Navigation – Plan du site
Comptes rendus

The History of the Hebrew University of Jerusalem, origins and beginnings

The Magnes Press, Jerusalem, 1977, 722 p.
I. Kolatt
p. 86-88

Texte intégral

1Les universités sont devenues, au cours de ces dernières décennies, un fait majeur dans la vie et l’éducation israéliennes. Cependant, leur croissance a été spontanée et n’a pas entraîné de réflexion sur les caractéristiques théoriques et pratiques de l’idée d’université et de son rôle dans la vie israélienne.

2Le volume présenté ici recherche les origines et les débuts de l’Université hébraïque de Jérusalem, qui fut l’un des projets majeurs du mouvement sioniste. Les rapports entre les aspects théoriques et appliqués de l’université sont confrontés avec les aspirations et les besoins du mouvement national.

3Le livre n’est pas une histoire détaillée de l’Université hébraïque, mais une collection d’articles organisés selon un plan d’ensemble. L’ampleur des  matériaux de sources et la disponibilité  des auteurs a déterminé dans une certaine mesure la nature de cette  collection.

4Les chapitres décrivent les différents facteurs qui se sont combinés pour former l’idée de l’université. Il y a eu d’abord le besoin des étudiants juifs exclus de l’enseignement supérieur en Russie, le souhait que le  peuple juif profite de la gloire des scientifiques juifs reconnus par la communauté internationale, enfin, le désir de développer une science du judaïsme moderne et de mobiliser la science au service de la colonisation juive en Eretz Israël.

5L’envergure du projet d’une portée considérable est mise en évidence dans les chapitres qui traitent des étudiants juifs par opposition aux universités en Russie et des séminaires religieux juifs qui ont adopté des disciplines académiques  et peuvent servir de préludes et de parallèles à l’université qui s’est toujours dissociée d’une quelconque affiliation religieuse.

6L’histoire événementielle des premières étapes, avant et après la première guerre mondiale est complétée dans cet ouvrage par les discours programmatiques prononcés lors de la cérémonie d’inauguration de l’Université en 1925. Ceux-ci sont enrichis de commentaires.

7La très large perspective de l’histoire comprend quelques chapitres consacrés au site de l’Université et aux plans architecturaux qui expriment les diverses visions sur la nature de l’Université, le style oriental étant suivi par un style plus international.  

8Plusieurs chapitres sont consacrés aux personnalités qui ont façonné l’université dans ses années formatrices (telles J.L. Magnes et A. Einstein) et aux départements qui ont jeté les fondations de l’institution.

9Le problème des études juives et de leurs relations avec la tradition religieuse, d’une part, et d’autre part, avec les méthodes scientifiques, fait l’objet de plusieurs chapitres. Les lettres et les sciences humaines sont représentées dans un chapitre sur l’établissement du département d’histoire générale et d’études islamiques. Les mathématiques et la physique sont bien décrites mais les sciences naturelles ne sont pas suffisamment discutées.

10La description historique montre dans quelle mesure la planification et le hasard, le schéma directeur et de la disponibilité des candidats et des moyens ont joué un rôle dans l’établissement de l’Université.

11L’ouvrage comprend une section que l’on pourrait appeler histoire contrefactuelle ou début manqué, c’est-à-dire des projets qui n’ont pas vu le jour, pour diverses raisons, objectives ou subjectives.

12Bien que l’ouvrage traite des racines et des débuts, il effleure des thèmes devenus cruciaux aux stades plus récents – la  relation entre recherche et enseignement ainsi que la relation entre l’université et le développement de la société juive en Eretz Israël.

13La situation de l’intelligentsia juive en Europe de l’Est n’est plus maintenant bien sûr qu’une question historique. Mais la relation entre excellence et éducation de masse, science pure et appliquée ainsi que l’ordre des priorités dans l’établissement des Facultés est encore l’une de nos préoccupations. La nature de l’université en tant qu’institution qui s’adresse à l’ensemble du peuple juif est assortie du devoir de répondre aux besoins de l’État d’Israël. Ces aspects ont un rapport sur l’investissement public dans l’Université. La disponibilité des postes pour les futurs diplômés a été discutée depuis le tout début et constitue encore un problème.

14Une autre question a été prise en compte par les initiateurs et les fondateurs de l’Université, à savoir le rôle d’une université hébraïque au Moyen-Orient face à la population arabe. L’université a été et reste ouverte aux membres de toutes les religions. L’aventure scientifique et l’application de la science pour le bien être de la région ont été conçues depuis les premiers plans comme un champ possible de coopération judéo-arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

I. Kolatt, « The History of the Hebrew University of Jerusalem, origins and beginnings », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 2 | 1998, 86-88.

Référence électronique

I. Kolatt, « The History of the Hebrew University of Jerusalem, origins and beginnings », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 2 | 1998, mis en ligne le 19 juin 2008, Consulté le 01 mai 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/4642

Haut de page

Auteur

I. Kolatt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page