Navigation – Plan du site
Vie du laboratoire

L’eau à Jérusalem à la fin de la période ottomane (1850-1920)

Réseaux techniques et réseaux de pouvoir
Vincent Lemire
p. 67-82

Texte intégral

1Dans le préambule d’un rapport rédigé à la fin des années 1880, l’ingénieur ottoman Franghia Bey souligne que « les souffrances des habitants de Jérusalem, dont le manque d’eau est la principale cause, ont fait que depuis plus de dix ans, parmi toutes les questions qui intéressent la Ville Sainte, celle de la distribution de l’eau tient sans contredit le premier rang dans la préoccupation de l’opinion publique ; à mesure que les jours s’écoulent le besoin en devient plus pressant, plus impérieux »1. De la source du Gihon toute proche, qui alimentait la ville à ses origines, jusqu’au plateau éloigné du Golan qui sert aujourd’hui de vaste château d’eau pour le « Grand Jérusalem », la question de l’eau a toujours été une source d’angoisse collective et de conflits permanents. Même si on tente d’en faire une histoire politique, il faut donc admettre que la question de l’eau à Jérusalem est bien autre chose que le marqueur efficace et éprouvé des pouvoirs urbains ; c’est, ici plus qu’ailleurs, une impérieuse nécessité qui tient au contexte topographique d’une ville perchée au sommet des montagnes désertiques de la Judée, capitale avant tout politique et religieuse qui semble depuis toujours défier les lois élémentaires de la géographie2.

2Le water supply est ainsi depuis toujours un sous-ensemble clairement identifié de l’historiographie monumentale accumulée sur Jérusalem. Des générations d’érudits plus ou moins versés dans la science hydraulique, du moine croisé à l’ingénieur colonialiste, ont élaboré avec minutie une cartographie désormais assez précise des systèmes successifs d’adduction et d’évacuation des eaux de Jérusalem3. La cause est entendue : Jérusalem est bel et bien une ville assoiffée, et l’enquête archéologique sur sa tuyauterie intime et souterraine n’est plus à écrire. Mais cette histoire strictement technique ne saurait épuiser les problématiques aujourd’hui largement renouvelées d’une histoire des techniques, qui s’affirme de plus en plus comme une contribution originale et novatrice à l’histoire globale des systèmes urbains dans leur dimension politique, économique et sociale. L’analyse des stratégies territoriales complexes qui guident et orientent les projets techniques d’adduction d’eau se révèle en effet un angle d’attaque convaincant pour dépasser la lecture traditionnellement surplombante des conflits urbains à Jérusalem. Ce retournement de perspective, qui déplace l’analyse au ras du sol peut seul bousculer la lecture religieuse, essentialiste et communautariste qui depuis des siècles domine l’historiographie de la ville.

3Envisager l’étude des réseaux techniques dans leur dimension politique oblige à préciser le contexte dans lequel s’inscrit ce travail, dont les bornes chronologiques correspondent à la fin de la période ottomane, au moment où l’Empire adopte un certain nombre de réformes de structure, les fameuses tanzimât4. La question de l’efficacité réelle ou supposée des tanzimât occupe à elle seule un pan entier de l’historiographie ottomane. Un des enjeux de cette étude sur les réseaux techniques à Jérusalem est donc aussi d’apporter un élément neuf à ce débat. Ces réformes sont-elles le dernier sursaut agonisant de « l’homme malade » ou bien un véritable élan modernisateur ? Si la plupart des recherches ont privilégié l’approche traditionnelle du high politic, les hautes sphères du pouvoir central de la Sublime Porte et le domaine du fonctionnement administratif de l’Empire, on propose ici un test concret de l’efficience de ces réformes, au niveau du law politic, dans une province, et sous les pavés. Cette démarche s’appuie sur une étude de terrain et sur l’exploitation des archives municipales de Jérusalem, qui mettent en lumière très concrètement divers niveaux de compétence, divers lieux de pouvoirs et permettent de tracer les contours sinueux d’une politique municipale en gestation.

4Ce contexte des tanzimât se double, à Jérusalem, de l’irruption brutale des puissances occidentales dans la ville, marquée par une compétition topographique et architecturale désormais assez bien connue : chacun choisit sa colline, construit son quartier, fait résonner ses cloches et hisse ses drapeaux. Mais ces querelles de clochers en Terre Sainte sont aussi marquées, de façon plus discrète, par une concurrence entre ingénieurs pour la maîtrise des réseaux techniques : distribuer l’eau à Jérusalem, ou faire distribuer l’eau, ou contribuer au financement d’un projet, ou même faire imprimer le rapport technique qui sera finalement retenu, cela représente pour les puissances européennes et pour les institutions religieuses qui en sont souvent le cheval de Troie, un marquage territorial durable sur le plan matériel, politique et symbolique. Parmi les acteurs de cette compétition on compte donc, en plus des puissances occidentales en tant que telles, les institutions religieuses (qui possèdent par exemple quelques piscines publiques), les clans privés (qui contrôlent une part importante des citernes), les organisations sionistes et les réseaux financiers. L’amplification de l’immigration juive au tournant du siècle et l’augmentation exponentielle de la demande en eau qui en résulte transforme les banques et les entreprises sionistes en acteurs bientôt incontournables de ce qui est en train de devenir un véritable marché. Pour analyser cette compétition technique en tant que concurrence politique, on s’appuie sur une relecture des sources diplomatiques et consulaires et sur la masse des documents conservées par les Central Zionist Archives de Jérusalem.

5La prise en compte de ce contexte particulier de la fin de la période ottomane ne doit pas masquer l’épaisseur temporelle et l’importance des héritages anciens, réels ou fantasmés, dans les infrastructures d’eau à Jérusalem. Les sources ne cessent d’évoquer l’âge d’or perdu de l’aqueduc de Salomon, la Piscine du sultan ou le miracle de la Piscine Probatique, comme pour mieux souligner l’importance des remplois matériels et des réinvestissements symboliques qui scandent l’histoire éminemment politique de l’eau à Jérusalem. Cette viscosité chronologique permet seule de comprendre la profondeur territoriale des enjeux, c’est-à-dire d’apercevoir un peu de ce que Maurice Halbwachs appelait La topographie légendaire des Lieux Saints. Une relecture attentive des récits de voyage et des rapports de fouille, qui semblent a priori nous éloigner de notre cadre chronologique, ne doit donc pas être négligée.

Les réseaux de distribution traditionnels : quand l’archéologie remonte à la source

6Au milieu du siècle dernier, l’approvisionnement domestique en eau est assuré par un certain nombre de réseaux de distribution complexes, qui varient selon les quartiers de la ville et leur altitude, selon les usages de l’eau (hygiène domestique ou consommation d’eau potable) et selon les saisons. Un équilibre instable permet ainsi de satisfaire l’essentiel des besoins, même si les crises sont fréquentes. Cet équilibre est induit par une relative stabilité quantitative et qualitative de la population, mais ce « temps de la tradition » n’est pourtant pas celui de l’harmonie : l’analyse typologique des différents systèmes de distribution traditionnelle de l’eau permet de révéler trois lignes de faille au sein de la société urbaine de Jérusalem. Une compétition communautaire pour l’autonomie en eau et le contrôle des réserves, des concurrences entre ville et campagne autour des sources rurales, et des conflits entre acteurs publics et privés autour des citernes. Ces trois lignes de faille sont un arrière-plan nécessaire pour comprendre le contexte des débats érudits qui instrumentalisent l’archéologie pour délimiter une parcelle d’autorité sur la ville.

Les citernes domestiques

7Prévues pour recueillir et stocker les eaux de pluie, les citernes privées sont présentes dans presque toutes les maisons de la ville. Des repérages sur le terrain et les témoignages des récits de voyage suffisent à le démontrer. En fait on constate que ces citernes couvrent l’essentiel des besoins en eau pour l’hygiène domestique, que l’on évalue selon les sources à environ 30 litres par personne et par jour (c’est-à-dire 300 m3 par jour pour une population de 10 000 habitants en 1850). L’ingénieur E. Pierotti, dans son exploration de Jérusalem publiée en 1864, compte 992 citernes privées dans la ville5. Au début des années 1920, les ingénieurs du Mandat en dénombrent 7300. Même si l’exactitude arithmétique des chiffres ne peut être envisagée, on peut constater que cette multiplication par sept du nombre de citernes en cinquante ans correspond très exactement à l’augmentation de la population urbaine de Jérusalem. On peut confirmer cet indice arithmétique par une source juridique : E.W.G. Masterman, dans un traité sur les conditions d’hygiène à Jérusalem, évoque une loi ottomane qui conditionnait l’octroi d’un permis de construire à la présence d’une citerne sur le toit ou en sous-sol du bâtiment projeté6. Ces indices convergents nous indiquent que la réponse à la question de l’eau à Jérusalem fut en grande partie d’ordre privée. La seule ressource qui évolue de façon significative sur le plan quantitatif entre 1850 et 1920 est bien celle des citernes privées ; c’est elle qui permet surtout de répondre avec souplesse à l’augmentation de la population. Si la structure morphologique d’une ville dit quelque chose de sa structure sociale, alors cette omniprésence des citernes privées dessine bien une Jérusalem arabe, selon les critères envisagés par Dominique Chevallier dans L’espace social de la ville arabe. Ces citernes rendent bien compte de cette « structure urbaine alvéolaire » dont parle par exemple Roberto Berardi pour Tunis7. Ce repli relatif sur la sphère domestique induit de sérieux problèmes d’hygiène, comme l’indique l’ingénieur Franghia Bey qui souligne « l’insalubrité des eaux de citernes, très intense surtout vers la fin de l’été lorsque l’eau, diminuant de volume, développe des animalcules en quantité prodigieuse… surtout ceux de la malaria ».

Les citernes communautaires et les bains rituels

8Le statut des réserves d’eau détenues par les communautés religieuses est ambigu, car il oscille entre la sphère privée et la sphère publique. De plus, la proximité de ces réserves d’eau avec les lieux de culte et de pèlerinage de Jérusalem leur confère souvent, comme par capillarité, un caractère sacré. C’est le cas par exemple de la fameuse piscine Probatique situé sur le domaine français de l’église Sainte-Anne. Lieu de culte païen aux vertus de guérison, ces baignoires taillées dans le roc sont sur creusées au IIe siècle avant Jésus-Christ pour alimenter le Temple juif tout proche. De façon très classique, les Romains recouvrent cette tradition en élevant un temple au dieu Sérapis – Esculape et le récit néotestamentaire de Jean réinvestit et récupère l’ensemble de cette tradition en situant sur les lieux la guérison du paralytique8. Les Byzantins reprennent les fondations du temple romain pour élever une basilique dont le nom même semble confondre l’ensemble des traditions du site : la basilique est celle de Sainte Marie car on y fixe désormais le lieu de naissance de la Vierge, et Probatique en référence au bétail qui y était jadis baigné avant le sacrifice au Temple. Le terrain est donné en privilège d’extraterritorialité à la France par la Sublime Porte en 1856 à l’issue de la guerre de Crimée. Rebaptisés « Domaine national de Sainte-Anne de Jérusalem », en référence à la mère de Marie, les lieux sont investis d’une valeur politique, comme en témoigne un courrier du supérieur de Sainte-Anne au consul de France le 12 juillet 1890 au moment où il s’agit d’acquérir de nouvelles parcelles aux abords du Domaine9 : « Par ce moyen seulement, la France pourra arriver à posséder dans la Ville Sainte et dans le voisinage immédiat du Temple de Salomon un domaine de la plus haute importance au point de vue politique, territorial et religieux ». Il faut prendre aux mots ce témoin engagé pour tenter une lecture géopolitique de l’eau à Jérusalem dès la fin du siècle dernier ; car cette eau, souvent investie d’un caractère sacré, participe aussi de la compétition internationale pour le contrôle des Lieux Saints.

Les piscines et fontaines publiques

9C’est peut-être la forme de stockage de l’eau la plus visible et pourtant la moins utile à Jérusalem. Cette visibilité symbolique et cette relative inutilité pratique se vérifient autant pour les grandes piscines publiques à ciel ouvert que pour le réseau des fontaines de quartier. La localisation même des six fontaines publiques – les sabil – érigées par Soliman le Magnifique en 1536 témoignent d’avantage d’une volonté politique que d’une préoccupation pratique : elles scandent en effet le parcours le plus communément emprunté par les pèlerins musulmans sur le chemin du Haram-El-Chérif. Il s’agit bien là encore d’affirmer sa souveraineté sur la Ville Sainte par des points d’eau qui servent plus aux ablutions rituelles des pèlerins qu’à l’alimentation domestique des citadins.

10Les piscines publiques à ciel ouvert répondent à cette même logique. La plus vaste, la Piscine dite du Sultan est située immédiatement en contrebas de la Porte de Jaffa au fond de la vallée du Hinnom. Toutes les sources s’accordent pour constater qu’au XIXe ces piscines sont presque toujours vides et n’ont plus qu’un rôle très ponctuel et surtout symbolique. Après les premières fortes pluies par exemple, on se rassemble autour de ces piscines soudainement alimentées pour célébrer la fin de la saison sèche. Chacun emmène son âne et les familles profitent de l’occasion pour remplir un peu plus les citernes domestiques. Quelques clichés photographiques précoces témoignent de ces rassemblements ponctuels autour de l’eau collective et de ce que Rousseau appelait « la fête autour du puits » en soulignant la dimension politique de ces lieux de sociabilité et d’échange que sont les points d’eau. Aujourd’hui située très exactement sur la ligne de partage entre Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest, la piscine du Sultan définitivement asséchée est transformée en vaste amphithéâtre, est réinvestie depuis quelques années par des manifestations culturelles et des concerts qui rassemblent la population jeune de la ville. La topographie des lieux nous engage à lire dans cette filiation une forme de continuité des lieux de sociabilité urbaine, au-delà de leur usage strictement pratique.

Les sources locales

11Si les citernes privées couvrent l’essentiel des besoins pour l’hygiène domestique, ce sont les sources locales (principalement la source de Gihon et la source de Bir Ayyub, dans la vallée du Cédron) qui semblent assurer l’essentiel de l’alimentation en eau potable, même si les témoignages sur ce point sont parfois contradictoires. La dimension politique de la source du Gihon provient du fait que les archéologues situent généralement autour de ce point d’eau le site originel de Jérusalem, que chacune des communautés de la ville tente donc très logiquement de s’approprier. Par une volonté classique de rupture avec la tradition vétérotestamentaire, la christianisation symbolique du site s’opère par exemple par un glissement toponymique qui joue de la proximité de la source avec la tombe de Marie. Pour les chrétiens de la ville, la source du Gihon devient la source de la Vierge, ce qui n’engage à rien. Pourtant l’usage politique qui est fait de la source du Gihon dépasse très largement la simple querelle toponymique. On sait en effet qu’en décembre 1867 l’archéologue britannique Charles Warren découvre et parcourt un tunnel long de 530 mètres qui relie la source à la piscine de Silwan en contrebas, et qui permettait de dévier l’eau de la source qui surgissait à l’extérieur de la ville jusqu’à l’intérieur des remparts de l’époque. Il s’agissait donc ni plus ni moins d’assurer l’autonomie en eau de Jérusalem en cas de siège. En 1880, Warren découvre sur les parois du tunnel la fameuse « inscription de Silwan » qui commémore la rencontre des deux équipes de tunneliers. Datée de l’an 701 avant notre ère, elle permet d’attribuer la paternité de la toute première infrastructure d’adduction d’eau au juif Ezechias. Aujourd’hui la précieuse inscription repose au musée d’Istanbul, mais le musée historique de Jérusalem, dont l’orientation sioniste choque jusqu’à l’ancien maire adjoint Meron Benvenisti, en expose bien sûr une réplique pour mieux réaffirmer la souveraineté juive sur la ville en rappelant le souvenir du tunnel d’Ezechias10. Il faut ajouter que le site même du tunnel et de la vallée du Cédron est fondamental pour les fidèles des deux religions messianiques que sont le judaïsme et le christianisme. En effet, ce talweg et cette confluence topographique est en même temps une ligne de contact et de conflits symboliques. Site originel de la ville, c’est en même temps la ligne de contact entre le Mont des Oliviers (lieu de l’attente messianique pour la religion juive, recouvert par les récits évangéliques de l’arrestation du Christ) et le Mont du temple (lieu du récit apocalyptique et du Jugement Dernier). Il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre de constater le récent surinvestissement architectural et touristique des autorités israéliennes, qui tentent de court-circuiter l’axe chrétien qui relie le jardin de Gethsémani à la Via Dolorosa par une nouvelle promenade aménagée en pierre et qui relie, de biais, les ruines de l’Ophel (la ville de David) au cimetière juif via le superbe tombeau du prophète Zacharie. Dans cette perspective, le tunnel d’Ezechias vient renforcer en profondeur ce nouvel axe urbain.

Les sources rurales

12Les conditions pluviométriques très défavorables empêchent Jérusalem de parvenir à l’autonomie en eau, même en ajoutant l’approvisionnement des sources locales aux citernes intra-muros11. Depuis toujours la ville a donc eu recours à des sources d’approvisionnement plus lointaines et authentiquement rurales. On retiendra pour cette étude le cas des piscines et de l’aqueduc de Salomon. Situées à 11 kilomètres à vol d’oiseau au sud-ouest de Jérusalem, sur la route reliant Bethléem à Hébron, les trois piscines de Salomon ont une capacité théorique totale de plus de 150.000 mètres cubes ; l’aqueduc relie ces piscines (cote 768 mètres d’altitude) aux réserves d’eau situées sous le Haram-el-Chérif (point le plus bas de la ville, cote 736 mètres). Il s’agit donc d’un ouvrage d’art de grande précision puisque le dénivelé total n’est que de 32 mètres pour une longueur de 24 kilomètres, ce qui représente à peine 130 centimètres par kilomètre. Au XIXe siècle, l’eau ne s’écoule presque plus jamais à l’arrivée de l’aqueduc, malgré de fréquentes réparations. Dans son rapport présenté à la municipalité en 1894 et publié en 1908 l’ingénieur Franghia note que les piscines ont été « restaurées par Izet Pacha, Gouverneur de Jérusalem » puis il souligne que « l’aqueduc a subi en 1888 une dernière réparation qui ne paraît pas avoir été bien efficace car cet aqueduc, à l’heure qu’il est, n’est pas en état de fonctionner »12. Dans les années 1870 Charles Warren rapporte que « l’aqueduc de Salomon a été réparé aux frais de la population… les pauvres fellahin ont été obligés d’apporter sur le chantier leur propre pierre et leur propre mortier… »13. Il s’agit ni plus ni moins d’une forme de corvée puisque les fellahin doivent entretenir une infrastructure qui ne leur est d’aucune utilité et qui même les prive d’une partie des ressources en eau de leur environnement immédiat. Cette concurrence ville-campagne est confirmée par la lecture d’un guide touristique paru en hébreu dans les années 1890 et dans lequel l’auteur, Abraham Moses Luncz, évoque la réparation infructueuse de l’aqueduc en 1866 par le célèbre philanthrope juif britannique Montefiore : « Moïse Montefiore, qui était alors à Jérusalem, versa une contribution de 300 £ dans ce but. Pourtant les habitants de notre ville n’ont pas bénéficié longtemps de ce projet. Des porteurs d’eau et des résidents de Bethléem ont saboté les tuyaux peu après, parce qu’ils revendiquaient l’eau des piscines de Salomon pour eux seuls »14. Bethléem, ville-satellite de Jérusalem depuis toujours, refuse donc une infrastructure qui la traverse en souterrain et qui ne sert qu’aux habitants de Jérusalem, capitale provinciale. Une lecture politique et sociale de ces conflits autour de l’eau est enfin confirmée par le rapport de Max Magnus, publié en 1909 par l’Institut Carl Franck de Brême. Pour remettre en cause le projet de remploi et de modernisation de l’aqueduc de Salomon défendu par Franghia, l’ingénieur allemand évoque les prétentions légales autour de la source d’Arroub qui sert à alimenter les piscines de Salomon : « on m’a raconté que les habitants des villages environnant la source d’Ain Arroub peuvent exiger 500 mètres cube par jour pour eux-mêmes. Si on devait céder à leurs droits, il ne serait plus possible de fournir à la ville de Jérusalem une quantité d’eau suffisante, même pour les premiers temps… »15. L’utilisation sereine des outils classiques des sciences sociales – par exemple l’analyse des intérêts contradictoires entre une ville et son arrière-pays – nous permet donc de rompre avec l’historiographie essentialiste qui voudrait que chaque conflit est à Jérusalem d’abord et avant tout une guerre de religion et un conflit communautaire.

Le temps des ingénieurs et des entrepreneurs : pour une histoire politique des processus décisionnels

13L’équilibre précaire entre des ressources en eau multiples et des besoins encore limités semble se rompre au tournant du siècle. La population de Jérusalem passe en effet de 10 000 habitants vers 1850 à 70 000 vers 1910, ce qui fait passer les besoins élémentaires en eau de 300 mètres cubes par jour à plus de 2 000. Au début du siècle, les ingénieurs soumettent donc des projets d’adduction qui peuvent permettre de fournir désormais quotidiennement 2 000 puis à terme 5 000 mètres cube d’eau à la ville. L’augmentation rapide de la population est due pour plus des deux tiers à l’immigration sioniste. Alors que les trois communautés comptaient vers 1850 environ 4 000 personnes chacune, la population juive de la ville passe de 4 000 à presque 40 000 personnes. Dans le même temps, les chrétiens et les musulmans de la ville voient chacun leur population doubler, de 4 000 à 10 000 personnes. Mais au-delà même des enjeux soulevés par le projet sioniste, l’analyse des tentatives successives de modernisation avortées doit conduire à une réflexion sur les capacités modernisatrices de l’administration ottomane, sur les différents niveaux de pouvoirs provinciaux et municipaux, bref à une histoire politique de l’expertise et des processus décisionnels. À Jérusalem, la vulgate historiographique conclue depuis longtemps à l’incapacité chronique du pouvoir ottoman à moderniser les réseaux urbains. L’idéologie colonialiste du Mandat britannique se conjugue au discours sioniste pour refuser à la période ottomane toute entreprise modernisatrice16. C’est l’image complaisante d’un « Orient immobile et compliqué », du « long sommeil de Jérusalem » de 1517 à 1917, du contraste surligné entre l’impotence des cadres ottomans et l’âge d’or du royaume de Salomon. Si la maîtrise de l’eau est bien, depuis les civilisations de Haute Égypte jusqu’à la Venise médiévale, le marqueur incontesté de l’efficacité politique, alors l’incapacité ottomane à approvisionner convenablement la Ville Sainte en eau viendrait confirmer son archaïsme structurel. Il faut pourtant souligner que jamais la situation n’est devenue catastrophique : la souplesse des systèmes traditionnels a toujours permis de répondre aux situations d’urgence. Cette adaptation empirique n’a pas non plus bridé les volontés de modernisation globale du système, bien visibles au travers des projets techniques conservées dans les archives de la municipalité.

Évaluer les besoins et définir un marché

14L’élaboration d’un projet d’adduction d’eau passe d’abord par une étude de sa viabilité financière, ce qui suppose d’évaluer les besoins de la population pour envisager l’étendu d’un marché solvable. L’ingénieur Franghia évoque pour cela d’abord les chiffres de la consommation en eau de quelques grandes villes du monde (30 litres par habitant et par jour à Barcelone, 50 litres au Caire, 80 litres à Alexandrie, 215 litres à Paris) avant de conclure pour Jérusalem : « 35 à 40 litres d’eau de source très pure par tête et par jour, joints à l’eau amassée dans les citernes peuvent largement suffire pour placer la ville au rang des cités heureuses »17. Si cette évaluation semble correcte dans sa globalité (environ 3 000 litres par jour en 1910), elle ne distingue pas l’eau potable, qui anime le marché de l’eau à la Porte des Maghrébins, de l’eau destinée à l’hygiène domestique, qui stagne dans les citernes privées. Cette distinction soulève la question de l’écart entre l’évaluation des besoins et l’évaluation du marché potentiel. L’Allemand Max Magnus souligne ainsi en 1909 qu’à Jérusalem « l’eau nécessaire pour l’alimentation des ménages est puisée des citernes et une petite quantité de l’eau potable est amenée des sources des alentours de la ville, qui ne peut être évaluée qu’à 1,5 à 2 litres par jour et par tête. En installant une conduite d’eau à Jérusalem il faut compter que les habitants, ayant déjà leurs citernes dans leurs maisons, n’achèteront de l’eau de la conduite que lorsque leurs citernes seront épuisées »18. Il évalue donc la demande initiale par habitant à un peu plus de 10 litres, ce qui laisse prévoir un marché de 1 000 mètres cubes par jour au maximum. Cette incertitude autour de la viabilité financière du projet semble déterminante dans l’élaboration de la stratégie sioniste pour obtenir la concession du marché de l’eau. Dans un rapport confidentiel conservé dans les archives centrales sionistes on souligne en 1910 « qu’on ne doit pas attendre que le marché de l’eau, en tant que projet isolé, génère de grands profits », et que le seul moyen de profiter des investissements serait de coupler la concession d’eau avec celle de l’électricité19. Le rapport développe les mêmes arguments que ceux de Max Magnus, en soulignant que les habitants de Jérusalem « seront lents à remplacer leurs citernes par un abonnement à un réseau de distribution d’eau ; en fixant le prix d’un mètre cube d’eau à 70 ou 80 centimes, on peut attendre une vente immédiate de 1 000 mètres cubes par jour, et à long terme cette quantité augmenterait jusqu’à 1 700 mètres cubes par jour ». L’évaluation pessimiste des besoins et la définition d’un marché de l’eau semble donc provoquer à Jérusalem une forme de surenchère capitaliste. C’est cette surenchère qui oriente en fait les débats techniques autour du choix de telle ou telle source.

Élaborer des projets et diffuser l’information

15L’histoire politique des réseaux techniques passe aussi par l’analyse des réseaux de diffusion de l’information et par l’étude des groupes de pression qui portent tel ou tel projet. Entre 1908 et 1910 on assiste à une recrudescence de ces projets, qui semblent en fait répondre à une demande politique renouvelée de la part de la municipalité. Ce regain d’intérêt culmine avec l’édition du rapport Franghia en 1908, avec celle du rapport Magnus en 1909 et enfin avec la publication officielle d’un appel d’offre par la Municipalité en août 1910. Le projet de l’ingénieur Franghia, Président du Corps Technique des Ponts et Chaussées à Constantinople, responsable des travaux Publics en Palestine, est de dériver les sources d’Arroub et de moderniser l’aqueduc de Salomon afin de mieux profiter du dénivelé pour amener 2000 mètres cubes d’eau par jour à Jérusalem. C’est Monseigneur Damianos, Patriarche de l’Église Grecque orthodoxe de Jérusalem qui, « croyant rendre un service signalé à la ville de Jérusalem… autorise l’impression, à titre gratuit, de la présente étude, dans l’imprimerie du Couvent Grec du Saint Sépulcre », ce qui souligne là encore les implications politiques du projet20. En fait il semble que le rapport Franghia soit déjà obsolète au moment de sa publication, car l’accélération des besoins domestiques a été plus rapide que l’élaboration et la diffusion du projet technique. D’autres sources nous indiquent en effet que Franghia a commencé son étude dès 1889, et que le projet qu’il décide de faire publier en 1908 est le même que celui qu’il proposait à la Municipalité en 1894. C’est ce qui explique l’aisance avec laquelle l’ingénieur allemand Max Magnus démonte les arguments de Franghia. Dans un rapport publié en novembre 1909, le directeur de l’Institut Carl Franck de Brême conteste la faisabilité du projet de dérivation de la source d’Arroub et développe son argumentation en faveur de la dérivation de la source d’Ain Fara, située à 13 kilomètres au nord de Jérusalem. La situation topographique de la source d’Ain Fara, à 500 mètres plus bas que l’altitude de Jérusalem, l’oblige à prévoir la construction de pompes électriques pour refouler l’eau jusqu’à la ville sainte, ce qui laisse envisager un budget total de quatre millions de francs, soit le double de celui de Franghia (sous-évalué semble-t-il). Aucun des deux projets n’ayant finalement abouti, par manque de fonds, leur étude ne présenterait qu’un intérêt érudit et limité si un rapport confidentiel émanant des organisations sionistes n’en faisait référence21. Ce rapport, daté de novembre 1910, émane de Jacob H. Kann, membre du Comité Intérieure de l’Organisation Sioniste, directeur à la banque du Jewish Colonial Trust, et il fait suite à celui de l’ingénieur hollandais Meyer, envoyé à Jérusalem par le comité exécutif sioniste au début de l’année 1910. En recoupant la lecture de ce rapport avec d’autres sources, on comprend que l’Institut Carl Franck a négocié au début de l’année 1909 avec le Dr. Arthur Ruppin, directeur du bureau palestinien de l’organisation sioniste l’élaboration d’un projet dans lequel les capitaux juifs seraient mobilisés. Il semble que cette négociation n’ait finalement pas abouti et que l’appel d’offre d’août 1910 relance la compétition. Dans son rapport, Jacob H. Kann développe successivement une argumentation économique et une argumentation politique en faveur de l’implication des banques juives dans les projets d’adduction d’eau à Jérusalem. L’argumentation économique s’attache à démontrer que la distribution de l’eau à Jérusalem, si elle permet d’emporter d’autres marchés comme celui de la distribution électrique et des tramways, peut s’avérer sinon rentable, au moins viable sur le plan financier car elle permettrait de profiter du « redémarrage » de l’économie ottomane. L’argumentation est pourtant surtout politique puisque Jacob Kann souligne que la réussite du projet contribuerait à favoriser une immigration sioniste issue non plus seulement des classes populaires européennes mais aussi de ce qu’il appelle les « classes cultivées » : « La distribution de l’eau à Jérusalem est une affaire importante, car cela contribuera dans une grande mesure à l’amélioration des conditions sociales et des conditions d’hygiène qui jusqu’à présent font obstacle à l’installation d’immigrants issus des classes cultivées de la Société Européenne qui sont habitués à une meilleure qualité de vie ». La dimension éminemment politique de l’histoire des réseaux techniques, à Jérusalem ou ailleurs, n’est donc en rien une relecture exagérée a posteriori par l’historien : c’est une réalité évidente pour les acteurs mêmes de ces conflits, bien conscients de distribuer autant de l’eau que de la souveraineté par le moyen des réseaux souterrains.

La convention de 1914 : une histoire inachevée

16L’appel d’offre d’août 1910, dont la clôture était fixée au 15 octobre, ne donne finalement lieu à aucune décision municipale. La solution au problème de l’eau semble pourtant imminente à l’extrême fin de la période ottomane, au début de l’année 1914. Le 14 février est signée une « convention relative à la concession de la construction et exploitation de la distribution d’eau potable à la ville de Jérusalem », entre le maire de la ville, le gouverneur et le concessionnaire22. Le concessionnaire qui remporte le marché est un citoyen ottoman, Euripide Mavrommatis, résidant à Galata, dans les quartiers modernes d’Istanbul. On retrouve son nom en 1926, au moment de la négociation pour la concession du réseau électrique à Jérusalem23. Dans les archives municipales, un document du 14 octobre 1926 s’inquiète des difficultés du même Euripide Mavrommatis dans la conduite de ses travaux à la source d’Ain Fara24. C’est clair : si la guerre a interrompu la concession signée en 1914, elle n’a pas empêché Mavrommatis de parvenir à ses fins sous le Mandat. L’histoire de la distribution de l’eau à Jérusalem à la fin de l’Empire ottoman est bel et bien la chronique des retards et des échecs, mais la suite des événements nous prouve au moins que l’ultime projet, adopté en 1914, était viable. Il faut donc lire cette Convention de février 1914 autant comme le bilan des cinquante dernières années que comme l’annonce de la période mandataire.

17La Convention de 1914 permet de confirmer la prégnance des formes traditionnelles de distribution de l’eau que nous évoquions plus haut : l’article 2 précise ainsi que « Le concessionnaire n’aura point le droit d’empêcher l’utilisation des eaux des citernes et des puits actuellement existants ou à faire construire par la ville et les particuliers dans le but d’en faire une distribution gratuite ; ainsi que l’emploi gratuit, comme par le passé, des eaux jaillissants actuellement dans la ville de Jérusalem, amenées par des tuyaux, ou la vente des eaux par des barils, bouteilles, ou par d’autres moyens connus par le passé ». Les ingénieurs et les experts municipaux reconnaissent ainsi implicitement les réseaux de distribution parallèles, les logiques d’échange et de don, les usages sociaux complexes qui président depuis longtemps au partage et à la circulation de l’eau dans la ville. Cette reconnaissance est en même temps le refus du monopole absolu et de la commercialisation intégrale : l’eau à Jérusalem est encore autre chose qu’un simple marché. Quant à l’alternative entre le projet de Franghia et celui de Magnus, la Convention ne tranche pas, mais ménage un droit de regard à l’administration, comme l’indique l’article 3 : « Il est demandé au concessionnaire de dresser deux projets entre lesquels l’Administration pourra choisir d’accord avec le concessionnaire, l’un dans l’hypothèse où il serait fait choix des sources d’Arroub situées au sud de Jérusalem et visées à l’avant-projet dressé par les soins de la municipalité en 1894, l’autre dans l’hypothèse où les sources choisies seraient celles d’Ain Fara et d’Ain Favouar, situées au nord de la Ville et prises en considération par d’autres auteurs. Le concessionnaire aura même la faculté de présenter tout autre projet qui lui conviendra. En cas de désaccord entre la Ville et le concessionnaire dans le choix des projets à adopter, il sera statué par le Ministère des Travaux Publics »25. L’hypothèse selon laquelle le projet de Magnus aurait été porté par une dynamique exogène alors que le projet de Franghia aurait été celui du pouvoir local et municipal semble ici se confirmer. En tout état de cause, on est loin de l’image convenue d’une « province reculée, sans loi ni administration »26, et il apparaît que la reprise en main du dossier par les divers niveaux de pouvoir ottomans (de la Municipalité au Ministère des Travaux Publics en passant par le Gouverneur) soit bien effective au moment de signer cette convention. La volonté de compromis entre la logique commerciale et la logique de service public se donne à lire à l’article 11, où il est précisé que le concessionnaire devra installer et entretenir 20 fontaines publiques dont le débit sera prélevé sur les 350 mètres cubes fournie tous les jours à la ville à titre gratuit. Le même article précise que quinze de ces fontaines seront « du type courant, dites bornes-fontaines » mais que les cinq autres seront « décoratives », et qu’elles « seront placées aux endroits désignés par la Ville », comme pour souligner que les points d’eau sont encore, au début du siècle, autant de points d’ancrage de l’autorité27.

18On retrouve donc, dans les derniers mois de l’Empire, les mêmes enjeux et les mêmes préoccupations que plusieurs décennies auparavant : l’eau reste un enjeu politique, les fontaines publiques sont toujours une manifestation symbolique et un fondement matériel de l’autorité, et les réseaux d’adduction souterrain sont toujours des réseaux de pouvoirs. Cette porosité chronologique et ce rejeu des problématiques soulignent l’importance des héritages, des bricolages et des remplois dans les stratégies territoriales à Jérusalem. Un coup d’œil rapide à la situation contemporaine viendrait sans doute confirmer cette intuition, au moment où la moindre place forte et le moindre « château fort », des plateaux du Golan aux colonies du Jourdain, est en même temps un château d’eau.

Haut de page

Notes

1 Historical Archives of the Jerusalem Municipality (HAJM), Série Water Supply (WS), c. 614, Rapport sur l'adduction des eaux d'Arroub, G. Franghia, 1908, p. 5.
2 Ce travail s’inscrit dans le cadre du programme international de recherche « réseaux techniques et réseaux de pouvoirs » cofinancé par la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-en-Provence) et l’EFR (École Française de Rome), présent en septembre 2000 à Berlin à l’occasion du congrès annuel de l’EAUH (European Association for the Urban History).
3 On peut consulter sur le sujet la synthèse utile de Purvis, James D., Jerusalem, the Holy City: A Bibliography, vol. II, Metuchen, NJ and London, 1991, p. 53-57, water supply.
4 Voir par exemple le chapitre de Dumont, Paul, in Mantran, Robert (dir.), Histoire de l'Empire Ottoman, Paris, 1989, p. 459-522.
5 Pierotti, Ermete, Jerusalem Explored: Being a Description of the Ancient and Modern City, Londres, 1864, vol. I, p. 63.
6 Masterman, E.W.G., Hygiène and Diseases in Palestine in modern and Biblical Times, London, n.d.
7 Berardi, Roberto, « Espace et ville », in Chevallier, Dominique (dir.), L’espace social de la ville arabe, Paris, édition Paris IV, 1979.
8 Jean, V, 2-4 : « Car l’ange du seigneur descendait par moment dans la piscine et y agitait l’eau ».
9 MAE, Nantes, Série Jérusalem – Domaines Nationaux, sainte Anne, V. Lettre du Père Féderlin au consul de France Ledoulx, 12 juillet 1890. Cité in Trimbur, Dominique, « Sainte-Anne : lieu de mémoire et lieu de vie français à Jérusalem », à paraître in Chrétiens et Sociétés - XVIe-XXe s., Université Lyon II.
10 Benvenisti, Meron, Jérusalem, une histoire politique, Solin-Actes Sud, 1996, p. 11-16.
11 HAJM, WS, c. 614, Rapport sur l'adduction des eaux d'Arroub, G. Franghia, 1908, p. 14, « la hauteur des pluies en millimètres est en moyenne, pour les dix dernières années, de 0,636 m. Elle n'est pas inférieure à 0,455 m (hiver 1887-1888) ni supérieure à 0,958 m (hiver 1890-1891) ».
12 HAJM, WS, c.614, Franghia, 1908, p. 20.
13 Warren, Charles, Underground Jerusalem, 1876, p. 441 (traduction personnelle).
14 Luncz, A.M., Guide of Eretz Israel and Syria, p. 131.
15 HAJM, c. 614, Rapport sur l’alimentation de Jérusalem en eau, M. Magnus, 1909, p. 7.
16 C’est même le cas d’un illustre représentant de la « nouvelle histoire israélienne », Segev, Tom, C’était en Palestine au temps des coquelicots (titre original : Yemeï HaKalaniot), Liana Levi, 2000, p. 7 : « la Palestine se trouvait sous domination ottomane. Elle n’était qu’une province reculée, sans lois ni administration. La vie s’y déroulait au ralenti, dans le carcan de la tradition et au rythme du chameau. »
17 HAJM, WS, c. 614, Franghia, 1908, p. 12.
18 HAJM, WS, c. 614, Magnus, 1909, p. 4.
19 CZA, Z.2, f. 642, novembre 1910 (traduction personnelle).
20 HAJM, WS, c. 614, Franghia, 1908, p. 3.
21 CZA, Z.2, f. 642, J.H. Kann, novembre 1910.
22 HAJM, WS, c. 614, 14 février 1914.
23 Jewish National University Library (JNUL), cote JL - GF in 2°, Agreement as to Electricity Concession in Jerusalem, The Crown Agents for the Colonies and Euripide Mavrommatis, Westminster, 1926. Voir également Aran, Michael, « The Mavrommatis Affair : The Electric Power Concession in Jerusalem », Cathedra: For the History of Eretz-Israel and its Yishuv, 44 (1987), p. 191-197.
24 HAJM, WS, c. 615, « Jérusalem Water Concession », 14 octobre 1926.
25 HAJM, WS, c. 614, 14 février 1914, art. 5, p. 3.
26 Segev, Tom, op. cit., p. 7.
27 HAJM, WS, c. 614, 14 février 1914, art. 11, p. 16.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Lemire, « L’eau à Jérusalem à la fin de la période ottomane (1850-1920) », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 7 | 2000, 67-82.

Référence électronique

Vincent Lemire, « L’eau à Jérusalem à la fin de la période ottomane (1850-1920) », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 7 | 2000, mis en ligne le 13 mars 2008, Consulté le 24 mars 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/2542

Haut de page

Auteur

Vincent Lemire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page