Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Eric Perrin-Saminadayar (éd.), Rêver l’archéologie au xixe siècle. De la science à l’imaginaire

Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2001, 225 p. (Centre Jean-Palerme, Mémoires XXIII)
Dominique Bourel
p. 63-64

Texte intégral

1Trois parties structurent ce florilège de quatorze articles, une intelligente réflexion sur le métier d’archéologue issue d’une table-ronde, 1-2 décembre 2000 : Les résistances, les représentations, les reconstructions.

2L’archéologie a mis du temps à se constituer comme science, entre les tenailles de la littérature de voyage, de l’histoire et la géologie. Pour Eva Gran-Aumerich, dont on n’a plus à saluer l’érudition, 1867 apparaît comme une année fondatrice conjuguant l’exposition universelle de Paris, le congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistorique et l’inauguration du musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. Mais il faut aussi suivre les développements hors de France, l’inauguration de l’Institut de correspondance archéologique à Rome en 1829, puis les écoles françaises d’Athènes et de Rome et la lente orientalisation de la recherche dépassant l’âge classique. Il faut attendre 1929 pour que le Collège de France confie une chaire de préhistoire à l’abbé Breuil (celle d’archéologie était confiée à Champollion dès 1831). Ce n’est qu’en 1956 qu’elle fait son entrée dans l’université, à Bordeaux avec François Bordes. L’archéologie va mettre du temps à s’émanciper de la tutelle de l’épigraphie. On trouve des portraits : Antoine-Jean Letronne (1787-1848), Camille Jullian (1859-1933), Aubin-Louis Millin (1759-1818) et Alexandre Lenoir (1762-1839), et toujours les problèmes de rivalité avec l’Angleterre, mais surtout avec l’Allemagne, le débat entre Athènes et Jérusalem, un orient plus ancien que l’orient. Un superbe article de Corinne Saminadayar sur les « Pages de pierre. Les apories du roman archéologique » : se promener sur un site, c’est d’abord arpenter une bibliothèque. Lamartine à Baalbek, les pensionnaires de la Villa Médicis et leurs espoirs, les porcelaines de Napoléon III et les jardins suspendus de Babylone, on passe avec d’autres articles de la science aux fantasmes, des bibliographies à la rêverie. Un volume très stimulant intellectuellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bourel, « Eric Perrin-Saminadayar (éd.), Rêver l’archéologie au xixe siècle. De la science à l’imaginaire », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 13 | 2003, 63-64.

Référence électronique

Dominique Bourel, « Eric Perrin-Saminadayar (éd.), Rêver l’archéologie au xixe siècle. De la science à l’imaginaire », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 20 septembre 2007, Consulté le 22 août 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/144

Haut de page

Auteur

Dominique Bourel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page