Navigation – Plan du site

Dominique Trimbur, Une école française à Jérusalem. De l’École Pratique d’Etudes bibliques des Dominicains à l’Ecole Biblique et Archéologique Française de Jérusalem

Paris, Le Cerf, 2002, 153 p. (Mémoire dominicaine, n° V)
Dominique Bourel
p. 97

Texte intégral

1Habitué de nos pages, Dominique Trimbur, qui a longtemps travaillé au centre est un des meilleurs connaisseurs de l’histoire des communautés chrétiennes, savantes ou ecclésiastiques, de Jérusalem. Il nous offre un livre aussi bien écrit qu’informé sur la naissance de l’Ecole biblique ainsi que sa modification en école biblique et archéologique française, c’est-à-dire, les étapes de la reconnaissance académique par la France de cette institution encore en activité aujourd’hui et avec laquelle le centre entretien depuis longtemps des liens amicaux.

2Ayant eu accès à de nombreuses archives, il reconstitue le puzzle menant de la fondation en 1890 d’un établissement catholique qui doit combler un retard évident face à la science allemande et largement protestante, à la reconnaissance en 1920 par les plus hautes autorités politiques et scientifiques françaises de cet établissement qui voit son nom quelque peu modifié en « école biblique et archéologique française ». Désormais, l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres sera l’interlocuteur privilégié de l’École en France. En effet, l’archéologie palestinienne est devenue un enjeu que la France ne veut pas laisser aux mains d’autres puissances. L’auteur excelle à tisser la trame des discours et des intérêts politiques et religieux, confessionnels et diplomatiques dans une région dont les pouvoirs s’effondrent, se recomposent et dans laquelle les conditions d’une pratique scientifique sereine sont loin d’être réunies. L’archéologie, comme l’exégèse sont devenues des armes aux mains des puissances européennes pour s’assurer de l’influence à Jérusalem et dans la région. Mais une partie du clergé français redoute que Rome ne mène le jeu. L’œuvre du Père Lagrange sort encore grandie de ces confrontations avec des institutions concurrentes. Un ouvrage tout en subtilité et érudition qui restitue un maillon essentiel de l’histoire de la culture française au Proche-Orient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bourel, « Dominique Trimbur, Une école française à Jérusalem. De l’École Pratique d’Etudes bibliques des Dominicains à l’Ecole Biblique et Archéologique Française de Jérusalem », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 12 | 2003, 97.

Référence électronique

Dominique Bourel, « Dominique Trimbur, Une école française à Jérusalem. De l’École Pratique d’Etudes bibliques des Dominicains à l’Ecole Biblique et Archéologique Française de Jérusalem », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 12 | 2003, mis en ligne le 19 septembre 2007, Consulté le 18 octobre 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/188

Haut de page

Auteur

Dominique Bourel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page