Navigation – Plan du site
État de la recherche

De la richesse des Archives sionistes centrales

Dominique Bourel et Eva Telkes-Klein
p. 46-55

Texte intégral

1Contrairement à ce que leur nom laisse entendre, les Archives sionistes centrales ne sont pas uniquement consacrées aux questions juives. Si l’on y trouve, comme on s’y attend, des documents sur les Juifs français, on est plus surpris d’y lire des réflexions philosophiques ou des considérations sur les Juifs américains1. Le crfj s’emploie, avec une équipe de collègues philosophes français et israéliens, à exploiter le fonds d’archives d’Émile Meyerson, ces recherches sont également l’occasion de fureter dans les autres fonds pour éclairer ou préciser certains documents. C’est ainsi que nous proposons aujourd’hui un florilège de textes qui relèvent de l’histoire du judaïsme français, de la philosophie des sciences, de l’histoire des institutions scientifiques ou encore de l’histoire culturelle.

Bambus A 28/35

2La lettre de Bernard Lazare reflète la distance des Juifs français quant à leur identité juive et leur refus de s’impliquer dans le projet sioniste. Elle montre, en contrepartie, l’engagement de Bernard Lazare dans la lutte contre les injustices dont les Juifs sont victimes : il évoque là les accusations de meurtre rituel qui ont secoué l’Europe à la fin du xixe siècle.

3Lettre de Bernard Lazare

« Paris 20 novembre 1900
Papier à en-tête : 7, Rue de Florence

Cher Monsieur Bambus2,

Je réponds tardivement à votre lettre, c’est que je n’avais pas de nouvelles favorables à vous donner. Je suis impuissant à trouver les ressources nécessaires pour contribuer à l’organisation de la société industrielle palestinienne. Il y a en France pour toutes les questions qui touchent au judaïsme, une indifférence de plus en plus grande. Les Juifs de ce pays n’ont qu’un souci : celui de ne pas paraître juif et de ne rien faire qui puisse rappeler aux autres qu’ils le sont, ils sont même dans l’incapacité de se défendre, ils sont christianisés, c’est-à-dire pourris jusqu’aux moelles, et il n’y a rien à attendre d’eux. La seule chose qu’il faille souhaiter, c’est de les voir disparaître, ainsi débarrasseraient-ils le judaïsme de leur pesanteur.
Je vois qu’il n’en est pas ainsi chez vous et qu’il y a des éléments actifs. Je vous fais tous mes compliments sur les résultats de votre belle activité à Kaunitz3 où vos efforts ont tant contribué à faire triompher la vérité, mais votre tâche n’est pas encore finie. À Pisek, la canaille antisémite vient de triompher. Je crois qu’il faudrait faire connaître au monde, et mieux qu’elle n’est connue, la tragédie de Polna4 et il serait nécessaire de constituer un comité international pour défendre ce malheureux Hilsner5 manifestement innocent. Il y a un groupe chrétien en Belgique qui veut de s’en occuper, j’avais l’intention d’écrire à ce sujet au professeur Masaryck [sic]6, mais je voulais vous consulter ainsi que le Dr. Nathan7 à ce sujet. Dites-moi ce que vous pensez de ce que je vous dis.
Si vous voulez faire connaître à la presse française des choses utiles sur l’affaire de Kaunitz ou sur l’affaire Hilsner, vous pouvez m’écrire ou me télégraphier, je ferai le nécessaire.
Avez-vous reçu les exemplaires du livre de Strack8 (traduction) que je vous ai envoyés ? Pourriez-vous m’envoyer deux ou trois exemplaires de la dernière édition allemande ? je voudrais aussi un ou deux exemplaires de Xantener Kirchenmord9 et du livre du Dr Nathan sur Tisza Eszlar10. Disposez vous des publications de Masaryck [sic] sur Hilsner11 et y a-t-il d’autres publications ? Que pensez-vous des comptes rendus sténographiques du procès. Je voudrais savoir ce que vont faire les avocats d’Hilsner. Voici bien des demandes. Faites, je vous prie, mes amitiés au Dr. Nathan et croyez-moi votre bien cordial dévoué

Bernard Lazare »

Meyerson A408/130

4Les archives sionistes centrales sont dépositaires de l’ensemble des papiers d’Émile Meyerson. Leur exploitation, riche pour l’histoire des Juifs de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle en Europe et en Palestine, est instructive pour l’histoire et la philosophie des sciences. Dans la lettre qui suit Jean Piaget interroge Meyerson sur le sens de la science et les rapports de la cause et de la loi :

5Lettre de Piaget

« Jean Piaget
10 sept 1925
Les Granges sur Salvan (Valais)

Cher Monsieur,

Votre neveu est ici et nous parlons de vous. Je me dis que vous ne craignez pas qu’on vous importune par lettres, et me pousse à vous poser à vous-même les questions que je lui pose. Bien plus, je compte faire un cours sur votre doctrine, cet hiver, et cela m’enhardit à venir vous soumettre mes hésitations à l’interprétation de certaines de vos pages.

Le point sur lequel je suis troublé est le point central des rapports de la cause et de la loi.
Voici d’abord ce que je comprends et ce que j’admets entièrement :
1°) C’est que la science cherche avant tout à expliquer.
2°) Que l’explication scientifique est essentiellement une déduction
et 3°) C’est que les soi-disant hypothèses figuratives (comme l’atomisme, etc.) ne sont nullement des manières de parler, comme pensait Comte, mais font partie de l’essence même des processus d’explication.

Ce que je ne comprends pas, c’est le rapport de la cause et de la loi dans la déduction scientifique.
Il me semble que dans toutes les sciences jeunes ou en formation, la cause et la loi sont tout à fait hétérogènes, comme vous le dites sans cesse. On a des lois dues à l’observation, mais qui ne sont pas expliquées. On a d’autre part des causes, mais qui sont souvent erronées et ne rendent pas compte des lois. Or, comme vous le dites, ces lois ne suffisent pas. Le savant n’est satisfait que lorsqu’il peut les déduire, etc. ? Mais il me semble que dans les sciences très avancées, comme la physique mathématique, on assiste à une fusion tout à fait intime de la cause et de la loi ? cela pour deux raisons :
1°) De par leur progrès même, les lois tendent à s’impliquer les une dans les autres, à se déduire, grâce à leur forme mathématique même, et indépendamment des hypothèses figuratives. Il y a là une déduction non due à l’identité mais simplement à la généralisation mathématique (à moins que vous ne fassiez actuellement rentrer la généralisation dans l’identité).
2°) Les hypothèses figuratives sur lesquelles repose l’identification spatiale tendent à devenir entièrement géométriques ; or, à la limite, elles tendent aussi à être la simple traduction des lois elles-mêmes, parce qu’on peut établir un parallélisme complet entre la déduction analytique et la déduction spatiale. La mathématisation même du réel me paraît, pour ainsi dire impliquer une fusion progressive de la loi et de la cause. En mathématiques, en effet, je ne vois plus du tout la différence. La loi me paraît s’y confondre avec les théorèmes eux-mêmes, et la cause avec leur déduction les uns à partir des autres. Dans un grand nombre de cas, cette déduction peut se faire aussi bien par voie purement analytique ou par voie géométrique.

Cela dit, voici les questions que je me permets de vous poser :
1° Ce que je viens formuler maladroitement, est-ce votre pensée même, mais exprimée en un vocabulaire vicieux, ou est-ce le contraire de ce que vous pensez ?
2° Qu’appelez-vous cause et loi en mathématiques ?
3° Admettez-vous que l’opposition entre la cause et la loi demeure à tous les degrés de la science, ou que la cause absorbe en quelque sorte la loi tout entière ?

J’hésite, en effet souvent entre deux interprétations à donner à votre pensée.
Tantôt, il me semble que vous apportez l’une à l’autre, la loi et la cause, aussi bien quand la loi est expliquée par la cause qu’au stade où la loi est simplement découverte, mais non encore expliquée. Tantôt il me semble, au contraire, que vous admettez que, en expliquant la loi, la cause l’absorbe pour ainsi dire.
Pardonnez-moi de vous poser ces questions. Je sais que vous préparez un livre de logique. Il éclairera j’en suis sûr le fond même de votre doctrine en montrant le vrai sens de ce que vous appelez identification : identification spatiale, ou généralisation logique, ou tous les deux ?
Si je me permets de vous écrire, c’est que je suis trop impatient pour attendre votre logique.
En outre, me permettriez-vous une demande indiscrète ? Votre neveu m’a raconté vos séances de cet été, et m’a parlé d’une lettre qu’il vous a envoyée. Nous aimerions beaucoup discuter ici en nous référant à ce texte et à celui de la réponse que vous lui avez donnée. Est-ce trop vous déranger que de vous demander de nous prêter ici cette lettre de votre neveu ? On vous la renverra.

Ma femme vous envoie ses meilleurs messages. Je m’excuse encore une fois de la liberté que je prends et vous prie, cher Monsieur, de croire à mon respectueux et très fidèle attachement

Jean Piaget
Chalet Mon séjour, Les Granges sur Salvan (Valais)

Rajouté par Ignace Meyerson, en un petit paragraphe compact :
Je suis ici comme un coq en pâte, comme un enfant en couveuse, comme un poisson dans l’eau, comme une grenouille dans une mare, comme un aigle à 3 000 mètres, comme un ver de terre dans du sable marin, comme une guêpe dans un pot de miel, comme le lac Leman en Suisse. »

Meyerson A408/11

6Hugo Bergmann, en poste à la nouvelle bibliothèque de l’Université hébraïque de Jérusalem en gestation, essaye d’enrichir son fonds, et les lettres que nous publions sont instructives pour l’histoire des institutions scientifiques.

7Lettres d’Hugo Bergmann

• Papier à en-tête de l’Université
« Jérusalem, le premier décembre 1924

Monsieur Émile Meyerson
Aux soins de l’Édition Payot
106 Boulevard Saint-Germain

Monsieur,

Nous osons vous demander une faveur : veuillez faire don à notre bibliothèque de toutes les œuvres que vous avez écrites. Vous ne l’ignorez pas peut-être, que l’Université à Jérusalem vient de s’ouvrir, et nous espérons bien, Monsieur, que la philosophie va occuper une place importante dans le programme des études de l’Université. Vos œuvres, cher Monsieur, ne manqueront pas d’intéresser particulièrement nos lecteurs, surtout les étudiants de l’Université.
Vous le savez sans doute ; Monsieur, que le Gouvernement français a distingué notre bibliothèque deux fois déjà par de grandes donations en livres et en argent.
Tout en espérant que notre humble requête ne sera pas faite en vain ; nous vous prions, Monsieur, d’agréer l’assurance de notre parfaite considération.

Hugo Bergmann »

• Papier à en-tête de l’Université
« Jérusalem, le 14 janvier 1925

Monsieur Émile Meyerson
Aux soins de l’Édition Payot
106 Boulevard Saint-Germain

Monsieur

En vous accusant réception des deux livres « La Déduction relativiste » et « De l’explication dans les sciences », que vous avez eu la bonté de nous faire parvenir, nous tenons à vous exprimer nos remerciements cordiaux de ce que vous avez accordé la demande promptement, et de vous assurer, Monsieur, de notre considération la plus parfaite.

Hugo Bergmann »

Salomon Adler-Rudel A 140/386

8Lettre, en allemand, d’Hannah Arendt12 à Salomon Adler-Rudel13. Cette lettre date du début du séjour d’Hannah Arendt aux USA. Au préalable, elle avait travaillé longtemps en France au service des Juifs allemands, s’attachant par exemple à sauver Walter Benjamin. Ayant réussi à sortir du camp de Gurs, elle s’installe à New York au mois de mai 1941.

9Lettre d’Hanna Arendt

• «  23 février 1943
317 West 95th Street
New York, N. Y.

Cher Rudel,

J’ai été tellement heureuse de ce que vous n’êtes pas un homme à principes fermes. Mais pas seulement parce que cela me convenait, mais surtout parce que je ne peux pas supporter les hommes à principes fermes14. Et nous n’avons pas oublié, tous les deux, notre soirée au Viking et nous savons que nous la reprendrons de nouveau quels que soient le lieu et le temps. Le fait que je ne vous ai pas écrit, n’a rien à voir avec de l’« américanisation » ou quelque chose d’autre, mais simplement que je n’écris en réalité jamais de lettre, que j’en suis en quelque sorte incapable, et qu’à l’époque j’écrivis de Lisbonne15 afin de dire « bon jour » et parce que je me sentais aussi obligée objectivement de faire un rapport. J’avais envoyé le Dreyfus16 à la place d’une lettre et je suis heureuse que vous ayez pu en faire quelque chose. Il a été raccourci de plus d’un tiers par la rédaction, car il était devenu trop long pour la Revue. À cette occasion naturellement quelques accidents sont survenus en ce qui concerne la formulation, mais que personne n’a remarqué sauf vous. L’article n’est qu’un chapitre tiré du livre sur l’antisémitisme que j’écris depuis quelque temps. Un plus gros chapitre sur les « juifs d’exceptions » en Allemagne, en Angleterre (Disraéli) et en France (Proust) vient d’être achevé et en ce moment je me bats avec une déduction de la pensée de la race (race-thinking) pour une revue non juive ; après ce sera le tour d’une analyse des mouvements totalisateurs (Pan-Bewegungen) avec l’antisémitisme qui leur est inhérent.
[…]

J’aurais beaucoup à dire au Viking sur le pays. C’est plutôt difficile par écrit. C’est très dommage que vous ne soyez pas venu ici ; pour tous ceux qui s’occupent de choses juives, c’est une expérience très essentielle. Il y a ici, et c’est ce qui fait tout de suite tellement de bien, manifestement un peuple juif d’Amérique. (Et nos chers Juifs de l’Europe occidentale, qui essaient de devenir américains ou d’appartenir à ce peuple juif (Jewish people) d’Amérique sont des fous qui tentent d’installer leur intérieur sur la lune). Mais ce caractère du peuple apportera difficilement autre chose que le folklore, qui écrase dans l’œuf tout projet politique sérieux. En un certain sens, la plus grande majorité de ces Juifs n’est pas sioniste, mais pro-palestinienne – et ce qui ne signifie pas plus que soit l’idéal vide dont l’homme d’affaire a besoin, soit la conception plus pratique d’une Palestine comme un hôpital Rothschild, énormément agrandi et arrangé selon les inventions les plus modernes. Les sionistes n’ont pas une autre conception, malgré tout les discours d’un Commonwealth juif, dont personne ne peut se représenter ce qu’il serait.
Parmi les Juifs, vous avez ici naturellement un matérialisme crasse, mais aussi très souvent un idéalisme crasse. Les deux sont étrangers à la réalité, et se battent, assez souvent et de manière inattendue, entre eux. Sur le fond de ces deux attitudes, il y a surtout chez tous les Juifs européens orientaux la conviction inébranlable que l’Amérique est vraiment « la terre promise » – Ce qui ne renforce pas vraiment leur intelligence politique bien que cette attitude soit compréhensible. La catastrophe européenne les a beaucoup confortés dans cette opinion. Ainsi la Palestine devient-elle un idéal extérieur au monde que l’on fait mieux de ne pas « souiller », ou bien purement une cause philanthropique, pour laquelle les Juifs, malheureusement, ne peuvent pas venir en Amérique. Puisque les juifs ne sont pas véritablement un peuple et n’ont pas dégénéré en clique, leur sentiment de solidarité est encore plutôt intact, et ceci est toujours réjouissant.
Cher ami, pour ma situation, ceci est une lettre très longue. M’écrirez-vous de nouveau ? Comment allez-vous personnellement ? Que fait la fille ?

Vous saluant amicalement et de tout cœur

Vôtre
Hannah Arendt »

Haut de page

Notes

1 Régulièrement mis à jour, le Guide to the Archival Record Groups and Collections – la dernière édition date de 2003 – des Archives sionistes centrales, montre la richesse remarquable de ses fonds. On peut y avoir accès facilement par le courriel : cza@jazo.org.il.
2 Willy Bambus (1862-1904), personnalité importante de la communauté juive allemande, est un des responsables de Verein Esra, société fondée en 1884 pour le soutien des colonies juives de Palestine, l’installation d’agriculteurs juifs en Palestine et en Syrie, et pour développer la conscience nationale juive et soutenir le Yshouv. C’est lui qui, avec H. Hildesheimer, E. Meyerson et I. Turoff, a l’initiative d’installer le Comité central des Hovevei Tsion à Paris. On lui doit aussi nombre d’associations juives à Berlin. Il participe aux premier et second congrès sionistes, mais son désaccord sur le sionisme politique le pousse à quitter l’organisation sioniste, tout en restant très actif pour soutenir les activités juives en Palestine (il soutient le développement industriel et expose les vins et autres produits agricoles de Palestine lors de l’Exposition internationale de Paris)
3 En 1900, éclate à Kaunitz (alors allemande), quelques jours avant Pessah, après la découverte du corps d’un jeune garçon, Ernest Winter, coupé en morceaux, une accusation de meurtre rituel contre le boucher juif, qui est arrêté. Sa libération, faute de preuves, donne lieu à des émeutes antisémites.
4 C’est dans un bois proche de cette ville de Bohème que l’on retrouve le corps de la jeune Anezka Hruza. Cette découverte est l’occasion d’une accusation de crime rituel contre le jeune Juif Léopold Hilsner.
5 Le cas Hilsner est un autre épisode de l’expression de l’antisémitisme en Bohème à la fin du xixe siècle. En 1899, après la découverte du corps d’une jeune fille étranglée, un jeune vagabond de 22 ans, Leopold Hilsner, est arrêté, accusé de meurtre rituel et condamné à mort. Un deuxième procès a lieu au tribunal de Pisek : on le charge d’un second crime, et confirme la condamnation à mort. Grâce à l’intervention de nombreuses personnalités, dont Masaryk, la sentence est ultérieurement commuée en peine de prison à perpétuité. Hilsner est gracié en 1916.
6 Philosophe et homme d’État tchèque, premier Président de la Tchécoslovaquie, Thomas Masaryk (1850-1937) est issu d’un milieu catholique antisémite porté à croire aux calomnies de meurtres rituels. Cependant, la fréquentation de condisciples juifs l’incite à changer d’opinion.
7 Paul Nathan (1857-1927), journaliste, homme politique allemand, responsable juif. Un des fondateurs du Comite zur Abwehr antisemitischer Angriffe de Berlin, il écrit en 1892 plusieurs livres sur les accusations de meurtres rituels de Tisza-Eszlar et de Xanten (Der Jüdische Blutmord und der Freiherr von Wackerbarth-Linderode. Ein antisemitsch-parlamentarisches Kulturbild, Der Prozess von Tisza-Eszlar, et Xanten-Cleve. Betrachtungen zum Prozess Buschhof).
8 Hermann Strack (1848-1922), orientaliste et théologien allemand, considéré comme le spécialiste non-juif dans les domaines de la Bible et du Talmud, de la langue hébraïque et de l’amarique. Appelé comme expert dans de nombreux cas de procès à connotations antisémites, il prend faits et causes en faveur des Juifs. Outre ses ouvrages scientifiques, il publie plusieurs livres sur les questions de croyances superstitieuses : Der Blutaberglaube bei Christen und Juden (1891) et Das Blut im Glauben und Aberglauben der Menschheit (1900).
9 L’affaire de Xanten éclate en 1891 quand le boucher juif est accusé du meurtre d’un enfant de 5 ans et arrêté. Faute de preuves, il est relâché, ce qui suscite une telle campagne antisémite jusqu’au Parlement qu’il est à nouveau arrêté. S’ouvre alors le procès de Clèves, où témoigne Nöldeke, l’orientaliste réputé qui affirme qu’aucun texte religieux juif n’oblige les Juifs à recourir à ces sacrifices humains. Son témoignage fait autorité et Buschhof est acquitté. Son retour à Xanten provoque une telle agitation qu’il est contraint de quitter la ville avec sa famille.
10 Tisza Eszlar, petite ville hongroise où disparaît une jeune servante catholique en 1882. Peu après se répand une rumeur accusant les Juifs de l’avoir égorgé selon les rites nécessaires à la préparation de Pessah. On retrouve le corps de la jeune fille dans la Tisza et un jeune garçon, Maurice Scharf, est arrêté, accusé des faits. Sous la pression des interrogatoires, il avoue avoir vu son père et trois bouchers égorger la jeune fille. Quinze personnes sont incarcérées. Lors du procès, le tribunal se rend compte que les accusations du jeune homme ne sont pas fiables et acquitte les Juifs inculpés.
11 Très tôt, Masaryk se fait le défenseur de Hilsner ; il publie deux textes : Thomas G. Masaryck, Not Wendigkeit der Revision des Polnaer des Ritualmordglauben (1899) et Bedeutung des Polnaer Verbrechens für den Rituamordglauben (1900).
12 Rappelons qu’une partie de l’œuvre d’Hannah Arendt (1906-1975) vient d’être réédité en français : Les origines du totalitarisme, Eichmann à Jérusalem, éd., intr., Pierre Bouretz, Paris, Gallimard, Quarto, 2002
13 Salomon Adler-Rudel (1894-1975), né à Czernowitz, fut d’abord un travailleur social aidant les Ostjuden à Berlin entre 1920 et 1934. Il organisera le sauvetage de milliers de réfugiés, d’Europe de l’Est puis d’Allemagne. Durant son émigration, il sera ensuite administrateur du Central British Fund (1936-1945) puis directeur en Israël des relations internationale de l’Agence juive. Premier directeur du Leo Baeck Institut de Jérusalem. On lui doit quelques publications sur les Ostjuden travaux pionniers de synthèse sur cette question : Ostjuden in Deutschland 1880-1940, Tübingen, Mohr, 1959 ; Jüdische Selbsthilfe unter dem Naziregime 1933-1939, Tübingen, Mohr, 1974 et son article, « A chronicle of rescue efforts » in Yearbook of the Leo Baeck Institute XI (1966) pp. 213-241.
14 La lettre de Salomon Adler Rudel à Hannah Arendt du 1er octobre 1942 commençait par ces mots : « Si j’étais un homme à principes fermes, je ne vous aurais pas écrit cette lettre, car autant le dire tout de suite, j’ai été un peu blessé que vous ne m’ayez pas écrit une ligne depuis votre arrivée aux USA. »
15 Hannah Arendt à Salomon Adler Rudel, Lisbonne 17 février 1941 (même dossier).
16 Hannah Arendt, « From the Dreyfus Affair to France today », in Jewish Social Studies (1942), pp. 195-240, repris dans la première partie des Origines du totalitarisme (1951), rééd. Pierre Bouretz, Paris, Gallimard (« Quarto »), 2002, pp. 327-366.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bourel et Eva Telkes-Klein, « De la richesse des Archives sionistes centrales », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 13 | 2003, 46-55.

Référence électronique

Dominique Bourel et Eva Telkes-Klein, « De la richesse des Archives sionistes centrales », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 18 septembre 2007, Consulté le 22 août 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/138

Haut de page

Auteurs

Dominique Bourel

Articles du même auteur

Eva Telkes-Klein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page