Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte, XXVII-1998

Dan Diner (éd.), « Historische Migrationsforschung », Bleicher Verlag, Gerlingen, 1998.
Dominique Trimbur
p. 75-76

Texte intégral

1Alors qu’Israël ne dispose encore que d’un seul département d’allemand, à Jérusalem, les études allemandes sont florissantes dans ce pays : au moment où la vie universitaire israélienne s’enrichit d’un nouveau centre consacré à ce domaine (à Beer Sheva, sous la direction du Prof. Frank Stern), l’Institut d’histoire allemande de l’université de Tel Aviv confirme son dynamisme et son travail de fond, avec la parution du nouveau Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte.

2En parallèle à l’importante collection d’ouvrages issue du même établissement, cette série présente de multiples avantages : lieu de rencontres où se côtoient historiens chevronnés et chercheurs prometteurs, elle reflète la recherche la plus avancée dans les domaines les plus divers. Par ailleurs, la personne intéressée par une lecture originale des problèmes allemands y trouve une source dont le mérite est, par l’utilisation de l’allemand ou de l’anglais, de rendre abordable des textes israéliens ou des domaines entiers qui, publiés en hébreu, resteraient confinés à l’État juif.

3Cet avantage est d’autant plus grand que les sujets abordés ne se limitent pas forcément à l’Allemagne. Chaque volume est centré sur un sujet certes exclusivement relatif au champ allemand (le national-socialisme au regard de la perspective actuelle, l’Allemagne et la Russie, ou les représentations de l’Allemagne) ; mais les problèmes évoqués ont souvent une valeur universelle : il en va ainsi de la nouvelle histoire des femmes, des bouleversements historiographiques, ou, pour le volume en question, de la recherche historique sur les migrations.

4Autre élément à remarquer pour le présent ouvrage : les sujets traités ne portent pas uniquement, comme on aurait pu s’y attendre, sur des aspects juifs des migrations, ce qui permet à l’éditeur d’échapper au reproche de l’absence de mise en perspective. Et même, les articles portant sur des questions juives constituent autant de possibilités d’aller plus loin dans la connaissance des phénomènes migratoires en général. Si l’on peut, a priori, être étonné par une juxtaposition de sujets très disparates, on ne peut au total que se satisfaire d’un échantillon justement très vaste. Ce large panorama est d’ailleurs justifié en introduction par Dan Diner, directeur de l’Institut et responsable de la publication – même si l’on continue à s’interroger sur la présence d’un article sur la représentation du national-socialisme parmi les Allemands de Palestine, dans les années 1930, contribution fort intéressante mais qui ne concerne que de très loin les problèmes de migration.

5Ce recueil place le lecteur à la croisée de plusieurs genres historiques : histoire générale, économique et sociale, démographique, comme histoire des nationalismes. Par là, il permet de faire le point sur les multiples motivations qui fondent les migrations. Dans son introduction, Dan Diner en définit les deux principales s’appliquant à des individus ou groupes isolés, ou à des ensembles plus grands : causes économiques et sociales, lorsque c’est pour assurer leur survie que des personnes quittent leur pays d’origine, prépondérantes jusqu’à la fin du XIXe siècle (avec dans ce domaine la possibilité de voir que les Juifs n’ont pas toujours émigré pour des raisons politiques, comme le montre Doron Niederland) ; causes ethniques et religieuses, lorsque des groupes de population quittent leur zone d’implantation initiale parce qu’ils en sont chassés. Cette dernière distinction s’applique évidemment au cas des Juifs : tolérés ici, souvent rejetés ailleurs, ils ont connu depuis des siècles les affres de la migration (une tautologie soulignée ici par de multiples exemples). Le contexte de l’Europe de l’Est, dont les plus nombreux migrants étaient originaires, est décrit avec précision (Lloyd P. Gartner).

6Le problème a d’abord concerné les Juifs étrangers : les articles de Till van Rahden ou de Dieter Gosewinkel présentent des situations allemandes anciennes, qui nous rappellent fortement le traitement infligé aux Juifs étrangers en France au début de ce siècle, mais surtout dans l’entre-deux-guerres ; le problème s’est posé à nouveau directement après la Deuxième guerre mondiale, avec la présence dans toute l’Europe occidentale de personnes justement qualifiées de « déplacées » (Frank Caestecker) ; il est aujourd’hui d’actualité avec l’installation en Allemagne de Juifs de Russie qui contribuent à la reconstruction d’une communauté juive en Allemagne, qui pourrait devenir un jour une communauté juive d’Allemagne.

7Après 1933, le problème de la migration a touché les Juifs d’Allemagne eux-mêmes, devenus subitement des étrangers et qui ont dû partir à leur tour (euphémisme dû à la volonté de Dan Diner de ne pas mettre la Shoah en position centrale dans cet ouvrage). La réception de ces nouveaux migrants par les régions d’accueil est décrite sous ses différentes facettes. C’est d’abord l’acceptation prudente de la culture élaborée dans le pays d’origine (avec une contribution d’Eran J. Rolnik sur la diffusion de la psychanalyse en Palestine). C’est ensuite le rejet de cette culture, lorsque l’hébreu l’emporte définitivement sur l’allemand en Palestine, conséquence de la prise de pouvoir par Hitler (Na’ama Sheffi). De manière apparemment contradictoire, ces deux attitudes fondamentalement opposées deviennent fondatrices du foyer culturel et national juif en Palestine. Le double héritage, allemand et juif, peut aussi être transmis intact, lorsque toutes ses valeurs sont prises en considération dans un pays tiers (comme le montre Irmtrud Wojak, dans le cas d’une association de jeunesse juive allemande au Chili).

8L’ensemble des contributions comprises dans la présente livraison du Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte présente un tableau contrasté des migrations.

9Elles sont d’une part définies, et pour cause, comme des crises. À cet égard, les migrations passées ressurgissent avec, bien des années plus tard, des problèmes non résolus, niés ou non envisagés au moment où elles ont eu lieu (le cas des biens juifs est exposé brillamment par Ronald W. Zweig). À travers de telles réminiscences de nouvelles crises se manifestent et viennent s’ajouter à des mouvements récents (articles de Rainer Münz et Rainer Ohliger, ou de Barbara Dietz concernant l’intégration en RFA des Allemands de souche, provenant d’Europe de l’Est, qui implique à son tour la problématique des immigrés en quête d’une reconnaissance). Autant de faits qui soulignent d’effrayantes analogies entre des drames passés et actuels, lorsque reviennent à l’ordre du jour en Europe des conceptions archaïques : recours à l’histoire la plus ancienne pour justifier des purifications ethniques, affirmation de la pression démographique comme moteur de l’histoire.

10Mais d’autre part ces migrations peuvent conduire à des expériences réussies, lorsque leur somme débouche sur un certain épanouissement (la création scientifique dont parle Mitchell G. Ash) ou sur la formation d’une nouvelle identité (pour le cas d’Israël). On pourra à ce titre regretter que les cas de réussites et d’enrichissement ne soient pas mieux mis en exergue, par exemple en soulignant l’importance des transferts intellectuels auxquels les migrations donnent lieu dans les années 1930 ou 1940.

11Par ailleurs, pour un ouvrage traitant du long terme, on aurait pu espérer un tableau actualisé de la germanité en Israël, résultat d’une migration participant de l’histoire allemande et dont les traces semblent peu à peu s’effacer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Trimbur, « Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte, XXVII-1998 », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 4 | 1999, 75-76.

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Tel Aviver Jahrbuch für deutsche Geschichte, XXVII-1998 », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 4 | 1999, mis en ligne le 02 juin 2008, Consulté le 24 mars 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/3792

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

CRFJ

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page