Navigation – Plan du site
Colloque

Jacques Faitlovitch et les Juifs d’Éthiopie : un centenaire

10-11 mars 2004, Jérusalem et Tel-Aviv
Lisa Anteby-Yemini
p. 89-92

Texte intégral

1Pour marquer le centenaire, jour pour jour, du premier voyage de Jacques Faitlovitch à la découverte des Falachas1 (juifs d’Éthiopie) le Centre de Recherche Français de Jérusalem en collaboration avec l’Institut Ben-Zvi et l’Université de Tel-Aviv a organisé une conférence intitulée Jacques Faitlovitch et les Juifs d’Éthiopie : un centenaire. C’est en fait un jeune étudiant de l’Université de Tel-Aviv, Haïm Admor, qui a pris l’initiative de mettre sur pied ce colloque. En effet, voilà près de trois ans que Haïm Admor tente d’inventorier et de cataloguer les documents inédits du fonds que renferme la collection Jacques Faitlovitch déposée à la bibliothèque centrale Sourasky de l’Université de Tel-Aviv. Bien avant lui, des éthiopisants du monde entier, tels Stefan Strelcyn et Max Wurmbrand, s’étaient déjà penchés sur ces documents rapportés des multiples voyages que Faitlovitch avait effectués en Ethiopie, mais sans nous en laisser un catalogue complet. Depuis 1969, un chercheur israélien, Itzhak Grinfeld, qui connaissait l’amharique, le guèze, le français, l’hébreu et le polonais entre autres, avait été chargé de cette tâche qu’il n’a pas, lui non plus, pu achever. Mais, au-delà de l’importance de ce fonds pour les études éthiopiennes, c’est au personnage même de Faitlovitch, l’une des figures les plus marquantes de l’histoire des juifs d’Éthiopie, que s’est consacré ce colloque.

2Souvent surnommé le « père des Falachas », Jacques Faitlovitch est l’homme qui a certainement œuvré le plus durant sa vie pour la cause de ses « frères noirs » qui vivaient en Abyssinie et qui, indirectement, a contribué à leur immigration en Israël. Né à Lodz en 1881, il part faire des études à Paris et se spécialise dans les langues sémitiques, en particulier avec Joseph Halévy, professeur de guèze à l’EPHE. Sous l’influence de son maître Halévy, qui avait déjà entrepris un voyage chez les Falachas2, il se passionne pour ces juifs lointains et part en 1904 à leur rencontre, financé par le baron de Rotschild. Faitlovitch écrira un premier rapport à son retour3 et repartira à nouveau en 1908, rédigeant à la suite un ouvrage détaillé4. Il se rendra onze fois chez les Falachas et rapportera des dizaines de manuscrits, objets et livres falachas et rédigera des rapports qui restent encore une source d’informations ethnographiques pour les chercheurs d’aujourd’hui. Mais surtout, Faitlovitch se donnera comme mission de « normaliser » le judaïsme pré-rabbinique des Falachas et tentera de mettre en place une élite locale en envoyant des jeunes garçons étudier en Europe pour revenir enseigner dans leurs villages. Enfin, il créera des comités pro-falachas et mobilisera la communauté internationale pour encourager l’immigration de cette communauté vers la Palestine et plus tard vers Israël. Son rêve ne se réalisera que 80 ans après sa première rencontre avec les Falachas, qui commenceront à émigrer en masse vers Israël au début des années 1980 et 1990.

3La première journée du colloque, tenue à l’Institut Ben-Zvi de Jérusalem, est consacrée à l’époque qui précède l’arrivée de Faitlovitch chez les Falachas, les controverses entre Faitlovitch et ses adversaires et l’impact de son travail. Dans une première session intitulée « Avant Faitlovitch », Leonardo Cohen (Université de Haïfa) présente un document du missionnaire portugais Mendes qui rapporte une audience octroyée à un juif nommé Salomon à la cour de l’empereur Suseynos en 1627. Puis Steven Kaplan (Université hébraïque de Jérusalem) expose la généalogie de la famille Flad, l’une des familles de missionnaires protestants les plus actifs parmi les Falachas dès 1865 dont les parents, les enfants, leurs époux, les petits-enfants et leurs propres époux continueront cette activité de prosélytisme jusqu’au milieu du xxe siècle. Enfin, une communication sur le personnage de Joseph Halévy montre que ses origines hongroises ont joué un rôle important dans la vision nationaliste-juive (Y. Tsur, Université de Tel-Aviv) de ce maître de Faitlovitch. Une seconde session porte sur la controverse entre Jacques Faitlovitch et le rabbin Haïm Nahoum, à la tête d’une contre-mission pour démontrer que les Falachas n’ont aucun lien avec le judaïsme (H. Admor, Université de Tel-Aviv) et sur les interprétations divergentes entre Jacques Faitlovitch et Aaron Aescoly concernant les pratiques religieuses des juifs éthiopiens (Yosi Ziv, Université de Bar-Ilan). Puis E. Trevisan-Semi (Université Ca’Foscari de Venise) a montré le rôle qu’ont joué le pan-hébraïsme de Faitlovitch et de N. Sloushtz ainsi que le discours des nidhe israel dans l’étude des Falachas ; S. Weil (Université hébraïque de Jérusalem) a elle exposé la vision orientaliste que Faitlovitch donnait de ses élèves éthiopiens, en particulier à travers ses photos. Pour finir, L. Anteby-Yemini (CNRS, IDEMEC) conclut par une conférence sur les relations culturelles et diplomatiques franco-éthiopiennes et l’essor des études éthiopiennes en France dont Faitlovitch est aussi l’un des instigateurs.

4La seconde journée, qui s’est déroulée au département d’Histoire du Moyen-Orient et de l’Afrique à l’Université de Tel-Aviv, examine le rapport entre Faitlovitch et la culture Beta Israel ainsi que les documents dans le fonds Faitlovitch et se termine par la visite de la collection et par une conférence de clôture. Une première session s’ouvre avec une communication sur les changements dans les pratiques religieuses des juifs éthiopiens sous l’influence rabbinique de Faitlovitch (M. Corinaldi, Centre israélien pour les études académiques), suivie d’un exposé sur la liturgie des Beta Israel et son aspect musical (R. Atar, Université de Bar-Ilan) puis d’une présentation de l’ouvrage de Faitlovitch intitulé Proverbes abyssins et de son actualité aujourd’hui (H. Rosen, ministère israélien de l’Immigration et de l’Absorption). Une seconde session est consacrée aux documents du fonds Faitlovitch, que ce soit des missives de Faitlovitch lui-même (A. Teffera, Université hébraïque de Jérusalem), des manuscrits en guèze (B. Podolosky, Université de Tel-Aviv) ou des prières spécifiques à la liturgie Beta Israel (M. Hayon, Institut Schechter), démontrant la richesse de cette collection. D’ailleurs, suit une visite de la collection Faitlovitch présentée par H. Admor et nombreux sont ceux qui admirent pour la première fois les clichés de l’empereur Ménélik II ou les anciennes amulettes éthiopiennes qui y sont conservés. Pour clôre ce colloque, E. Trevisan-Semi (Université Ca’ Foscari de Venise) retrace l’itinéraire de Faitlovitch, de Lodz à Tel-Aviv, en montrant sa recherche constante d’un Orient mythique.

5En somme, ce colloque, avant tout tourné vers des spécialistes qui se préoccupent, de près ou de loin, du personnage de Faitlovitch, a eu en fait un grand retentissement en attirant un large public qui comprenait, entre autres, un ancien ministre de l’Immigration et de l’Absorption (Y. Tsaban), un ex-ambassadeur d’Israël en Ethiopie, nombre d’éthiopisants, des membres de la famille Faitlovitch, des petits-enfants des premiers disciples de Faitlovitch aujourd’hui immigrés en Israël, des qésotch (chefs religieux juifs éthiopiens) ainsi que plusieurs jeunes de la communauté éthiopienne qui commencent à s’intéresser à leur propre histoire et seront peut-être les têtes de file d’une nouvelle génération de chercheurs « indigènes ».

Haut de page

Notes

1 Le nom Falacha est considéré comme péjoratif par les membres de la communauté juive éthiopienne en Israël, bien que Faitlovitch ainsi que d’autres chercheurs de son époque aient utilisé ce terme dans leurs écrits pour désigner ce groupe qui se nommait lui-même Beta Esra’el, « maison d’Israël ».
2 J. Halévy, « Excursion chez les Falachas, en Abyssinie », Bulletin de la Société de géographie, 1869.
3 J. Faitlovitch, Notes d’un voyage chez les Falachas (Juifs d’Abyssinie). Rapport présenté à M. le baron de Rothschild, E. Leroux éd., Paris, 1905.
4 J. Faitlovitch, Quer durch Abessinien; meine zweite Reise zu den Falashas, M. Poppelauer Verlag, Berlin, 1910.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisa Anteby-Yemini, « Jacques Faitlovitch et les Juifs d’Éthiopie : un centenaire », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 14 | 2004, 89-92.

Référence électronique

Lisa Anteby-Yemini, « Jacques Faitlovitch et les Juifs d’Éthiopie : un centenaire », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 02 septembre 2008, Consulté le 01 novembre 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/126

Haut de page

Auteur

Lisa Anteby-Yemini

CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page