Navigation – Plan du site
État de la recherche

Les sionistes révisionnistes et l’Italie

Histoire d’une amitié très discrète (1932-1938)
Alberto Bianco
p. 22-45

Texte intégral

1Entre 1934 et 1938, en pleine période fasciste, des centaines de jeunes juifs du Betar1 arrivant d’Europe de l’Est et de Palestine suivent des cours à l’École maritime de Civitavecchia, une ville située à 70 kilomètres de Rome. Ce chapitre de l’histoire du mouvement révisionniste est peu ou très mal connu des historiens, sauf de ceux qui se sont penchés en particulier sur l’histoire de ce mouvement dirigé par Vladimir Zeev Jabotinsky2. La présence de sionistes du Betar en Italie est d’autant plus surprenante que le régime fasciste, à partir de 1934, commence à se rapprocher du monde arabe, et entre en contact avec les nationalistes arabes dont Shakib Arslan et le mufti de Jérusalem. Si l’on consulte la presse italienne de l’époque, on se rend compte que le régime fasciste est plus proche des nationalistes palestiniens que des sionistes, car ces derniers sont souvent considérés comme un instrument de l’impérialisme britannique et du bolchevisme en Palestine. Comment expliquer qu’en Italie le régime fasciste ait pu tolérer la présence d’un groupe de sionistes révisionnistes ? Pourquoi le Betar a-t-il pu imposer systématiquement en Italie des cours de formation pour ses jeunes adeptes ? Quelles étaient véritablement les relations entre le régime fasciste et les révisionnistes ? Comment ces derniers entraient-ils en contact facilement avec les hauts fonctionnaires de Palazzo Chigi3, alors que les sionistes officiels n’y arrivaient pas ? C’est ce que nous allons tenter d’éclaircir.

2L’histoire du Betar en Italie et, plus précisément, celle de l’école de Civitavecchia pendant ces quatre années a déjà fait l’objet de deux études4. La première étude, publiée à Tel-Aviv en 1961, a pour titre Techiatth ha-yamuath ha’-ivrit « La Renaissance de la marine juive ». Il s’agit d’un témoignage du capitaine Irmiyahu Halperin, membre influent du bureau du Betar, qui, dans les années 1920, s’était consacré à la préparation sportive de la jeunesse juive, et qui décida de créer au sein du Betar un Département de préparation aux activités maritimes. Il vit directement l’expérience de Civitavecchia : il suit de près la plupart des cours et est embarqué dans les croisières du Sara I, le bateau-école de Civitavecchia. La deuxième étude est un ouvrage de Leone Carpi5 : Come e dove rinacque la Marina d’Israele. La scuola del Betar a Civitavecchia « Comment et où renaquit la Marine d’Israël. L’école du Betar à Civitavecchia » (Rome, 1965). Carpi donne un témoignage assez fouillé, depuis la création de la section juive de l’école de Civitavecchia jusqu’à sa fermeture en 1938.

3La présente étude n’a pas pour but d’infirmer les travaux cités plus haut, mais de mettre plus en avant les implications politiques de l’affaire. Nous avons eu recours à la riche documentation de l’Institut Jabotinsky de Tel-Aviv, hélas peu exploitée jusqu’à présent, ainsi qu’aux documents diplomatiques des Archives historiques du ministère des Affaires étrangères à Rome et à la documentation des Archives nationales de Rome.

4Les Archives de l’Institut Jabotinsky possèdent, outre toute la correspondance du leader du mouvement révisionniste, les fonds privés de personnalités italiennes telles que Leone Carpi et Isacco Sciaky6, représentants du mouvement révisionniste en Italie. Une grande partie des documents concernant l’École maritime de Civitavecchia a été cédée par le capitaine Nicola Fusco7.

5Le recoupement des documentations israélienne et italienne nous a d’une part permis d’avoir une vision exhaustive de la vie de l’école, et d’autre part de constater la régularité des relations entre les révisionnistes italiens et les fonctionnaires de Palazzo Chigi.

6Parmi les sources imprimées, nous avons largement consulté l’Idea sionistica, la revue des sionistes révisionnistes italiens. Nous avons également recouru à la presse italienne officielle, proche du régime fasciste. Enfin, nous avons pu combler quelques lacunes dans la documentation d’archives.

Les balbutiements d’une relation
et la création de l’école d’autodéfense

7Les premiers contacts entre les révisionnistes et le régime fasciste remontent à 1932 : le congrès du Betar décide de créer une école centrale pour former des instructeurs en autodéfense. Jabotinsky est chargé de trouver le pays d’accueil de l’école. Le Bureau central du mouvement hésite entre la France et l’Italie, la France se déclarant prête à l’héberger.

8Le 20 avril 1932, Jabotinsky fait part de cette décision à Isacco Sciaky et émet le souhait d’ouvrir ce centre en Italie8, ce qui donnerait une orientation plus méditerranéenne au mouvement révisionniste, et permettrait d’abandonner graduellement l’ancrage nordique qui avait pris le dessus durant les 15 années précédentes. Les jeunes sionistes y apprendraient les rudiments de la boxe anglaise, de la boxe française, de l’escrime, du tir et des éléments de stratégie militaire. Les élèves seraient originaires de l’Europe de l’Est et de Palestine.

9A la réception de ce courrier, Isacco Sciaky obtient un rendez-vous avec Dino Grandi9, qui l’introduit auprès de Raffaele Guariglia10, responsable du Bureau V Levant, qui est désormais son interlocuteur privilégié auprès de Palazzo Chigi. Sciaky rend compte à Jabotinsky du très bon accueil de sa demande : Grandi semble d’accord sur le principe d’une installation de l’école en Italie, mais il pose comme condition qu’aucun officier italien en service ou milicien fasciste ne dispense de cours, afin d’éviter une compromission évidente du régime11. Par ailleurs, dans un courrier à Guariglia, Sciaky se montre extrêmement élogieux et flatteur, mettant l’accent sur la grande fidélité des Juifs au régime fasciste12 :

« Monsieur Jabotinsky aurait décidé de fonder en Italie l’École Centrale d’instructeurs juifs [et] aurait disposé que les jeunes appartenant à cette organisation puissent apprendre la langue italienne dans leurs pays d’origine. Tout cela rentrerait dans le plan de monsieur Jabotinsky d’entamer un processus d’orientation spirituelle des masses juives en direction de l’Italie. Monsieur Jabotinsky est un admirateur du Risorgimento italien et de l’idéalisme concret de la pensée politique italienne […]. Ces deux actions devraient indiquer au peuple juif que l’Italie est un pays ami et vers lequel devrait se polariser son intérêt moral et national, par conséquent on envisagerait […] la possibilité d’une collaboration plus concrète, dans les limites des circonstances et du contexte politique13. »

10Ici Sciaky fait une véritable profession de foi à l’égard de l’Italie fasciste et exagère quelque peu les propos du leader des révisionnistes.

11Guariglia se charge de rédiger pour le Duce un rapport mettant en exergue l’utilité d’encourager l’initiative des révisionnistes :

« […] en raison d’éventuels développements que le mouvement révisionniste pourrait avoir dans des zones particulièrement importantes et délicates pour nos intérêts telles que la Palestine, il me semble que l’Italie aurait un intérêt politique et culturel à favoriser l’installation d’une telle école en Italie. Cette école pourrait offrir à l’Italie la possibilité d’établir et d’entretenir des contacts utiles avec le mouvement dirigé par Jabotinsky, afin d’exercer sur celui-ci un certain contrôle. Il ne faut pas non plus laisser à la France — qui a déjà donné son accord — l’opportunité d’établir cette école à l’intérieur de son territoire. […] l’accord du gouvernement italien devrait être subordonné à certaines conditions :
[…] Monsieur Jabotinsky devrait s’engager à ne donner aucun caractère de propagande politique anti-musulmane aux cours […] et cela pour d’évidentes raisons, liées aux orientations et aux exigences de notre politique coloniale et étrangère. Pour les mêmes raisons, il faudrait écarter les fonctionnaires civils et militaires italiens de l’activité d’enseignement […]14 »

12La réponse ne tarde pas à arriver. Une annotation du sous-secrétaire Suvich15 annonce que :

«  Le Chef du gouvernement est contre ce projet. Le sionisme révisionniste n’est qu’une organisation avec des objectifs militaires. Il estime qu’accueillir ce centre en Italie pourrait nous mettre en mauvaise posture face aux Arabes, aux courants antisémites des États voisins et aux Juifs de tendance modérée qui vivent en Italie. De plus le docteur Weizmann a encore un certain suivi16. »

13Le rapport présenté par Guariglia ainsi que la réponse que donne Mussolini nous éclairent sur deux points. Tout d’abord la contradiction entre deux visions à propos du sionisme révisionniste : celle des hauts fonctionnaires de Palazzo Chigi et celle de Mussolini. Cette divergence d’opinions est flagrante tout le long de l’histoire du régime fasciste, même entre les diplomates en poste en Palestine et Mussolini. Le Duce craint en effet la réaction des pays arabes avec lesquels il renoue des relations après les atrocités commises en Libye contre la population musulmane en 193117. De plus Mussolini croit encore à l’influence de Weizmann18.

14Par conséquent le projet de la création de cette école échoue. Nous sommes donc fort étonnés d’une lettre que Leone Carpi envoie aux responsables des comités des révisionnistes en Italie concernant les stages pour instructeurs :

« Les cours pour instructeurs du Betar que j’avais moi-même organisés pour le mois d’août n’ont pas pu avoir lieu car le nombre d’inscrits était inférieur à ce que je souhaitais19. »

15Comment se fait-il que Leone Carpi ait déjà prévu un stage pour instructeurs sans l’aval du gouvernement italien ? Il est clair que les révisionnistes ont voulu donner une suite à ce projet, en se servant du « potentiel humain » déjà disponible au sein des révisionnistes italiens.

16Jabotinsky a-t-il voulu se passer de l’aide du régime italien dont il commence à se méfier après le discours de Dino Grandi à la Chambre des députés20 ? En effet, il affirme à Sciaky que le discours de Grandi n’est qu’une promesse faite aux Arabes afin d’appuyer leurs vœux d’indépendance, et qu’il suspend la création de l’école jusqu’en octobre21. Carpi cherche-t-il à rassurer les sionistes face à la position du régime fasciste ? Ou bien pense-t-il organiser des stages sans la collaboration du régime italien comme il l’avait déjà fait auparavant22 ? Autant de questions auxquelles il est difficile de répondre précisément.

17Cette première prise de contact, certes avortée, entre le régime fasciste et les révisionnistes italiens, pose cependant les jalons d’un début de relations cordiales entre Isacco Sciaky et les hauts fonctionnaires de Palazzo Chigi. Ces relations sont indispensables pour la mise en place des premiers cours à l’École maritime de Civitavecchia.

18Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ces premiers contacts avec un régime fasciste plutôt bienveillant à l’égard des sionistes semblent inquiéter Jabotinsky. Dans ses lettres, il essaie de mettre Sciaky en garde, lui reprochant par exemple son excès d’optimisme face au discours de Grandi à la Chambre23.

19Les choses en restent là jusqu’en 1934.

20En octobre 1934, Wolfgang von Weisl24, personnage de premier plan du parti révisionniste à Vienne, se rend en Palestine afin de réorganiser toutes les sections du parti. À son arrivée, il prend contact avec Mariano de Angelis, consul d’Italie à Jérusalem.

21Von Weisl, après avoir rendu hommage à l’Italie fasciste, «  dont l’idéologie et l’organisation politique et sociale exercent une très grande influence sur le mouvement révisionniste25 » souhaite que l’Italie puisse accueillir dans ses institutions quatre jeunes sionistes pendant une certaine période, aux frais du mouvement révisionniste, dans le but que ces jeunes puissent connaître les mécanismes de l’organisation fasciste. Ces jeunes seraient les futurs leaders de la jeunesse révisionniste en Palestine. De Angelis prend acte de la requête de von Weisl et adresse un courrier au sous-secrétariat pour la Propagande :

« […] Il faut garder à l’esprit que le révisionnisme, par la force de ses idées et par la qualité de ses dirigeants, est destiné vraisemblablement à exercer un poids non négligeable au sein du sionisme. Donc, pour une question de prudence politique, et aussi pour une certaine affinité sentimentale, fortement ressentie par les révisionnistes, il ne faut pas refuser aujourd’hui un simple geste d’amitié26. »

22La note présentée à Mussolini par le sous-secrétaire à la Propagande, Galeazzo Ciano, porte une annotation du Duce qui exprime son consentement27. Ciano répond au consul De Angelis en précisant que les jeunes sionistes seront, dans un premier temps, admis au Collegio Mussolini qui dépend de l’École Normale Supérieure de Pise et que, dans un deuxième temps, ils suivront des cours à l’Académie d’Éducation physique de Rome pour enfin fréquenter les principales organisations de la jeunesse fasciste28. Que s’est-il passé en deux ans pour que Mussolini change d’avis à l’égard des révisionnistes ? Même si l’on sait que les quatre jeunes sionistes ne sont pas admis dans les écoles évoquées plus haut29, nous savons que Ciano a refusé le voyage de trois étudiants arabes palestiniens dans les mêmes conditions que les jeunes sionistes du Betar30. Le Duce commence-t-il à prendre en compte les avis de Mariano De Angelis31, ou souhaite-t-il favoriser un mouvement qui pourrait lui être utile dans sa politique méditerranéenne ?

23Replongeons-nous dans le contexte politique de l’époque. Suite à la conquête de l’Éthiopie, le 11 octobre 1935, la Société des Nations impose des sanctions économiques à l’Italie, et le régime fasciste essaie de rallier à sa cause autant les sionistes que les nationalistes arabes. Par exemple, une délégation italienne se rend à Londres pour mobiliser la communauté juive anglaise contre les sanctions32. Par ailleurs, Isacco Sciaky envoie au Palazzo Chigi un rapport qui concerne la légitimité des sanctions en Palestine33. Ce rapport est ensuite envoyé au marquis Alberto Theodoli, président de la Commission des Mandats, à la Société des Nations afin que celui-ci puisse contester l’illégitimité de l’application des sanctions dans les pays sous-mandat34. Enfin, la presse sioniste palestinienne conteste l’application des sanctions en Palestine.

24Il n’est pas impossible que l’accueil des jeunes du Betar soit une sorte de gratitude de Mussolini envers les révisionnistes qui ont plaidé la cause de l’Italie.

25Entre le 7 et le 12 septembre 1935, se tient à Vienne le premier congrès constitutif de la Nouvelle Organisation sioniste. La légation d’Italie à Vienne fait un compte-rendu de ce congrès et précise que « la Nouvelle Organisation sioniste contre la Grande-Bretagne en tant que puissance mandataire en Palestine sympathise avec l’Italie fasciste et souhaite avoir l’appui moral de Rome35. » Nous estimons que l’esprit de la Nouvelle Organisation sioniste constitue une raison de plus pour que le régime fasciste aille à la rencontre des révisionnistes.

26Cependant le projet de l’école d’autodéfense n’est pas totalement abandonné. Isacco Sciaky s’efforce de convaincre le régime fasciste. En novembre 1935, Mussolini autorise l’ouverture de l’école. Sciaky propose que le siège de cette école soit en Toscane. Elle porterait le nom d’École Centrale Juive pour l’Autodéfense36 et relèverait du Betar. Jabotinsky donne des consignes précises sur l’élaboration du projet :

« L’école centrale pour l’entraînement des instructeurs du Betar devrait avoir une durée de 2 ans et 300 inscrits.
Le programme devrait inclure : a) Autodéfense, éléments de stratégie militaire ; b) sport, surtout boxe, jiu-jitsu, escrime et tir ; c) alpinisme ; d) natation ; e) apprentissage de l’hébreu, de l’italien et d’une troisième langue au choix ; f) histoire du sionisme ; g) histoire des grandes colonisations ; h) géographie de la Palestine, du Levant et de la Méditerranée ; i) rites de la religion ; j) leçons de savoir vivre (cérémonial du Hadar) ; k) État et société ; l) conduite automobile et aviation.
Les langues de l’enseignement seraient l’hébreu et l’italien. Les enseignements de stratégie militaire seraient confiés à des officiers et/ou à des anciens officiers italiens. Le siège devrait être […] en dehors des grandes villes, où il y aurait des collines et des plages dans les environs. […] Nous ne demandons aucun subside au gouvernement italien, mais de bonnes conditions pour la location du terrain et du bâtiment seraient d’une grande aide. […] Je conseille de répéter […] les observations […] concernant le caractère apolitique de l’entreprise ; nous exprimons de grandes sympathies pour l’Italie, mais nous gardons une certaine loyauté pour les autres nations ; le choix du siège n’est, en aucun cas, une manifestation en faveur d’un régime ou contre d’autres régimes37. »

27Ces observations de Jabotinsky montrent l’importance donnée par les révisionnistes à la formation sportive et militaire des jeunes sionistes, sans pour autant oublier l’aspect culturel. Cependant Jabotinsky veut garder ses distances avec le régime fasciste, attitude que nous remarquons chez lui tout au long de l’histoire de l’École maritime, car il craint une éventuelle ingérence du régime dans la formation du Betar. De plus, il veut que l’histoire du Risorgimento et les cours de civilisation italienne soient exclus du programme de l’école malgré les requêtes réitérées par Sciaky38. Sans entrer dans la polémique qui a fait couler beaucoup d’encre quant au fascisme de Jabotinsky, nous nous apercevons, comme l’a fait l’historien Georges Bensoussan, que Jabotinsky a peu de prise sur la réalité du terrain et ne contrôle guère ses militants tentés par le nationalisme fasciste39.

28L’école est située à côté de Pise en raison de conditions idéales40 : la plage, les montagnes, une université prestigieuse pour les enseignements scientifiques et aussi la proximité de l’entreprise de Giorgio Roifer. Roifer, responsable du comité révisionniste de Pise et propriétaire d’une entreprise, apporte une aide économique au moment de la mise en place de l’école de Civitavecchia41. Une lettre de Suvich fait part de l’ouverture de l’école et présente le sionisme révisionniste comme :

« l’antithèse du sionisme officiel de caractère typiquement britannique. […] Ce mouvement a d’autre part manifesté dés le début une grande sympathie pour l’Italie et poursuit la réalisation d’objectifs sociaux et d’idéaux nationaux au sein de l’État palestinien qui s’inspirent de la doctrine fasciste.42 »

29De plus, Suvich justifie le consentement du Duce pour des « raisons à caractère politique43 ».

30D’après les documents consultés, nous savons que cette école n’a jamais vu le jour. Nous sommes persuadé que l’organisation, à grands renforts de moyens pour la mise en place de la section du Betar à Civitavecchia, met un bémol à l’école d’autodéfense, laquelle perd son caractère prioritaire.

31Malgré les réticences de Jabotinsky44 sur une adhésion totale au régime fasciste, les autorités italiennes en Palestine encouragent le développement des révisionnistes sans pour autant perdre de vue l’évolution de la situation politique. Il est vrai que, peu à peu, les Italiens se rapprochent des nationalistes arabes et s’éloignent des sionistes au moment où l’Italie décide de se tourner vers l’Allemagne.

32Après avoir mis en évidence les efforts faits par les révisionnistes pour mettre en place l’école d’autodéfense, revenons en arrière, au début des années 1930.

Le Betar en Italie : l’École maritime de Civitavecchia

33En 1931, lors de la conférence du Betar à Danzig, la décision est prise de former la jeunesse aux métiers de la mer. Le département de la préparation à l’autodéfense demande donc en 1933 à la Nezivut45 italienne la possibilité d’inscrire des jeunes du Betar dans les écoles professionnelles italiennes46. Irmiyahu Helpern, qui s’était déjà consacré à la préparation sportive de la jeunesse juive, prend la tête de ce projet. La Nezivut italienne annonce qu’elle a trouvé une école à Civitavecchia disposée à accueillir ces jeunes. Comment les révisionnistes italiens ont-ils trouvé aussi rapidement un lieu pour le Betar ?

34En fait c’est le délégué du Betar à Rome, Maurizio Mendes, qui met en contact le Betar avec le capitaine Nicola Fusco, le directeur de l’école. Ce dernier crée une section spéciale destinée à accueillir les élèves juifs47. Une fois résolu le problème de l’école, il faut faire toutes les démarches pour que le régime fasciste donne son autorisation. Le 28 octobre 1934, Leone Carpi fait un courrier à l’amiral Paolo Thaon di Revel, Président Général du Consortium des écoles professionnelles maritimes :

« Le regroupement italien des sionistes révisionnistes s’occupe de l’entraînement de jeunes Juifs provenant de plusieurs pays à forte densité juive (Pologne, Lituanie, Tchécoslovaquie), où leur éducation est particulièrement difficile (Allemagne). Ces jeunes Juifs se préparent à immigrer en Palestine. […] Il s’agit de donner une formation professionnelle à des jeunes, enfants de professionnels et de commerçants. Une des professions les plus importantes […] pour le futur en Palestine est l’activité maritime et la pêche. […] Ce regroupement demande […] à Votre Excellence qu’elle veuille bien autoriser l’école maritime de Civitavecchia à accueillir un groupe de jeunes48. »

35L’amiral Thaon de Ravel demande alors l’avis du ministère des Affaires étrangères et de Mussolini. La séance du Conseil des ministres donne lieu à ce compte rendu :

« Suite à l’accord du ministère de l’Intérieur […] sont arrivés à Civitavecchia 14 jeunes sionistes et 20 autres vont arriver. […] Cette nouvelle a été accueillie dans le monde sioniste avec grand enthousiasme. Les avantages liés à cette initiative sont :
– Diffusion parmi les sionistes de la langue italienne, de la culture et de la civilisation italiennes et fascistes.
– Diffusion de l’idée fasciste en Palestine.
– Comme beaucoup d’élèves sont issus de familles riches, ils pourraient devenir des armateurs de pêche mécanique sur les côtes de la Palestine, avec des possibilités d’y diriger des ouvriers pêcheurs italiens […].
Il y aurait la possibilité d’une augmentation d’exportations en Palestine comme par exemple des outils de pêche, matériel de construction de bateau en bois et en fer, des moteurs, des machines49. »

36La réponse définitive est donnée verbalement à Leone Carpi à la fin du mois de janvier 1935 par la préfecture de Milan. Palazzo Chigi justifie son consentement par le fait que le régime fasciste avait déjà autorisé le Comitato Italiano di Assistenza degli ebrei profughi dalla Gemania (Comité Italien d’Assistance des Juifs réfugiés de l’Allemagne) à accueillir des Juifs allemands en Toscane dans des fermes-écoles50. Cette opération, cependant, s’était faite sous l’égide des sionistes officiels italiens. Dans le cas qui nous occupe, il n’y a pas véritablement de décision politique de la part du gouvernement, même s’il pense aux retombées économiques que l’arrivée des jeunes juifs du Betar pourrait occasionner.

37Les cours débutent donc à Civitavecchia le 28 novembre 1934 sans que les autorités aient donné leur accord. Les études se déroulent sans problèmes. Grâce à l’aide du capitaine Fusco, les élèves du Betar utilisent des structures et des bateaux qui appartiennent à l’école de Civitavecchia. Zeev Jabotinsky s’adresse alors à un ami, Henry Krichner, pour lui proposer de financer l’achat d’un bateau-école51. L’embarcation, qui a une jauge de 700 tonnes, est équipée pour être un véritable bateau-école, et baptisée Sara I52. La riche correspondance entre la direction de l’école et le siège du sionisme révisionniste à Londres prouve que les cours se déroulent paisiblement, malgré des retards dans les versements des fonds de la part du Betar de Londres. Les élèves de la section juive sont appréciés par la population locale. Les autorités italiennes se désintéressent des jeunes sionistes, et ce jusqu’à la première croisière du Sara I en Méditerranée53.

38Le 31 août 1935, le bateau quitte le port de Civitavecchia et fait escale à côté de Naples afin de prendre une cargaison de douves à livrer à Séville. C’est à partir de ce voyage vers Séville que les autorités commencent à se poser des questions quant à la légitimité de garder un groupe de sionistes du Betar en Italie. Dès son arrivée à Séville, le capitaine du Sara I, Tiberio Paone, contacte le consul d’Italie de la ville pour lui faire part de ses craintes54. Paone consigne par écrit divers points qui prouvent la totale méconnaissance des tenants et des aboutissants du bateau et du Betar :

«  […] Pendant toute la navigation et ici dans le port, lors de diverses occasions, j’ai dû faire des reproches aux élèves. Pour eux, le bateau est juif et appartient à une de leurs associations qui a son siège à Paris et qui est dirigée par M. Jabotinsky, dont je ne sais rien. En outre ils parlent du Betar (que je ne connais pas) et ils disent que ce bateau [appartient] au Betar, et c’est pour cette raison qu’ils se considèrent comme des apprentis maritimes relevant du Betar et non comme des véritables marins d’un bateau marchand italien. […]
Je constate qu’ils possèdent un uniforme avec des insignes en hébreu qu’ils ne portent pas, parce que je l’ai interdit.
Je constate qu’ils ont l’intention de faire de la propagande juive, tant et si bien qu’ils cherchent des familles des communautés juives et leur font visiter le bateau. Ils ont en outre des timbres pour leur correspondance avec l’effigie du bateau et le nom de Sara en hébreu.
Je ne connais pas leur formation politique, ni collectivement ni individuellement. J’ai vu que souvent leur chef, Monsieur Halperin, les réunissait en assemblée et ils discutaient dans une langue que ni moi ni mon équipage ne nous connaissons.
[…] je me trouve dans l’impossibilité absolue de surveiller pour des raisons linguistiques leurs idées et leurs pas en dehors du bateau55 ».

39Cippico, le consul d’Italie à Séville, alerte l’ambassade d’Italie à Madrid et les ministères concernés. Il leur fait part de la mauvaise conduite des marins du Betar à Séville : ces derniers ont reçu à bord de nombreuses visites de familles d’origine juive, qui ont ostensiblement boycotté des produits allemands. Il exprime sa crainte que ce voyage, outre son côté pédagogique, ait un but inavoué de propagande dont le capitaine Fusco serait au courant. De plus, il dit avoir connu le capitaine Helpern et son épouse présents sur le bateau. Ils tenaient à faire publier un article dans la presse locale, article que le capitaine Paone avait interdit56.

40Le bateau fait ensuite halte à Alger pour prendre une cargaison de ferraille, mais il ne supporte pas le surpoids et doit rester un certain temps à Gênes pour des réparations57. C’est à Alger que l’arrivée du bateau provoque la réaction de la population arabe, car les marins sont sortis portant l’uniforme avec les insignes en hébreu58. Il n’est pas difficile d’imaginer l’embarras de l’Italie et le préjudice causé sur son image auprès de la population arabe en Méditerranée. Un bateau battant pavillon italien et transportant des jeunes du Betar risque de faire échouer les efforts du régime fasciste.

41Palazzo Chigi réclame des explications. Giovan Battista Guarnaschelli, qui remplace Guariglia au Service Levant Afrique, s’entretient avec Sciaky. Grâce à ce dernier, nous savons que Jabotinsky s’est rendu directement à Gênes. Il s’est entretenu individuellement avec chacun des élèves, et il a rappelé à l’ordre le capitaine Halperin. Sciaky explique à Guarnaschelli que les problèmes survenus l’étaient en partie en raison du désarroi des élèves face à deux autorités dans leur bateau : le capitaine Halperin et le capitaine Paone, nommé directement par Mario Fusco. Guarnaschelli déclare avec gravité qu’il ne veut pas que les jeunes créent d’autres problèmes dans les pays arabes. Sciaky le rassure en précisant que dorénavant ils ne recruteraient que des jeunes juifs appartenant au Betar59.

42Malgré ces problèmes, la deuxième année de cours de l’école de Civitavecchia pour le Betar est officiellement inaugurée le 29 mars 1936. Le colonel Fiore, commandant du port de Civitavecchia, certaines personnalités de la communauté juive de Rome, ainsi que les leaders du mouvement révisionniste d’Italie tels que Leone Carpi, Isacco Sciaky et Maurizio Mendes, sont présents, mais aucune autorité du gouvernement fasciste. La cérémonie se déroule sous le signe de l’esprit du Betar et du régime fasciste. Les jeunes entonnent Giovinezza60, suivi de l’hymne officiel du Betar, Besciùv Adonài. Cette année-là, on compte 49 élèves, venus de Pologne, de Roumanie, de Lituanie, d’Allemagne, d’Autriche, de Lettonie, de Hongrie, de Tchécoslovaquie, de Libye et de Rhodes. Les Polonais sont majoritaires avec 22 Betarim. Pour la plupart il s’agit d’étudiants dont 30 appartiennent aux G.U.F.61. On trouve également quelques journalistes62. Le capitaine Fusco écrit à Jabotinsky pour lui faire part de son enthousiasme et de son engagement vis-à-vis des élèves et du Betar. Il précise qu’il s’emploie à ne pas dépasser le budget alloué : l’année précédente, un énorme déficit avait perturbé le fonctionnement des cours63. Une deuxième croisière est prévue pour le Sara I, mais le capitaine Fusco et Jabotinsky semblent vouloir prendre cette fois toutes les précautions, autant d’un point du vue financier que politique.

43Cette croisière occasionne des frais importants car le bateau n’est pas en très bon état. Le Fonds Tel-Hai, qui s’occupe du financement de la section juive de Civitavecchia, prend acte des demandes du capitaine Fusco. La secrétaire générale, Joanna Jabotinsky, l’épouse du leader des révisionnistes, informe le capitaine Fusco que Kirschner, qui avait financé l’achat du bateau, est en train de créer une Ligue de la Navigation Juive64 afin de recueillir des fonds pour le fonctionnement de la section juive du Betar et l’entretien du bateau65.

44Par ailleurs, Jabotinsky veut que la croisière serve la propagande de la marine juive. Il a l’intime conviction que c’est dans l’intérêt du gouvernement italien que cette croisière se fasse sous l’égide du régime fasciste. Mais il est également conscient qu’après les problèmes survenus, il faut obtenir l’accord des autorités avant d’entamer ce deuxième voyage66. La Direction générale de la Marine marchande se charge de demander l’autorisation, en informant des excellents résultats obtenus par les élèves et de l’extrême reconnaissance des jeunes du Betar à l’égard du régime67. En outre, elle demande que les élèves puissent effectuer une croisière à bord du Sara I le long des côtes italiennes, en faisant escale seulement dans les ports étrangers de Nice et Marseille. Elle rappelle également que les voyages précédents effectués en avril 1936 n’avaient causé aucun problème68. Mussolini donne son autorisation le 20 octobre 193669.

45Le départ de la deuxième croisière prend également les allures d’une grande cérémonie. Le discours, prononcé par Isacco Sciaky est révélateur de son attachement au sionisme et au fascisme :

« Élèves ! Saluez le drapeau italien qui flotte sur votre bateau juif. Souvenez-vous toujours de ce que l’Italie fasciste vous a donné ! […] Les eaux du Mare Judaicum vont se mélanger amicalement avec les eaux du Mare Nostrum d’Italie70 ».

46Malgré le peu de publicité faite par l’Italie à la section juive de Civitavecchia, le régime fasciste reçoit des demandes en tous genres. Par exemple, une lettre de la Reichsvertretung des Judens in Deutschland souhaite obtenir des informations sur une « supposée École Israélite de Marine71 » pour y inscrire des Juifs allemands. Cette demande est refusée par le gouvernement. De même, en novembre 1936, le consul d’Italie à Jérusalem reçoit la visite de Monsieur Scheskin, chef militaire résidant à Tel-Aviv :

« Le parti révisionniste compte, d’après [Monsieur Scheskin], 100 000 inscrits, dont la plupart porte déjà la chemise noire avec une petite médaille à l’effigie de Mussolini. […] D’après Scheskin, demain, le sort de la Palestine pourra faire l’objet d’un vote : il faut que l’Italie le garde à l’esprit. Dans cette éventualité, le révisionnisme veut préparer le terrain, aidant […] l’expansion italienne […]. En revanche, le révisionnisme demande à l’Italie que l’on accorde aux milices du Betar de se réfugier à Rhodes si une guerre éclatait, qu’elle s’occupe de l’entraînement des pilotes juifs et qu’elle fournisse des aides militaires72. »

47Il est surprenant que les révisionnistes envisagent même de demander une aide militaire au cas où un conflit éclaterait en Palestine. Comme nous l’avons mentionné plus haut, cette vision des faits échappe complètement à Jabotinsky, dont l’amour pour la culture et l’histoire de l’Italie a été mal compris par ses compagnons.

48La deuxième croisière des élèves du Betar se passe sans problèmes. Après avoir obtenu l’autorisation, les cours commencent le 1er février 1937 avec plus de 50 élèves inscrits73. Cette troisième année démarre avec une nouveauté pédagogique : les élèves sont répartis en 4 sections, soit une de plus que l’année précédente (navigation, mécanique navale, construction de voiliers et pêche). D’après l’entrevue avec l’officier Blass, un des premiers diplômés de l’école et maintenant chef de la section Betarim, on apprend que les jeunes du Betar ont créé le Pluàat hadaiaghim (le peloton des pêcheurs). Aussi l’école met en place des cours dispensés par des spécialistes locaux en italien. Les jeunes du Betar apprennent les rudiments du métier de pêcheur et suivent également un cours de scaphandriers. La décision de recentrer les enseignements sur les métiers liés à la pêche est le fruit d’une longue réflexion menée par le capitaine Fusco et Kirschner pour diversifier les débouchés des formations de l’école74.

L’Italie et les révisionnistes : un vent de changement

49Malgré l’autorisation accordée, la direction de la Nouvelle Organisation sioniste commence à sentir la méfiance du gouvernement fasciste. Les communautés juives du monde entier réagissent avec émotion aux événements de Tripoli75, craignant que l’Italie suive l’Allemagne dans la voie de l’antisémitisme. De plus, l’Italie commence à montrer une certaine sympathie pour la cause des nationalistes arabes et se pose en défenseur de l’Islam. Lors de son voyage en Libye, Mussolini reçoit l’épée de l’Islam, signe de la reconnaissance des musulmans pour sa politique76.

50Après le départ de Jabotinsky pour l’Afrique du Sud entre février et mai 1937, c’est Benjamin Akzin, secrétaire général du mouvement révisionniste à Londres qui prend en charge la direction. Son courrier, adressé à Isacco Sciaky rend bien compte de la méfiance ambiante :

« J’ai eu plusieurs entretiens avec deux membres de l’ambassade, au cours desquels j’ai posé le problème d’une façon nette, à savoir, l’Italie a-t-elle de la sympathie pour la solution sioniste ? […] ces messieurs […] ont soutenu sans faiblir que l’Italie n’a aucunement l’intention de créer une question juive en ce qui concerne le judaïsme italien. Mais pour ce qui est de l’attitude italienne envers le problème palestinien, je n’ai reçu aucune réponse précise. Je dois avouer ce que j’ai avoué franchement à ces messieurs : nous nous efforçons d’établir des relations vraiment cordiales entre la pensée sioniste et pro-palestinienne d’une part, et l’Italie d’autre part. Vous connaissez tous les obstacles. […] il faut reconnaître que nous sommes quelque peu découragés. Nous maintenons néanmoins une école navale à Civitavecchia, comprenant […] plusieurs dizaines d’élèves […]. Ils apprennent l’italien, ils deviennent inévitablement amis de la civilisation italienne. Résultat : nous voulons réaliser un programme extensif de navigation de notre bateau-école […] : les autorités du port nous font des difficultés inexplicables. J’ai traité de cette affaire avec M. Gozzi, secrétaire de l’Ambassade, qui m’a assuré […] que toutes facilités seront dorénavant accordées. […] j’ai peu de certitude sur ce point. […] une telle amitié [entre Italie et peuple juif] ne peut être consolidée que si les milieux intéressés en Italie la veulent véritablement. La veulent-ils ? Quand vous aurez prochainement l’occasion de voir M.T.77 voulez-lui faire part de ces idées78 ? »

51Outre la méfiance et le désir de clarté, la lettre d’Akzin marque un tournant dans les relations. D’habitude c’est Sciaky qui joue le rôle d’intermédiaire entre les révisionnistes et les autorités italiennes, mais, à partit d’un certain moment, ses lettres font état d’une sorte de malaise dû à la désorganisation du mouvement et Jabotinsky, de ce fait, donne plus de responsabilité à Giorgio Roifer et à Maurizio Mendes. Peut-on penser qu’il s’agit de la part de la Nouvelle Organisation sioniste d’une volonté de prendre tout en main et de traiter directement avec le régime fasciste via l’Ambassade d’Italie à Londres ?

52Effectivement, dans une lettre de Monsieur Gozzi adressée à Galeazzo Ciano, ministre des Affaires étrangères, on remarque les craintes de Benjamin Akzin, qui semble envisager la fermeture des sections du mouvement révisionniste en Italie79. Ciano répond que, d’une part, les autorités italiennes ont toujours appuyé les initiatives de la Nouvelle Organisation sioniste80. Mais d’autre part, il explique que le gouvernement n’a accordé au bateau Sara I qu’une autorisation de navigation sur les côtes italiennes et il justifie l’interdiction de se rendre dans d’autres ports par le fait que, dans le passé, « la conduite peu correcte des élèves juifs avait provoqué des incidents dans les ports étrangers et avait engendré le rappel du bateau81 ».

53C’est donc à cause de l’itinéraire de la nouvelle croisière du bateau-école que les relations entre les révisionnistes et le régime fasciste sont remises en question. En effet, le Betar ne respecte pas l’interdiction de visiter d’autres ports étrangers. Comment a-t-il pu la détourner ? Une lettre de la Direction générale de la Marine marchande informe Palazzo Chigi que le bateau Sara I a été vendu à une société française, ce qui permet au Sara I de se rendre dans des ports auxquels l’Italie lui avait interdit d’accéder82. Palazzo Chigi trouve que le procédé des dirigeants révisionnistes est « incontestablement répréhensible83 ». Compte tenu de la situation politique en Palestine et des conclusions du rapport de la Commission Peel, et au cas où des incidents pourraient subvenir, Palazzo Chigi n’annule cependant pas la vente du Sara I. Le ministère attend que la situation du mandat sur la Palestine se clarifie afin de prendre des mesures concernant la section juive de l’école de Civitavecchia84.

54Le bateau Sara I engage donc une troisième croisière et arrive à Haïfa le 1er septembre 1937, une semaine avant la date prévue. L’accueil en souffre un peu85 : aucune personnalité de l’Agence Juive ni de la Histadruth ne sont présents à l’arrivée du bateau. En revanche, une réception est organisée le 10 septembre, par la municipalité de Tel-Aviv. Le maire de Tel-Aviv, J. Rokach, et trois membres du conseil municipal sont présents86. Le 18 septembre, la Ligue maritime juive en Palestine organise une autre réception à Jérusalem en honneur de l’équipage du Sara I. Le consul d’Italie Quinto Mazzolini a été officiellement invité, mais il décline l’invitation et se fait représenter par l’interprète officiel du consulat, Monsieur Morcos87. Lors de cette cérémonie, dans les discours prononcés il n’est jamais fait allusion à l’Italie et à la section de Civitavecchia. Auster, maire-adjoint de Jérusalem, est le seul qui remercie publiquement le consul d’Italie d’avoir envoyé un représentant. À la fin de la réception, le capitaine Halperin prend à part monsieur Morcos et il lui dit :

« Nous devons tout à l’Italie. Le gouvernement fasciste nous a accordé tous les avantages possibles et nous sommes profondément reconnaissants88. »

55À la fin de son rapport, le consul constate que les sionistes ne veulent pas afficher publiquement l’aide de l’Italie dans la mise en place de l’école. Il se réjouit de cette réticence, qui, d’après lui, était la bien venue dans la conjoncture politique d’alors89. Autant du côté des autorités italiennes que du côté des jeunes du Betar, personne n’ose plus afficher la collaboration italo-révisionniste. De plus en Italie, la parution du livre de Paolo Orano90, Gli Ebrei in Italia (Les Juifs en Italie), déclenche une campagne de presse qui s’acharne contre les sionistes italiens, sans oublier qu’entre le 25 et le 29 septembre 1937, Mussolini se rend en visite officielle en Allemagne. Il suffit de citer un bref extrait, tiré du quotidien Il Popolo d’Italia, fondé par Mussolini, pour mieux comprendre les craintes des révisionnistes :

« Comment se peut-il, que quelqu’un qui se considère Italien et fasciste, puisse favoriser un mouvement auquel sont hostiles les Arabes et les musulmans, lorsque la politique islamique du régime est claire et connue par tous91 ? »

56Un autre signe de la dégradation des relations se fait jour. Comme nous l’avons évoqué plus haut, la Ligue des Amis de la Navigation Juive décide de créer une société anonyme pour le développement de la pêche en Palestine. Lors de l’arrivée du bateau Sara I en Palestine, le capitaine Halperin soumet au consul d’Italie à Jérusalem un projet pour la création d’un Bureau Italo-palestinien :

« Les objectifs de ce bureau seraient de :
– fournir des renseignements précis à tous ceux qui sont intéressés par les problèmes maritimes, de la pêche et de la navigation en Palestine.[…]
– aider des jeunes qui veulent se consacrer à une activité maritime. […]
– aider et guider les jeunes palestiniens qui veulent étudier dans les établissement scolaires maritimes en Italie ; commencer une étude pour l’institution d’une école maritime en Palestine, avec l’aide d’experts italiens.
Le gouvernement italien doit donner à cette initiative un maximum d’aides et favoriser l’exportation des marchandises en Palestine92. »

57Les réponses négatives parviennent rapidement, tant de la part du sous-secrétariat pour les Échanges et les Devises, que du ministère des Affaires étrangères. Aucun des deux ne justifie son refus93. Après avoir quitté la Palestine, le Sara I rentre à Marseille en passant par Rhodes, la Grèce et l’Afrique du Nord.

58À Salonique le bateau reçoit un accueil triomphal et très chaleureux grâce à la propagande faite par la Ligue maritime juive94. En revanche, la dernière escale du bateau se déroule dans une ambiance houleuse. Le bateau Sara I fait escale à Tunis fin décembre et les autorités italiennes saluent favorablement son arrivée ; le consul d’Italie à Tunis rapporte avec enthousiasme les retombées positives liées à l’arrivée du bateau auprès de la communauté juive tunisienne qui était tout à fait hostile à l’Italie fasciste. Le diplomate italien parle « d’un utile instrument de la propagande fasciste, effectuée avec intelligence par le capitaine Halperin et son équipage95 ». Alors que L’Avenir social, le quotidien du parti communiste tunisien, parle du Sara I, comme du « bateau-école au service du fascisme96 ». La communauté arabe n’est pas du même avis. La présence du bateau dans le port de Tunis donne lieu à des manifestations antisémites, provoquées par les destoriens97. Le 1er janvier 1938, la police est obligée d’annuler une conférence du capitaine Halperin, ainsi que la projection d’un film sur la Palestine98.

59Avant son retour en Italie, l’Union des Sionistes Révisionnistes demande encore une fois l’autorisation de rouvrir la section juive à l’école de Civitavecchia. Elle lui est accordée99. Le bateau, suite à une avarie à côté de Bastia, rejoint le port de Livourne. Mais les autorités italiennes ne laissent pas partir les élèves vers Civitavecchia. Akzin, de Londres, demande en vain le retour des élèves pour le début des cours. L’Ambassade d’Italie à Londres fait savoir qu’Akzin propose que les étudiants sionistes soient autorisés à retourner à Civitavecchia afin de reprendre leurs cours et qu’ils puissent les interrompre pendant deux semaines, au moment où « se déroulera la visite attendue de personnalités étrangères100 de passage par cette ville101 ». Les élèves rejoignent l’école et terminent leurs cours le 31 août 1938. Le 30 août, la Direction générale de la Marine marchande demande au Palazzo Chigi de pouvoir délivrer les diplômes, compte tenu des nouvelles circonstances102. En outre, avec la mise en place d’une législation antisémite en octobre 1938, la présence des élèves du Betar devient impossible.

60Nous avons vu que, malgré les réticences initiales, le régime fasciste donne son accord pour la création d’une section du Betar en Italie. Grâce à l’organisation du capitaine Nicola Fusco et à l’opiniâtreté des révisionnistes, et en dépit des problèmes survenus au cours des croisières, une centaine de jeunes sionistes ont pu terminer leur formation et travailler dans le domaine maritime. Ce chapitre de l’histoire du sionisme nous donne l’occasion d’analyser l’attitude des divers acteurs impliqués.

61Du côté révisionniste, nous avons l’impression que Jabotinsky veut que les jeunes du Betar s’imprègnent d’un pays et d’une culture qu’il apprécie, et il se sent redevable au régime fasciste de les avoir accueillis. Cependant, il reste sur ses gardes, craignant une possible ingérence du régime dans l’endoctrinement de ces jeunes.

62Quant à Mussolini, l’aspect instrumental et intéressé de son attitude s’explique aisément. Le Duce se rapproche des révisionnistes au moment de la conquête de l’Éthiopie quand, face à l’hostilité de la Grande-Bretagne et de la France, il cherche partout des alliés afin de légitimer son entreprise militaire. Son intérêt s’estompe à partir de 1936 lorsqu’il refuse d’accorder un entretien à Jabotinsky et qu’il entame sa politique en faveur des pays arabes.

63Contrairement à Mussolini, la position des diplomates et des hauts fonctionnaires de Palazzo Chigi est constante et très cohérente. Ils se montrent extrêmement cordiaux avec les révisionnistes du début à la fin, c’est-à-dire des premiers contacts pour l’organisation de l’école d’autodéfense jusqu’à la promulgation des lois antisémites. Ces relations sont entretenues par Isacco Sciaky, qui montre une double fidélité à l’égard du fascisme et du révisionnisme. Malgré cette forme de naïveté, c’est à lui que revient le mérite d’avoir gardé un contact quasi permanent avec Palazzo Chigi et avec le marquis Alberto Theodoli. C’est lui qui donne de la visibilité au mouvement révisionniste, rendant son existence officielle au même titre que l’organisation sioniste de Weizmann.

64Nous estimons que si l’Italie n’avait pas suivi l’Allemagne dans la voie de l’antisémitisme, le régime fasciste aurait contribué de façon encore plus significative au développement de la Marine d’Israël.

Haut de page

Notes

1 Le Betar est un mouvement créé par un groupe d’étudiants de Riga en 1923 à la suite d’une conférence de Jabotinsky, leader de la future Nouvelle Organisation sioniste. Le Betar devient l’organisation officielle des jeunes sionistes révisionnistes en 1926. Selon la doctrine de ce mouvement, la formation de la jeunesse juive doit être axée sur trois principes : formations culturelle, sportive et professionnelle. Le Betar se développe initialement en Europe centrale et orientale, et en Palestine. Le mot Betar est un acronyme de Brit Yoseph Trumpeldor (Le pacte de Yoseph Trumpeldor), ancien officier de l’armée russe, qui s’établit en Palestine en 1912 et devient le héros national de la jeunesse betariste. Pour la biographie de Yosef Trumpeldor, voir : Georges Bensoussan, Une histoire intellectuelle et politique du sionisme 1860-1940, Fayard, Paris, 2002, p. 1056.
2 Vladimir Ze’ev Jabotinsky (1880-1940). Né à Odessa et éduqué dans des écoles russes, il étudie à partir de 1898 à Berne et à Rome puis retourne à Odessa en 1901 où il se joint à l’autodéfense juive. Après le pogrom de Kichinev (1903), il s’engage dans les activités sionistes. La guerre venue, il œuvre à Alexandrie en faveur d’une Légion juive au côté de Trumpeldor afin de libérer la Palestine des Turcs. Il est membre actif de la Hagana à Jérusalem en 1920. Il fonde le mouvement révisionniste à Paris en 1925, après avoir unifié le mouvement de jeunesse Betar. En 1935 il abandonne l’Organisation sioniste pour fonder la Nouvelle Organisation sioniste. Il meurt à New York le 4 août 1940. Cf. Georges Bensoussan, op. cit., p. 1042. La biographie de référence de Jabotinsky : Shmuel Katz, Lone wolf, A biography of Vladimir Zeev Jabotinsky, Barricade Books inc., New York, 1996. Sur les relations entre Jabotinsky et l’Italie, lire l’article de Carlo Leopoldo Ottino, « Jabotinsky e l’Italia », in AAVV, « Gli Ebrei in Italia durante il fascismo » Quaderni del Centro di documentazione Ebraica Contemporanea, novembre 1963, pp. 51-81.
3 Palazzo Chigi était à l’époque le siège du ministère des Affaires étrangères.
4 Par ailleurs, Renzo de Felice évoque l’histoire de l’école maritime de Civitavecchia. Il a eu le mérite de faire connaître l’existence de cette école, mais il a négligé un aspect très important de l’histoire entre les révisionnistes et les Italiens : le rôle joué par les révisionnistes italiens auprès des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères italien. Cf. Renzo de Felice, Storia degli ebrei italiani sotto il fascismo, Giulio Einaudi Editore s.p.a., Turin, 1993, pp. 167-174.
5 Leone Carpi est le responsable du mouvement révisionniste en Italie et rédacteur en chef de la revue L’idea sionistica.
6 Isacco Sciaky est professeur de philosophie dans un lycée de Florence. Il se consacre à la cause sioniste, en particulier à celle du sionisme révisionniste. Pour des raisons inconnues, il a ses entrées au ministère des Affaires étrangères à Rome, où il rencontre régulièrement les responsables du Bureau V qui s’occupe des affaires concernant le Levant méditerranéen. De plus, il rencontre régulièrement le marquis Alberto Theodoli, président de la Commission des Mandats. Nous lui reprochons une certaine naïveté face au régime fasciste, lorsque celui-ci affiche son hostilité au sionisme.
7 Le capitaine Nicola Fusco, directeur de l’école maritime de Civitavecchia, a eu le mérite de gérer avec beaucoup de circonspection toutes les difficultés de l’établissement. Les élèves du Betar lui vouent une grande affection.
8 Institut Jabotinsky, Papiers Sciaky, 307-1/4/2. Lettre de Jabotinsky à Isacco Sciaky. Paris, 20 avril 1932.
9 Dino Grandi, ministre des Affaires étrangères depuis 1929, est partisan d’une politique de concertation avec la Grande-Bretagne. En avril 1938, il est l’un des principaux acteurs des Accords de Pâque entre l’Italie et l’Angleterre.
10 Raffaele Guariglia, successivement vice-consul à Paris puis secrétaire d’ambassade à Londres, Saint-Pétersbourg et Bruxelles. Après son travail à la Direction Générale pour les Affaires politiques en Europe et Levant, Bureau V (Levant), il est envoyé comme ambassadeur à Madrid, Buenos Aires et enfin à Paris, de 1938 à 1942.
11 Institut Jabotinsky, Papiers Sciaky, 307-2/4/2. Lettre d’Isacco Sciaky à Jabotinsky. Florence, 25 avril 1932.
12 Archivio Storico del ministero degli Affari esteri (A.S.M.A.E.), Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 9. Lettre de Sciaky à Raffaele Guariglia. Rome, 23 avril 1932.
13 Ibidem.
14 Documenti Diplomatici Italiani (D.D.I.), Série VII, Vol. XII, Doc. N° 180. Rapport présenté par Raffaele Guariglia, Directeur Général pour L’Europe, Afrique et Levant à Mussolini, 30 juillet 1932.
15 Fulvio Suvich, sous-secrétaire aux Affaires étrangères à partir de juillet 1932, lorsque Dino Grandi part à Londres et que Palazzo Chigi est dirigé par intérim par Mussolini. Suvich garde son poste de sous-secrétaire jusqu’en juin 1936. Il gère entre autres la crise éthiopienne.
16 Documenti Diplomatici Italiani (D.D.I.), Série VII, Vol. XII, Doc. N° 180. Sans date. Annotation de Suvich dans le rapport de Guariglia.
17 La politique de l’Italie à l’égard des pays arabes et musulmans change à partir de 1932. Cette période correspond à toute une série d’initiatives politiques et diplomatiques visant une meilleure pénétration culturelle et politique dans l’Orient méditerranéen.

Cf. Mario Giro, « L’Istituto per l’Oriente dalla fondazione alla seconda guerra mondiale », Storia contemporanea, a. XVII, n° 6, décembre 1986, pp. 1152-1153.

18 Mussolini accorde deux entretiens à Weizmann en 1933 et 1934. Pour un approfondissement des relations entre Mussolini et Weizmann, lire l’article de Sergio I. Minerbi, « Gli ultimi due incontri Weizmann-Mussolini (1933-1934) », Storia contemporanea, septembre 1974, pp. 431-477.
19 Institut Jabotinsky, Papiers Leone Carpi, 189-2. Lettre de Leone Carpi à tous les responsables des comités des révisionnistes en Italie. Milan, le 27 août 1932.
20 Le 4 mai 1932, Dino Grandi intervient à la Chambre des députés. Il affirme que les mandats n’ont pas été instaurés dans le but de créer un système de rapports permanents entre la puissance mandataire et le territoire sous mandat, mais pour conduire les pays arabes à une complète et effective indépendance. Cf. « La proficua azione nel Mediterraneo orientale », Il Popolo d’Italia, A. XIX, N° 107, 5 mai 1932, p. 2.
21 Institut Jabotinsky, Papiers Isacco Sciaky, 307-1/4/2. Lettre de Jabotinsky à Isacco Sciaky. Paris, 16 juin 1932.
22 Leone Carpi avait déjà organisé entre 1932 et 1934 plusieurs stages pour les jeunes du Betar italien.

Cf.Institut Jabotinsky. Papiers Leone Carpi 189-2. Témoignage de Leone Carpi, 22 août 1953.

23 Ibidem.
24 Wolfgang Von Weisl est le correspondant du prestigieux quotidien autrichien Neue Freie Presse au Proche-Orient. Il se charge d’introduire au sein de la jeunesse juive autrichienne la personnalité de Jabotinsky et sa vision du sionisme, au point que son voyage en Autriche a un accueil triomphal. Il est membre permanent de la Nessiut (le bureau) de la Nouvelle Organisation sioniste.
25 Archivio Centrale di Stato (A.C.S.), MINCULPOP, (Direzione generale Servizi per la Propaganda), B. 170, I/54, 1934. Lettre du consul d’Italie à Jérusalem au ministre pour la Propagande. Jérusalem, 2 octobre 1934.
26 Ibidem.
27 Ibidem. Note de Galeazzo Ciano pour Mussolini. Rome, 11 octobre 1934
28 Ibidem. Lettre de Galeazzo Ciano, sous-secrétaire pour la presse et la propagande au consul d’Italie à Jérusalem. Rome, 13 octobre 1934.
29 Le ministère de l’Education nationale fait savoir qu’en raison d’un manque de places, les jeunes sionistes ne peuvent pas être admis à l’Académie d’Éducation physique.

Cf. ACS, MINCULPOP, (Direzione Generale Servizi per la Propaganda), B. 170, I/54, 1936. Lettre d’Alessandrini, de la Direction générale pour les Services de la propagande au consul d’Italie à Jérusalem. Rome, 27 novembre 1936.

30 Ibidem. Note pour Galeazzo Ciano, qui depuis le 11 juin 1936 est devenu ministre des Affaires étrangères. Rome, 10 novembre 1936.
31 Mariano de Angelis, conseiller de Légation avec le titre de consul général, est le diplomate le plus haut gradé jamais envoyé en Palestine, où il reste de 1932 à juillet 1936.

Cf. Lucia Rostagno, Terrasanta o Palestina ? La diplomazia italiana e il nazionalismo palestinese (1861-1939), Bardi editore, Rome, 1996, p. 170.

32 ASMAE, Carte Dino Grandi, B. 80, f. 161, s.f. 4. Lettre de Dino Grandi, Ambassadeur d’Italie à Londres au ministère des Affaires étrangères. Londres, 30 octobre 1935.
33 ASMAE, Affari Politici Etiopia 1931-1945, B. 121, f. 20, « Atteggiamento della Palestina ». Lettre d’Isacco Sciaky à Raffaele Guariglia. Florence, 4 avril 1936.
34 Ibidem. Lettre de Fulvio Suvich à Alberto Theodoli. Rome, 26 mai 1936.
35 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 10. Lettre de la Légation d’Italie à Vienne au ministère des Affaires étrangères. Vienne, 14 septembre 1935.
36 Institut Jabotinsky, Papiers Isacco Sciaky, 307-1/4/2. Lettre de Sciaky à Jabotinsky. Florence, 15 novembre 1935.
37 Ibidem. Lettre de Jabotinsky à Sciaky. Paris 18 novembre 1935.
38 Institut Jabotinsky, Papiers Isacco Sciaky, 307-2/4/2. Lettre de Sciaky à Jabotinsky. Florence, 26 novembre 1935.
39 Georges Bensoussan, op. cit., p. 830.
40 Institut Jabotinsky. Papiers Isacco Sciaky, 307- 2/4/2. Lettre de Sciaky à Jabotinsky. Florence, 26 novembre 1935.
41 Ibidem. Lettre d’Isacco Sciaky à Jabotinsky. Florence, 3 décembre 1935.
42 A.S.M.A.E., Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 10. Lettre de Suvich, envoyée aux ministères de l’Intérieur et de l’Éducation nationale. Rome, 17 décembre 1935.
43 Ibidem.
44 Jabotinsky exprime à maintes reprises son désaccord face au fascisme. Dans une lettre à madame Miriam Lang, il affirme qu’il déteste le culte de la personnalité et qu’il éprouve une certaine répulsion pour le culte du Duce. Cette lettre est citée par Yaacov SHAVIT, Jabotinsky and the Revisionist movement 1925-1948, Frank Cass & co. Ltd, Londres, 1988, p. 67. En 1933, Shlomo Jacobi demande à Jabotinsky d’assumer un contrôle fasciste sur le parti. Jabotinsky répond que le révisionnisme n’est pas fasciste et que le seul point commun entre fascisme et révisionnisme est que les intérêts de la nation dépassent les intérêts de classe. Le révisionnisme, contrairement au fascisme, croit à la démocratie, à un gouvernement parlementaire, à la liberté de parole, de pensée et à la liberté de la presse. Cf. Institut Jabotinsky. Lettre de Jabotinsky à Shlomo Jacobi. Paris, 4 octobre 1933.
45 Le terme Nezivut désigne la section territoriale du Betar.
46 Leone Carpi, Come e dove rinacque la Marina d’Israele. La scuola del Betar a Civitavecchia, Rome, 1965, p. 12.
47 Ibidem, pp. 12-16.
48 A.S.M.A.E., Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 9. Lettre de Leone Carpi à Thaon di Ravel. Milan, 28 octobre 1934.
49 ACS, Presidenza del Consiglio dei ministri (1934-1936), 2-5-2947/2, Dossier Unione Mondiale dei Sionisti Revisionisti. Séance du 11 janvier 1935.
50 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 10. Lettre du ministère des Affaires étrangères à la Préfecture de Milan. Rome, 28 janvier 1935.
51 G. Yacoby, « Come nacque la flotta israeliana », Bollettino della Comunità Israelitica di Milano, n° 5, mai 1985.
52 « Nel campo delle realizzazioni marinare », L’idea sionistica, a. V, mai 1936, n° 10, p. 12.
53 Le 5 août 1935 le capitaine Fusco informe ses supérieurs hiérarchiques de la création d’une société anonyme fondée par des sionistes révisionnistes. Cette société a acheté un voilier, baptisé Sara I par les sionistes. Fusco indique qu’il sera utilisé pour le transport des marchandises le long des côtes méditerranéennes, y compris la Palestine. Le bateau aura un drapeau italien. L’équipage sera composé de matelots italiens, y compris le commandant qui est professeur dans l’école de Civitavecchia. Le bateau prendra à son bord 26 élèves dans le but de les entraîner à la vie de la mer. Les jeunes du Betar pourront organiser des réceptions à bord du bateau pour les communautés juives des villes où le bateau fera escale. Cf. ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 10. Lettre du capitaine Fusco au Directeur Général du Consortium des écoles professionnelles maritimes. Civitavecchia, 5 août 1935.
54 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 10. Lettre du capitaine Tiberio Paone au consul d’Italie de Séville. Séville, 1er octobre 1935.
55 Ibidem.
56 Ibidem. Lettre du consul d’Italie à Séville à l’Ambassade d’Italie à Madrid. Séville, 3 octobre 1935.
57 Marina della Seta, « Scuola navale a Civitavecchia per i futuri marinai d’Israele », Oltre l’arco, n° 4, Avril 1997, pp. 3-4.
58 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 10. Lettre du consul d’Italie à Alger au ministère des Affaires étrangères. Alger, 22 octobre 1935.
59 Institut Jabotinsky, Papiers Isacco Sciaky, 307-2/4/2. Lettre d’Isacco Sciaky à Jabotinsky. Florence, 31 décembre 1935.
60 C’est l’hymne officiel du parti fasciste, joué et chanté avant chaque manifestation officielle.
61 Les Gruppi Universitari Fascisti (G.U.F.) contrôlent et dirigent les activités politique, culturelle et sportive des étudiants universitaires italiens. En 1922 les G.U.F. tiennent leur premier congrès national ; ils sont très actifs tout le long de la période fasciste pour épurer les universités de professeurs antifascistes.
62 « Inaugurazione della nuova sede della squadra marinara del Betar a Civitavecchia », Supplemento al n° 8 de L’idea sionistica dedicato alla Scuola Marittima Ebraica del Betar in Civitavecchia, Mars 1936, n° 8, pp. 1-4.
63 Institut Jabotinsky, Papiers de la Marine, 1/28. Lettre du capitaine Fusco à Jabotinsky. Civitavecchia, 3 avril 1936.
64 La Ligue des Amis de la Navigation Juive, créée en mai 1936, se propose de réunir des fonds pour la croisière des élèves de Civitavecchia. De nombreuses personnalités adhèrent à cette ligue : le baron Robert de Rotschild, le grand rabbin de Paris Julien Weill, le professeur Woronoff, le directeur de l’école rabbinique Maurice Lieber, Raymond-Raul Lambert, rédacteur en chef de l’Univers Israélite, Georges Levin, président de l’Alliance Israélite Universelle et l’ancien ministre Anatole de Monzie. Cf. « Illustre personalità aderiscono alla lega marinara ebraica », L’idea sionistica, a. VI, août - septembre 136, n° 1-2.
65 Institut Jabotinsky, Papiers de la Marine, 1/24. Lettre de Joanna Jabotinsky au Capitaine Fusco. Paris, 30 mars 1936.
66 Institut Jabotinsky, Papiers Isacco Sciaky, 307-1/4/2. Lettre de Jabotinsky à Isacco Sciaky. Stresa, 3 juillet 1936.
67 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 19. Lettre du ministre des Communications, adressée à la Présidence du Conseil des ministres, avec copie au ministère des Affaires étrangères et au ministère de l’Intérieur. Rome, 26 septembre 1936.
68 Ibidem.
69 ACS, Presidenza del Consiglio dei ministri (1934-1936), 2-5-2947/3, Dossier Unione Mondiale dei Sionisti Revisionisti. Séance du 20 octobre 1936..
70« Lungo le coste d’Italia con la nave Sara I », L’idea sionistica, nov.-déc. 1936, n° 4-5, pp. 13-14.
71 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 13. Lettre du ministre des Communications au ministère des Affaires étrangères. Rome, 25 juillet 1936.
72 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 19. Lettre de consul d’Italie en Palestine au ministère des Affaires étrangères. Jérusalem, 4 novembre 1936.
73 « Il terzo anno della scuola marittima di Civitavecchia », L’idea sionistica, a. VI, Janvier 1937, n° 6, pp. 6-7.
74 En 1936, le capitaine Fusco rédige un rapport portant sur « L’importance de la pêche maritime le long de la côte palestinienne ». Il y note la faiblesse de la pêche alors que les eaux de la mer palestinienne sont très riches en poissons. Les résultats de ce rapport sont étudiés par M. Kirschner, et en février 1937 le Betar crée une société anonyme pour le développement de la pêche en Palestine. Le capitaine Fusco met alors en place une section consacrée à la pêche à l’école de Civitavecchia. Cf. Institut Jabotinsky, Papiers de la Marine (1936) 1/24. Lettre de Joanna Jabotinsky au capitaine Fusco. Paris, 26 février 1936. Papiers de la Marine 1/24. Compte-rendu de la réunion du 9 février 1937 qui s’est déroulée à Londres.
75 Le 14 novembre 1936, un arrêté du commissariat général de Tripoli avait annoncé que tous les magasins devaient rester ouverts tous les jours sauf le dimanche. L’arrêté provoqua un tollé chez les Juifs de Tripoli. Dès son entrée en vigueur, certains commerçants juifs décidèrent de fermer leurs magasins le samedi. Le 2 décembre 1936, deux Juifs sont punis de flagellation publique. Cf. Renzo De Felice, op. cit., p. 203.
76 Cf. « La spada dell’Islam consegnata a Mussolini », Il Popolo d’Italia, a. XXIV, n° 78, 19 mars 1937, p. 1. Pour un approfondissement de la question, lire l’essai d’Enrico Galoppini, Il Fascismo e l’Islam, Edizioni all’Insegna del Veltro, Parme, 2001.
77 Il s’agit du marquis Alberto Theodoli, président de la Commission des Mandats auprès de la Société des Nations. Entre 1936 et 1938 Theodoli rencontre à maintes reprises Isacco Sciaky et semble sympathiser avec les idées des révisionnistes. Beaucoup d’encre a coulé sur l’anti-sionisme de Theodoli, peut-être en raison des affirmations de Weizmann. L’ancien président de l’Organisation sioniste écrit dans ses mémoires au sujet de Theodoli : « À la commission permanente du mandat, le comte Theodoli poursuivant les instructions qui lui étaient données, se posait en défenseur des droits des Arabes et de l’Eglise catholique contre les empiètements imaginaires des Juifs ». Cf. Chaïm Weizmann, Naissance d’Israël, Gallimard, Paris, 1957, p. 421. De plus, dans l’autobiographie de Theodoli il n’y a aucune trace d’hostilité envers les sionistes. Cf. A. Theodoli, A cavallo di due secoli, La Navicella, Rome, 1950.
78 Institut Jabotyinsky, Papiers Isacco Sciaky, 307/15/2. Lettre de Benjamin Akzin à Isacco Sciaky ; Londres, le 24 février 1937.
79 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, Lettre de Gozzi à Ciano. Londres, 18 juin 1937.
80 Ibidem. Lettre de Ciano à l’Ambassade d’Italie à Londres. Rome, 9 mars 1937.
81 Ibidem.
82 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 13. Note du Bureau III, Affaires Politiques pour Ciano. Rome, 24 juillet 1937.
83 Ibidem.
84 Idem.
85 Institut Jabotinsky, Papiers de la Marine, 28/1. Lettre de Jabotinsky au capitaine Nicola Fusco. Londres, 14 sept. 1937.
86« Il Sara I rompe il boicottaggio della Jewish Agency. Ricevimenti a Gerusalemme, Tel Aviv e nelle colonie », L’idea sionistica, octobre-novembre 1937, n° 3-4-5.
87 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 19. Lettre de Quinto Mazzolini au ministère des Affaires étrangères. Jérusalem, 22 septembre 1937.
88 Ibidem.
89 Idem.
90 Paolo Orano, journaliste et recteur de l’Université de Pérouse, est marié avec Camille Mallarmé, envoyée spéciale en Italie du journal français Je suis partout. Son ouvrage Gli Ebrei in Italia, paru en avril 1938, condamne particulièrement les sionistes italiens dont l’attachement au mouvement sioniste n’est pas du tout compatible, d’après lui, avec leur patriotisme. Orano rencontre à maintes reprises Mussolini avant la parution de son livre, et l’entretient du contenu de l’ouvrage d’Orano. De plus, le Duce charge personnellement le ministère de la Propagande d’en faire la publicité dans la presse, signe que le vent a tourné. Cf ACS, Segreteria Particolare del Duce, CO, N° 509595.
91 Oreste Gregorio, « Problemi d’attualità. Gli ebrei in Italia », Il Popolo d’Italia, N° 144, 25 mai 1937, p. 3.
92ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 19. Projet présenté par le capitaine Halperin au consul d’Italie à Jérusalem. Haïfa, 11 octobre 1937.
93 Ibidem. Lettre de Guarnaschelli, responsable du Bureau Levant au consul d’Italie à Jérusalem. Rome, 23 novembre 1937.
94« Salonicco accoglie con entusiamo il Sara I », L’idea sionistica, A. VII, oct.-nov.-déc. 1937, n° 3-4-5, p. 14.
95 ASMAE, Affari Politici Palestina 1931-1945, B. 27. Lettre du consul d’Italie, adressée au ministère des Affaires étrangères et au ministère de la Culture populaire. Tunis, 31 décembre 1931.
96« L’affaire du Sara Ier », L’Avenir social, 5 janvier 1938, p. 1. Article trouvé dans Institut Jabotinsky, Papiers de la Marine, 49/1.
97 Le terme dérive de Destour, parti politique tunisien de Bourguiba fondé en 1920.
98 Ibidem. Lettre du consul d’Italie à Tunis, adressé au ministère des Affaires étrangères et à l’Ambassade d’Italie à Paris. Tunis, 4 janvier 1938.
99 ASMAE, Affari Politici Palestina, 1931-1945, B. 19. Note de Guarnaschelli, responsable du Bureau Europe Méditerranée au ministre des Affaires étrangères. Rome, le novembre 1937.
100 Il s’agit bien entendu d’Hitler qui effectue une visite officielle en Italie du 3 au 9 mai 1938.
101 ASMAE, Affari Politici Palestina, 1931-1945, B. 27. Note de Guarnaschelli, responsable du Bureau Europe, Méditerranée au ministre des Affaires étrangères. Rome, 9 mars 1938.
102 Ibidem. Lettre du ministre des Communications, adressée au ministère des Affaires étrangères, ministère de l’Intérieur et de l’Education Nationale. Rome 30 août 1938.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alberto Bianco, « Les sionistes révisionnistes et l’Italie », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 13 | 2003, 22-45.

Référence électronique

Alberto Bianco, « Les sionistes révisionnistes et l’Italie », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 01 septembre 2008, Consulté le 02 octobre 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/136

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page