Navigation – Plan du site
Vie du laboratoire

Des comportements techniques variés chez les groupes humains peuplant le Proche-Orient et l’Europe dès le stade isotopique 8*

Marie-Hélène Moncel
p. 36-48

Texte intégral

De la reconnaissance de niveaux à lames dès les années 30 dans le Moustérien : le « Pré-Aurignacien » et l'« Amudien »

1Dès les années 30, à Yabrud, en Syrie, A. Rust découvre une industrie composée de racloirs épais très retouchés qu'il nomme Yabrudien1. D'autres couches avec des bifaces plus ou moins abondants alternent avec ce Yabrudien et A. Rust les attribue alors à un Acheuleo-Yabrudien, Acheuléen ou Micoquien qu'il place dans le dernier interglaciaire. Intercalés, il découvre également deux horizons à lames (par exemple, couche 15 de l'abri I) qu'il nomme « Pré-Aurignacien » en comparaison avec le Paléolithique européen. À Tabun, en Israël, une industrie comparable est découverte vers la même époque par D. Garrod qui la nomme Amudien2. Elle est aussi interstratifiée dans de l'Acheuleo-Yabrudien et sous des niveaux moustériens.

2En 1955, F. Bordes ne peut encore admettre une appartenance au Paléolithique moyen de ces couches. Il place le « Pré-Aurignacien » de Yabrud plutôt à la fin du Würm ancien sur des bases typologiques et le différencie quelque peu de celui de Tabun3. Pour D. Garrod, il ne fait aucun doute que le Pré-Aurignacien de Yabrud est identique à l'Amudien de Tabun, sous une stratigraphie moustérienne et à l'intérieur de couches à bifaces et à gros racloirs épais. Les quelques différences sont liées sans doute au contexte. Elle décrit les lames comme « prismatiques », très différentes de celles de l'Aurignacien européen. Par ailleurs, leur position stratigraphique ne peut les rattacher à la dernière glaciation, mais plutôt au dernier interglaciaire au regard des données du littoral libanais, de la même façon qu'à Yabrud, selon les hypothèses de A. Rust. Le « Pré-Aurignacien » et l'Amudien se situent vers le sommet de ces niveaux profonds à racloirs abondants (Yabrudien), niveaux que D. Garrod considère comme du Paléolithique inférieur (ensemble E). D. Garrod est consciente des problèmes inhérents posés par la fouille de Tabun pour ne pas certifier que des niveaux bien distincts de niveaux à racloirs épais abondants avec et sans bifaces existent avec certitude. L'Acheuleo-Yabrudien est cependant pour elle une entité indépendante et non pas un mélange de couches acheuléennes comme le pense F. Bordes. À l'inverse, les lames étant observées dans certains secteurs de l'ensemble E, la présence individualisée d'un niveau à lames ne lui laisse aucun doute, même si la technique laminaire employée n'est pas étrangère à celle de l'Acheuleo-Yabrudien et de l'Acheuléen du site.

3En 1977, François Bordes, en réponse à l'article de D. Garrod sur la question des niveaux à lames sous le Moustérien4 au Proche-Orient, ne conçoit toujours pas d'intégrer les lames dans un comportement des hommes du Moustérien. Il qualifie toujours la couche 15 de Yabrud de « Pré-Aurignacien ». La couche 9 est nommée « Moustéro-Pré-Aurignacien » par l'association de lames, de burins et de rares grattoirs. Ces occupations sont toujours pour lui beaucoup plus jeunes que le dernier interglaciaire et il les place vers la fin du Würm I. Suite à son propre décompte typologique, F. Bordes voit dans les assemblages de Yabrud plus un outillage de l'Aurignacien primitif qu'une industrie appartenant au Paléolithique inférieur ou moyen. Ce dernier ne conteste pas la présence de lames, parfois en grand nombre, mais il voit avant tout la grande proportion d'outils du Paléolithique supérieur. Les lames du niveau amudien de Tabun lui paraissent par ailleurs très différentes de celles de Yabroud. De plus, à côté des lames, parfois retouchées, coexistent des grattoirs, des burins, des racloirs, des couteaux à dos et des outils sur galet. Sa conclusion est donc une grande différente typologique avec le Pré-Aurignacien de Yabroud. La question de l'existence de deux groupes d'industries distincts est alors posée. L'hypothèse de deux activités est également envisagée. D'autres sites au Liban et en Libye, pourtant mal datés, le font s'interroger sur ces groupes humains contemporains des Moustériens, pratiquant un débitage laminaire, et avec pour certains des objets de type acheuléen, en place ou en position secondaire.

La séquence de Tabun

4La compréhension de la séquence de Tabun est donc à l'heure actuelle une des clés pour discuter de la réalité de ces assemblages lithiques, soit à lames, soit à racloirs épais abondants, aux côtés de quelques sites à stratigraphie épaisse comme Zuttiyeh et Hayonim en Israël, Hummal et Yabrud en Syrie, ou l'abri Zumoffen au Liban. Une clé d'autant plus importante qu'elle livre dans sa partie supérieure des ensembles à éclats et lames, sans biface, attribués par tous à du Paléolithique moyen (trois ensembles supérieurs identifiés et nommés D, C et B).

5Pour préciser l'histoire géologique et culturelle de ce site, de nouvelles fouilles se sont déroulées entre 1967 et 1972 sous la direction de A.J. Jelinek. Elles révèlent une structure des dépôts beaucoup plus complexe qu'initialement et un pendage marqué de certaines couches. Les fouilles de D. Garrod ont vraisemblablement tronqué et regroupé plusieurs niveaux. L'industrie lithique paraît cependant correspondre à ce qui a été observé par cette dernière. L'ensemble G est attribué au Tayacien, l'ensemble F est en revanche très riche en bifaces. L'ensemble E s'avère être la réunion d'assemblages variés. Les pièces laminaires amudiennes seraient à la jonction de Ea et Eb. L'Amudien étant séparé de l'industrie de l'ensemble D par 1,50 m de Yabrudien, la méthode Levallois étant largement utilisée dans cet ensemble alors qu'elle ne l'est pas dans l'ensemble E et l'Amudien, un mélange de couches paraît en conséquence peu probable. L'ensemble D, sus-jacent, est en revanche riche en lames et pointes Levallois, similaires à ce que l'on observe dans d'autres sites du Proche-Orient livrant parfois des pointes très allongées comme à Abou Sif. Les lames sont beaucoup moins abondantes dans l'ensemble C pour redevenir nombreuses dans l'ensemble B. Selon la profondeur des dépôts, la nature du site étant différente, en bordure de la plaine côtière, avec des dunes à la base et l'aspect d'une petite cavité au sommet, A.J. Jelinek retient l'hypothèse d'activités variées (piège, intense utilisation de zones de combustion, ...) pour expliquer la diversité des assemblages au sein de vagues de peuplement de groupes humains différents techniquement. L'âge des différents ensembles n'est pas remis en question. Le niveau amudien est daté par A.J. Jelinek du début de la dernière grande période froide. Les couches inférieures sont attribuées en conséquence au dernier interglaciaire, comme pour D. Garrod.

6Au début des années 90, des datations ESR et TL par R. Grün et N. Mercier5 vieillissent considérablement le site et permettent de placer le Proche-Orient dans une histoire biologique et technique élargie. N. Mercier date l'ensemble C supérieur d'environ 170 000 ans, soit la transition des stades isotopiques 7 et 6. Les unités Ed et D sont attribuées à un âge de 330-210 000 ans, soit les stades isotopiques 9 et surtout 8, et le début du 7. La transition Acheuléo-Yabrudien, Yabrudien et Amudien avec le Moustérien est placée à plus de 250 000 ans, loin de l'hypothèse de la fin du dernier interglaciaire. Quant à l'Amudien, il serait daté de plus de 300 000 ans.

Les assemblages lithiques de Tabun au sein de la région

7Ces datations sont d'autant plus importantes que la séquence de ce site était et est utilisée régulièrement comme référence pour le Proche-Orient. Pourtant, D. Garrod, elle-même, s'accordait à admettre que certaines couches avaient sans doute été tronquées lors de la fouille (morphologie en cuvette par des phénomènes post-dépositionnels démontrés lors des fouilles de A.J. Jelinek) et que le matériel de chaque ensemble était la réunion de plusieurs unités, par ailleurs triées. Les ensembles technologiques reconnus ne sont donc pas certains. Quoi qu'il en soit, s'ils s'avèrent un jour réels, ils peuvent être autant des indices d'une mosaïque de groupes humains se succédant dans le temps dans la région que des traces d'activités variées.

8À l’heure actuelle, l'ensemble G est attribué à de l'Acheuléen. L'ensemble E est constitué de niveaux acheuléens, acheuléo-Yabrudien et yabrudiens, mal connus. Les nombreux racloirs épais caractérisent ces niveaux, associés ou non à des bifaces. Ce Yabrudien a souvent été comparé au Moustérien de type Quina européen par la fréquence des racloirs épais à retouche scalariforme et les modes de production sur surface unique ou orthogonales. La distance qui sépare ces deux zones géographiques et la difficiulté à interpréter ce type de Moustérien dans le sites européens ne conduisent pas à clarifier le problème mais plutôt à le compliquer. L'hypothèse d'une activité spécialisée lors de périodes froides des stades istopiques 4 et 3 en Europe occidentale s'accorde mal avec les sites du Levant. Mais rieut-être ne s'agit-il que d'une convergence. Les données fauniques de l'ensemble E montrent une association de grands mammifères (Bos primigenius, Rhinocéros et Equidés) qui ne diffèrent pas réellement d'autres niveaux avec des types d'assemblages différents. Les études de J. Shea vint vers l'observation d'une variabilité des comportements de subsistance en fonction des données topographiques, mais la variations des conditions climatiques au cours du temps ne paraît pas avoir eu de répercussions réelles sur les comportements techniques.

9Intercalé dans cet ensemble, se trouve le niveau nommé amudien par D. Garrod composé de nomireux racloirs, de quelques bifaces et de lames issues de nucléus prismatiques. Seules de nouvelles fouilles, comme celles de A. Ronen dans les années 90, pourront permettre de décrire précisement ce type d'assemblage et surtout trouver sa signification dans le site (activités ou comportement spécifique ?). Les lames « prismatiques » amudiennes ou « pré-aurignaciennes », comme celles du niveau hummalien à Hummal, sont également présentes dans les assemblages yabrudiens aux côtés de modes de production d'éclats. Il est possible qu'elles renseignent, au travers d'un mode ce production particulier (« en volume »), sur la présence de groupes humains de même tradition technique peuplant la région bien avant 250 000 ans et s'exprimant diversement selon les besoins. Groupes humain cependant très divers car la variabilité est très grande entre ces niveaux à lames, autant au niveau du résultat que du type d'aménagement (par exemple, pointes allongées à Hummal dans le niveau Hummalien, ou nombreux outils de type Paléolithique supérieur à Yabrud dans le Pré-Aurignacien). Ces assemblages anciens à lames sont loin d'être homogènes.

10La question d'une continuité technique avec les niveaux plus récents, en particulier ceux mis en évidence dans la partie supérieure de la séquence de Tabun, est également discutée. Les lames sont en effet encore très présentes, bien qu'issues de modes de production principalement Levallois. En revanche, les racloirs épais de type yabrudien disparaissent.

11Dans la partie supérieure de la séquence, le premier ensemble est dominé par une production de lames et de pointes allongées, préférentiellement par une méthode Levallois unidirectionnelle (Tabun type D). L'ensemble C voit en revanche une grande fréquence d'éclats Levallois ovalaires et l'absence de pointes (Tabun type C) (fig.l). Enfin, l'ensemble B est caractérisé par une production d'éclats Levallois triangulaires et d'éclats étroits par des enlèvements unidirectionnels ou entrecroisés (Tabun type B).

Figure 1 : Artefacts de l'ensemble C de Tabun

Figure 1 : Artefacts de l'ensemble C de Tabun

(Garrod et Bate, The Stone Age of Mount Carmel Excavations at the Wady-el-Mughara, 1937, chapitre IV, planche XXXVI)

12Cette séquence n'est pas de loin unanimement reconnue comme une séquence chronologique, outre les problèmes de stratigraphie rencontrées. Ainsi, la présence d'éclats ovalaires abondants dans l'ensemble C est considérée par certains auteurs, du fait de leur rareté dans les assemblages de la région, comme la marque d'une activité spécialisée. De même, bien que le type de production allongée, que cela soit des lames ou des éclats triangulaires, paraît être assez fréquent dans la région au sein des assemblages attribués au Paléolithique moyen, il ne peut être tenu pour la caractéristique majeure. En effet, les éclats, lames et pointes, souvent obtenus par des enlèvements unidirectionnels ou centripètes Levallois, sont en proportion différente selon les sites. Une grande fréquence de lames et de pointes courtes à base large se retrouve à Kébara (Levallois unipolaire et unipolaire convergent) où les assemblages sont comparés par L. Meignen à du Tabun type B. Mais elle varie selon les niveaux, avec plus de produits allongés à la base (niveaux IX-XII), de produits plus courts au sommet (niveaux DC-X et VII-VIII) avec des talons en chapeau de gendarme. Il en serait de même à Hayonim avec, dans le niveau E inférieur, une production de lames épaisses et de pointes de type Abu Sif et, dans le niveau E supérieur, des éclats et des pointes se rapprochant du type Tabun-C (fig.2). Pour E. Hovers, la fréquence et les types de lames sont quelque peu différentes à Amud (moins standardisées) et la proportion des lames varie dans le temps à l'inverse de Kébara6. Les lames et les pointes sont plus rares à Qafzeh (Levallois centripète), Quneitra et les niveaux supérieurs de Yabrud I où l'on a tout au long de la séquence majoritairement des éclats ovalaires par enlèvements centripètes et préférentiels7.

Figure 2 : Lames appointées du niveau E inférieur de Hayonim

Figure 2 : Lames appointées du niveau E inférieur de Hayonim

(Meignen, in Akazawa et Kimura, Neandertals and Modern Humans in Western Asia, 1998, figure 9, page 174)

Figure 3 : Nucléus sur éclat de Quneitra

Figure 3 : Nucléus sur éclat de Quneitra

(Goren-Inbar et al., Quneitra, A Mousterian Site in the Golan Heights, 1990, page 124)

13Par ailleurs, des modes de production autres que le Levallois sont utilisés, comme à Qafzeh et Quneitra (fig.3). Les nucléus sur éclat sont abondants, éléments d'une juxtaposition de modes de débitage dans certains assemblages où le mode de débitage Levallois est complexe, avec l'emploi d'une méthode prédominante et un réaménagement permanent et diversifié du nucléus.

14Il semble donc que la variabilité des comportements techniques et de l'outillage (fréquence des pièces retouchées et types d'outils) soit très grande dans la région. D'autant plus que des sites contemporains comme Ain Difla ou Douara (Syrie) livrent des lames produites par un mode de production en volume. Un grand nombre de ces comportements ne correspondent ni chronologiquement, ni techniquement à ceux observés dans la séquence de Tabun. Leur signification reste, en conséquence, énigmatique : activités, matières premières, groupes humains différents, sans relation avec les variations climatiques. Les sites livrent toujours des assemblages fauniques d'herbivores de moyenne et grande taille (gestion locale de l'environnement) et indiquent une exploitation préférentielle de gîtes à silex locaux (moins de 5 km). Les analyses tracéologiques montrent enfin, comme en Europe, des utilisations très diversifiées d'un même type de produit.

15En l’état actuel des connaissances, il semble apparaître, et seulement dans le nord et la partie centrale du Levant, une succession de deux groupes d'industries, l'un attribués à la tradition « Mugharan » selon A.J. Jelinek (Yabrudien et Acheuleo-Yabrudien, à Nadaouyieh, Yabrud, Zuttiyeh en Syrie et en Israël), l'autre constitué d'assemblages de type Levallois avec des produits parfois allongés, lames et pointes (Tabun, Yabrud, Zuttiyeh). Ces derniers peuvent être les produits dominants dans un site (Qafzeh, Quneitra, Kébara, Amud des stades isotopiques 4 et 3) et dans ce cas très diversifiés technologiquement. Ces assemblages à produits Levallois n'ont, jusqu'à présent, jamais été retrouvés interstratifiés avec des séries appartenant à la tradition « Mugharan ». Si l'on en croit les datations, il y aurait donc une succession dans le temps de ces deux grands ensembles industriels, le premier jusque vers 200-170 000 ans, le second perdurant jusqu'au stade isotopique 3 et recouvrant un grand nombre de sites .Toutefois, dans certains sites8. L. Copeland propose une date plus jeune pour certains assemblages yabrudiens, entre 150 et 90 000 ans. La production de lames, qui est présente dans chacun d'eux à plus ou moins grande fréquence, est de type différent, sur nucléus à débitage « tournant », « Levallois » et « alternant » pour la tradition « Mugharan » et presque uniquement Levallois pour le second. Quant aux éclats, ils sont aussi très différents, épais et courts pour le Yabrudien, plus fins pour les autres.

16S'agit-il de deux étapes ou de deux faciès (activités, groupes techniques) coexistant mais sans s'interstratifier, indépendamment des conditions environnementales ? Le Yabrudien est-il absent du Neguev pour des raisons écologiques comme le suppose 0. Bar-Yosef ? Quant aux quelques niveaux livrant de nombreuses lames avant 200 000 selon des modes de production en volume ou jusque vers 150-80 000 ans selon les dates du niveau hummalien, s'agit-il d'une tradition isolée et minoritaire, d'une communauté liée à la tradition « Mugharan » ou les indices d'une activité ?

Le Proche-Orient et l'Europe : deux entités peu différentes l'une de l'autre du point de vue paléolithique !

17Les industries de Yiron-Gravel découvertes par A. Ronen et datées de 2 millions d'années, de Ubeidiya, datant de 1,6-1,4 millions d'années et Gesher Benot Ya'aqov, de 700 000 ans, toutes deux découvertes par N. Goren-Inbar, sont les témoins d'une fréquentation humaine de cette zone côtière qu'est Israël dès 2 millions d'années9. Le site de Dmanisi, daté de 1,8 millions d'années et situé en Géorgie, n'est pas très éloigné. Venant d'Afrique, des vagues de peuplement auraient emprunté le Levant avant d'occuper ensuite le reste de l'Ancien Monde, utilisant le Proche-Orient comme corridor. Les données lithiques de Ubeidiya paraissent montrer des liens techniques avec l'Afrique de l'est. Celles de GBY indiquent également une affinité africaine mais aussi une grande originalité au travers des nombreux bifaces et surtout des hachereaux sur grands éclats de basalte. La technique d'obtention de ces grands éclats à partir de blocs de roches de très grande dimension et ensuite leur mise en forme paraissent montrer un processus standardisé et un schéma mental pour la fabrication de ces outils. Les fouilles de N. Goren-Inbar ont montré que les hommes de GBY ont occupé les berges d’un cours d'eau et ont dépecé un éléphant. La présence de nombreux fragments de bois, dont l'un porte des traces de polissage, confirme l'usage très tôt d'outillage dans ce type de matériau. Israël rejoint l'Espagne, l'Allemagne et l'Europe de l'est avec cette découverte d'outillages en bois et vieillit considérablement la preuve de son usage, bien au delà de Shöningen daté de 400 000 ans.

18Les sites de Revadim et de Bizat Ruham, datés entre 300 et 400 000 ans livrent quant à eux des industries microlithiques sur silex10. Que dire de leurs similitudes technologiques avec celles d'Europe centrale et des sites comme Bilzingsleben ou plus tardivement ceux, du stade isotopique 5, regroupés sous le terme de Taubachien. Les questions sur les raisons de la dimension des artefacts sont identiques : matériaux disponibles de petites dimensions, comportements originaux culturels ou fonctionnels ?

19Si l'on en croit les dernières datations TL sur Tabun, les premiers indices de la production laminaire dateraient au moins du stade isotopique 8 avec les lames des niveaux yabrudiens. Les niveaux yabrudien du site de Nadaouyieh sont postérieurs aux niveaux acheuléens datés de 450 000 ans. Le niveau amudien de Tabun serait âgé de 300 000 ans et l'ensemble D d'environ 250 000 ans. L'allongement de la chronologie du Proche-Orient s'accorde en définitive bien avec celle de l'Europe, mise en évidence également ces dernières années par des datations et de nouvelles fouilles. Ce type de débitage apparaîtrait aux mêmes dates en Europe du nord et mettrait en concordance l'apparition de nouveaux comportements techniques dans ces deux zones géographiques. Certains nucléus de Revadim et Bizat Ruham font penser à la maîtrise du débitage Levallois, maîtrise par ailleurs attestée à Rerekhat Ram à plus de 400 000 ans selon N. Goren-Inbar. Le débitage Levallois est présent également dès 300 000 ans à Orgnac 3, vers 400 000 ans dans des sites de la vallée de la Somme en France. Les lames sont présentes en Europe dès 250 000 ans, même si les sites de ce type sont rares11. Elles sont produites, pour la plupart, dans les phases les plus anciennes sur des nucléus en volume. C'est lors du stade isotopique 5 que les sites avec ce type de production se développent de même que le débitage Levallois de lames. Toutefois, des nucléus semi-tournant sont toujours employés (cf. Riencourt-les-Bapaume). En Europe du sud, en revanche, les lames ne sont présentes, à ce jour, qu'à partir du stade isotopique 4 et majoritairement produites par la méthode Levallois unipolaire. S'agit-il de groupes humains ayant adopté des choix techniques différents ? Est-ce lié à la matière première sous forme de gros rognons de silex dans le nord ou à la topographie opposant la grande plaine nord-européenne aux plaines et vallées enclavées du sud de l'Europe12 ? Les autres modes de débitage, pour les éclats et parfois des pointes, montrent la même diversité technique et typologique.

20Au Proche-Orient, avant 250 000 ans, l'usage de différents modes de production laminaires semblent être attesté, bien que la production en volume prédomine. À partir de 250 000 ans, la production est surtout de type Levallois (par exemple, Tabun, Kébara et Amud). Elle est toujours associée, comme en Europe, à une production d'éclats et/ou de pointes, à des modes de production coexistant variés et à l'usage fréquent des nucléus sur éclat. Elle est également loin d'être majoritaire selon les assemblages si l'on regarde l'ensemble des sites de la région des stades isotopiques 6 à 3 (par exemple Quneitra et Qafzeh). Même si les produits allongés et les produits triangulaires semblent, à l'heure actuelle, caractériser davantage cette zone du Levant par rapport au Taurus et au Zagros et bien sûr à l'Europe occidentale et centrale, il serait réducteur de la résumer uniquement à ces types de production. La variabilité des comportements techniques en rapport avec des traditions et/ou des activités met le Levant et l'Europe sur le même plan, indices d'une mosaïque de groupes humains et de comportements de subsistance sans ligne directrice chronologique. L'image d'une exploitation de petits territoires autour des sites est commun aux deux zones géographiques qu'aucune barrière réelle ne semble séparer.

21À partir du stade isotopique 8, des comportements techniques obéissant à des règles bien définies se généralisent donc à la fois au Proche-Orient et en Europe, dérivés de comportements pouvant, pour certains, être observés dans des assemblages dits acheuléens. La production abondante de lames paraît être liée à cette situation, de même que le développement du mode de débitage Levallois, pour des éclats ou des lames. Ce dernier prend des proportions plus importantes lors de phases récentes au Proche-Orient et sa place pourrait conduire à imaginer des liens étroits entre l'Europe du sud et le Levant, justifiés par la proximité géographique. Des traits communs ne sont cependant, pas inexistants entre l'Europe du nord et le Levant, rien que par la maîtrise du débitage laminaire en volume.

22Les derniers niveaux moustériens d'Amud sont datés d'environ 48 000 ans et seraient parmi les plus récents de la région, juste avant les plus anciens niveaux attribués au Paléolithique supérieur. Le site de Boker-Taschit, daté de 45 000 ans, livre une production de lames par une exploitation en volume qui pourrait être encore de tradition paléolithique moyen d'après les travaux de P. Volkman. Dans cette zone géographique, il n'y a apparemment pas d'industries de « transition » et l'hypothèse d'une rapide acculturation est retenue aujourd'hui, s'appuyant sur des acquis technologiques anciens. En Europe, les datations des premiers sites du Paléolithique supérieur sont plus tardives (environ 30 000 ans), mais ne conçoit-on pas aussi une arrivée des comportements de type paléolithique supérieur en provenance de l'est !

Néandertaliens et Hommes Modernes dès les stades isotopiques 6 et 5 ?

23De part la présence de Néandertaliens et d'Hommes Modernes, le Proche-Orient conduit à chercher à savoir qui a fait quoi et à quel moment. Les comportements techniques du Paléolithique moyen ne sont en effet plus l'apanage des Néandertaliens.

24Deux restes humains ont été découverts à Tabun. Tabun I est un squelette entier et Tabun II une mandibule. Tabun I pourrait provenir d'une sépulture contemporaine de l'ensemble B. Il s'agit d'un Néandertalien comme à Amud et Kébara, Mais ce Néandertalien est différent de ceux que l'on rencontre plus tardivement. Il ressemblerait plus à ceux que l'on voit en Europe au stade isotopique 5 selon S. Condemi. Tabun II, de l'ensemble C, aurait des traits plus modernes et serait proche des restes humains de Skhul ou Qafzeh découverts par B. Vandermeersch. Les datations de Tabun placent ces restes humains avant 100 000 ans, bien antérieurs à la date du Néandertalien de Kébara de 60 000 ans environ ou de ceux d'Amud (niveaux datés entre 70 et 50 000 ans). La population néandertalienne pourrait être présente en conséquence au Proche-Orient dès le stade isotopique 6, expliquant les caractères archaïques observés sur Tabun I. Tabun II prédaterait également les Hommes Modernes de Skhull et Qafzeh âgés respectivement de 120 et 90 000 ans. Les deux types d'hommes occuperaient alors la région dès les stades 6 ou 5. L'homme de Zuttiyeh, le reste humain le plus ancien de la région, et présentant des caractères modernes, n'est pas encore précisément daté. Le travertin situé juste au-dessus du niveau ayant donné le crâne, est estimé à environ 95 000 ans. Pour B. Vandermeersch et S. Condemi, il pourrait expliciter la date de l'arrivée des Néandertaliens, peut-être en deux vagues, se superposant à des populations d'Homo sapiens, avant que ceux-ci ne parviennent en Europe13. II est difficile de savoir si ces deux types d'hommes ont vécu conjointement, occupant les mêmes territoires ou se sont succédés dans le temps et dans l'espace. L'hypothèse d'un lien entre les premiers assemblages à lames dominantes (Tabun type D) et l'arrivée des premiers « Hommes Modernes » d'Afrique de l'est (affinités avec les lames du Middle Stone Age) est parfois proposée. Mais les lames sont un élément de la panoplie présent bien antérieurement. Pourquoi ne pas penser aussi à l'arrivée de Néanderthaliens européens porteurs de comportements techniques variés, dont les productions laminaires et Levallois (éclats) se superposant aux acquis des Hommes Modernes. Cette rencontre de traits techniques pourrait être à l'origine de certains comportements originaux (par exemple la fréquence parfois élevée de pointes), sans nier une histoire locale attestée par l'ancienneté de comportements techniques, en particulier laminaires. Quel que soit l'origine des uns et des autres, ils possèdent les mêmes compétences techniques et la plus ou moins grande ancienneté des sépultures n'est pas résolue à ce jour (90 000 ans pour l'Homo sapiens de Qafzeh, 60 000 ans pour le Néandertalien de Kébara, datations plus anciennes à Tabun.

Haut de page

Notes

* Cet article a été réalisé suite au séjour effectué à l'Institut d'Archéologie de l'Université de Jérusalem et de l'Université d'Haïfa. Que le Professeur N. Goren-Inbar et le Professeur A. Ronen soient remerciés de leur accueil, ainsi que tous les membres des deux Instituts et du Centre de recherche français de Jérusalem. Un merci tout particulier également à S. Condemi. Ce séjour a été subventionné par le Centre de recherche français de Jérusalem du CNRS.
1 A. Rust, 1950, Die Höhlenfunde von Yabrud (Syrien), Neumünster, Karl Wacholtz
2 D. Garrod et D. Bate, 1937, The Stone Age of Mount Carmel. Excavations at the Wady-el-Mughara, vol.l, Oxford, 240 p.
3 F. Bordes, 1955, Le Paléolithique inférieur et moyen de Jabrud (Syrie) et la question du Pré-Aurignacien, L'Anthropologie, 59, pp. 486-507.
4 F. Bordes, 1977, Que sont le Pré-Aurignacien et le Yabrudien ?, Eretz-Israel 13 (Stekelis Book), Jérusalem, pp. 49-55.
5 N. Mercier, H. Valladas, G. Valladas and J-L. Reyss, 1995, TL Dates of Burnt Flints from Jelinek's Excavations at Tabun and their implications, Journal of Archaeological Science, 22, pp. 495-509.
6 E. Hovers, 1998, The Lithic Assemblages of Amud Cave. Implications for Understanding the End of the Mousterian in the Levant, in: Neandertals and Modem Humons in Western Asia, T. Akazawa et al. eds, Plenum Press, New York, pp. 143-163.
7 N. Goren-Inbar et al., 1990, Quneitra. A Mousterian Site on the Golan Heights, Jerusalem, Institute of Archaeology, QEDEM 31.
8 0. Bar-Yosef, 1992, Middle Palaeolithic Human Adaptations in the Mediterranean Levant, in: T. Akazawa & T. Kimura eds, The Evolution and Dispersal of Modern Humans in Asia, Tokyo, pp. 189-215.
9 N. Goren-Inbar et al., 2000, Pleiatocene Milestones on the Out-of-Africa Corridor at Gesher Benot Ya'aqov, Israel, Science, vol. 289, pp. 944-947.
10 A. Ronen et al., 1998, The Lower Palaeolithic site Bizat Ruhama in the northern Negev, Israel. Preliminary Report, 1996, Excavations, Archäologisches Korrespondewblatt, 28, pp. 163-173; 0. Marder et al., 1998, The Lower Palaeolithic Site of Revadim Quarry, preliminary Finds, Journal of the Israel Prehistoric Society. vol. 28, pp. 21-55.
11 A. Tuffreau et S. Revillon, 1994, Le phénomène laminaire au Paléolithique moyen. Dossier de Documentation archéologique n°18, CNRS, Paris.
12 M-H. Moncel, 1998, Le Paléolithique moyen dans la moyenne vallée du Rhône en France : la question de la variabilité des assemblages lithiques des stades isotopiques 9 à 3, Anthropologie, Brno, XXXVI/3, pp. 181-199.
13 S. Condemi, 1999, Le peuplement moustérien du Proche-Orient. À propos de la présence de Néanderthaliens au Proche-Orient, Bulletin du CRFJ, Jérusalem, n°5, pp. 11-20.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Artefacts de l'ensemble C de Tabun
Légende (Garrod et Bate, The Stone Age of Mount Carmel Excavations at the Wady-el-Mughara, 1937, chapitre IV, planche XXXVI)
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/2012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 : Lames appointées du niveau E inférieur de Hayonim
Légende (Meignen, in Akazawa et Kimura, Neandertals and Modern Humans in Western Asia, 1998, figure 9, page 174)
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/2012/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3 : Nucléus sur éclat de Quneitra
Légende (Goren-Inbar et al., Quneitra, A Mousterian Site in the Golan Heights, 1990, page 124)
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/2012/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Moncel, « Des comportements techniques variés chez les groupes humains peuplant le Proche-Orient et l’Europe dès le stade isotopique 8 », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 8 | 2001, 36-48.

Référence électronique

Marie-Hélène Moncel, « Des comportements techniques variés chez les groupes humains peuplant le Proche-Orient et l’Europe dès le stade isotopique 8 », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 8 | 2001, mis en ligne le 15 octobre 2007, Consulté le 03 septembre 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/2012

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Moncel

CNRS, Laboratoire de Préhistoire, Institut de Paléontologie Humaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page