Navigation – Plan du site
Articles

Deux nouvelles lèvres de Cassidae au PPNB

Les découvertes de Beisamoun et Yiftahel*
Gaëlle Le Dosseur

Résumés

En 2008, deux nouvelles lèvres de Cassidae ont été mises au jour sur deux sites néolithiques (Néolithique Précéramique B : PPNB) du Levant Sud : Beisamoun et Yiftahel. Il s’agit d’objets façonnés sur la lèvre externe de coquillages méditerranéens appelés Phalium granulatum. Des aménagements pour la suspension (perforations aux extrémités) laissent penser que ces objets ont été utilisés comme pendentifs ou qu’ils ont été cousus sur des vêtements ou des accessoires. Ces découvertes alimentent la discussion sur l’approvisionnement en matières premières mais aussi sur les parentés culturelles et les singularités de chaque site à cette époque. Si l’usage de lèvres de Cassidae est partagé par de nombreux sites PPNB, les modes de fabrication et de suspension ne sont pas strictement les mêmes sur tous. Ces variations reflètent-elles une évolution des modes de suspension dans le temps (au cours du PPNB moyen/récent) ? Ou révèlent-elles des choix « contemporains » distincts, qui contribueraient à définir l’identité propre de chaque site ?  

Après le Néolithique, l’usage des lèvres de Cassidae se poursuit aux Âges des métaux. À cette époque plus qu’au Néolithique, ces objets sont retrouvés dans des contextes funéraires. Il est difficile de savoir si cette situation résulte des méthodes de fouilles distinctes adoptées sur les sites néolithiques et sur ceux des Âges des métaux ou si elle est une réalité archéologique. Dans le second cas, on pourrait proposer que le sens donné aux lèvres de Cassidae, en partie reflété par le lieu de dépôt, a pu évoluer avec le temps.

Haut de page

Texte intégral

1En 2008, deux nouvelles lèvres de Cassidae (fig. 1) ont été mises au jour sur deux sites PPNB du Nord d’Israël : Beisamoun et Yiftahel (fig. 2). Il s’agit d’objets façonnés sur la lèvre externe de gros coquillages méditerranéens (Phalium granulatum de la famille des Cassidae), probablement utilisés comme parures. Les lèvres de Cassidae sont attestées au Levant depuis le Kébarien. On n’en compte qu’un petit nombre aux périodes néolithiques et c’est aux Âges des métaux qu’elles sont les plus nombreuses (Reese, 1989). Les découvertes de 2008 enrichissent donc l’échantillon néolithique et la discussion sur l’approvisionnement en matières premières, les contacts entre les sites et les parentés culturelles à cette époque. Elles apportent également de nouveaux éléments de réflexion sur la fonction de ces objets transculturels.

Fig. 1 : Les lèvres de Cassidae de Beisamoun (a) et Yiftahel (b)

Fig. 1 : Les lèvres de Cassidae de Beisamoun (a) et Yiftahel (b)

(Clichés G. Le Dosseur, avec l’autorisation de l’Office des Antiquités d’Israël)

Les sites : Beisamoun et Yiftahel

2Beisamoun est situé dans le bassin du Houleh, entre le Golan à l’est et les monts de Naftali à l’ouest. L’occupation principale est datée du Néolithique Précéramique B (PPNB1) tandis que les niveaux les plus récents sont attribués au Néolithique Céramique et à l’Âge du bronze. Depuis les années 50, le site a fait l’objet de nombreuses prospections. En 1972, M. Lechevallier (CNRS et CRFJ) a brièvement fouillé un secteur. Des maisons quadrangulaires au sol plâtré bien conservé ainsi que des sépultures et deux crânes surmodelés ont été dégagés à cette époque (Lechevallier, 1978). En 2007, F. Bocquentin (CNRS) et H. Khalaily (OAI2) ont entamé une nouvelle fouille, programmée sur plusieurs années. Après l’exploration d’un secteur E en 2007 (Bocquentin et al., 2007), un secteur F a été étudié en 2008, livrant notamment un vaste sol plâtré attribué au PPNB. 24 objets travaillés en matières dures animales ont été mises au jour lors de cette campagne de fouilles dont une lèvre de Cassidae.

Fig. 2 : Carte des sites PPNB où des lèvres de Cassidae ont été retrouvés

Fig. 2 : Carte des sites PPNB où des lèvres de Cassidae ont été retrouvés

3Yiftahel est situé en Basse Galilée, à huit kilomètres à l’ouest de Nazareth. Comme à Beisamoun, l’occupation principale est datée du PPNB, mais des niveaux plus récents (Néolithique Céramique, Âge du bronze) ont également été mis à jour. Le site a été découvert à l’occasion de la construction d’une route. Depuis le début des années 80, A. Berman (OAI), A. Ronen (Université de Haïfa), M. Lamdan et M. Davis (Musée Stekelis, Haïfa), E. Braun (OAI) puis Y. Garfinkel (Université de Jérusalem) l’ont exploré successivement. Après une interruption de dix ans, H. Khalaily et I. Milevski (OAI) ont repris en 2007/2008 les fouilles de ce site, toujours en contexte de sauvetage. Ces derniers travaux, menés sur une large superficie, ont livré un mobilier exceptionnel ainsi que d’immenses bâtiments au sol plâtré très bien conservé, de nombreuses sépultures et trois crânes surmodelés datés du PPNB. Une large collection d’objets en matières dures animales a été constituée. Elle comprend une lèvre de Cassidae aménagée.

Les lèvres de Cassidae de Beisamoun et Yiftahel

4Ces objets (fig. 1) sont fabriqués sur des lèvres externes de Phalium granulatum. Leur forme est courbe et tous deux présentent sur la face concave les indentations naturelles du coquillage. Celui de Beisamoun (fig. 1a) mesure 42 mm de long pour une largeur et une épaisseur de 7 et 8 mm. Celui de Yiftahel (fig. 1b) mesure 51 mm de long pour une largeur et une épaisseur de 8 et 6 mm.

5Une fois séparées du corps du coquillage3, les lèvres ont été régularisées par abrasion (fig. 3). Il est possible que les extrémités de la lèvre, à Beisamoun, aient été sectionnées pour former deux méplats latéraux. Sur cet exemplaire quatre perforations ont été aménagées par raclage en rotation pour permettre la suspension (fig. 3a et 4). À chaque extrémité, un pont est formé par une perforation sur le méplat latéral et une perforation sur la face concave. Sur l’exemplaire de Yiftahel, une seule perforation a été commencée à une extrémité tandis que la partie opposée a été façonnée en pointe (fig. 3b). Cette partie appointée est très différente des extrémités perforées et sa forme est peu propice à recevoir ce type d’aménagement. Par conséquent, bien que l’objet de Yiftahel soit inachevé, son système de suspension devait être différent de celui de Beisamoun. Nous en verrons plus tard les implications.

Fig. 3 : Fabrication des lèvres de Cassidae

Fig. 3 : Fabrication des lèvres de Cassidae

a : aménagement de quatre perforations à Beisamoun
b : aménagement inachevé d’une perforation à Yiftahel

Fig .4 : Les perforations

Fig .4 : Les perforations

Quatre perforations sont aménagées sur l’exemplaire de Beisamoun. Les orifices sont creusés à partir de la face concave et de méplats latéraux. Les deux ponts de suspension sont brisés

6L’exemplaire de Beisamoun est intensément usé. Toutes les faces sont émoussées et lustrées ainsi que les extrémités et les perforations. Cet objet a été abandonné lorsque les deux ponts de suspension se sont brisés (fig. 4). L’usure de la lèvre de Cassidae de Yiftahel se limite en revanche à la face indentée. Étant donnée l’absence d’autres usures sur cet objet et son caractère inachevé, il est probable que l’émoussé de la partie indentée résulte simplement d’une érosion naturelle par l’eau, antérieure au débitage de la lèvre.

7Ces deux objets, aménagés pour la suspension, étaient probablement des pendentifs ou des parures cousues sur des vêtements ou des accessoires. Ils ont été retrouvés non loin de restes humains mais ils ne sont apparemment pas associés à une sépulture.

Discussion

8Qu’implique la présence de lèvres de Cassidae à Beisamoun et Yiftahel au PPNB ?

9Tout d’abord, ces objets ayant été aménagés dans un coquillage de la Mer Méditerranée, deux modes d’approvisionnement sont envisagés : l’expédition sur la côte ou l’échange, direct ou indirect, avec des communautés vivant près du littoral. La présence de lèvres de Cassidae dans une région éloignée de la côte méditerranéenne comme le Sinaï (Abu Madi III, cf. infra), et inversement celle de coquillages de la Mer Rouge dans la région méditerranéenne, illustrent la possibilité d’échanges entre communautés (Bar Yosef D., 1999, p. 75).

10Ensuite, les lèvres de Cassidae sont non seulement présentes à Beisamoun et Yiftahel mais également sur bien d’autres sites PPNB (fig. 2) : Abou Gosh (Reese, 1989), Jéricho (Bar Yosef D., 1999), Kfar Hahoresh (ibid), ‘Ain Ghazal (Reese, 1989), Nahal Hemar (Bar Yosef D., 1999), Abu Madi III (ibid). L’usage de tels objets sur tous ces sites est un argument supplémentaire pour reconnaître une véritable communauté de traditions à cette époque. De nombreux points communs existent entre les sites PPNB tant du point de vue de l’architecture que du point de vue de l’économie, des pratiques funéraires, des techniques lithiques… (Bar Yosef et Belfer Cohen, 1989 ; Kuijt et Goring-Morris, 2002). Cependant, en dépit d’une communauté de traits, chaque site développe ses particularités. Des différences sont perceptibles dans le détail des techniques architecturales comme dans celui des pratiques funéraires… (Bar Yosef et Belfer Cohen, 1989 ; Cauvin, 1997 ; Kuijt et Goring-Morris, 2002). Les crânes ne sont pas modelés de la même manière à Nahal Hemar, à ‘Ain Ghazal, à Kfar Haroresh ou à Beisamoun. De même, l’aménagement des lèvres de Cassidae diffère d’un site à l’autre. À Jéricho, deux perforations sont aménagées aux extrémités, à partir des faces (Reese, 1989 ; Marshall, 1982, fig. 253.5 p. 620 ; D. Stordeur, comm. pers.). À Beisamoun, quatre orifices sont creusés aux extrémités, à partir des faces et de méplats latéraux (fig. 3a). À Yiftahel, les lèvres de Cassidae ne sont percées qu’à une extrémité (fig. 3b). À Abu Madi, la suspension n’est pas assurée par des perforations mais par une gorge creusée à une extrémité (Bar Yosef D., 1999). Enfin, à Kfar Hahoresh, certaines extrémités ont été façonnées de manière à dégager deux petites excroissances pour la fixation (Bar Yosef D., 2008, fig. 2.13). Ces variations reflètent-elles une évolution des modes de suspension dans le temps (au cours du PPNB moyen/récent) ? Ou révèlent-elles des choix « contemporains » distincts, qui contribueraient à définir l’identité propre de chaque site ?  

11L’usage des lèvres de Cassidae se poursuit bien après le PPNB, au Néolithique Céramique puis aux Âges des métaux. D.S. Reese ainsi que D. Bar Yosef ont fait l’inventaire détaillé des exemplaires connus. Nous l’avons résumé dans le tableau 1 (voir annexe). C’est aux Âges des métaux que les lèvres de Cassidae sont les plus nombreuses. Elles sont alors fréquemment retrouvées en contexte funéraire, et donc liées au monde des morts (Reese, 1989) (fig. 5). D’après les données publiées, aucune lèvre de Cassidae du PPNB n’est clairement associée à une sépulture. Seules celles de Kfar Hahoresh ont été retrouvées sur un site dont la fonction essentielle semble funéraire (Goring-Morris, comm. pers.). On peut se demander si l’abondance relative de lèvres de Cassidae dans les sépultures aux Âges des Métaux n’est pas liée aux méthodes de fouilles adoptées sur les sites de ces époques, les sépultures étant souvent plus finement fouillées que les habitations. Si tel n’était pas le cas, on pourrait proposer que le sens donné aux lèvres de Cassidae, en partie reflété par le lieu de dépôt, a pu évoluer avec le temps.

Fig. 5 : Localisation des lèvres de Cassidae

Fig. 5 : Localisation des lèvres de Cassidae

(D’après Reese, 1989 et Bar Yosef, D., 1999)

Conclusion

12En 2008, deux nouvelles lèvres de Cassidae datées du PPNB ont été mises au jour. Ces objets sont désormais répertoriés sur huit sites de l’époque. Si leur usage sur tous ces sites reflète une tradition partagée, les variations dans leur mode de fabrication et de suspension révèlent soit une évolution des techniques dans le temps soit des choix différents qui contribueraient éventuellement à définir des identités distinctes.

13La présence de lèvres de Cassidae au Proche Orient pendant le Kébarien, le Néolithique puis les Âges des métaux a conduit D.S. Reese à les considérer comme un trait typiquement oriental (Reese, 1989). Nous ajoutons atemporel. La distribution spatiale de ces objets varie de manière importante entre le Néolithique et les Âges des métaux. Il est difficile de savoir si cette situation résulte des méthodes de fouilles distinctes adoptées sur les sites de ces deux périodes ou si elle est une réalité archéologique. Dans le second cas, la tradition ne se transmettrait que partiellement. Le signifiant persisterait tandis que le signifié pourrait évoluer.

Haut de page

Bibliographie

Bar Yosef, D.
1999    The role of shells in the reconstruction of socio-economic aspects of neolithic through early bronze age societies in Sinaï. PhD, Hebrew University of Jerusalem.
2008    Invertebrate analysis. In Pearsall D.M. éd., Encyclopedia of archaeology, New York: Academic Press, p. 1560-1565.

Bar Yosef, D.E., and Heller, J.
1987    Mollusca from Yiftah'el, Lower Galilee, Israel. Paléorient, 13/1, p. 131-35.

Bar Yosef, O. et Belfer Cohen, A.
1989    The levantine PPNB interaction sphere. In Hershkovitz I. éd., People and culture in change, B.A.R. I.S., 508, Oxford, p. 59-72.

Bodenheimer, F.S.
1972    Animal and Man in Bible Lands. Collection de Travaux de l'Académie Internationale d'Histoire des Sciences, 10, Leiden: Brill.

Cauvin, J.
1997    Naissance des divinités, naissance de l'agriculture. Paris : Éditions du C.N.R.S.

Chevallier, H.
1981    Les Mollusques du gisement préhistorique de Kitsos (Attique). In Lambert N. dir., La Grotte Préhistorique de Kitsos (Attique), Recherche sur les grandes civilisations, 7, Paris, p. 611-632.

Dance, S.P.
1975    The Molluscan Fauna. In Movius Jr. dir., Excavation of the Abri Pataud, Les Eyzies (Dordogne), Cambridge, MA: Harvard, p. 154-159.

David, N.
1985    The Noaillian (Level 4), Assemblages and the Culture in Western Europe. Excavations of the Abri Pataud, Les Eyzies (Dordogne), American School of Prehistoric Research Bulletin, 37, Cambridge, MA: Harvard.

Demetropoulos, A.
1979    Some Notes on the Marine and Freshwater Molluscs Identified. In Hala Sultan Tekke, 5, Studies in Mediterranean Archaeology, 45:5, Goteborg: Paul Astroms, p. 134-144.

Garstang, J.
1953    Prehistoric Mersin, Yimiik Tepe in Southern Turkey. Oxford: Clarendon.

Guy, P.L.O.
1938    Megiddo Tombs. Oriental Institute Publication, 33. Chicago: University of Chicago.

Kampschulte, I., and Orthmann, W.
1984    Grdber des 3. Jahrtausends in Syrischen Euphrattal, 1. Ausgrabungen bei Tawi 1975 und 1978. Saarbrucker Beitrage zur Alter- tumskunde, 38, Bonn: Rudolf Habelt.

Koeppel, R.
1940    Teleilat Ghassul II. Rome: Pontifical Biblical Institute.

Kuijt et Goring-Morris, N.A.
2002    Foraging, farming, and social complexity in the Pre-Pottery Neolithic of the Southern levant: a review and synthesis. Journal of World Prehistory, 16: 4, p. 361-438.

Lapp, P.W.
1967a    The 1966 Excavations at Tell Tacannek. Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 185, p. 2-39.
1967b    Taanach by the Waters of Megiddo. Biblical Archaeologist, 30/1, p. 2-27.

Marshall, D.N.
1982    Appendix E: Jericho bone tools and objects. In Kenyon K.M. et Holland T.A. dir., Excavations at Jericho IV, London: British School of Archaeology in Jerusalem, p. 570-622.

Mellaart, J.
1970    Excavations at Hacilar. Occasional Publications of the British Institute of Archaeology at Ankara, 9. Edinburgh: Edinburgh University.

Mienis, H. K.
1978    Molluscs from the Prehistoric Sites of Abou Gosh and Beisamoun, Israel. In Lechevallier M. dir., Abou Gosh et Beisamoun, Mémoires et Travaux du Centre de recherche prehistorique francais de Jérusalem, 2, Paris: Association Paléorient, p. 269-272.
1988    Nahal Hemar cave – The marine mollusks. Atiqot, 18, p. 47-49.

Parrot, A.
1956    Le Temple d'Ishtar. Paris : Paul Geuthner.

Reese, D.S.
1989    On cassid lips and helmet shells, Bulletin of the American School of Oriental Research, 275, p. 33-39.  

Tubb, J.N.
1985    Excavations in the Early Bronze Age Cemetery of Tiwal esh-Sharqi: A Preliminary Report. Annual of the Department of Antiquities of Jordan, 29, p. 115-30.

Ussishkin, D.
1980    The Ghassulian Shrine at En-Gedi. Tel Aviv, 7/1-2, p. 1-44.

Haut de page

Document annexe

  • Table 1 (application/pdf – 21k)
Haut de page

Notes

* Je remercie F. Bocquentin, H. Khalaily et I. Milevski qui ont dirigé les fouilles de Beisamoun et Yiftahel. Je remercie également N. Goring Morris, D. Bar Yosef, François Valla et E. Telkes Klein pour leurs conseils et relectures. Enfin, je suis reconnaissante au Ministère des Affaires Étrangères (Bourse Lavoisier) d’avoir soutenu ma recherche lors de cette année 2008 ainsi qu’à la Care Archaeological Fundation d’avoir financé les fouilles de Beisamoun.
1 Au Levant sud, la Néolithisation comprend cinq étapes. Au Natoufien (13 000-9 600 cal BC), les hommes réduisent leur mobilité. Puis au Néolithique Précéramique A (PPNA : 9 600-8 700 cal BC), ils tentent les premières expériences agricoles. Au Néolithique Précéramique B (PPNB : 8 700-6 900 cal BC), ils s’initient à l’élevage. Au Néolithique Précéramique C, (PPNC : 6 900-6 500 cal BC), ils renforcent cette activité. Enfin, au Néolithique Céramique (PN : 6 500-5 000 cal BC), ils utilisent pour la première fois la céramique.
2 Office des Antiquités Israélien.
3 Il est aussi possible que les lèvres se soient naturellement détachées du corps du coquillage et qu’elles aient été ramassées telles quelles sur le littoral.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les lèvres de Cassidae de Beisamoun (a) et Yiftahel (b)
Légende (Clichés G. Le Dosseur, avec l’autorisation de l’Office des Antiquités d’Israël)
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/5842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 2 : Carte des sites PPNB où des lèvres de Cassidae ont été retrouvés
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/5842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 3 : Fabrication des lèvres de Cassidae
Légende a : aménagement de quatre perforations à Beisamounb : aménagement inachevé d’une perforation à Yiftahel
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/5842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig .4 : Les perforations
Légende Quatre perforations sont aménagées sur l’exemplaire de Beisamoun. Les orifices sont creusés à partir de la face concave et de méplats latéraux. Les deux ponts de suspension sont brisés
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/5842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Fig. 5 : Localisation des lèvres de Cassidae
Légende (D’après Reese, 1989 et Bar Yosef, D., 1999)
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/5842/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Le Dosseur, « Deux nouvelles lèvres de Cassidae au PPNB », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 19 | 2008, mis en ligne le 11 mars 2009, Consulté le 22 août 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/5842

Haut de page

Auteur

Gaëlle Le Dosseur

Gaëlle Le Dosseur travaille depuis plusieurs années sur le processus de Néolithisation au Levant et sur les profonds changements économiques, techniques, sociaux et conceptuels qui l’ont accompagné. Elle a choisi d’explorer ces phénomènes par le biais d’une activité qui a pu être négligée par la recherche : l’exploitation des matières dures animales. Elle a soutenu une thèse de doctorat sur ce sujet (décembre 2006) et poursuis sa recherche au Centre de recherche français à Jérusalem, dans le cadre d’un post-doctorat financé par la Bourse Lavoisier. Les premiers résultats de sa recherche ont été publiés dans plusieurs articles, en particulier :
« La place de l’industrie osseuse dans la Néolithisation au Levant Sud », Paléorient, 34 : 1, p. 59-89, sous presse.
« La spécialisation des tâches au début de la Néolithisation au Levant : l’exploitation des matières osseuses au Natoufien », Techniques et Cultures, 2006, 46-47, p. 105-138.
« La fabrication et l’entretien des poinçons en os au Levant Sud : investissement technique et règles de production du Natoufien au Néolithique Précéramique B récent », In : Astruc L., Bon F., Léa V., Milcent  P.-Y. et Philibert S. dir., Normes techniques et pratiques sociales, de la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, Actes des XXVIèmes Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 2006, Éditions APDCA, Antibes, p. 345-357.
For many years, Gaëlle Le Dosseur have been working on the Neolithization process in the Levant and on the economical, technical, social and conceptual changes that have accompanied it. She chose to study those changes through one activity that is sometimes neglected by research: the exploitation of bone materials. She submitted in December 2006 a PhD on this subject. She is now continuing her research in the Centre de recherche français à Jérusalem, in the frame of a post-doctorate financed by the French Ministry of Foreign Affair (Bourse Lavoisier). The first results of her research have been published in several articles. (see above in the french part).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page