Navigation – Plan du site
Lieux et domaines de recherche

L’enseignement supérieur en Israël et sa transformation

Claude Klein
p. 15-18

Texte intégral

1À l’évidence, l’enseignement supérieur d’Israël traverse une profonde transformation, dont les manifestations sont éclatantes et dont nul ne peut prévoir l’issue. La grande grève des étudiants qui marque le début de l’année universitaire 1998-99 n’est qu’un élément de cette crise. Pour comprendre cette situation, il nous faut d’abord rappeler le modèle sur lequel les universités ont été établies. On pourra ensuite analyser les facteurs du changement et de la crise actuelle.

2Bien avant la création de l’État, il était apparu que la création d’une université était nécessaire pour accompagner la renaissance nationale juive. C’est ainsi qu’apparurent les deux premières institutions d’enseignement supérieur, d’abord le Technion de Haïfa, comme école d’ingénieurs (fondé dès 1912) et surtout l’Université hébraïque de Jérusalem (ouverte en 1925). Dans la période pré-étatique, ces deux institutions ne pouvaient être que purement privées, créées en forme d’association et subventionnées par les organisations sionistes. Ces associations s’employaient également à susciter des dons à l’étranger, par l’intermédiaire des « Amis de l’Université », selon une formule bien connue aux États-Unis. Accessoirement les frais de scolarité payés par les étudiants devaient couvrir une partie du budget. Après la création de l’État cette formule continua : l’enseignement supérieur resta toujours dispensé par des établissements privés, mais l’État n’eut d’autre choix que de participer à son financement. Au cours des premières années, celui-ci représentait jusqu’à 80 % du budget de fonctionnement. Il est progressivement retombé et n’atteint plus que 60 %. Cependant, du fait du poids de l’État dans le budget des universités, celles-ci ont perdu une grande partie de leur autonomie financière. Les salaires des enseignants sont depuis longtemps fixés par décision gouvernementale et sont donc identiques dans tous les établissements.

3La croissance rapide de la population (ainsi la population totale est-elle passée de 800 000 en 1948, à 2 150 000 en 1960, à 3 000 000 en 1970, pour atteindre 4 800 000 en 1990, alors qu’au 1er novembre 1998, le cap de 6 millions d’habitants était atteint) en même temps que celle de la demande d’instruction supérieure ne permettent plus la conservation des structures traditionnelles. Certes, au total sept universités existent aujourd’hui (Jérusalem, Tel-Aviv, le Technion, Bar-Ilan, Haifa , l’Université Ben-Gourion de Beersheba et l’Institut Weizmann de Rehovot), mais celles-ci ne permettent plus de répondre à la demande globale (ainsi, si en 1960 il y avait 10 000 étudiants inscrits dans les universités on en trouve aujourd’hui plus de 110 000 !). Or, ces universités ont désormais atteint leur capacité maximale. Contrairement au modèle de certains pays européens (France, Italie, Allemagne), ces établissements refusent de croître indéfiniment : ainsi l’Université de Tel-Aviv (la plus grande des universités israéliennes) a-t-elle atteint, avec ses 26 000 étudiants, un plafond qu’elle ne veut plus dépasser (l’Université hébraïque ainsi que celle de Bar-Ilan ne tiennent pas à dépasser chacune le chiffre de 21 000 étudiants).

4La demande excède donc l’offre. C’est la raison pour laquelle, dès 1972-73, la plupart des facultés avaient introduit une sélection (en fait , elle avait toujours existé pour la médecine, la pharmacie et l’art dentaire) à l’entrée des départements et facultés très recherchés (qui s’avéraient être, outre la médecine : le droit, la psychologie et la gestion). À partir de la fin des années 80, la situation devint intenable. De nombreux étudiants étaient amenés à partir pour l’étranger, pour y faire leurs études (notamment en droit). La pression sociale devait finalement produire ses effets. Une nouvelle politique d’accréditation universitaire fut peu à peu instaurée.

5De fait, un premier mouvement de décentralisation s’était déjà mis en place. La plupart des grandes universités avaient été amené à créer des antennes locales, dans certaines localités relativement éloignées, notamment dans l’extrême-nord du pays ou encore en Basse-Galilée. D’ailleurs de fait, l’Université de Haïfa elle-même n’avait-elle pas commencé comme antenne de Jérusalem. Cela n’a pas été suffisant.

6Des organisations privées (notamment liées au grand syndicat Histadrouth), des entrepreneurs, des groupes de professeurs décidèrent de mettre sur pied des « collèges » (à l’exemple américain), qui dans un premier temps ne seraient habilités qu’à délivrer des B.A. (équivalents de la licence française ou dans certains cas de la maîtrise). Il n’est pas étonnant que les premières disciplines enseignées furent celles du droit et de la gestion, suivies maintenant de l’économie, la psychologie, la communication, l’informatique. Ces « collèges » (en hébreu mikhlalot) doivent être accrédités par le conseil de l’enseignement supérieur auprès du Ministre de l’Éducation nationale. Ce conseil examine les conditions dans lesquelles l’enseignement sera dispensé, le corps enseignant, les bibliothèques etc... Ce n’est qu’après une enquête approfondie que l’accréditation est accordée. Celle-ci n’est jamais générale, mais doit être demandée pour chaque discipline.

7La principale différence avec les Universités réside dans le mode de financement. Les nouveaux collèges s’engagent à ne pas demander de financement public. Il en résulte que les frais de scolarité sont extrêmement élevés : très précisément ils sont le double de ceux des universités régulières (19 000 shekels soit environ de 25 000 francs français contre 9 000 shekels, soit environ 12 000 francs français). C’est sans doute là que se trouve la grande faiblesse des collèges privés (dont l’effectif total dépasse déjà 20 000 étudiants). La grande grève des étudiants de 1998 concerne surtout les frais de scolarité des universités. Or c’est là que les étudiants paient la moitié de ce doivent payer les étudiants des collèges. Les étudiants les plus défavorisés (qui souvent n’ont pu accéder à l’Université faute d’avoir réussi à passer le cap de la sélection) se retrouvent dans une situation particulièrement difficile, comme s’ils étaient en quelque sorte doublement pénalisés.

8On mesure bien l’ampleur de la transformation du système israélien d’enseignement supérieur. Exprimé très simplement, on peut dire qu’il subit une mutation qui fut celle que connurent les universités européennes. Du fait d’un cadre juridique différent, les solutions devront elles aussi être différentes. D’ailleurs, il ne s’agit pas simplement de la question du financement. Tôt ou tard, l’État devra prendre en charge les nouveaux collèges, faute de pouvoir absorber les dizaines de milliers d’étudiants qui, au cas de la disparition des collèges, ne trouveraient pas de place dans les universités. À cet égard, la situation ressemble étrangement à celle qui a amené le législateur français à prendre en charge le financement des maîtres dans les écoles privées, à partir du vote de la loi Debré (1959). Le véritable enjeu est bien au-delà. Les universités israéliennes ont atteint un niveau d’excellence dans de très nombreuses disciplines – scientifiques et littéraires – du fait de l’accent qui a toujours été mis sur la recherche. L’apparition des nouveaux cadres d’enseignement supérieur crée des îlots dans lesquels la recherche sera moins développée. Il reste donc à se demander dans quelle mesure le système des collèges ne pourrait se généraliser (à l’image américaine) réservant ainsi les universités aux enseignements plus poussés de deuxième et de troisième cycle. Toute autre solution reviendrait, en fin de compte, à approfondir le fossé culturel entre les classes sociales. Il pourrait notamment mettre fin à la mobilité sociale qui, on le sait, a longtemps constitué l’une des caractéristiques fondamentales de la société israélienne. L’enseignement supérieur israélien traverse donc une véritable crise d’identité qui dans une large mesure est à l’image de la crise de la société israélienne. Ainsi, la coupure entre l’université et la société qui a longtemps caractérisé renseignement supérieur menace-t-elle la légitimité de ce qui fut pendant longtemps l’un des fleurons du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Klein, « L’enseignement supérieur en Israël et sa transformation », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 3 | 1998, 15-18.

Référence électronique

Claude Klein, « L’enseignement supérieur en Israël et sa transformation », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 3 | 1998, mis en ligne le 10 juin 2008, Consulté le 24 mars 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/3902

Haut de page

Auteur

Claude Klein

Université hébraïque de Jérusalem
Institut supérieur d’administration, Tel-Aviv

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page