Navigation – Plan du site

Activités du Centre de recherche français à Jérusalem en 2008

Plan

Haut de page

Tables rondes, ateliers, colloques, séminaires

« Borders and Mobility: Reappraising power mechanisms in the Israeli-Palestinian space »

Au cours de l’année universitaire 2007-2008, le CRFJ a mis en place un séminaire de recherches intitulé « Mobility and borders, reappraising power mechanisms in the israeli-palestinian spaces ». Ce séminaire a été organisé par Cédric Parizot, anthropologue, chargé de recherche au CNRS, affecté au CRFJ, en collaboration avec quatre universitaires israéliens : Lev Grinberg, Professeur de sociologie, Directeur du Hubert Humphrey Center for Public Affairs, Université Ben Gourion du Néguev ; Adriana Kemp, Professeure de sociologie, Département de Sociologie et d’Anthropologie, Université de Tel Aviv et Institut Van Leer, Jerusalem ; Eyal Ben Ari, Professeur d’Anthropologie à l’Université Hébraïque de Jérusalem ; Jackie Feldman, Maître de conférence en Anthropologie, Département de Sociologie et d’Anthropologie, Université Ben Gourion. L’objectif était de réunir des chercheurs français et israéliens pour développer des recherches sur les dispositifs de pouvoir qui se développent le long des limites et des frontières qui fragmentent l’espace israélo-palestinien. Trois rencontres ont eu lieu les 22-23 novembre 2007, le 18 janvier 2008 et le 13 juin 2008.

 À la suite des discussions et des réflexions élaborées dans ces séminaires, Cédric Parizot a élaboré un projet de recherche intitulé « Le conflit israélo-palestinien sous l’angle des relations transfrontalières ». Ce projet a reçu, depuis septembre 2008, le soutien du Réseau d’excellence européen Ramses². Réunissant cette fois des chercheurs français, israéliens et aussi palestiniens, ce groupe de travail s’est déjà retrouvé pour participer à un colloque en France, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme en novembre 2008. Deux rencontres sont prévues en juin et novembre 2009. Elles donneront lieu à une publication.

« Marc Jarblum et André Blumel »

Séminaire de François Lafon (maître de conférences, Paris I-Sorbonne, en délégation au CRFJ), 1er février 2008.

Marc Jarblum et André Blumel, deux itinéraires sionistes originaux : à partir des fonds conservés aux Archives Sionistes Centrales (CZA) à Jérusalem, F. Lafon a présenté la matrice définie par Léon Blum et son entourage qui, en dépit de divergences politiques lourdes, se caractérise par un fort engagement sioniste. Puis, il a montré la variété des chemins suivis par ces deux militants, en insistant sur la contradiction apparente de leur engagement, notamment la compatibilité entre engagement pro-communiste et soutien à Israël dans le cas d’André Blumel.

« Les exégètes juifs de l'Antiquité face au récit biblique de la conquête de Canaan »

Séminaire de Katell Berthelot (chargée de recherche au CNRS, affectée au CRFJ), 21 mars 2008.

Dieu promet à la descendance d'Abraham une terre qui est déjà peuplée. Pour rendre compte de cette contradiction, les textes bibliques eux-mêmes développent un argumentaire : les autochtones se seraient rendu abominables aux yeux de Dieu par leur idolâtrie et leurs actes monstrueux, en particulier leurs sacrifices humains, ou encore seraient sous le coup d'une malédiction originelle (Genèse 9). Dans le contexte des guerres hasmonéennes, à la fin du 2e et au début du 1er siècle avant notre ère, la question de la légitimité de la souveraineté juive sur la terre se pose avec une acuité nouvelle. On trouve par la suite, dans la littérature juive d'époque hellénistique et romaine, des relectures inventives et même audacieuses des textes bibliques qui traitent des Cananéens et du rapport d'Israël à la terre promise.

« Le voisin arabe : les nouvelles implantations galiléennes au défi de la coexistence »

Séminaire de Pierre Renno (boursier doctorant au CRFJ), 28 mars 2008.

À la fin des années 1970, dans le cadre d'un plan de relance de l'implantation, une trentaine de villages résidentiels ont été créés par l'Agence Juive en Galilée centrale. Ces villages ont attiré des familles de la classe moyenne urbaine, laïque et ashkénaze à la recherche d’un nouveau type de banlieue verte. Pour répondre à leur désir de séparatisme social, ces populations ont mis en place des procédures de sélection des nouveaux arrivants, inspirées par celles en vigueur dans les implantations rurales et collectivistes. Depuis la fin des années 1990, ces procédures ont également été utilisées pour faire obstacle à l'intégration de familles arabes israéliennes. Cette politique, où se croisent considérations nationales et sociales, donne aujourd'hui lieu à d'intenses débats au sein même des villages.

« “Homme et femme il les créa”. Masculin et féminin dans les religions de la Méditerranée et leur influence sur le droit matrimonial religieux 

Table ronde internationale, organisée par Katell Berthelot (chargée de recherche au CNRS, affecté au CRFJ), Christian Boudignon et Matthias Morgenstern, dans le cadre du programme européen « Ramsès, Réseau d’excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée », 31 mars-1er avril 2008.

Cette table ronde s’est attaché à étudier les lois du mariage à travers les trois religions de la région méditerranéenne, leurs conceptions du masculin et du féminin ainsi que de leur interaction. Elle s’est également intéressée aux relations homme/femme dans les différentes sociétés. Les intervenants, venus d’Allemagne, France, Israël, Italie et du Royaume-Uni, qui appartiennent à des champs disciplinaires complémentaires, ont confronté leurs expériences.

Les comportements et les valeurs des sociétés traditionnelles semblent imprégnés de leurs origines religieuses. L’évolution des différentes sociétés et l’apport qu’elle peut apporter dans le regard actuel des conflits ou tensions actuels.

« Migration et relations interculturelles dans le Levant sud et l’espace israélo-palestinien »

La troisième rencontre doctorale du Centre de recherche français à Jérusalem a été organisée par Caroline Rozenholc (doctorante CRFJ) et Sylvain Bauvais (post-doc CRFJ, les 28 et 29 avril 2008. Ces rencontres, organisées pour la troisième année consécutive par les doctorants et post-doctorants boursiers du Centre, ont réuni des jeunes chercheurs des communautés scientifiques française, européenne, israélienne et palestinienne. Cette mise en commun a permis de faire le point sur la recherche menée dans différentes universités, sur des thèmes convergents vers un même espace géographique. Cette année, les communications se sont développées autour de la question des migrations et des relations interculturelles qui en découlent.

Le Levant Sud/espace israélo-palestinien est un lieu d’étude privilégié des mobilités et de leurs impacts. En effet, depuis la diffusion des premiers hominidés venant d’Afrique jusqu’aux migrations actuelles, c’est une zone de passage, d’implantation, d’échanges et de conflits. Quelque soit l’angle d’approche, méthodologique ou théorique, par lequel on aborde la question migratoire, la mise en relation de populations, ou d’individus, a de tous temps participé de la modification des pratiques sociales. Qu’il s’agisse des migrants ou des populations en place. La redéfinition des contenus culturels dépend, quant à lui, à la fois de l’échelle et du rythme des flux, des mobiles et des contextes dans lesquels ceux-ci interviennent. Le choix de niveaux d’analyse pour aborder ces questions – de l’individu au collectif – et d’échelles temporelles contribuent alors à produire des compréhensions parfois fort différentes de phénomènes semblables. Comment, alors, embrasser une dynamique si complexe, dans toute la profondeur historique de la région ?

Au terme de ces deux journées, riches de douze communications et des discussions qui les ont prolongées, certaines conclusions se dessinent. Plusieurs questions articulant ces rencontres ont effectivement émergé et nous développerons ici, sans toutefois rentrer dans le détail de chacune des présentations, celles relevant du matériau étudié et des questions d’échelles qu’ils soulèvent.

Matériaux étudiés et « distance temporelle » à l’objet

Premièrement, au fil des présentations, le matériau d’étude – avec un panel s’étendant de la culture matérielle aux entretiens – est apparu comme des plus déterminants dans l’orientation des approches et des méthodologies. Le matériau étudié lui-même influe sur le choix des échelles d’analyses temporelle et sociétale. La « culture matérielle », qui est pour l’archéologie par exemple le matériau majeur, est par définition partielle ; elle ne peut transcrire qu’une part très faible des productions sociales. Les sources écrites, quant à elles, diffèrent selon les périodes et les sujets ; son caractère partiel peut être une source de distorsion mais ce sont les sources écrites comme matériau qui doivent être analysées avec précaution. Pour les entretiens, l’individu « matériau d’étude » présente une difficulté supplémentaire. Effectivement, si comme pour les textes, les entretiens représentent un point de vue (forcément partial), la sélection opérée – et par conséquent la représentativité de l’information dans le réservoir d’information foisonnant qu’est la société contemporaine – relève quant à elle du choix purement individuel. C’est ici la très grande quantité d’informations qu’il faut pouvoir traiter. Les approches transversales – faisant appel à plusieurs matériaux d’étude – se révèlent alors indispensables pour permettre une contextualisation et une meilleure compréhension de l’objet d’étude (Janna Mager).

Un second point se dégage du caractère chronologique des différentes disciplines qui ont dialogué lors de ces rencontres. Il semblerait qu’un certain nombre de glissements s’opèrent en fonction de la distance temporelle à l’objet étudié. Dans les sociétés sans écriture, l’interprétation des changements de la culture matérielle est un outil permettant de mettre en évidence les migrations ou autres contacts interculturels (G. Le Dosseur). Dans les périodes de transition, ce glissement rend l’interprétation des sources écrites et des cultures matérielles plus délicates. La prise en compte à un même degré de textes trop lacunaires et d’une culture matérielle fait en effet ressortir davantage de contradictions que de convergences et se prête alors à nombre de débats scientifiques (S. Bauvais). Pour les périodes historiques, ensuite, les textes nous informent d’avantage sur les migrations et l’étude de la culture matérielle est alors utilisée pour éclairer les lacunes textuelles (changements de la vie quotidienne, des techniques, etc.) : premier glissement (Katia Cytrin). Un second glissement intervient avec le passage des sources textuelles à un accès direct aux acteurs de la migration (acteurs politiques, ou migrants). Les ressources textuelles ne sont alors évidemment plus primordiales, mais permettent une mise en contexte des phénomènes à l’œuvre. Ce dernier cas de figure représente l’ensemble des communications qui touchent au contemporain, qu’elles exploitent des statistiques, des archives ou des textes historiques. La culture matérielle – à moins de faire l’objet d’une étude en particulier – est mise de côté.

Question d’échelles et de points de vue !

Un troisième point important à souligner est la manière dont à l’intérieur d’un thème commun, les problématiques abordées peuvent diverger ou converger en fonction des disciplines, de leur matériau d’étude et par conséquent des échelles d’analyse. Deux questions d’échelles, deux concepts se dégagent : celui de l’échelle temporelle dans lequel s’inscrivent les mobilités et leurs productions sociales, et celui de l’échelle sociétale, individu, groupe, collectivité. La question de l’échelle des acteurs découle, encore une fois, des matériaux d’étude eux-mêmes. Pour l’archéologie, la culture matérielle ne peut aborder les sociétés que dans une globalité cohérente à travers le partage de la culture matérielle et dans laquelle l’exception – ou l’individu – n’est pas représentée. Au contraire, pour les sciences contemporaines, les décisions individuelles et les choix migratoires sont intéressants en eux-mêmes (R. Paz), même s’ils doivent à leur tour être replacé dans leur contexte de départ et d’arrivée ; parfois aussi dans l’entre-deux. Cette différence entre les échelles d’analyse donne souvent à la discipline archéologique une position très généralisante, dont les emplois systématiques de typologies et de modèles théoriques en sont des exemples les plus marquants.

Les relations interculturelles peuvent également s’envisager selon l’angle du ou des migrants ; ou celui des locaux, des populations en place. Le point de vue des populations depuis lesquels la migration s’opère peut également être abordé en s’intéressant aux populations transnationales. La combinaison entre ces points de vue est aussi possible en abordant la construction d’une entité citoyenne voire nationale (A. Kidron et M. Qafisheh). Dans tous les cas, les mécanismes étudiés ne sont pas les mêmes suivant que l’on étudie la migration en action ou bien ses conséquences à plus long terme. L’étude de la migration en action s’intéresse surtout aux migrants, aux motifs de leurs mobilités, aux modalités de celles-ci et à leur intensité (A. Schneideler et C. Rozenholc). Les mécanismes du contact interculturel représentent le deuxième niveau d’analyse de la migration et de ses productions sociales. Il est intéressant de remarquer que plusieurs mécanismes d’évolution des productions sociales à travers les contacts interculturels sont repris dans l’ensemble des communications : séparation, confrontation, divergence, convergence, parallèle, renforcement (Israel Pupko).

 En conclusion, les « grands écarts » que constituaient ces troisièmes rencontres ont montré, grâce à la cohérence de l’ensemble des communications, l’intérêt d’une confrontation des disciplines de sciences humaines et de leurs approches méthodologiques. Le dialogue entre linguistique, archéologie, architecture, géographie et sciences politiques, autour de la thématique des contacts interculturels et des processus de mutation engendrés par les mobilités s’est révélé des plus fructueux. Peut-être est-ce d’ailleurs la proposition d’une temporalité large et d’une approche, à la fois ponctuelle et dynamique d’un même phénomène qui aura effectivement permis le croisement d’approches et de matériaux d’étude, de disciplines, parfois très éloignés.

« Human-animal interactions in the circum Mediterranean area: interdisciplinary approach – archaeology, ecology and evolution – of zoonotic diseases »

Colloque international, 27-29 mai 2008, organisée par le Dr. Anne Bridault (CNRS, Archéologie et Sciences de l’Antiquité, UMR7041, Nanterre - F) et le Dr. Gila Kahila Bar-Gal (Koret School of Veterinary Medicine, The Hebrew University of Jerusalem). Cette manifestation s’est tenue au Centre de recherche français de Jérusalem, avec le soutien de son directeur, P. de Miroschedji et de son équipe. Elle a réuni environ 70 chercheurs israéliens, américains et européens, de disciplines diverses (archéozoologie, archéologie, écologie, médecine, anthropologie, biologie) sur la thématique des zoonoses ou affections transmissibles des animaux vertébrés à l’homme et inversement. Ces maladies sont influencées par de nombreux facteurs dont les habitudes alimentaires, les pratiques d’élevage, la virulence des agents et les voies de transmission, les densités de population, les changements environnementaux, etc… Hommes et animaux ont une longue histoire co-évolutive qui a influencé la transmission des infections et les maladies en résultant. Aujourd'hui le réchauffement global pose un défi pour nos écosystèmes, or il reste encore beaucoup à apprendre sur les relations complexes entre les composantes des écosystèmes, en particulier dans la longue durée.

Si le thème est d’actualité, l’originalité de cet atelier fut de traiter cette question dans la longue durée (Préhistoire – Actuel) et dans une ouverture interdisciplinaire. Un véritable dialogue interdisciplinaire a pu se construire au fur et à mesure de la manifestation, certainement lié à la grande pédagogie de nombreux intervenants.

L’ensemble des participants a convenu qu’il fallait donner des suites à cette manifestation, en prévoyant la réalisation d’un ouvrage, la mise en place de collaborations par le montage de projets interdisciplinaires et la programmation d’une nouvelle manifestation

« La place de l’industrie osseuse dans la néolithisation : une révolution tranquille »

Séminaire de Gaëlle Le Dosseur (boursière post-doc au CRFJ), 20 juin 2008.

G. Le Dosseur a présenté les multiples utilisations de l’industrie osseuse et les relations en l’Homme et l’Animal, en montrant que l’évolution est lente et graduelle, marquée par d’éventuels changements dans les comportements. L’industrie osseuse se développe au Natoufien. L’étude du matériau révèle que l’évolution n’est pas la même selon les lieux où l’on en trouve trace : les différents sites se singularisent par une spécialisation fonctionnelle des objets qui servent de poinçons, compresseurs, manches, armes ou parures.

« La notion de commandement divin dans le judaïsme et dans l’Islam » : «Divine Commandments and Aspect of Their Implementation»

Troisième rencontre bilatérale franco-israélienne au Centre de recherche français de Jérusalem, 9-10 septembre 2008, organisée par Katell Berthelot (chargée de recherche au CNRS, affecté au CRFJ), Sarah Stroumsa (Professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem) et Sarah Sviri (Professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem).

Cette troisième rencontre entre universitaires islamologues et hébraïsants israéliens et français – dans le cadre d’un projet qui associe l’Université Hébraïque de Jérusalem, le Centre de recherche français de Jérusalem, l’Institut de recherche et d’étude sur le monde arabe et musulman (MMSH, Aix-en-Provence) et le Centre Paul-Albert Février (MMSH, Aix-en-Provence) – s’est tenue au CRFJ sur le thème « Divine Commandments ans Aspects of Their Implementation ». Pour mémoire, la première rencontre, plus généraliste, s’est tenue au CRFJ en 2006 et la deuxième à la MMSH d’Aix-en-Provence en octobre 2007 avec pour thème « Divine Commandments: Immutability and Change ».

La formule retenue pour ce troisième atelier s’est avérée particulièrement fructueuse. Chacune des interventions avait un texte et sa lecture commentée pour objet, texte communiqué par l’intervenant en langue originale (arabe ou hébreux) et en traduction anglaise à l’ensemble des participants et plus particulièrement à un discutant priviligié. Cette manière de procéder a grand ouvert les portes des discussions faisant suite aux communications.

La première journée a été consacrée aux « racines médiévales » de la problématique et la seconde à ses « aspects contemporains ». La compréhension du « passé » s’est ainsi démontrée incontournable pour celle du présent, même si l’éclairage du passé sur le présent, s’agissant de la question de l’application des lois révélées, est parfois indirect.

Le thème de la quatrième et dernière rencontre de ce projet a été déterminé : « Divine Commandments in Judaism and Islam and God as Legislator ». Elle se tiendra à Aix-en-Provence en septembre 2009.

Une publication, placée sous la direction de K. Berthelot, de S. Stroumsa et d’É. Chaumont, en forme d’anthologie de textes commentés destinée à un public non-exclusivement académique viendra parachever les travaux de notre groupe de recherche.

« Limites et frontières des espaces israéliens et palestiniens »

Colloque organisé par Cédric Parizot (chargé de recherche au CNRS, affecté au CRFJ, IREMAM) et Stéphanie Latte Abdallah (IREMAM), 13 et 14 novembre 2008, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence).

Ce colloque est la première rencontre des membres du projet jeunes chercheurs « Mobilités Frontières et Conflits dans les Espaces Israélo-Palestiniens », soutenu par la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et l’Agence Nationale de la recherche en partenariat scientifique avec l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM), l’Institut d’Ethnologie Européenne et Comparative (IDEMEC), Migrations Internationales, Espaces et Sociétés (MIGRINTER), La Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH-USR 3125) et le Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ). Il a présenté et diffusé les premiers travaux du groupe de recherche et de celui du groupe de travail RAMSES² « Le Conflit Israélo-Palestinien sous l’Angle des Mobilités Transfrontalières ». Trente chercheurs et doctorants y ont participé, Français, Palestiniens, Jordaniens et Israéliens. Les interventions, en français et en anglais, ont été traduites simultanément. Le colloque, organisé en ateliers, a traité des « mobilités et échanges transfrontaliers », des frontières et ressources transfrontalières, de la façon de « penser les frontières économiques », des militantismes au-delà des frontières. La question des attentats suicides a été étudiée dans l’atelier « corps et frontières » alors qu’un autre atelier se consacrait à « définir et acter les frontières ».

« ‘Boker tov al’Florentin : Le quartier de Florentin : un ailleurs dans la ville »

Séminaire de Caroline Rozenholc (doctorante CRFJ), 19 décembre 2008.

C. Rozenholc définit ce quartier, objet de sa thèse de géographie, qu’elle envisage dans le contexte de la mondialisation. Florentin est en pleine transition et il nous donne à repenser l’articulation entre ancrage historique et gentrification. Elle situe Florentin dans la ville de Tel-Aviv, avec ses vagues de populations et leurs différentes pratiques de l’espace. Les entretiens avec « la population » et les différents acteurs du quartier révèlent une identité forte et une forte identification au quartier. Le quartier, après une longue période de détérioration, connaît une véritable période de rénovation et transition socio-économique.

Conférences

Le Centre de recherche français de Jérusalem a poursuivi cette année son cycle de conférences mensuelles, chaque premier mercredi du mois. Il s’agit de conférences en français, à l’intention d’un public élargi.

« Après le Mur : quelle séparation ? »

Conférence de Cédric Parizot (chargé de recherche au CNRS, affecté au CRFJ), 13 février 2008.

Cette présentation analyse dans quelle mesure et selon quelles modalités le mur de séparation construit autour de la Cisjordanie, depuis 2002, a créé chez la population israélienne l’image d’une séparation entre elle et la population palestinienne. Cette question se pose dans la mesure où la construction de cet édifice reste encore largement inachevée et où les dispositifs de contrôle déployés par Israël maintiennent sa présence au cœur de la Cisjordanie et donc des deux côtés du mur. Partant d’enquêtes ethnographiques des pratiques de l’espace et d’observations des dispositifs de contrôle israéliens déployés depuis 2002, cette intervention montre, qu’en tant que projet et en tant qu’édifice très médiatisé, le mur est bel et bien devenu un support de projections pour les Israéliens des villes côtières et du centre du pays. Ces projections sont favorisées non seulement par la méconnaissance du tracé de la barrière et de sa discontinuité, mais surtout par l’efficacité de dispositifs de « contrôle à distance », moins médiatisés, qui ont assuré la chute du nombre d’attentats et ainsi contribué à restaurer un sentiment de souveraineté sur le sol israélien. Cette étude permet donc d’apprécier combien des mécanismes de contrôle inscrits dans des formes de territorialités postmodernes (régime de mobilité, police à distance, etc.) peuvent renforcer parmi une population des représentations territoriales de type moderne. Enfin, cette recherche invite à relativiser le rôle de la matérialité des frontières dans la construction de ces mêmes frontières. Car, si le mur fonctionne comme un support de projection pour les populations israéliennes qui en sont éloignées ; il perd en revanche son rôle de marqueur spatial pour les populations qui résident à ses marges, en raison des multiples dispositifs de contrôle sécuritaire qui s’y superposent.

« Les exégètes juifs de l'Antiquité face au récit biblique de la conquête de Canaan »

Conférence de Katell Berthelot (chargée de recherche au CNRS, affecté au CRFJ), 21 mai 2008.

Dieu promet à la descendance d'Abraham une terre qui est déjà peuplée. Pour rendre compte de cette contradiction, les textes bibliques eux-mêmes développent un argumentaire : les autochtones se seraient rendu abominables aux yeux de Dieu par leur idolâtrie et leurs actes monstrueux, en particulier leurs sacrifices humains, ou encore seraient sous le coup d'une malédiction originelle (Genèse 9). Dans le contexte des guerres hasmonéennes, à la fin du 2e et au début du 1er siècle avant notre ère, la question de la légitimité de la souveraineté juive sur la terre se pose avec une acuité nouvelle. On trouve par la suite, dans la littérature juive d'époque hellénistique et romaine, des relectures inventives et même audacieuses des textes bibliques qui traitent des Cananéens et du rapport d'Israël à la terre promise.

« De Jérusalem à Jérusalem. Un parcours ethnomusicologique »

Conférence d’Olivier Tourny (chargé de recherche au CNRS, affecté au CRFJ), 13 juin 2008.

On dit traditionnellement que le chercheur conduit ses recherches. Souvent, c’est bien le contraire qui se passe. Parti en Israël avec pour projet l’étude des musiques traditionnelles bédouines, O. Tourny allait finalement se consacrer à l’analyse des chants liturgiques des Juifs d’Éthiopie. Après de nombreuses années d’enquêtes sur le sujet en Israël, c’est logiquement en Éthiopie que s’est poursuivie et élargie le champ d’investigation, donnant naissance à un programme systématique de collecte et de sauvegarde des musiques traditionnelles de ce pays. Les musiques liturgiques juives et chrétiennes d’Éthiopie s’appuyant fortement sur la Psalmodie, c’est sur cette thématique qu’O. Tourny revient en Israël pour l’étendre à l’ensemble des communautés juives, chrétiennes et musulmanes du pays.

« L’hébreu moderne : une langue comme les autres ? »

Conférence de Sophie Kessler-Mesguich (Professeur, Paris III, directrice du CRFJ), 22 octobre 2008.

Nouvellement nommée à la direction du Centre de Recherche Français à Jérusalem, S. Kessler-Mesguich, Professeur de linguistique et littérature hébraïques à l’Université de Paris III, a inauguré, devant un public nombreux, le cycle de conférences mensuelles avec un exposé où elle a dressé un tableau rapide de la linguistique, appliquée à l’Hébreu. S’agit-il dans ce cas d’une renaissance (persistance de la langue pendant dix-sept siècles pour les prières et l’étude) ou d’une création ? Les deux théories ont leurs partisans. L’étude montre que si les systèmes phonétiques sont différents dans les langues biblique et moderne, l’hébreu est uni dans sa continuité. On peut conclure que l’hébreu moderne est une langue comme les autres, avec ses niveaux de langue, ses emprunts et son évolution.

« Nous et les autres. La Loi antérieurement révélée en islam »

Conférence d’Éric Chaumont (chargé de recherche au CNRS, affecté au CRFJ), 12 novembre 2008.

Le Coran s’inscrivant expressément dans la tradition des révélations abrahamiques qu’il vient, dit-il, « confirmer » (saddaqa), la question suivante ne pouvait pas ne pas se poser à la communauté musulmane : Qu’en est-il, pour nous, musulmans, des Lois antérieurement révélées ? Nous concernent-elles et, si oui, de quelle manière ? La problématique a été abordée dans les cadres d’une discipline appelée « les fondements de la compréhension de la Loi » (‘ilm usûl al-fiqh), l’équivalent de notre philosophie du droit dans l’ordre du savoir islamique. Nous avons rapproché cette question de celle-ci qui est traitée dans la même discipline : Les adhérents des autres monothéismes abrahamiques – les juifs et les chrétiens principalement – sont-ils concernés par la sharia qui nous a été révélée dans le Coran ? C’est ici la question de la vocation soit universelle soit « régionale » de la révélation coranique qui est en jeu.

Les réponses apportées par les légistes et les théologiens sont diverses et souvent très subtiles parce que les sources – le Coran et la Sunna (l’exemple du Prophète Muhammad) – sont à cet égard plurivoques. Il apparaît que pour les uns, il y a comme une révélation progressive d’une seule et même sharia qui se clôt avec la révélation adressée à Muhammad alors que pour les autres, les révélations ont été d’abrogation en abrogation, seule la dernière restant d’actualité pour l’ensemble de l’humanité. Il y a en revanche quasi-unanimité parmi les oulémas pour affirmer que la vocation de la révélation coranique est universelle mais cette affirmation formelle, qui contredit apparemment les leçons expresses du Coran, est elle aussi diversement comprise.

La conférence est disponible sur le site d’Akadem : http://www.akadem.org/sommaire/themes/philosophie/5/1/module_5226.php

« Deux fois vingt ans, Israël ; vingt ans après »

Conférence de Claude Klein (Professeur, Université hébraïque de Jérusalem), 3 décembre 2008.

À l’occasion de la réédition de son livre Deux fois vingt ans, Israël ; vingt ans après, augmenté d’une postface, l’auteur, professeur émérite de l’Université hébraïque de Jérusalem, juriste et spécialiste du système politique israélien, expose sa perception des problèmes majeurs qui menacent l’État d’Israël. Il revisite son approche après quarante ans passés dans le pays. Sioniste, il s’interroge sur les dangers qui pèsent sur l’avenir d’Israël

À l’occasion du centenaire de la naissance de Georges Vajda (1908-1981)

Conférence de Paul Fenton (Professeur Paris IV-Sorbonne) et de Moshe Idel (professeur, Université hébraïque de Jérusalem, 17 décembre 2008.

Un auditoire important est venu assister au Centre de recherche français à cette conférence à deux voix à l’occasion du centenaire de la naissance de Georges Vajda (1908-1981). Dans la tradition d’Ignace Goldziher, Vajda, d’origine hongroise mais venu très tôt en France, fut un des grands maîtres de l’orientalisme au xxe siècle, autant dans le domaine de l’islamologie que celui des études juives. Travaillant de concert avec Gershom Scholem, il fut un des rares érudits en Europe dont l’œuvre s’ouvre à la Kabbale. P. Fenton, professeur à l’université Paris IV-Sorbonne, est spécialiste des sciences du judaïsme, des rapports entre l’islam et le judaïsme, et de la kabbale s’est interrogé sur les motifs qui ont suscité cet intérêt pour la mystique juive chez Vajda, que rien dans sa formation rationaliste au Séminaire rabbinique de Budapest ne prédisposait à cette vocation. Fenton, qui a présenté sa traduction du commentaire d’Ibn Malka sur le Sefer Yezira, accompagnée d’une étude inédite de Vajda, a montré la part importante de l’influence sur le jeune Vajda de Louis Massignon, qui l’encouragea à se pencher sur l’ambiance intellectuelle des premiers commentateurs judéo-arabes sur le Sefer Yezira, classique de la mystique juive.

M. Idel, professeur de pensée juive à l’Université hébraïque de Jérusalem, s’est livré à une comparaison de la contribution de G. Vajda aux études kabbalistiques et celle de G. Scholem. Si les deux chercheurs collaboraient étroitement, comme le montre la correspondance de Scholem conservée à la Bibliothèque Nationale de Jérusalem, leurs options scientifiques divergeaient sensiblement. Vajda s’intéressait surtout à la dimension philosophique dans la kabbale et peu à ses aspects irrationnels, tels que le messianisme et l’antinomisme qui ont tant préoccupé le chef d’école de Jérusalem. Cette divergence a amené M. Idel à parler d’une école européenne de la Kabbale face à une école israélienne avec leurs options intellectuelles, et même idéologiques respectives.

Cours

Le CRFJ a organisé un cours sur l’histoire d’Israël, qui s'adresse à l'ensemble des chercheurs et personnels du CRFJ ainsi qu'à toutes les personnes intéressées. Ce cours, qui se tient au CRFJ, de 18h à 21h, et en parallèle à l’Institut français de Tel Aviv, s’attache à donner un aperçu des principaux enjeux politiques et sociologiques afin de mieux comprendre la société israélienne contemporaine. Il se divise en deux parties :
- période 1881-1977 (novembre et décembre 2008),
- période 1977 à nos jours, y compris une analyse des résultats des élections pour la 18ème Knesset (mars 2009).
Programme de la première partie : période 1881-1977

  • lundi 10 novembre 2008 : 1881-1947 : Histoire du sionisme et du Yishouv

  • lundi 17 novembre 2008 : 1948-1953 : La guerre d’Indépendance et les premières années

  • jeudi 27 novembre 2008 : 1956-1967 : De la guerre du Sinaï à la guerre des Six Jours

  • lundi 8 décembre 2008 : 1968-1973 : De l’euphorie à la guerre du Kippour

  • lundi 15 décembre 2008 : 1973-1977 : Le grand retournement.

Dispensée par Simon Epstein (historien) et par François Lafon (maître de conférences Université de Paris 1, en délégation au CRFJ), cette première série vise à comprendre les 30 premières années de la vie de l’État d’Israël, du point de vue tant politique que socio-économique et militaire.

Fouilles archéologiques

Beisamoun

La Mission archéologique de Beisamoun a débuté en 2007. Elle a pour objectif de mener une exploration programmée à moyen/long terme de cet ancien village implanté à proximité des berges du lac Houleh (haute vallée du Jourdain, Galilée) et principalement occupé au Néolithique précéramique B, à la fin du 8e millénaire. L’important potentiel scientifique du site est connu grâce à une courte campagne de sauvetage menée en 1972 par M. Lechevallier (CNRS/CRFJ ; Lechevallier, 1978) et aux saisons exploratoires que nous avons menées ces deux dernières années grâce à une étroite collaboration franco-israélienne encadrée par H. Khalaily (Israel Antiquities Authority) et F. Bocquentin (CNRS/CRFJ). Elles ont permis d’évaluer la préservation du site et sa chronologie grâce à l’intervention de plusieurs spécialistes (sols, industrie lithique, faune, outils d’os, matériel de broyage, anthropologie, palynologie, géomorphologie, datations radiocarbones) (Bocquentin et al., 2007 ; Khalaily & Bocquentin, 2008). La mission Beisamoun contribue à éclaircir la fin du Néolithique précéramique, période durant laquelle s’implante durablement une culture agro-pastorale dans la région, et de mesurer l’impact de celle-ci sur l’environnement au cours des siècles. Situé dans une zone de passage privilégié entre le Levant sud et le Levant nord, Beisamoun offre, en outre, la possibilité de discuter des phénomènes d’introduction ou de domestication autochtone des espèces animales ainsi que de la circulation des populations et des échanges de techniques et de matières premières.

Bocquentin F., Khalaily H., Samuelian N., Barzilai O., Le Dosseur G., Horwitz L.-K. & A. Emery-Barbier. 2007. Renewed Excavation of the PPNB site of Beisamoun, Hula Basin. Néo-Lithics: 2/07: 17-21.
Khalaily H. & Bocquentin F., Beisamoun (Mallaha), 2008. Hadashot Arkheologiyot – Excavations and Surveys in Israel: 120. http://www.hadashot-esi.org.il/report_detail_eng.asp?id=809&mag_id=114
Lechevallier M. 1978. Abu Gosh et Beisamoun, deux gisements du VIIe millénaire avant l'ère chrétienne en Israël. Mémoires et Travaux du Centre de recherches préhistoriques français de Jérusalem, 2. Paris : Association Paléorient.