre Sainte a pour conséquence la constitution du Comité des pèlerinages de Terre Sainte par les membres des Conférences de Saint-Vincent de Paul de Paris ; la première caravane se dispose à partir à la fin de l’été 1853. L’adresse de ce comité est au siège même de la Société de Saint Vincent de Paul, rue de Furstenberg, à Paris, et les pèlerinages seront le plus souvent appelés les caravanes de la rue de Furstenberg.

12Cette œuvre des pèlerinages est consacrée sur des fonds baptismaux très favorables avec en particulier la bénédiction de l’Archevêque de Paris avant d’en avoir de plus glorieuses. L’article premier du règlement de l’œuvre des pèlerinages en Terre Sainte indique les deux buts poursuivis par l’œuvre : « faciliter à tous les catholiques le voyage en Palestine. Elle se propose de ranimer, par ce moyen, la piété et la charité envers les Lieux Saints »11.

13L’aspect pratique apparaît d’emblée comme essentiel pour des pèlerins désireux de se rendre aux Lieux Saints et dont les risques et le coût les font renoncer. Tous les voyageurs et pèlerins isolés qui se sont rendus en Palestine et plus généralement en Orient dans la première partie du xixe siècle sont tous revenus avec des récits d’aventures périlleuses, souvent dangereuses face à la menace de bandits, de bédouins voleurs, de marchands manipulateurs. De plus, le coût d’une telle expédition est onéreux et le départ d’une caravane de dix membres et plus permet grandement de réduire les frais d’un voyage qui peut durer plusieurs mois.

14Jérusalem, trop longtemps oubliée, ignorée va enfin voir arriver, après des siècles, des caravanes de « croisés pacifiques » qui animeront le cœur des latins.

15Ce premier pèlerinage a su attirer pour cette aventure pionnière et peut-être périlleuse quarante laïcs et prêtres. Un nombre de pèlerins qui peut paraître faible mais qui sera pourtant l’un des plus fort de l’ensemble des caravanes de l’œuvre des pèlerinages en Terre Sainte, et qui, replacé dans le contexte est un chiffre particulièrement honorable. Le président de la caravane est M. de Guinaumont, secrétaire général de la Société de Saint Vincent de Paul. Les autres membres laïcs sont pour la plupart des membres des Conférences de Paris auxquels on peut ajouter trois membres du Diocèse de Lyon, et puis une première présence étrangère, qui se confirmera et s’amplifiera par la suite, avec un Anglais et un Belge. Parmi les membres religieux, l’abbé Langénieux, vicaire à Saint Roch (Paris), sera promis à une belle carrière puisque, outre son accession à l’évêché de Reims et au Sacré Collège, il sera en 1893 le légat du Pape lors du Congrès eucharistique de Jérusalem.

16Comme tout voyage pionnier, il semble que les intentions des participants sont véritablement tournées vers le désir de prier aux Lieux Saints et de montrer que des catholiques français peuvent encore entreprendre des sacrifices de temps, de confort et assurer aux catholiques orientaux que leurs frères d’occident existent toujours. Nous verrons que les caravanes suivantes ne seront pas exemptes de personnages oubliant vite le but premier de leur venue, préférant s’attendrir sur les beautés de l’Orient.

17Cinquante quatre caravanes vont succéder à la pionnière de l’été 1853, et dès 1855 se seront deux pèlerinages par an qui seront organisés, l’un à Pâques et l’autre au mois d’août dit « pèlerinage des vacances ». Ainsi sous le Second Empire, les pèlerinages en Terre Sainte vont acquérir une certaine régularité (même si le nombre de pèlerins dépasse rarement la douzaine) et ce n’est qu’après 1870 que les caravanes deviennent aléatoires, dû à une faiblesse numérique de plus en plus criante.

18Cette première manifestation collective de pèlerins français en Terre Sainte ouvre la voie à des caravanes de catholiques encore plus nombreux et surtout plus fervents. Ce sera l’œuvre des Augustins de l’Assomption, qui, après être devenus maîtres dans l’organisation de pèlerinages en France pendant la période dite de l’Ordre Moral, décident d’organiser le pèlerinage des pèlerinages ! Plus de mille croisés vont répondre à l’appel des Assomptionnistes pour pérégriner à travers la Palestine biblique et faire une entrée triomphante dans Jérusalem. Ce pèlerinage dit populaire et de pénitence, voulu par les élites catholiques de France et de Palestine mais également par le Consul de Jérusalem, est perçu comme l’un des moments clés de l’âge d’or français.

Les Assomptionnistes : les nouveaux croisés

« En France, durant 30 ans, entre 1871 et 1901, les Pères Augustins de l’Assomption, qui n’avaient cependant pour eux ni passé glorieux, ni penseurs illustres, ont imprimé sur le catholicisme français la marque de leur esprit12. »

19La congrégation des Augustins de l’Assomption est fondée à Nîmes, en 1845, par Emmanuel d’Alzon, alors vicaire général du diocèse du Gard13. Il est ultramontain, sans l’ombre d’une hésitation, comme la majorité du clergé du sud de la France, en particulier lorsqu’il faut défendre les droits du pape, au concile de Vatican I ou après le 20 septembre 1870. La devise choisie par le Père d’Alzon « Adveniat regnum tuum » illustre l’engagement total de ses religieux pour Dieu, pour l’Église, et pour le pape.

20Durant les premières années de la congrégation, les activités sont multiples mais pas toujours bien définies ou suivies. En 1855, on note dans la constitution de l’institut les principaux programmes d’action des Assomptionnistes : « L’enseignement, la publication des livres, les œuvres de charité, le ministère des âmes, les missions étrangères, les travaux pour la destruction du schisme et de l’hérésie. »14 Les activités sont nombreuses, peut-être trop pour un jeune institut, et du même coup peu lisible, ce qui fait dire à Pierre Sorlin : « qu’avant 1870, l’Assomption a peu d’importance : elle est une de ces petites congrégations dont on ne parle pas. »15 Durant les vingt premières années de l’Assomption, le collège de Nîmes dirigé par E. d’Alzon est la seule œuvre sérieuse de la congrégation.

21Le fondateur des Augustins de l’Assomption, issu d’une famille méridionale d’aristocrates fortunés, a constamment aspiré à ce qu’il y a de « meilleur », de « digne », souvent comparé à un chevalier catholique. Le pèlerinage est pour lui un acte de foi, un moment fort de la vie d’un chrétien qu’il faut sans cesse renouveler. Il va pérégriner tout au long de sa vie, que cela soit dans son diocèse, comme par exemple Notre-Dame de Rochefort16, l’Espérou ou les sanctuaires mariaux de La Salette ou de Lourdes. Le Père d’Alzon se montre un pèlerin attentif, ému et fidèle à la cité pyrénéenne, qui, le 11 février 1858, fut le théâtre de la première apparition de la Vierge à Bernadette Soubirous. Ces pérégrinations montrent son profond attachement à ces actes de foi que sont les pèlerinages, ce qui fait dire à Gaston Bernoville, son biographe : « nul, plus que lui, n’a saisi l’importance spirituelle des pèlerinages ; nul mieux que lui, n’en a défini la valeur de purification, d’expiation, d’acte public de foi. »17

22Il apparaît que tout au long de sa vie, Emmanuel d’Alzon est un pèlerin fervent, utilisant cet outil de foi pour renforcer, chez ses collégiens en particulier, l’amour de Jésus-Christ. Mais, il ne conçoit cette démarche chrétienne que suivant des formes de piété, centrée sur l’essentiel de la foi. Claude Soetens analyse la pensée alzonienne ainsi : « Ultramontain oui, et à fond, toujours pour replacer Dieu et l’Église au cœur de l’organisation sociale ; mais en ce qui le concerne, pas en faisant appel aux manifestations du populisme religieux, trop exposé au risque de déformation doctrinale. »18

23Deux aspects apparaissent d’emblée comme fondamentaux dans la « médiatisation » de la congrégation au tournant des années 1870 : les pèlerinages et la presse.

24La réputation, non usurpée, d’organisateurs de pèlerinages qu’obtiennent les Assomptionnistes est à rechercher dans la création de l’Association de Notre-Dame du Salut19, en janvier 1872 par le Père Picard. Elle se déploie en facettes successives à la façon d’un papillon qui sort de sa chrysalide : en janvier, son but est « le soutien des œuvres ouvrières par l’aumône et la prière » ; au mois de mars vient s’y ajouter « l’organisation de la prière de la nation pour son salut » ; enfin au mois d’août de la même année, l’association s’enrichit d’un Conseil des pèlerinages.

25Ainsi cette année 1872 correspond au départ d’un formidable élan de pèlerinages à La Salette dans un premier temps, où des caravanes de pèlerins sont organisées tous les étés jusqu’en 1898, puis de façon irrégulière par la suite, à Lourdes, tous les 15 août, de 1873 à la guerre, à Rome, dès 1873, de manière régulière jusqu’en 1914, et enfin en Terre Sainte à partir de 1882.

26Lors de tous les pèlerinages assomptionnistes, le souci à la fois de l’organisation matérielle et surtout spirituelle est présent, avec la volonté d’encadrer et d’unir tous les pèlerins autour des thèmes de la patrie en danger, la France qui doit retrouver le chemin de Dieu, et le soutien au « pape prisonnier ».

27Le Conseil Général des pèlerinages va confirmer tout ce que l’on attendait de lui. 1873, « la divine année », apparaît avec le recul nécessaire comme le point culminant de l’engouement pèlerin. Ils sont ainsi cette année-là plus de 1 000 à La Salette, 492 à Lourdes20 pour le premier pèlerinage national, et près de 300 à Rome au mois de mai. À cela, il faut ajouter la multitude des pèlerinages diocésains qui inaugurent religieusement l’entrée de la France dans la période dite de l’Ordre moral.

28À cette date, il n’est encore pas question de pèlerinage en Terre Sainte, mais le succès et la foi aidant, de nombreux religieux vont commencer à entrevoir une possibilité de franchir les obstacles marins pour atteindre l’espace sacral et entreprendre le roi des pèlerinages.

29L’autre activité des assomptionnistes qui se développe parallèlement aux pèlerinages est la presse. Aux yeux du Père d’Alzon et de ses disciples, « la presse était un des principaux instruments de perversion ; il fallait en faire un instrument d’évangélisation. »21

30Leur but est de créer une presse pour le bien avec toujours cette idée d’apporter une contribution supplémentaire à l’instauration du règne de Dieu. Le 12 juillet 1873, sur l’initiative du Conseil Général des pèlerinages parait le premier numéro du Pèlerin, petit bulletin dont on ne pouvait guère prévoir les brillantes destinées. 1883 voit la création du premier journal catholique à un sou La Croix, dont le succès est immédiat. Cette renommée rapidement acquise auprès des milieux catholiques permet de développer une publicité des plus bénéfique pour les pèlerinages palestiniens. L’autre atout est la présence à la tête du quotidien du père Vincent de Paul Bailly, qui, en parallèle de son travail journalistique, est le principal accompagnateur des pèlerinages en Terre Sainte de 1883 à 1910.

31Cette congrégation, née dans les profondeurs de la province française, vouée à d’insignifiantes tâches religieuses, se meut grâce à un fondateur zélé, intransigeant et riche, en un institut de premier plan, orgueilleux de sa réussite, se voulant le chef de file d’une France catholique en plein désarroi, montrant le chemin de Dieu à travers les lieux de cultes mariaux.

32Le triple choc qu’ont subi les Français au tournant des années 1870-71 (la guerre contre la Prusse, le pape prisonnier22 et la Commune), démontre aux croyants que la France doit entrer en pénitence, pour redevenir cette fille aînée de l’Église, celle qui fut la première à fournir à l’Église un roi chrétien (Clovis, premier roi « barbare » à se convertir au christianisme), et se placer sous la protection de Pie IX, et pour certains sous celle également d’un souverain retrouvé, protecteur des Français.

33Les années 1873-1877 que l’on nomme la période de l’Ordre moral23 est cette quête d’une France catholique et monarchiste, tendres souvenirs de cette alliance entre la croix et la couronne d’avant 1789. De son lointain refuge autrichien, Frohsdorf, le petit-fils de Charles X24 incarne cet espoir monarchique : « On admit sans démonstration qu’il était destiné à devenir, sous l’heureux vocable d’Henri V, l’artisan de la régénération nationale. Pendant deux années il eut cette chance de réunir les suffrages de tous les catholiques […] Il gâcha cette situation par son manifeste en faveur du Drapeau blanc (février 1873). »25

34Au lendemain de la Commune, la France catholique a l’impression que la patrie a péché, sous le Second Empire principalement, et qu’il est temps d’entrer en pénitence. Les évêques ultramontains favorisent de toute leur influence les dévotions de leurs fidèles. Ainsi, les catholiques, hommes et surtout femmes expriment leur foi, de manière de plus en plus visible, la religion sort en place publique, ce que les années révolutionnaires avaient essayé de proscrire.

35L’exemple premier de dévotion extérieure est bien évidemment le pèlerinage, présent chez les chrétiens depuis les premières années de la religion révélée, et qui apparaît comme le vecteur central de la dévotion catholique. La France est forte de ses milliers de lieux sacrés, souvenir d’un saint, présence d’une relique et depuis peu apparitions mariales.

36Le xixe siècle est échelonné d’apparitions de la Vierge, de la rue du Bac, à Paris, en 1830, à La Salette en 1846 et bien sûr Lourdes en 1858. Ces dévotions mariales sont d’autant plus fortes, qu’en 1854, Pie IX a proclamé le dogme de l’Immaculée Conception26.

37Ce formidable engouement pour les pèlerinages prend un essor extraordinaire pendant l’Ordre moral, période pénitente de l’Histoire, encouragé par le clergé, organisé et encadré par la congrégation des Augustins de l’Assomption, avec l’utilisation du chemin de fer, « la vapeur au service de Dieu », qui fera la fortune de Lourdes.

38Cette période dite de l’Ordre moral fut le moment espéré par les catholiques ultramontains, fiers de redonner vigueur à une patrie meurtrie, la Gallia Christina, et à une religion martyre. La formidable dévotion qui s’empare de la majorité des catholiques les prépare à des combats plus durs, face à l’adversaire républicain. Un combat qui s’étend au-delà des frontières françaises, des portes de Saint Pierre à celles du Saint Sépulcre.

39Les Assomptionnistes seront cette flamme qui va diriger, enhardir ce peuple catholique vers de nouvelles terres sacrales.

40Le fabuleux succès des pèlerinages nationaux organisés par les Assomptionnistes à partir de 1872 les rend incontournables pour de nouvelles destinations. La dimension spirituelle qui anime la communauté assomptionniste, la volonté d’instaurer le royaume de Dieu, de s’aider du surnaturel pour arriver à ces fins, a pour conséquence un attrait irrésistible pour la Terre originelle. Cet espace sacral, oublié des catholiques, entre les mains des « infidèles » et autres « schismatiques », n’est-ce pas à ces nouveaux croisés du Christ de le délivrer ? Les catholiques ultramontains, dont les Assomptionnistes deviennent de plus en plus les chefs de file, ne peuvent souhaiter le retour de la religion, du règne de Jésus-Christ en France, en occultant ce qui fait la force de leur foi : Bethléem, Jérusalem, le Saint-Sépulcre… Est-il possible, à l’image des milliers de pèlerins aux lieux des cultes mariaux, d’envoyer par centaines et peut-être par milliers de nouveaux croisés réaffirmer la place de la religion catholique, mais aussi de la France, fille aînée de l’Église en Terre Sainte ? L’abbé Tardif de Moidrey y répond en une phrase, qui deviendra le but à atteindre : « Nous voulons faire une croisade pacifique et conquérir Jérusalem le chapelet à la main. »27

41Ainsi, au cours des années 1870, et les premiers succès de La Salette et de Lourdes, nombreux se font les appels en France ou en Terre Sainte pour l’organisation d’un pèlerinage d’une envergure éloquente. Les caravanes de l’Œuvre des Pèlerinages en Terre Sainte, pionnières pour le xixe siècle, se sont très vite essoufflées en de petits groupes de dix à vingt personnes, n’ayant plus de portée significative.

42Les Assomptionnistes, dotés d’un nouveau supérieur général en 188028, le Père Picard, et secondé par l’intrépide Vincent de Paul Bailly se laissent rapidement séduire par cette idée qui est l’aboutissement de leur œuvre pèlerine. À partir de 1881, de nombreux articles sur un pèlerinage en Terre Sainte se répandent dans la presse et en particulier dans le Pèlerin. Le but est de montrer que de toute la France une demande monte pour une telle expédition :

« Après les larmes de La Salette et les triomphes de Lourdes, demandons à la Vierge immaculée de nous conduire à Jérusalem. Là, nous trouverons le but définitif du mouvement qui, au jour de l’angoisse, porte la chrétienté vers les sanctuaires où sont pour elles les grandes espérances, disons plus, la certitude du Salut29. »

43Les catholiques ultramontains sont au tournant des années 1870-1880, toujours en état de pénitence, mais revêtu de leur armure de combattant catholique face à l’ennemi républicain. Le péril est d’autant plus grand qu’au cours des dernières années, la République a vu son pouvoir s’affirmer, grâce à la constitution de 1875, les élections de 1877, la démission du maréchal de Mac-Mahon. Autant d’éléments qui enracinent ce régime et repoussent la royauté dans les profondeurs des forêts autrichiennes.

44Pour les Assomptionnistes, la Palestine est peut-être plus encore la terre du salut, venant de se faire expulser par les républicains30 et obligés de trouver une terre d’asile. L’ultime salut se trouve peut-être bien de l’autre côté de la Méditerranée !

45Oubliant ce désir brûlant d’un espace surnaturel et sacré, il faut concrètement mettre en place une organisation pratique, dans un pays qui n’a de surnaturel que son absence totale de confort moderne ou européen. D’emblée il est question de sacrifice :

« Les pèlerins se contenteront du nécessaire, et, sans, prétendre leur imposer administrativement une vie trop dure, on disposera toutes choses en vue de la plus stricte économie. De Jaffa à Jérusalem, il faut franchir une distance de 16 à 17 lieues sans moyen de transports suffisants pour un grand pèlerinage. Des personnes valides et assez fortes pour faire ce trajet à pied, en deux ou trois jours, pourraient donc seules être admises […] Quant à la nourriture, on y pourvoira : il faut avoir en vue de vrais pèlerins, appartenant en bon nombre à cette classe de la société où l’on sait se suffire à soi-même ; assez pieux pour consentir à livrer, dans une certaine mesure, à l’imprévu l’heure du déjeuner, voire même celle du dîner31. »

46Cet avant-goût de la Palestine (qui n’est tout de même pas le désert d’Arabie, et encore moins une terre sans peuple !) est là pour fortifier la foi des plus faibles et montrer que le salut n’interviendra qu’après des actes de profondes pénitences. À ce salut de la France, l’autre argument est le secours des latins contre les schismatiques : « Chaque année dix mille Russes, autant de grecs schismatiques vont en Terre Sainte : la Vraie Église y est représentée par quelques dizaines de ses enfants ! On désire voir cesser cet état de choses et montrer à l’Orient que nous n’avons pas complètement et absolument perdu toute dévotion au Saint-Sépulcre. »32

47À la fin de l’année 1881, la décision est prise de lancer un grand pèlerinage populaire de pénitence en Terre Sainte au cours de l’année 1882 sous la direction du Conseil Général des pèlerinages et des Assomptionnistes.

48Le projet de pèlerinage repose sur deux principes : pénitent, proposé à un public de catholiques ultramontains, et populaire. Les Assomptionnistes ont bien conscience que leur pèlerinage ne sera une réussite que s’ils parviennent à l’ouvrir à l’ensemble de la société et non pas à une élite de riches catholiques, comme ce fut le cas pour les caravanes de la rue de Furstenberg.

49Premièrement, ce pèlerinage doit être un acte pénitent, il ne pouvait en être autrement pour des ultramontains qui sont « entrés en pénitence » depuis 1870. Les disciples du Père d’Alzon ont toujours l’ambition, qui était celle du fondateur, et du même coup la devise de la congrégation, d’instaurer le royaume de Dieu. Cette devise est plus que jamais en péril, face à la disparition progressive des signes religieux dans le pays33.

50Les Assomptionnistes souhaitent que cet événement fasse date aussi bien dans la France républicaine, laïque et anticléricale que dans la Palestine musulmane et schismatique. C’est pour cela que les organisateurs annoncent clairement qu’il ne s’agit pas d’un voyage d’agrément à la découverte de l’Orient mais d’un acte de pénitence aux lieux de la souffrance du Christ. Le Père Picard, déjà en route pour la Jérusalem céleste, aurait souhaité un règlement moral des plus rigides, concernant en particulier l’abstinence des couples, mais il n’en fit rien devant la crainte d’effrayer certains inscrits. Cependant quelques jours avant le départ, il fait parvenir aux pèlerins une dernière lettre de conseils où il développe la haute ambition religieuse de ce pèlerinage :

« le jour du départ approche ! […] mais il ne suffit pas de désirer cette heure, il faut la préparer par la prière et associer à cette prière nos familles et nos amis […] Le jour du départ de leur pays les pèlerins se feront tous un devoir d’assister à la messe et d’y communier. Nous les engageons à demander cette messe pour le pèlerinage et à y inviter leurs amis. Ceux qui ont charge d’âmes pourraient à cette messe inviter leurs fidèles à prendre part à la Croisade pacifique34. »

51Deuxièmement, c’est un pèlerinage qui se veut populaire, donc accessible aux plus modestes. Trois tarifs sont proposés : une première classe à 550 francs, une deuxième classe à 425 francs et une troisième classe à 250 francs. Ces prix comprennent le transport de Marseille à Jaffa puis à Jérusalem et le retour, avec une partie des repas pris en charge. Les frais de séjour à Jérusalem ne sont pas pris en charge, mais en dignes pénitents « ceux qui savent se contenter d’une installation et d’une nourriture très simples pourront aisément ne pas dépenser plus de deux francs par jour. »35 Ces tarifs sont attractifs à plus d’un titre, tout d’abord par le fait qu’il y a trois classes et que la dernière est à 250 francs ce qui est abordable pour une bourse moyenne. Le tarif des caravanes de la rue de Furstenberg, outre le fait de ne pas comporter de troisième classe, est pour Pâques 1882 de 1 410 francs en première classe et de 1 215 francs en deuxième. Les Assomptionnistes réussissent à proposer des prix très attractifs, correspondant à la démarche voulue d’un pèlerinage populaire.

52Cet emballement d’une partie du monde catholique est couronné par l’intervention papale de Léon XIII à Rome le 6 mars 1882 :

« C’est une grande joie d’apprendre par vos lettres, qu’on prépare […] ce pèlerinage de pénitence aux Lieux Saints de la Palestine, dont nous avons, sur votre rapport, approuvé le projet d’organisation et qui doit reproduire le caractère et la piété des anciens pèlerinages. […] Nous vous félicitons aussi de ce que la direction de tout le pèlerinage vous a été confiée, d’un commun accord avec vous, qui avez tant de fois, d’une façon qui mérite louanges, dirigé les pèlerinages à Rome. […] Nous accordons aux pèlerins l’INDULGENCE PLENIERE36 pour le jour du départ, celui du retour ou le lendemain, et pour un jour quelconque, au choix de chacun, pendant le pèlerinage37. »

53Ainsi, au printemps 1882 se concrétise un projet de croisade pénitente, que de nombreux catholiques des deux côtés de la Méditerranée espèrent depuis longtemps, et que le Conseil Général des pèlerinages, fort de dix ans d’expérience, va s’efforcer de mener à bien.

Le pèlerinage des mille

54Le 5 mai 1882, 1013 pèlerins de la Guadeloupe et de la Picardie débarquent à Caïffa, premier contact avec la Terre Sainte, pour les croisés pacifiques :

« Quand Turcs ou Perses abordaient en Palestine, c’étaient pour mettre tout à feu et à sang. Le débarquement des pèlerins semblait aussi une invasion mais ils venaient seulement se sanctifier au contact de cette Terre Sainte. C’est ce qu’auraient dû comprendre les Arabes ébahis quand ils les virent s’agenouiller et baiser ce sol aussitôt qu’ils le touchaient »38.

55Le débarquement se fait plus volontiers à Caïffa qu’à Jaffa en raison des récifs près du port qui obligent les bateaux à rester loin de la côte, entraînant des navettes de chaloupes, où, malgré la dextérité des marins, les accidents sont fréquents.

56Une fois sur la terre ferme, trois groupes sont formés (logiquement ils sont préparés en France puisque pour le 3e groupe, « les fous de Samarie », un supplément de 100 francs est demandé) : le premier groupe se borne à la visite du Mont Carmel. Le second poursuit sa route jusqu’à Nazareth, et revient au Carmel. Le troisième se rend également à Nazareth, puis au Mont Thabor, et gagne Jérusalem par Djenin, Naplouse et Silo, « parcourant la route que suivait Notre Divin Maître avec la Bienheureuse Vierge Marie et Saint Joseph »39.

57Le 1e groupe de 250 pèlerins après le séjour à Caïffa reprend la mer en direction de Jaffa et sera le premier à faire son entrée dans Jérusalem, dans la nuit du 9 au 10 mai.

58Les 750 autres pèlerins, pas encore dissociés prennent la route de Nazareth dans un mouvement qui doit s’avérer impressionnant, comme le laisse entrevoir l’abbé Alazard : « Six cents montures, chevaux, mulets, ânes, attendent leur cavalier. Un troupeau de chameaux, les genoux ployés, reçoivent sur leur dos des poids énormes. Ce sont nos effets et les objets du campement […]. Les moukres ou guides vont viennent au milieu de cet assemblage. […] Nous nous engageons les uns à la suite des autres dans un sentier étroit et d’une rapidité extrême. On ne saurait imaginer rien de plus original et de plus pittoresque que cette marche »40.

59À Nazareth, le 2e groupe fait demi-tour pour rejoindre Caïffa, puis la mer, Jaffa et Jérusalem. Quand au 3e groupe, celui des intrépides, ils entreprennent sous la direction du P. Picard la traversée de la Samarie, ce sont les croisés par excellence. Ainsi, malgré toutes les contre indications, les mises en garde, le groupe des 500, derrière l’énergique Supérieur de l’Assomption, entreprend son périple (la décision d’affronter la Samarie et non la mer, a peut-être son explication anecdotique dans le fait que le Père Picard craint énormément les voyages en bateau, ce qui lui a valu de passer les cinq jours de la traversée malade dans sa cabine !).

60Quatre étapes étaient nécessaires pour franchir les 130 kilomètres qui séparent Nazareth à Jérusalem : Djenin, Naplouse, Silo et Jérusalem.

61Sur des montures peu confortables, de vagues sentiers, un soleil entêtant et une population au mieux surprise, sinon hostile, la traversée de la Samarie reste l’événement du pèlerinage en dehors des manifestations de Jérusalem. Le miracle s’est bien produit puisque, malgré les multiples mis en garde, les 500 croisés arrivèrent à Jérusalem, fatigués et sales, mais sains et saufs.

62Le vendredi 12 mai, huit jours après le débarquement à Caïffa, les pèlerins de Samarie arrivent en vue de Jérusalem, moment de la réunion des trois groupes et d’une entrée officielle et solennelle dans la Ville Sainte.

63La vue et l’entrée à Jérusalem sont pour le pèlerin les moments les plus intenses de sa pérégrination. Il en va de même pour ce pèlerinage avec le sentiment supplémentaire d’être à part, puisque membres de la 9e Croisade :

« À mesure que nous avançons nous ne faisons que monter et descendre, et les collines apparaissent nues et presque privées de végétation. A chaque instant nous nous attendons à voir paraître la Ville Sainte, mais une nouvelle montagne se présente plus pénible à gravir. Jérusalem est bien la figure du ciel, où l’on arrive qu’après une longue attente et par une voie rude et difficile. Cependant nos montures pressent le pas, nous arrivons sur une nouvelle hauteur, et tout à coup nous apercevons resplendissants sous les derniers feux du soleil, des murs, des maisons, des coupoles. Des minarets… quelle émotion ! Quel indicible bonheur ! C’est Jérusalem, la sainte ! Que n’ai-je pu mettre pied à terre et me prosterner ! Mais nous formons un grand cercle pour chanter en groupe le “ Loetatus sum…” Je me suis réjoui… nous allons dans la maison du Seigneur »41.

64« L’instant céleste » pour les mille croisés arrivés dans l’espace divin est la procession de la porte de Jaffa, appelée porte des pèlerins, et le Saint Sépulcre, après la pénitence la plénitude :

« Ce n’est point une armée de conquérants avec l’éclat des trompettes et le cliquetis des armes. C’est l’armée pacifique des soldats de Jésus Christ […] La Croix et le Rosaire, voilà les armes qui brillent dans nos mains et sur nos poitrines »42.

65Laissons à notre témoin privilégié le soin de retracer cette procession catholique :

« Nous marchons deux à deux et sur une longue file. La foule est immense. Tout Jérusalem est sur pied. Juifs, musulmans et schismatiques s’empressent. Les catholiques sont rayonnants de bonheur. C’est peut-être leur plus grand jour de triomphe depuis que Jérusalem fut reprise sur les croisés […] Le cortège s’organise en procession. Les troupes turques la protègent. Le pacha est là pour saluer la France catholique. Le consul français s’y trouve avec ses janissaires. On se met en marche. M. de Belcastel, l’orateur catholique, tient la tête avec l’oriflamme du Sacré Cœur qu’il porte avec une fierté patriotique. Le pavillon national flotte à ses côtés.
On entonne les hymnes et cantiques. Plus de mille poitrines chantent le Te Deum et le Magnificat »43.

66C’est la prise de Jérusalem par les croisés pacifiques !

67Le Père Picard et les religieux de l’Assomption ont certainement l’impression à cet instant d’avoir atteint ce royaume de Dieu, par cette prise de possession pacifique de la Ville Sainte. Toutes les populations locales sont reléguées au second rang, même les catholiques orientaux ralliés à Rome, et il n’existe plus que ces francs, fils de la « vraie religion », rejetés d’une terre gouvernée par des « barbares » (selon l’expression de Frédéric Ozanam), et qui trouve en cet instant surnaturel les récompenses à leur pénitence et a fortiori à la force de leur foi. Malheureusement pour eux, la procession finie, la réalité se redessine, montrant que mille pèlerins, aussi imposants soit-ils, ne représentent que peu dans une ville à majorité juive et dans un territoire à forte majorité musulman.

68Comment se passe le séjour à Jérusalem ?

69Jérusalem ne possède pas ni hospices ni hôtels capables d’accueillir la totalité des pèlerins, aussi vont-ils se répartir dans les différentes maisons catholiques de la ville : le Patriarcat, le couvent des Franciscains, l’hospice autrichien, Sainte Anne, le couvent de l’Ecce Homo des Sœurs de Notre-Dame de Sion, la Maison Saint-Pierre de Sion, l’école des Sœurs de Saint-Joseph, l’école des Frères des Écoles Chrétiennes, la maison des Grecs unis. Tous ces établissements se trouvent à l’intérieur de la ville, à l’exception de la maison de Saint Pierre qui est à environ 20 minutes de la porte de Jaffa. Une autre maison fut souvent fréquentée, c’est l’hôpital Saint-Louis, premier hôpital catholique français en Palestine construit par Mme de Piellat et son fils. Le docteur Sabadini, français, attaché à cet établissement, accompagne le pèlerinage tout au long de son périple.

70Il apparaît ainsi que toutes les congrégations ont prêté un concours chaleureux à l’hébergement, au départ impensable, de 1 000 pèlerins. Elles eurent certainement à cœur, de participer à ce formidable déploiement catholique, sur une terre qui leur a longtemps été hostile.

71Le programme à Jérusalem s’oriente vers tous les Lieux Saints de la ville, en priorité le Saint Sépulcre, lieu de la crucifixion, de la mort et de la résurrection du Christ, le Mont des Oliviers, le Mont Sion, la Via Dolorosa. À cela il faut ajouter des visites aux différentes communautés catholiques de la ville, et en priorité aux autorités que sont le Patriarche, Mgr Bracco et le Custode de Terre Sainte, gardien des Lieux Saints depuis la chute de Jérusalem et la fin des royaumes chrétiens. C’est également une succession de messes pour les prêtres dont le rêve est de célébrer la messe à Jérusalem et plus particulièrement au Saint Sépulcre.

72Sont également organisées pendant ce séjour à Jérusalem, des excursions pour la journée à Bethléem, distante de 6 kilomètres de la Ville Sainte, où seule la basilique de la Nativité est visitée.

73Pour les plus téméraires une excursion est proposée à Jéricho et au bord de la Mer Morte ainsi qu’à Hébron. Peu nombreux furent les pèlerins à s’y rendre, et on n’y déplora aucun accident. Dans le programme du pèlerinage il a été fait la proposition de cette excursion mais seulement pour les plus résistants : « Les plus robustes pourront entreprendre le pèlerinage du Jourdain et de la Mer Morte, mais on ne le conseille pas »44.

74Le mardi 30 mai, c’est le départ de Jérusalem en direction de Jaffa où croisent les deux « basiliques flottantes » qui lèvent l’encre le 31 mai. Huit jours plus tard c’est l’arrivée à Marseille qui se termine par un Te Deum à Notre-Dame de la Garde.

75Qui sont ces croisés pacifiques, ces mille pèlerins de la 9e croisade dont le nom sera auréolé de gloire aux yeux des pèlerins futurs ?

76Le Père Picard est l’infatigable chef des pèlerinages assomptionnistes et plus encore de ce dernier. Trois personnes apparaissent en priorité, qui par leur nom et leur dévouement sont les vrais organisateurs du pèlerinage : M. Tardif de Moidrey, Bernard Bailly et le Comte de Piellat. Le premier doit en priorité sa célébrité à son frère, décédé en 1880, et premier inspirateur d’un pèlerinage en Terre Sainte, et surtout pèlerin et prédicateur infatigable sur la montagne de La Salette. Il sera dès le mois de mars 1882 en Terre Sainte pour préparer la venue de 500 pèlerins qui seront en fait 1 000. Le deuxième personnage doit également sa célébrité à son nom de famille, avec d’abord un père à l’origine des Conférences de St Vincent de Paul, et deux frères assomptionnistes de premier plan, puisque le premier deviendra la plume de la Croix mais également l’organisateur de la plupart des pèlerinages en Terre Sainte jusqu’en 1910, à l’exception de celui de 1882. Le deuxième frère, Emmanuel, membre de la croisade de 1882, deviendra, à la mort du Père Picard en 1903, le supérieur de la congrégation. Le troisième personnage doit sa renommée à sa fortune et à son dévouement inlassable pour les œuvres catholiques de Terre Sainte. Pèlerin en 1874, il va rapidement s’établir à Jérusalem où il va construire l’hôpital Saint-Louis et acheter de nombreux terrains susceptibles d’accueillir des communautés religieuses. Ayant acquis une bonne connaissance des usages de ce pays, il développe une grande énergie à l’organisation pratique du pèlerinage que cela soit en Galilée ou à Jérusalem.

77Sur 930 pèlerins que nous avons pu recenser, on dénombre 425 religieux et 505 laïcs dont 246 femmes. Concernant l’origine géographique des pèlerins, la plus forte communauté vient du diocèse de Paris, avec 53 membres, puis de l’Aveyron avec 21 membres, du Nord, de Lyon et du Pas de Calais. Concernant les pèlerins étrangers, on en dénombre 27, sans prendre en compte les 18 personnes d’Alsace-Lorraine qui sont considérées comme Français ! La plus grande communauté vient de Belgique, suivie de la Suisse, de l’Espagne, de l’Italie…

78Les 425 religieux viennent d’horizons bien différents, entre séculiers et réguliers. Ces derniers sont issus de 25 congrégations différentes. Il semble que pour nombre d’instituts c’est l’occasion d’un premier rapport avec la Terre Sainte et la perspective éventuelle d’une installation sur cet espace sacral. On trouve présent les Carmes déchaussés, les Bénédictins, les Dominicains45, les Capucins, les Jésuites, les Maristes…

79Parmi les séculiers, on ne compte pas d’évêques en exercice malgré leur soutien à cette entreprise (la durée du voyage étant peut-être une explication ?). Il est cependant à noter la présence de Mgr Castillon évêque de Dijon en 1885, ainsi que le prélat du Pape, Mgr Baud. Si l’absence d’évêques est totale, de nombreux vicaires généraux ou chanoines sont présents. À ces hommes de premier plan dans leur diocèse, succède la cohorte de prêtres de paroisses qui ont participé au pèlerinage en grande partie grâce aux souscriptions46. Sur plus de deux cents pèlerins qui ont pu obtenir un trajet à titre gratuit, la majorité des places est allée à des religieux en raison des demandes des donateurs en faveur de prêtres peu fortunés. On peut simplement signaler qu’ils viennent de toutes les parties du pays mais plutôt de la France rurale.

80Parmi les 425 religieux recensés, un seul ne rentrera pas, c’est l’abbé Rouèche, curé de Chèvremont (Haut-Rhin) mort sur la Guadeloupe durant la traversée.

81Les laïcs représentent l’autre moitié des pèlerins.

82Dans les comptes rendus du pèlerinage, il est surtout mis en avant l’élite de la société participant à cette croisade pacifique, ceux qui logent en première classe, à l’image de cette scène qui se veut d’une grande égalité chrétienne : « Sur la Picardie, on demanda des servants, hommes de bonne volonté, pour activer le service des tables – en un mot, pour se faire domestiques. Aussitôt on s’offrit en nombre. On était tout ému d’être servi par des hommes du plus haut rang, par des prêtres. Aujourd’hui, s’écriait le commandant tout impressionné, j’ai reçu un honneur que n’ont pas eu et que n’auront jamais nos plus grands ministres. J’ai été servi à table par M. de Belcastel, M. de Lacroix, M. de l’Epinois… 47».  

83Il ne nous est pas possible de connaître les membres qui logent en deuxième ou troisième classe, si ce n’est à travers des traits particuliers ou anecdotiques. Ces remarques sont souvent pour illustrer un bon chrétien comme Jean-Baptiste Laroudie « vrai Benoît Labre, qui sera quatre fois pèlerin, et qui mourut en odeur de sainteté au moment d’entreprendre son cinquième pèlerinage en 1889 »48 ou un repenti : « Nous reçûmes un brave gendarme venu à pied pour expier d’avoir été employé aux expulsions des religieux ; en vrai pénitent, il coucha toutes les nuits sans matelas, sur la planche »49.

84Concernant la présence des femmes, le nombre de 246 soit près du quart du pèlerinage, montre l’évolution des caravanes qui n’ont commencé à accepter des pèlerines que 14 ans plutôt. En 1882, elles font pleinement parties de la pérégrination en direction de la Terre Sainte, et même si le Père Picard a craint un temps la présence de couples, il ne fut jamais question de limiter le pèlerinage aux seuls hommes. Parmi les pèlerines, il s’agit en majorité de célibataires, 179 sur 246. Ce chiffre peut s’expliquer par le fait que ce sont de jeunes filles ou des dames qui accompagnent un membre de leur famille ou le prêtre de leur paroisse.

85Outre une présence non négligeable de laïcs fortunés, on peut affirmer qu’il s’agit bien d’un pèlerinage populaire, avec en particulier les deux cents pèlerins bénéficiaires des souscriptions, et, même pour les plus argentés, une volonté de faire taire les distinctions sociales qui peuvent exister en France. Nous sommes ainsi loin des caravanes de la rue de Furstenberg composées plus de touristes religieux que de pénitents.

86Pour conclure sur ces pérégrinations à travers la Palestine, il est intéressant de s’attarder sur les liens qui se nouent entre les pèlerins et la population locale.

87Du côté des Français résidants en Palestine, religieux ou non, on attend avec une certaine inquiétude les croisés, qui de deux à trois cents vont se révéler être plus de 1000 :

« des préparatifs se font dans les maisons religieuses pour recevoir nos compatriotes. Le Patriarche, les Franciscains, le Recteur de l’hospice autrichien, les Pères de Sainte-Anne, le R. P. Ratisbonne et les Sœurs de Sion, le Vicaire du Patriarche, les catholiques et les Frères des Écoles Chrétiennes, enfin les Sœurs de Saint-Joseph rivalisent d’entrain et de zèle pour préparer à nos pieux pèlerins l’hospitalité la moins incommode possible50. »

88Du côté du Consulat de France, de l’Ambassade à Constantinople et du Ministère, les télégrammes sont nombreux tout au long des mois d’avril et mai 1882 dévoilant l’inquiétude des autorités concernant les risques de débordement antigouvernementaux de certains pèlerins. Une autre inquiétude apparaît rapidement devant la volonté de la moitié du pèlerinage de rejoindre Jérusalem depuis la Galilée par la Samarie : « Vu Père Alexandre – Projet de venir à Nazareth par Naplouse à Jérusalem avec 500 pèlerins est considéré par tous gens connaissant pays comme impraticable. Mon devoir est de vous exprimer persuasions que vous risquez insuccès et désastre »51. Une lettre du Ministère des affaires étrangères au Consul Langlais, à la fin du pèlerinage se félicite tout de même de la réussite du pèlerinage sans accorder un satisfecit aux religieux de l’Assomption : « Je me félicite avec vous de ce qu’une manifestation religieuse et patriotique qui ne laissait pas de présenter quelque danger par suite de l’esprit aventureux des organisateurs s’est effectué sans incident fâcheux »52.

89Concernant la « traversée miraculeuse » de la Samarie, l’inquiétude résidait dans l’accueil de certaines populations jugées hostiles aux chrétiens, en particulier à Naplouse, l’abbé Mourot, « héroïque croisé » démontre le contraire :

« Le soleil commençait à disparaître quand nous entrâmes à Naplouse. Notre arrivée au milieu des habitants fit sensation : tous les regards étaient fixés sur nous. On nous avait dit que la population de Naplouse était fanatique, ennemie des chrétiens et surtout des Francs ; nous n’avons rien remarqué d’hostile ni même d’antipathique dans son attitude. […] Nous allons terminer cette journée dans notre campement, où la table commune est dressée dans le lieu où campa jadis Abraham. Une foule de Turcs de tout âge nous entourent avec curiosité pour nous voir manger à l’européenne ; leurs yeux se portent surtout sur nos couteaux et nos fourchettes, dont ils contemplent la manœuvre avec étonnement. Nous passons dans leur esprit pour les plus ridicules et les plus sauvages de tous les hommes »53.

90L’entrée à Jérusalem que nous avons brièvement décrite est un des moments forts de la présence croisée dont les buts sont de montrer la supériorité de la religion catholique et de la France en ce moment que l’Histoire avait oublié depuis de trop nombreux siècles.

91La Croix et le Pèlerin, comme de nombreux récits de pèlerinages, se font l’écho de cette « prise de Jérusalem par les croisés pacifiques du xixe siècle » et de ce formidable impact (apparent) que ce pèlerinage de catholiques français a eu sur les populations locales :

« Un père Franciscain qui sait l’arabe entend un musulman dire, la veille de son départ de Jérusalem, à un prêtre schismatique : Maintenant, nous voyons quels sont les bons chrétiens et les vrais pèlerins. Vos pèlerins, à vous, quand ils viennent ici, c’est une comédie, ils ne prient pas, ils vont en troupeaux […]. Les catholiques sont de vrais pèlerins, qui croient et qui prient. Le prêtre schismatique parut fort vexé54. »

92L’abbé Mourot décrit également en ces termes la vision de ces légions de croisés par les populations locales :

« Les Grecs murmuraient entre eux : Décidément cela vaut mieux que nos douze mille Russes qui viennent tous les ans promener leurs guenilles sordides […] Et les Juifs eux-mêmes semblaient dire : « Décidément ce Jésus que nos pères ont crucifié était bien le fils de Dieu ; il n’y a qu’un Dieu pour inspirer un pareil amour ! Depuis la reprise de Jérusalem en 1187, on n’avait pas vu semblable spectacle d’une procession de latins chantant librement leurs cantiques à travers la Ville Sainte55. »

93Même le Consul de France semble impressionné par cette démonstration de force des catholiques intransigeants :

« [Les pèlerins] sont entrés processionnellement au Saint Sépulcre ayant pour tous emblèmes, une bannière de la Vierge et des drapeaux tricolores. Nous n’avons jusqu’ici qu’à nous féliciter de leur esprit et de leur tact. Effet produit excellent. Population vivement impressionnée. Autorités locales très bienveillantes56. »

94Les récits de pèlerins, hormis la procession à Jérusalem, font peu cas des populations locales, si ce n’est les religieux ou religieuses catholiques mais qui sont pour la plupart de nationalité française ! Il n’est ainsi fait référence que de manière anecdotique aux habitants orthodoxes, musulmans ou juifs de Palestine. Ainsi, à la lecture de ces témoignages, l’impression qui se dégage est une présence forte des latins en Terre Sainte, alors qu’ils ne représentent que quelques milliers d’individus, principalement répartis à Jérusalem ou Bethléem. Dans le même temps, les musulmans qui sont très fortement majoritaires sur l’ensemble du territoire de Palestine et les Juifs dans la ville de Jérusalem sont passés quasiment sous silence57.

L’âge d’or de la présence française et latine

95L’appel d’Urbain II au Concile de Clermont en 1095, pour aller délivrer le tombeau du Christ, lance le Royaume de France et toute la chrétienté d’Europe occidentale sur la via Dei. Au fil des siècles, le terme de croisade va se remplir de vertu et devenir l’un de ces mots sacrés dont l’évocation ressuscite les exploits des Francs. La France, fière de ses valeureux chevaliers présents pendant deux siècles en Palestine, va au cours des siècles suivants occuper une place prépondérante dans cette région ottomane. François Ier et Soliman le Magnifique signent en 1535 les capitulations qui visent en priorité à assurer la protection des commerçants français et par extension des chrétiens se réclamant de Rome. Ce sentiment de nation privilégiée va se trouver renforcé par l’épopée de Napoléon Bonaparte en Orient qui invente l’idée de mission civilisatrice. Malgré l’échec de son épopée égyptienne et encore plus palestinienne, la France laisse une nouvelle trace sur cette terre sacrale. Chateaubriand est ainsi surpris en traversant les montagnes de Judée pour rejoindre Jérusalem d’entendre de jeunes bédouins parler français : « Tout à coup je fus frappé de ces mots prononcés distinctement en français : « en avant : Marche ! » Je tournai la tête, et j’aperçus une troupe de petits Arabes tout nus qui faisaient l’exercice avec des bâtons de palmiers […] voir de petits Bédouins dans les montagnes de la Judée, imiter nos exercices militaires et garder le souvenir de notre valeur ; les entendre prononcer ces mots […] il y aurait eu de quoi toucher un homme moins amoureux que moi de la gloire de sa patrie ».58

96Le xixe siècle s’annonce comme l’âge d’or de la présence et de la primauté française dans l’Orient méditerranéen. Durant ce siècle colonisateur, où la Grande-Bretagne et la France vont rivaliser pour étendre leurs frontières sur les cinq continents, la Palestine, terre ottomane, mais aussi terre du Christ a pour la France, vieille nation chrétienne et croisée les yeux de Chimène. L’occupation de la Palestine, au cours des années 30, par le fils de Muhammad Ali, ami de la France, puis l’ouverture en 1843 d’un consulat français à Jérusalem va conforter la France dans sa position de pays privilégié, d’autant plus que Rome rétablit le patriarcat latin de Jérusalem dont le représentant Mgr Valerga s’avère francophile. Enfin, la Guerre de Crimée permet à la France victorieuse d’écarter ses rivaux européens et en particulier la Russie tsariste.

97La IIIe République, anticléricale à l’intérieur du territoire français mais pas à l’extérieur hérite d’une situation des plus favorables, d’une période où la France catholique, par le biais de ces congrégations, ne cesse de développer ses œuvres à travers l’Empire ottoman. La France républicaine, sortie renforcée du Traité de Berlin, peut affirmer sa prédominance dans une Palestine devenue une terre de conquêtes pour toutes les nations européennes.

98L’année 1882, date du premier Pèlerinage Populaire de pénitence, apparaît comme l’apogée de cet âge d’or tant du point de vue religieux que politique.

99Lorsque les mille croisés débarquent de leur « basilique flottante » le 5 mai 1882 à Caïffa, c’est l’arrivée de pèlerins, fiers de leur catholicisme et de leur patrie. Gabriel de Belcastel, député légitimiste, catholique intransigeant et membre de la « 9e croisade » retrace de manière exaltée ce sentiment de fierté de représenter la religion de Rome et la fille aînée de l’Église : « Là-bas, sur le sol du vieil Islam que le cimeterre a tant de fois labouré, sous le regard des infidèles fascinés, non seulement, pour la première fois depuis les croisades, la croix, au sommet de la bannière des pèlerinages est entrée fièrement dans Jérusalem, aussi haut que ce bras pouvait la dresser, à côté du drapeau français ».59

100Du point de vue de la religion catholique, la présence des communautés françaises en Palestine et en particulier à Jérusalem est de loin la plus importante. Les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition sont les « pionnières » en 1848, suivies des Sœurs de Notre-dame de Sion, des Dames de Nazareth… Les communautés masculines se sont installées quelques années plus tard avec les Frères des Écoles Chrétiennes en 1876, suivi des Pères Blancs…60. En 1882, la totalité des instituts féminins présents en Palestine, à l’exception des Sœurs du Rosaire sont français, et largement majoritaire chez les religieux malgré le rôle prépondérant des Franciscains, gardiens des Lieux Saints depuis les croisades et dont les sentiments français sont fluctuants. !

101Les pèlerins arrivent en mai 1882 à Jérusalem dans une cité où la place de la France est omniprésente ce qui va permettre d’héberger mille personnes dans une ville qui à cette date ne possède qu’un hospice catholique pour pèlerins et de rares hôtels.

102Les nombreux bâtiments de Jérusalem où flotte le drapeau français confirment cette prédominance des œuvres françaises. Le plus bel exemple va être, suite aux succès des premiers Pèlerinages de Pénitence, la construction par les Assomptionnistes de Notre-dame de France, un hospice pour pèlerins, installé hors les murs mais dominant la ville. Ce bâtiment devient très vite un symbole pour la Jérusalem latine comme l’atteste Dominique Trimbur : « En érigeant ND de France, Paris et les Assomptionnistes ont eu le souci de montrer à toute la population de Jérusalem (autorités locales, confessions rivales, population indigène) comme au Saint-siège, que la France était bien la puissance étrangère en Palestine, fière et durable héritière de la tradition croisée, pourvoyeuse de bonnes œuvres et protectrice toute puissante des catholiques de Terre Sainte » 61.

103La France et les latins peuvent également s’appuyer sur un pape francophile, Léon XIII, toujours prêt à encourager les initiatives françaises sur la terre du Christ. D’autre part, la langue française est devenue la langue la plus usitée parmi les lettrés de Palestine comme chez la majorité des chrétiens ce que la revue de l’Œuvre des Écoles d’Orient attribue aux communautés religieuses : « Des moines et des congrégations continuent à y prendre les enfants en bas âge pour leur apprendre à murmurer le nom de la France à côté de celui de Dieu »62.

104D’un point de vue politique, la France, du fait de son statut issu des capitulations, reste la protectrice des catholiques de l’Empire ottoman, même si sa situation se fissure. Malgré les vicissitudes de la politique française, ballottée d’un régime à un autre, la France continue d’avoir un regard attentif aux affaires d’Orient et malgré toutes les maladresses des gouvernements successifs de Guizot à Gambetta, sa situation est de premier ordre en Palestine et à Jérusalem. La guerre de Crimée a en particulier permis à la France victorieuse d’obtenir certaines faveurs de la part de la Porte comme l’église Sainte-Anne de Jérusalem qui devient territoire national et véritable lieu de mémoire français : « ce lieu de mémoire, c’est d’abord une petite France à Jérusalem. Sainte-Anne le devient par la réunion des Français de la ville, dès les premiers temps. Mais l’église est aussi le lieu où se rencontrent “la France qui reste” et “La France qui passe” au moment des pèlerinages français63. »

105Le choix des consuls de France à Jérusalem est toujours soigneusement étudié, permettant d’avoir un représentant attentif aux intérêts de la France tant du point de vue religieux que catholique. Charles Ledoulx, consul de 1885 à 1898, en est un bel exemple.

106Ainsi, la « 9e croisade », dans sa quête de la Jérusalem céleste, trouve au moins une Palestine latine acquise à la cause française mais dont le déclin apparaît proche.

107Les nations européennes, après avoir négligé la terre palestinienne au cours de l’Époque moderne, lui redécouvrent au cours du xixe siècle de multiples charmes entre ambition coloniale et religieuse. La France se voit confrontée aux appétits anglais, allemands et russes, tous désireux d’une prééminence religieuse (protestante, catholique ou orthodoxe) et politique devant l’état de déliquescence du pouvoir ottoman.

108La République anticléricale a de plus en plus de difficultés à soutenir sa double politique antireligieuse à l’intérieur et de soutien aux congrégations à l’extérieur ce que rapportent les Échos d’Orient :

« La France, malgré l’énergie si intelligente de son ambassadeur à Constantinople, malgré la fermeté de son Consul Général à Jérusalem, étant athée chez elle, perd toute influence là-bas. Quand elle veut défendre ses congrégations ou les droits des catholiques, on lui répond : “Voilà ce que disent vos ministres ; on viole bien autrement les droits des congrégations chez vous ; on y méprise plus que nous le Pape dont vous prétendez soutenir les droits ici”64. »

109Les dernières années du xixe siècle voient en particulier les capitulations devenir obsolètes devant la volonté des Allemands, des Autrichiens et autres nations catholiques européennes de remettre en cause ce privilège fait à la France. L’ensemble des autorités catholiques ont beau s’alarmer de cet état des choses, le vent semble tourner faisant fi des appels des plus hautes autorités du catholicisme français comme Mgr Langénieux, prélat du pape au Congrès eucharistique de Jérusalem en 1893, archevêque de Reims : « La France catholique ne se résoudra jamais à perdre ce glorieux privilège que tant de sang versé et tant de services rendus ont si pleinement justifié dans les siècles passés.65 »

110D’un point de vue politique, sous couvert d’ambition coloniale, la France se retrouve face à la première puissance coloniale du monde l’Angleterre qui petit à petit grignote des zones d’influence principalement au détriment de la France. Cependant le plus grand danger va venir de l’Allemagne et de son empereur Guillaume II qui, s’étant rapproché d’Istanbul, a de grandes ambitions en Orient. Son voyage à Jérusalem en 1898 fait naître, à juste titre, de grandes craintes pour l’avenir oriental de la France. Les Échos de ND de France s’alarment de cet appétit non dissimulé des puissances européennes :

« La Russie n’épargne rien, absolument rien, pour s’établir en souveraine des Lieux Saints. L’Allemagne est l’amie du sultan. Elle lui a rendu des services ; elle prétend que ces services lui soient largement payés en Palestine où elle veut paralyser la France et contrarier la Russie […] Le Csar, de son côté, envahit peu à peu le Saint-Sépulcre.66 »

111La venue triomphale de Guillaume II à Jérusalem en 1898 semble avoir été « le coup de grâce » pour une France trop sûre de son histoire et qui n’a pas su contrer le danger que représentait les ambitions des autres puissances européennes en Palestine

112Le pèlerinage de mille catholiques français en Terre Sainte, cet espace sacral devenu le refuge ultime pour des croyants, originaires d’un pays qui ne croit plus en Dieu, apparaît comme cette ultime croisade, ce dernier coup d’éclat de ces glorieux Francs presque à terre.

113Délaissée pendant des siècles, Jérusalem est redevenue chère au cœur des catholiques grâce à Chateaubriand et à ses pèlerins aisés qui tout en découvrant les charmes de l’Orient incitèrent les croyants français à redécouvrir la cité du Christ, oubliée au profit de la ville de Saint Pierre. Les difficultés matérielles vont progressivement s’estomper au fur et à mesure que l’Europe s’intéresse à cette extrémité méditerranéenne laissant de côté les chemins chaotiques pour faire place aux routes et voies ferrées permettant d’arriver à Jérusalem en train. La pénitence du pèlerin en est facilitée, oubliant la montée sur Jérusalem et la découverte de la ville au son du cantique Loetatus sum, remplacé par « Jérusalem, terminus ! ».

114La caravane de 1882 est l’aboutissement de dizaines de pèlerinages organisés par les Assomptionnistes à travers la France et l’Europe. Elle est organisée dans la perspective d’atteindre après une si longue période de pénitence commencée en 1870 la Jérusalem céleste, terre originelle du catholicisme. Le Père Picard et les organisateurs du pèlerinage ont le sentiment d’accomplir une croisade expiatoire au lieu même de la terre rédemptrice pour implorer Dieu de pardonner à la fille aînée de l’Église et permettre aux catholiques intransigeants de restaurer les pouvoirs de Dieu dans une France devenue païenne.

115La démonstration de force que les mille croisés produisent en Terre Sainte est réelle, se voulant inédite depuis l’entrée de Godefroy de Bouillon à Jérusalem en 1098, mais unique puisque aucun autre pèlerinage ne sera capable d’atteindre ce nombre. Le pèlerinage de 1882 apparaît donc bien comme l’ultime croisade, cet événement qui aurait pu permettre aux catholiques français de restaurer leur religion dans la société, mais qui n’a que masquée temporairement la perte d’influence du catholicisme dans la société française tout comme en Palestine.

116La 9e croisade fut le baroud d’honneur de catholiques intransigeants et légitimistes qui fiers de leurs ancêtres croisés ne parviennent plus à comprendre cette France qui les abandonne, qui délaisse la terre originelle au profit de nations schismatiques. Le xxe siècle ne fera qu’amplifier cette situation, où les acquis ancestraux de la France ne seront plus que dans la mémoire des historiens.

Haut de page

Notes

1 Nathalie Clausse, Récits de voyages en Terre Sainte (1820-1870), Thèse de doctorat, Université des sciences humaines de Strasbourg, 1994, p. 79.
2 René de Chateaubriand fait un périple de 11 mois autour de la Méditerranée dont le but est Jérusalem même s’il ne consacre que cinq jours à la Ville Sainte sur l’ensemble de son périple. Il semble avoir été plus touché par les dieux grecs que par le Saint-Sépulcre !
3 François-René de Chateaubriand, Œuvres romanesques et voyage, Tome II, Paris, Gallimard, 1969.
4 Fernande Basson, Chateaubriand et la Terre Sainte, Paris, PUF, 1959, introduction.
5 François-René de Chateaubriand est en ce début de siècle un homme de lettres en pleine ascension, auteur du Génie du christianisme, qui va faire de lui le porte-flamme de religion catholique après les égarements de la Révolution française. En 1811, la publication de son Itinéraire confirmera son statut d’écrivain catholique.
6 Pierre Maraval dans ses Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient, Éditions du Cerf, 1996, indique que la chronique du pèlerin de Bordeaux en 333 est le plus ancien récit de pèlerinage qui nous soit parvenu, « Nous ignorons son nom et sa condition […] on a supposé qu’il s’agissait d’un fonctionnaire impérial. Ce voyageur est en tout cas un authentique pèlerin, qui se déplace pour voir et vénérer des lieux qu’il tient pour saints ».
7 Fernande Bassan, op. cit., p. 74
8 Une première route sera tracé entre Jaffa et Jérusalem en 1869 et une voie de chemin de fer sera mise en place en 1892 permettant de rallier les deux villes en trois heures.
9 R. P. de Géramb, Pèlerinage à Jérusalem et au Mont Sinaï, Paris, p. 76-77.
10 Il quitte Paris le 13 juillet 1806 et arrive à Jaffa le 1er octobre 1806.
11 Bulletin de l’Œuvre des Pèlerinages, tome I (07/1856-10/1858), Archives assomptionnistes de Jérusalem.
12 René Rémond, Le Père François Picard et le P. Vincent de Paul Bailly dans les luttes de presse, Rome, Paul Castel, 1962, 527 p., p. 7.
13 Le choix du terme Assomption pour cette nouvelle congrégation tiendrait au fait que le collège nîmois où s’est décidé la création de ce nouvel institut avait sur la façade une plaque « A Notre-Dame de l’Assomption ».
14 Lucien Guissard, Les assomptionnistes d’hier à aujourd’hui, Paris, Bayard, p. 68.
15 Pierre Sorlin, La Croix et les juifs, Paris, Grasset, p. 21-22.
16 Le sanctuaire Notre-Dame-de-Grâce à Notre-Dame de Rochefort fut fréquenté assidûment par le Père d’Alzon qui prit l’habitude d’y emmener annuellement les élèves du collège de Nîmes qui font l’aller à pied et reviennent en train.
17 Gaëtan Bernoville, Emmanuel d’Alzon, un promoteur de la Renaissance catholique au xixe siècle, Paris, Grasset, p. 203-205.
18 Claude Soetens, Le Père d’Alzon, les Assomptionnistes, les pèlerinages, in Emmanuel d’Alzon dans la société et l’Église du xixe siècle, colloque d’histoire, sous la direction de René Rémond et Émile Poulat, Le Centurion, p. 307.
19 C’est au couvent des religieuses de l’Assomption à Auteuil qu’a lieu, le 24 janvier 1872, la première réunion de cette association qui prend le nom de Notre-Dame-de-Salut, du fait de la présence au couvent d’une statue médiévale d’une vierge à l’Enfant mutilée lors des troubles de la Commune.
20 En 1880, ils seront déjà 4600, et 20 000 en 1890.
21 Cinquantenaire de la Croix, fascicule interne, Archives assomptionnistes de Valpré.
22 Dès l’occupation de Rome par les troupes italiennes, le pape se considère comme prisonnier au Vatican, dépossédé de ses terres, qui s’étaient fortement rétrécies au cours du siècle, ne lui laissant que la souveraineté sur Rome. Il faudra attendre les accords du Latran en 1929 pour que la situation du pape soit clarifiée et que le Vatican devienne un État souverain.
23 Au sens strict, l’expression Ordre moral désigne les années qui s’écoulent entre la chute de A. Thiers le 24 mai 1873 et les élections d’octobre 1877. Ces années sont caractérisées par le développement d’une politique conservatrice, cléricale et monarchiste qui finit par échouer du fait de l’échec de la restauration monarchique (octobre 1873) et de l’implantation officielle du régime républicain (1875). Au sens large, l’Ordre moral caractérise un régime politique marqué par la lutte de plus en plus violente qui, de 1871 à 1880, oppose la France aristocratique, rurale, monarchiste, cléricale, à la France républicaine, laïque et en voie d’industrialisation.
24 Le comte de Chambord (1820-1883), appelé l’enfant du miracle, car dernier héritier mâle de la branche légitimiste, après la mort de Charles X. Il vécut dès l’âge de dix ans en exil et ne revint en France qu’en 1873 et de manière anonyme et rapide. Nombreux furent les royalistes à faire le voyage dans les années 1860-1870 pour le refuge de Frohsdorf : « Nous nous sentions à mille lieues de la France, ce château d’apparence claustrale, au fond de l’Autriche, avait un aspect morne et glacé ; on y vivait, figé dans une étiquette respectable, sans doute ; mais qui interceptait les bruits et jusqu’à l’air du dehors. Ce prince boiteux, cette princesse âgée, sourde et dépourvue de tout charme, malgré le désir évident de se montrer aimable, n’ayant su nous parler que de pèlerinages, tout cela nous bouleversa. Illusion, mysticisme, voilà ce qui régnait dans cet exil ! On se voyait au milieu de gens qui ont constamment rêvé et qui regrettent d’être interrompus dans leur sommeil. Hélas ! Pour les princes surtout, vivre loin de leur pays est le plus grand des maux. Le passé et les souvenirs les occupent trop ; ils n’ont pas appris à connaître le présent et ils n’envisagent guère l’avenir sans une sorte d’effroi qui les retient au moment où il faudrait prendre des résolutions définitives » M. de Sugny in Jean-François Chiappe, Le Comte de Chambord … et son mystère, Paris, Éditions Perrin, p. 262.
25 André Latreille, René Rémond, Histoire du catholicisme en France, Paris, Spes, p. 408.
26 « Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été dans le premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulières du dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du Genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ». Jean-Luc Maxence, Le secret des apparitions et des prophéties mariales, Paris, Éditions de Fallois, p. 18.
27 Le Pèlerin, n° 255, 1881.
28 Le Père d’Alzon décède le 21 novembre 1880. Le Père Picard, ancien élève de Nîmes, un des premiers disciples de la congrégation, grand meneur d’hommes, est la personne désignée pour remplacer le fondateur.
29 Le Pèlerin, n° 255, 1881.
30 En 1880, le régime républicain décrète une loi contre les congrégations non autorisées, dont les Assomptionnistes font partie.
31 Le Pèlerin, n° 255, 1881.
32 Ibid.
33 En 1880, une loi supprime l’obligation du repos dominical, en 1881, c’est l’une des lois fondamentales de J. Ferry instaurant l’école gratuite et le 28 mars 1882, un mois avant le pèlerinage en Terre Sainte c’est la « triste loi » instaurant l’école laïque, même si pour Charles Péguy le monde moderne commence à cette date ! Deux ans plus tard, c’est le rétablissement du divorce, et cinq après c’est l’obligation pour les religieux d’effectuer le service militaire. Autant de lois qui sont perçus comme des coups de poignard contre la France catholique.
34 Lettre du Père Picard aux pèlerins, Archives assomptionnistes de Rome, CL. U5 N21.
35 Le Pèlerin, n° 264, 1882.
36 Les indulgences plénières sont au xixe siècle fortement espérés et recherchés par les fidèles. C’est une remise de la peine temporelle encourue par les péchés. Au Moyen Âge, il faut accomplir une peine publique pour pouvoir être absous d’un péché. L’indulgence peut être plénière (c’est-à-dire générale comme c’est le cas ici, indépendant totalement de la volonté papale) ou partielle. Par conséquent, elle dispense totalement, ou en partie, le pécheur de cette peine. Elle était tarifée (pèlerinage, jeûne, prières, dons).
37 Le Pèlerin, n° 272, Lettre de Léon XIII à l’intention du Père Picard.
38 1er pèlerinage de pénitence, document interne, Archives assomptionnistes de Jérusalem.
39 Archives assomptionnistes de Rome, CLU 5 H22.
40 Abbé Alazard, En Terre Sainte, Rodez, p. 55-56.
41 Abbé Baldy, Journal d’un pèlerin en Terre Sainte, Archives assomptionnistes de Rome, UG, p. 22.
42 Abbé Mourot, La Terre Sainte et le pèlerinage de pénitence en 1882, Paris, p. 241.
43 Abbé Alazard, op. cit., p. 108.
44 Le Pèlerin, n° 264, 1882.
45 Dont le Père Mathieu Leconte, de Nantes, futur fondateur du couvent Saint-Étienne de Jérusalem.
46 Plus de deux cent pèlerins pauvres vont bénéficier de souscriptions faites par des catholiques qui ne peuvent ou ne souhaitent pas partir en Terre Sainte mais qui apportent un don pour permettre à un prêtre désargenté ou à un laïc de partir.
47 Le pèlerinage de 1882, Jérusalem, tome I, 1904-1905.
48 Ibid, p. 36.
49 Ibid, p. 37.
50 Les Missions catholiques, tome XIV, 1882, p. 223, Archives des OPM.
51 Télégramme du consul de Jérusalem Langlais au Père Picard à Marseille, en date du 23 avril 1882, MAE, Jérusalem –A-122-124.
52 Lette du ministère des Affaires étrangères au consul Langlais, le 5 juin 1882, MAE Jérusalem –A-122-124.
53 Abbé Mourot, op. cit., p. 211.
54 Le Pèlerin, n° 287, 1882.
55 Abbé Mourot, op. cit., p. 242.
56 Télégramme du consul de France à Jérusalem au ministère des Affaires étrangères, le 11 mai 1882, MAE, Jérusalem –A-122-124.
57 En 1882, la population totale de Palestine est de 462 000 habitants, dont 400 000 musulmans, 43 000 chrétiens et 15 000 juifs.
58 François-René de Chateaubriand, op. cit., p. 979.
59 La Croix, mars 1883, Archives assomptionnistes de Rome, A 137.
60 Annuaire de l’Église catholique en Terre Sainte, Franciscan Printing Press, 1999.
61 Dominique Trimbur, « Une présence française en Palestine : Notre-Dame de France », Bulletin du CRFJ, n° 3.
62 L’œuvre des Écoles d’Orient, 1889, p. 182.
63 Dominique Trimbur, « Sainte-Anne : lieu de mémoire et lieu de vie français à Jérusalem », in Chrétiens et société, xve-xxe siècles, n° 7, 2000, Centre André Latreille, Université Lyon-II.
64 Échos d’Orient, tome I, octobre 1897-octobre 1898, p. 170, Archives assomptionnistes de Valpré.
65 Échos d’Orient, tome II, octobre 1898-octobre 1899, p. 19, Archives assomptionnistes de Valpré.
66 Échos de Notre-Dame de France, n° 60, juin 1898.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Lamure, « Le premier pèlerinage populaire de pénitence en Terre Sainte », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 14 | 2004, 9-34.

Référence électronique

Bertrand Lamure, « Le premier pèlerinage populaire de pénitence en Terre Sainte », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 02 septembre 2008, Consulté le 01 octobre 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/118

Haut de page

Auteur

Bertrand Lamure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page