Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Et ils sortirent du paradis. Carnets d'un archéologue en Orient 1945-1996.

Jean PERROT, Paris, Éditions de Fallois 1997, 335p.
Dominique Bourel
p. 96-97

Texte intégral

1Cet ouvrage donne les grandes étapes d'un double voyage : en Orient, plus précisément autour de la Méditerranée, et à l'intérieur des administrations françaises. En effet ces souvenirs sont ceux d'un bâtisseur ayant toujours eu le souci d'ancrer la recherche dans la durée et donc dans des institutions, missions, centres, revues, collections etc. Entré au CNRS en 1946, élève d'André Parrot, envoyé par l'Académie des Inscriptions à l'École biblique et archéologique de Jérusalem, il restera toute sa vie attaché à cette région qu'il connaît comme aucun autre. Directeur des fouilles en Iran entre 1968 et 1979, il y découvre à Suse le palais de Darius. En Israël, il conduit et participe aux fouilles les plus importantes entre 1950 et 1975. Il crée en 1952 une « mission archéologique française en Israël », modifiée en 1964 en « Recherche Coopérative sur Programme », « Préhistoire et protohistoire du Proche-Orient asiatique », puis en « mission permanente » en 1973 ; enfin le « Centre de recherche français de Jérusalem » est fondé en 1986. Apparaissent les grandes figures des pères Vincent et de Vaux, de Nelson Glueck, Ygaël Yadin, René Neuville, François Bordes ou Robert Braidwood. Pour décor, c'est l'histoire politique aussi  et la naissance dans le sang et les larmes de l'État d'Israël ; avant d'intégrer le CNRS, il multiplie ses activités : journaliste, professeur, speaker à la radio où il fonde Kol Israel en français. Ce sont alors les grands travaux, Abou Matar, Safadi, Hatzor, Mallaha, dont les experts ont depuis longtemps reconnu l'importance. Et comme si cela ne lui suffisait pas après une rapide évocation de l'épopée des manuscrits de Qumrân et la Turquie, la grande aventure de Suse et du palais de Darius. Il faudra d'ailleurs écrire un jour l'histoire de la présence de la science française en Iran. Il se penche avec une certaine tendresse sur les joies intenses du métier dont il parle avec chaleur et simplicité et qui, pour lui, s'organise autour de la grande question de l'origine de l'homme au Proche et au Moyen Orient. La description parfois lyrique de son travail sur le terrain est entrecoupée par la relation de ses efforts inlassables, ardus et répétitifs pour convaincre les différentes autorités (surtout celles du CNRS et du ministère des Affaires Étrangères) de l'importance d'une présence scientifique française dans ces régions. Malgré sa discrétion on devine la  ténacité dont il fallait faire preuve afin d'obtenir gain de cause. Ce livre, sans règlement de compte, est celui d'un savant apaisé et aussi, pourquoi ne pas l'avouer, l'histoire d'une réussite : de la simple « mission » jusqu'au Centre, quel chemin ! À l'origine base logistique pour quelques archéologues, le CRFJ a pour vocation aujourd'hui d'harmoniser et de susciter des recherches bilatérales en sciences humaines et sociales. Petit à petit, en effet, il a accueilli des préhistoriens, des anthropologues puis, de proche en proche, l'histoire, la linguistique et, bien évidement, les études juives sont venues le diversifier, montrant qu'on peut allier la prudence politico-administrative avec la générosité intellectuelle. Une leçon d'avenir pour ses indignes mais reconnaissants successeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bourel, « Et ils sortirent du paradis. Carnets d'un archéologue en Orient 1945-1996. », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 1 | 1997, 96-97.

Référence électronique

Dominique Bourel, « Et ils sortirent du paradis. Carnets d'un archéologue en Orient 1945-1996. », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 1 | 1997, mis en ligne le 30 juin 2008, Consulté le 20 août 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/5262

Haut de page

Auteur

Dominique Bourel

Directeur du Centre de recherche français de Jérusalem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page