Navigation – Plan du site
Travaux et recherches

Massignon face au sionisme

Massignon and Zionism
Agathe Mayeres

Résumés

En 1916, Louis Massignon participe aux négociations franco-britanniques qui envisagent, dans la perspective de la capitulation probable des empires centraux, le futur partage de l’Empire ottoman. Dans ce contexte, Massignon cherche à se situer face la question sioniste qui, pour lui, est avant tout un problème de politique orientale.
Sous l’influence d'Aaron Aaronsohn, l’islamologue éprouve d’abord pour les pionniers d’Eretz Israel, au regard de leurs réalisations agricoles, une sympathie enthousiaste qui lui fait souhaiter la réussite de l’établissement du Foyer national juif en Palestine. Son engagement l’incite notamment à rédiger, conjointement avec Maritain, un « rapport sur le sionisme », adressé à Pie XI en 1925, dans le but d’obtenir du Saint-Siège un soutien pour les Juifs convertis au catholicisme qui souhaiteraient participer à l’œuvre commune de la résurrection d’Israël.
Cependant, les procédés « colonisateurs » et l’athéisme affiché de nombreux dirigeants sionistes, allant à l’encontre des convictions religieuses des Arabes autochtones chrétiens et musulmans, provoquent peu à peu chez Massignon un revirement total qui lui dicte à l’égard des Juifs des « propos excessifs ».
Massignon considère qu’en Terre Sainte, il est impossible de séparer le temporel du spirituel et que les faits doivent être lus à la lumière des événements de l’histoire religieuse qui s’y sont déroulés depuis Abraham, « premier héros de l’hospitalité ».
La prise de conscience de la pureté de Marie lui paraît la condition nécessaire à une reconnaissance juive dans l’esprit du Patriarche, bien plus, un préalable à toute paix. Massignon voit dans l’Immaculée Conception le « signe marial » de ralliement des diverses confessions de la famille abrahamique.

Haut de page

Texte intégral

1En 1916, Louis Massignon participe aux négociations franco-britanniques qui aboutissent aux Accords Sykes-Picot, lesquels consistent en un partage de l’Empire ottoman. Il est ensuite l’un des artisans de l’accord Fayçal-Weizmann (janvier 1919) qui prévoit, conformément à la déclaration Balfour, la création d’un Foyer national juif à l’intérieur d’un Royaume promis aux Arabes en récompense de leur rébellion contre les Ottomans. Le Royaume arabe serait donné au Prince Fayçal, le fils du Chérif de la Mecque. Finalement et pour des raisons différentes, Français et Britanniques empêchent le projet d’aboutir. D’ailleurs, chez les Arabes autant que chez les sionistes, l’accord est loin de faire l’unanimité.

2Dans ce contexte qui est celui de l’Entre-deux-guerres, comment Louis Massignon se positionne-t-il concernant la question juive ? A-t-il une attitude de « convertisseur », comme l’ont de nombreux chrétiens (sionistes ou non) qui interprètent le « retour » des Juifs en Palestine comme le signe de leur prochaine conversion au Christ ? Ou se révèle-t-il, au contraire, comme « pionnier » pour une ébauche de dialogue des cultures en Orient, et particulièrement en cette Terre Sainte qui est l’emblème par excellence d’un lieu potentiel de coexistence des religions abrahamiques ?

3Nous allons tenter de présenter, peut-être de manière un peu manichéenne mais aussi représentative que possible, la question du sionisme au regard de l’orientaliste Louis Massignon, dont la personnalité ne manque pas de complexité.

4Situer la question sioniste est une nécessité fondamentale. C’est prioritairement pour Massignon un problème oriental : c’est un problème de politique orientale.

  • 1  Communication de Louis Massignon,« Le sionisme et l’islam », Société de Sociologie de Paris, 9 mar (...)

« Nous nous trouvons avoir, dans l’Europe orientale et dans les pays issus de l’Empire ottoman, une série de questions, que l’on envisage tantôt comme uniquement nationales, tantôt comme uniquement religieuses, et où le vieux concept religieux a pris le nom de nationalité, tout en demeurant extraterritorial.
Les sionistes ont très nettement dit qu’il s’agissait d’un problème de politique nationale, mais néanmoins, la question sioniste est perpétuellement à reconsidérer suivant un point de vue religieux, car les cadres de toute politique orientale sont encore des cadres de politique religieuse, cadres politiques extrêmement entrecroisés, puisqu’il n’y a pas de ville qui ne contienne, côte à côte, des représentants de différentes confessions qui sont obligés de s’arranger à vivre ensemble. C’est précisément le point important du problème sioniste : savoir comment vivre ensemble : une administration telle qu’elle est constituée actuellement, avec les « conseils » des sionistes et la population, qui est en majorité musulmane et qui a une forte minorité chrétienne »1.

Du soutien enthousiaste au sionisme…

5Sur la question de Palestine, Louis Massignon s’est placé à contre-courant de la majorité des intellectuels français, dès 1917, date de la déclaration Balfour et jusqu’à sa mort, en 1962. Sioniste, Louis Massignon le fut indubitablement à partir de 1917, au moment de sa rencontre avec Haïm Weizmann, à Jérusalem. Dans les années 1920, il est à peu près seul à porter un intérêt au Foyer national juif.

Influence d’Aaron Aaronsohn

  • 2  Communication de Louis Massignon,« Le sionisme et l’islam », Société de Sociologie de Paris, 9 mar (...)
  • 3  Renée Neher-Bernheim, « Rencontre de deux personnalités d’Eretz Israel vers 1900-1920 : Aaron Aaro (...)
  • 4  Ibid., p. 13.

6Cet intérêt, cette sympathie même pour le sionisme lui viennent en particulier d’une expérience décisive, vécue en Palestine, auprès d’Aaron Aaronsohn. Massignon fait partie de ces nombreuses personnalités auxquelles ce fervent sioniste a fait visiter les réalisations agricoles de Palestine, et a expliqué sa manière de voir la renaissance d’Israël sur sa terre ainsi que les buts du sionisme. L’effet produit sur Massignon est indéniable. Nous en trouvons une preuve dans la longue communication faite par Massignon, en mars 1921, à la Société de Sociologie de Paris2, lorsque Massignon exprime son admiration pour Weizmann, dont il dit pourtant qu’« en France, il n’est pas populaire dans les milieux israélites »3. Or, on sait qu’Aaronsohn, qui porte un jugement très sévère sur la plupart des leaders sionistes (sur Sokolov en particulier), a une profonde admiration et un grand respect pour Weizmann. Ou encore, à propos des sionistes qui affirment pouvoir réintéresser la population israélite au travail de la terre, lorsque Massignon déclare qu’« il faut faire crédit à des hommes qui se donnent aussi complètement à leur tâche »4. Il est clair qu’il pense à Aaronsohn, l’ayant vu à l’oeuvre.

  • 5  Ibid., p. 13.

« L’expérience va se faire à fond. Est-ce une illusion dont on se berce ? Dans beaucoup de milieux, on s’imagine que c’est une fantaisie qui va périr. Je ne le crois pas. En tout cas, il ne faut pas s’imaginer que cette fantaisie puisse être traitée à la légère... »5.

7Quand Massignon évoque, à propos d’Israël, la question du renouvellement de la conscience nationale, il se demande s’il est possible que les Israélites redeviennent de simples laboureurs. En effet, au moment où les populations non israélites n’ont guère envie de s’occuper des travaux des champs, peut-on supposer qu’une population qui a toujours travaillé dans les domaines intellectuels et des professions libérales consente à cela ? Massignon répond en montrant clairement à nouveau l’influence que Aaronsohn a eue sur lui :

  • 6  Communication de Louis Massignon,« Le sionisme et l’islam », Société de Sociologie de Paris, 9 mar (...)

« Eh bien, j’ai connu Aaronsohn (...) qui, lui, avait beaucoup sacrifié pour cela [c’est-à-dire s’occuper d’agriculture], et il m’avait fait connaître des gens autour de lui qui en avaient fait davantage. J’ai visité une colonie où j’ai vu des Israélites qui avaient sacrifié un avenir dans les professions libérales pour s’occuper eux-mêmes de travaux de la terre. Le travail de la terre, c’est la pierre fondamentale. Si les israélites veulent se consacrer au travail de la terre, le sionisme sera fondé. J’espère qu’on y arrivera »6.

8Par la suite, les idées de Massignon évolueront et son pro-arabisme l’emportera. La disparition d’Aaronsohn a certainement joué un rôle dans cette nouvelle orientation, dans le sens où il n’était plus là pour raviver sa compréhension du sionisme et la sympathie dont il faisait preuve à son égard en 1921.

Réponses à quelques aspects critiques du sionisme

9En réponse aux réticences manifestées vis-à-vis du sionisme, Massignon argumente en faveur des sionistes. Par exemple, concernant l’objection antisémite classique d’après laquelle l’Israélite a toujours vécu aux crochets des pays où il était, soit au point de vue intellectuel, soit au point de vue économique, en « Shylock » professionnel, Massignon répond :

  • 7  Ibid., pp. 10-11.

« C’est parce qu’il était hors de chez lui qu’il a assumé souvent vis-à-vis des étrangers une certaine attitude peu morale, provenant précisément de son caractère d’expatrié : attitude qui devra disparaître ipso facto du moment où il se retrouvera au milieu des siens. Des actes l’ont prouvé, comme dans une colonie juive (c’est un musulman qui me racontait cela) où, pendant une dizaine d’années – c’était lors de la période héroïque – les femmes, renonçant au goût des parures, n’eurent pas de bijoux car il n’y avait pas de bijoutiers israélites ; elles préféraient sacrifier cela car elles voulaient faire vivre dans leur communauté les industriels et les commerçants israélites. Cet état d’esprit est intéressant, car il décèle, sous les apparences externes d’un boycottage, un élément d’entente interne entre les Israélites de ces colonies qu’il ne faut pas négliger »7.

  • 8  Ibid., p. 11.

10Massignon réfute un autre argument injustement invoqué contre le sionisme : c’est le droit de retour d’Israël en Palestine, périmé par équipollence. « Sous prétexte que les Jébuséens pourraient eux aussi, vouloir y revenir. Il n’y a pas un seul fou au monde qui se dise jébuséen, tandis qu’il y a des milliers de gens qui se disent sionistes et qui n’ont pas oublié que leurs ancêtres ont été chassés de Palestine. Ils se souviennent de leurs morts, et cela suffit pour créer un droit à revenir près d’une tombe »8.

11Enfin, sur la question dite de la « loi Delbrück » ainsi formulée : est-il admissible pour un Israélite de cumuler deux nationalités, la française et la palestinienne, sous prétexte qu’il s’intéresse au sionisme ? Certainement non, réplique Massignon :

  • 9  Ibid., p. 11.

« Cette hypothèse sophistiquée se juge par simple examen de conscience de la part de l’intéressé. Que veut-il faire en Palestine ? Y va-t-il sans esprit de retour ? S’il y va simplement pour le plaisir raffiné de donner l’illusion d’avoir deux patries, cela ne lui vaut rien ; si c’est pour se donner complètement au sionisme, cela peut compter, mais ceux qui voudront participer franchement à la vie nationale en Palestine devront se dire exclusivement Palestiniens. Que ceux qui aiment Jérusalem choisissent Jérusalem. Quoi qu’il en soit, et c’est là un point qui me paraît capital pour les relations sociales en Orient, le sionisme est, et doit rester la loyauté d’Israël vis-à-vis des Nations. Ce qui a frappé d’étonnement la pensée des nations orientales, c’est que celui que l’on a appelé le Juif errant, celui qui a colporté partout la négation des patries, veuille redevenir un pèlerin et qu’il se meurt, au fond, de ne pas être à Jérusalem. Que cette constatation soit désagréable aux nations orientales, certes ; mais elles ne peuvent pas ne pas la faire. Et c’est à nous, occidentaux, d’arbitrer. Que le sionisme demande l’égalité extérieure, internationale, il en a le droit. En revanche, nous lui demanderons d’admettre l’égalité de traitement intérieur pour l’islam »9.

  • 10  Massignon fait allusion à cette fable : Saladin eut un jour le désir d’extirper quelque argent à s (...)

12À la fin de sa mémorable conférence sur « L’islam et le sionisme », donnée à la Société de Sociologie de Paris en mars 1921, et dont on vient de citer quelques extraits, Massignon, reprenant la vieille parabole des Trois anneaux10, l’applique à la Cité trois fois Sainte :

  • 11  L. Massignon, « Le sionisme et l’islam », p. 16.

« c’est seulement l’affection profonde pour Jérusalem qui peut amener la réconciliation entre ces trois éléments antagonistes [juifs-chrétiens-musulmans], qui sont avant tout des éléments religieux »11.

13D’après Massignon, le sionisme revient à Sion sous la forme nationale, parce qu’Israël n’espérait plus pouvoir y entrer autrement ; mais tant qu’il y aura des musulmans qui aiment Jérusalem, parce qu’elle est la Ville des Promesses faites à Abraham, il est permis de leur expliquer ce qu’il y a dans le sionisme, afin qu’ils comprennent cette fidélité si fraternellement pareille à la leur autrement que comme une concurrence sans merci.

14De même, les chrétiens qui, – n’étant pas obligés de se tourner vers Jérusalem puisqu’ils ont un autre réconfort –, se tournent, par une pensée d’action de grâces, vers Sion, devraient comprendre et respecter, en elle, ce signe mystérieux comme un anneau royal ; anneau qui ne doit pas indéfiniment les faire se quereller comme les trois enfants de la parabole. D’autant que les trois anneaux ne sont pas tout à fait pareils et qu’ils ont en dedans trois marques différentes.

15Massignon s’en explique : chez le musulman, c’est la foi d’Abraham, la fidélité.

  • 12  L. Massignon, « Le sionisme et l’islam », pp. 16-17.

« Le musulman n’a pas grande espérance, ne montre pas beaucoup de charité, mais il a une foi effrayante, et la marque de son anneau, c’est la Foi. (...) Vous n’arracherez pas Jérusalem aux musulmans parce qu’ils croient trop profondément que le Prophète y a été transporté en extase, ils croient trop profondément qu’ils y seront jugés, vous vous heurtez là à un sentiment fondamental, et, le heurtant, vous vous excluez de toute possibilité de pacte avec eux, parce qu’en islam, la seule foi qui compte est basée sur le serment d’Abraham.
Vous n’arracherez pas non plus du coeur d’Israël l’Espérance que chaque Pâque y ravive le souvenir de Jérusalem, qui est la marque de l’anneau d’Israël. Croyez bien que s’il y a eu tant d’Israélites dans toutes les révolutions d’Occident, ce n’était pas tant pour le plaisir de se venger des Chrétiens comme le racontent les antisémites, mais c’est parce que les Israélites ont toujours nourri au fond de leur coeur une espérance invincible, enragée, comme les chrétiens n’en gardent pas assez. Le Juif a l’espérance indéfinie, c’est la spéculation intellectuelle même financière, poussée au dernier degré. Il espère envers et contre tout. Mais en disant espérer « être, l’an prochain, à Jérusalem », il se propose un but compréhensible. Et ce n’est pas en trompant cette espérance d’Israël par des ironies sceptiques que vous arriverez à solutionner le problème oriental, c’est au contraire en entretenant et organisant cette espérance sociale sur des conventions équitables et des bases admissibles que vous arriverez à amener l’accord et la paix en Orient.
Enfin la marque de l’anneau que prétendent avoir les chrétiens, c’est la Charité... d’autres l’appellent la « solidarité ». Mot qui implique l’idée d’une dette collective à payer. Sachons, nous chrétiens, la payer, en comprenant la dernière espérance qui soutient Israël, si la marque de notre anneau, de notre visage tourné vers Jérusalem est bien la charité brûlante qui brûle au coeur de la Chrétienté depuis 1 900 ans, envers le Dieu d’Israël, qu’invoquait Pascal un jour où il s’écriait : « Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob ! ».
En effet, le Dieu unique, le seul que l’on puisse vénérer à Jérusalem, qui est sa ville exclusive, ce n’est pas une divinité quelconque comme à Lhassa ou à Bénarès : c’est le Dieu jaloux d’Israël. C’est le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le législateur de la nation juive, et Sion est la seule ville au monde où Israël puisse ressusciter. Il y va, il a raison, et nous autres chrétiens, savons pourquoi, car c’est la ville de la Résurrection, de la résurrection d’un homme juif, mort pour Israël, sur qui toute notre vie est fondée »12.

16 Au terme de ces propos, Jacques Calmy, ancien directeur du Bureau de presse sioniste à Jérusalem, qui se trouvait le jour de cette conférence dans l’assistance, n’a pas manqué de témoigner son émotion « d’avoir vu ce coeur si fervemment chrétien penché avec sympathie sur la souffrance et les aspirations juives ». Et de conclure la séance en disant :

  • 13  Ibid., p. 17.

« C’est une joie française vraiment de constater avec quel souci de l’exactitude et quelle admirable loyauté un jeune savant français comme M. Massignon sait aborder un problème aussi délicat qu’ardu »13.

17En effet, Massignon voit dans le sionisme une réalité supérieurement digne d’attention et d’intérêt. C’est un mouvement national plutôt que religieux, d’ordre éminemment idéaliste, ce qui fait sa force et sa faiblesse à la fois. Aussi, il est indéniable que l’interprétation de cette parabole est incontestablement élogieuse et surtout aimante envers le peuple juif.

Son engagement philo-sioniste auprès de Maritain

« Rapport sur le sionisme » adressé à Pie XI

  • 14  Petit-fils de Meir Belkind, tué par les Turcs en 1917.

18Dès avant la première guerre mondiale, donc avant même la déclaration Balfour de 1917, des relations personnelles ont existé entre le foyer Maritain et le disciple d’Aaron Aaronsohn, Avshalom Feinberg14, qui, terminant ses études de Médecine à Paris, logeait chez sa tante Sonia Belkind ; de là aussi procéda la sympathie des Maritain pour le Foyer national juif en Palestine puis pour l’État d’Israël. Malgré les liens qu’avait encore alors Maritain avec l’Action française, il reçut, le 4 août 1925, le Dr Jacobson, délégué à Paris du Comité exécutif de l’organisation sioniste pour l’Europe, et estima cette démarche si importante qu’elle aboutit, la même année, à la rédaction d’un « Rapport sur le sionisme »(confidentiel), adressé à Pie XI, et rédigé conjointement par Maritain et Massignon. Ainsi, comme paradoxalement, les liens spirituels qui permettaient aux « nouveaux convertis » leur insertion dans l’Église déclenchaient en même temps une ouverture de leur famille d’accueil aux différents aspects de la question juive, des contacts avec les pionniers d’Eretz Israel, voire l’hospitalité aux membres de leur famille arrivant en France inopinément. La rencontre en août 1925 entre Maritain et Jacobson avait été précédée par une correspondance étroite échangée entre Massignon et Jacobson (adressée en copie au Dr Weizmann) portant sur les termes d’une éventuelle collaboration des catholiques d’origine juive à la reconstitution du Foyer national juif en Palestine. Massignon pensait alors que la question de la participation catholique à une action philosioniste ne devait pas être si ardue ; qu’elle dépendait uniquement de deux choses : tout d’abord,

  • 15  Lettre de Massignon à Jacobson, 15 mai 1925. Archives familiales Massignon (AFM).

« d’une déclaration théorique de l’Exécutif sioniste – précisant que nul ne serait exclu de cet appel à la reconstitution et que les catholiques d’origine juive, seraient admis, à égalité, à participer à l’oeuvre commune de la résurrection d’Israël en étant autorisés à entrer, suivant leurs capacités, dans les cadres palestiniens de la colonisation et même éventuellement de l’administration sioniste ; d’autre part, de la création d’un groupement « catholique philosioniste » entrant en contact avec le Dr Jacobson, suivant un programme défini – établissant que tout catholique qui serait rattaché sans mandat des siens à l’action du Dr Jacobson, serait aussi stérile pour ce dernier que pour ces catholiques »15.

  • 16  Lettre de Massignon à Jacobson, 1er août 1925, AFM.

19Cette correspondance nous apprend également que l’attitude de Massignon concernant ces projets n’était alors pas simplement « neutralité bienveillante », car, disait-il, « tout ce qui contribue à la renaissance d’Israël m’est particulièrement cher »16. Il ne formulait donc aucune exclusive de principe à l’égard de France-Palestine, l’organisation du Dr Jacobson. Sinon la nécessité de préciser davantage sa position :

  • 17  Lettre de Massignon à Jacobson, 1er août 1925, AFM.

« Socialement, en tant que catholique, j’attends qu’une sécurité formelle ait été promise par l’Exécutif sioniste aux catholiques d’origine juive pro-sioniste, – sécurité qui seule permettra à l’ensemble des catholiques philosionistes, en France ou ailleurs, d’apporter utilement leur adhésion soit à France-Palestine, soit à tout autre groupement similaire. Professionnellement, en tant qu’islamisant, j’attends qu’une formule de conciliation sincère véritable ait été trouvée, et intervienne pour régler les rapports entre judaïsme et islamisme en Terre Sainte. Depuis 1917, j’en recherche la réalisation sur le terrain linguistique et culturel. C’est malaisé, mais ce n’est pas impossible ! Et là encore, la parole est à l’Exécutif sioniste, pour une déclaration préliminaire »17.

  • 18  Cette lettre date probablement d’octobre 1925. Le brouillon manuscrit non daté est conservé à Kolb (...)
  • 19  « Rapport sur le sionisme adressé à Pie XI (1925) », Lettre de J. Maritain au P. Hugon, Cahier Jac (...)
  • 20  Ibid., p. 26.
  • 21  Ibid., p. 27.

20Maritain, quelques mois plus tard, avait pris soin de joindre au « Rapport sur le sionisme » une lettre adressée au Père Hugon18, le priant, « s’il trouvait le projet opportun, et pour les intérêts généraux de l’Église »19, de vouloir bien en faire état auprès du Saint-Père. Il insistait sur l’importance pour lui de n’entamer aucune démarche concernant le sionisme, sans avoir au préalable la bénédiction de Rome, et particulièrement celle du Saint-Père dont « le seul avis importe ». Dans cette lettre, Maritain soutient, d’une part, qu’« il paraît difficile de nier la légitimité de cette renaissance nationale » et que, d’autre part, « il est capital pour les chrétiens de savoir si cette nouvelle formation ethnique sera ou non absolument fermée dès le principe à toute pénétration de la foi du Christ »20. Il relate par ailleurs son entretien avec le Dr Jacobson, qui avait pour objectif de constituer une « amitié catholique-sioniste » et affirme à ce sujet qu’« un témoignage catholique de sympathie pour le sionisme aurait une grande influence sur bien des jeunes Juifs, travaillés par la grâce de Dieu et qui seraient prêts à demander le baptême s’ils ne pensaient pas renier par là les intérêts de leur race et de leur nationalité »21. Plus précisément, il s’agissait d’adhérer à un projet d’Amitiés Palestiniennes (plutôt par la fondation d’un groupe spécial catholique pro-sioniste que par l’adhésion au Comité déjà existant des Amitiés franco-palestiniennes, où s’affichent des gens comme Herriot, Painlevé et Blum, etc.). Maritain insistait alors sur le caractère dangereux d’un absentéisme en la matière et la nécessité d’une possibilité, reconnue en droit, pour un Juif baptisé, de pouvoir travailler comme les autres, et sur pied d’égalité, à la cause sioniste.

  • 22  « Rapport sur le sionisme adressé à Pie XI (1925) », Cahier Jacques Maritain, n° 23, Regard sur Is (...)
  • 23  Ibid., p. 30.

21Plus loin, Maritain évoque les « conditions » que lui-même et Massignon avaient jugées opportunes de proposer au Dr Jacobson en échange de leur éventuelle adhésion (de l’éventuel investissement de la part de chrétiens engagés pour la cause sioniste, investissement subordonné à l’accord tacite de la haute hiérarchie de l’Église pour cette action). Ces « conditions », exposées clairement dans le Rapport confié à Pie XI, portaient sur trois points précis : les Lieux Saints, l’Université juive de Jérusalem, l’accueil éventuel qui serait fait en Palestine à un Israélite désireux de travailler à la cause sioniste, mais converti au catholicisme. Le Dr Jacobson répondit que sur le premier point « les sionistes, à supposer un jour qu’ils aient la puissance politique, étaient prêts à donner toutes garanties aux confessions chrétiennes, et acceptaient d’avance le modus vivendi qu’elles proposeraient » ; sur le second point, que « l’Université de Jérusalem ne serait pas un foyer de propagande intellectuelle antichrétienne et que des savants catholiques pourraient y professer comme les autres » ; et en dernier point, qu’en principe, « le sionisme étant un mouvement national, et non religieux, un Juif de religion catholique devrait avoir dans les colonies palestiniennes les mêmes droits que les autres Israélites » ; mais qu’« il serait assez difficile à cause des masses juives de trouver la formule garantissant ces droits »22. Sur ce, Maritain ajouta dans son rapport que « si les droits des Juifs catholiques devraient être officiellement reconnus par les dirigeants sionistes, cela aurait semble-t-il la plus grande importance par les possibilités ouvertes pour l’avenir. Sans doute, les Juifs catholiques qui iraient vivre en Palestine risqueraient en fait bien des persécutions. Mais leurs souffrances mêmes seraient une précieuse semence devant Dieu »23.

  • 24  Ibid., p. 30.

22Malgré les efforts de Maritain, cette affaire se conclut rapidement, et sans grand résultat : le Père Hugon remit ce rapport à Pie XI en le commentant au cours d’une audience privée d’une heure, le 15 novembre 1925. Le lendemain, il transmettait à Jacques Maritain cette réponse : « le Pape craint qu’on se serve des catholiques et du Saint-Siège pour faire triompher la cause sioniste, et sans porter aucune défense, il conseille la réserve. Pour le moment, il s’en remet à votre prudence, en conseillant la réserve. On comprend que dans ces conditions une visite du Dr Jacobson au Vatican ne semble pas opportune et que, si le pape n’entend pas refuser absolument l’audience, il préfère qu’elle ne soit pas demandée »24. Quant aux autorités sionistes de Londres, elles firent dire à Jacobson que les sionistes catholiques pourraient éventuellement être professeurs de Mathématiques à l’Université de Jérusalem, mais pas d’Histoire ou de Philosophie.

23En conclusion, constatons le silence prudent du pape Pie XI sur cette question du « caractère racial » d’un éventuel futur État juif, alors qu’il avait très nettement condamné par des encycliques officielles le fascisme, le nazisme et le communisme.

Louis Massignon et le groupe judéo-catholique (1936-1938)

  • 25  La Revue juive, 1925, Chroniques, p. 242.

24La sympathie de Massignon pour l’édification d’un foyer national juif ne faisait alors aucun doute. Il se trouvait en effet, de par son activité professionnelle et ses amitiés, au coeur d’un réseau d’intellectuels juifs allant des plus orthodoxes à ceux qui se rapprochaient du catholicisme au point de se convertir. Comme nous venons de le démontrer et comme nous le rappelle La Revue juive : « à la courageuse défense des droits d’Israël, ajoutons un témoignage [celui de Massignon] d’autant plus précieux qu’il nous vient d’un croyant catholique et d’un ami dévoué à la cause musulmane »25.

25De même, lorsque le représentant en Europe du Comité exécutif sioniste, le Dr Jacobson, désire attirer des Juifs catholiques dans les nouvelles colonies, il consulte Massignon. La haute idée que ce dernier a de ce « retour » lui fait même envisager une liturgie hébraïque à Jérusalem. Ainsi, lorsque se fonde à Paris dans le courant de l’année 1935-1936 un « mouvement judéo-catholique », Massignon en est un des membres de poids. Les objectifs de ce mouvement de rapprochement et non de conversion, comme son autonomie vis-à-vis de la hiérarchie, le mettent tout à fait à l’aise :

  • 26  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », p. 1, AFM.

« Faire connaître aux chrétiens les sources judaïques de leur christianisme ; leur montrer les Juifs et le judaïsme tels qu’ils sont en vérité ; susciter leur volonté de réparer les péchés de l’antisémitisme chrétien ; revaloriser la Bible, appeler les Juifs à sortir de leur indifférence vis-à-vis de Jésus ; restituer aux convertis la conscience de leurs racines judaïques, de leurs devoirs envers leur peuple... sont des préoccupations constantes chez Massignon qui ne se gênait pas pour les exprimer de manière incendiaire avec la passion qu’on lui connaît »26.

26Françoise Jacquin, dans son article sur « Massignon et le Groupe judéo-catholique », évoque la vie de ce cénacle :

  • 27  Portant par exemple sur « la collaboration des Juifs et des chrétiens pour sauver l’esprit et la f (...)
  • 28  Voir Opera Minora III, « Compatientes », pp. 770-771 et quelques lettres de Louis Massignon à Monc (...)
  • 29  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », pp. 1-2, AFM.

« Conférences d’ordre général27, lectures communes de la Bible, scandent les réunions mensuelles qui ont lieu dans la paroisse universitaire de la rue d’Assas. Elisabeth Belenson, juive ukrainienne convertie et marraine des frères Glasberg, est l’animatrice du groupe, mettant son appartement de la rue Froidevaux à la disposition de tous. L’abbé Monchanin, prêtre de Lyon, pour lequel Massignon avait beaucoup d’admiration28, participe de temps à autre aux réunions »29.

  • 30  L’Amitié judéo-chrétienne, décembre 1949, « Louis Massignon et les Juifs », signé du père Paul Dem (...)
  • 31  Lettre du 30 mars 1950 communiquée par Daniel Massignon. André Chouraqui, grand ami de l’Abbé Monc (...)

27Nous croyons bon d’évoquer cet engagement en faveur des Juifs qu’a eu Massignon à cette époque, en raison de l’importance qu’il y a lui-même attachée : lorsqu’en 1950, Massignon est soupçonné d’antijudaïsme dans un article du Bulletin de l’Amitié judéo-chrétienne30, il tient à rappeler à son co-fondateur, André Chouraqui, son propre engagement au Groupe judéo-catholique31 :

  • 32  Cette dernière a volontairement détruit les papiers relatifs aux activités de ce groupe. Elle a de (...)
  • 33  En effet, Louis Massignon qui était vice-président de ce groupe en détenait le fichier d’adresses, (...)
  • 34  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », pp. 7-8, AFM.

« Vous savez que, resté seul à Paris des dirigeants de l’Amitié judéo-chrétienne, je n’ai dû le salut qu’au courage de la secrétaire, Elisabeth Belenson32, qui a refusé de livrer mon nom lors des perquisitions qu’elle subissait avant d’aller se cacher près de la Salette33. Ne pouviez-vous pas leur dire qu’antijudaïsme ne peut être accolé à mon nom ? Je n’ai jamais voulu débouter les Juifs de Terre Sainte. Weizmann le sait bien, ainsi que plusieurs familles juives qui me doivent d’être rentrées en 1919-1920 ou encore mon ami Ariel Bension dont j’y ai vu reconduire le corps »34.

28En effet, Louis Massignon et beaucoup de ses amis – comme Claudel, Maritain, Mauriac, Garric et ses équipes, Fumet et Mounier, rédacteurs des revues Temps présent et Esprit – ont d’abord accueilli des réfugiés allemands catholiques, puis des Juifs, pauvres, parce que les plus aisés ont été accueillis de suite par Londres ou New York. Massignon recevait plus d’une dizaine de Juifs par semaine à cette époque-là, entre 1935 et 1938, et a pu envoyer en Palestine, selon son fils Daniel, au moins deux familles.

29Pour conclure ce chapitre, comme le souligne Françoise Jacquin,

  • 35  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », p. 8, AFM.

« les incompréhensions, les suspicions, les opportunismes, bien ou malveillants, n’ont cessé de déformer les convictions profondes d’un homme de foi, blessé par la terrible réalité de la haine fratricide des enfants d’Abraham. Il était bon de rappeler un état brut et un amont de ses positions pour en mesurer la foisonnante complexité »35.

... à l’antisionisme le plus extrême

De la vaine recherche d’une « réconciliation intersémitique »

  • 36  Voir la biographie de Louis Massignon, le Cheikh admirable, par Christian Destremau et Jean Moncel (...)
  • 37  Au début de l’année 1938, commence en effet pour Massignon une « crise d’antisémitisme » avec une (...)

30Comme l’observe à juste titre Jean Moncelon36, l’incompréhension qui accompagne ce qu’on appellera volontiers, à partir de 1948, les « propos excessifs »37 de Massignon vient de ce que le sionisme aura perdu de sa légitimité pour l’orientaliste dès 1927, alors qu’il ne deviendra légitime et justifié pour la plupart des intellectuels français qu’après 1945. C’est pourquoi Louis Massignon se trouvera seul, entre 1936 et 1948, pour dénoncer la manière adoptée par les sionistes concernant le retour d’Israël en Palestine. Ces dates ont leur importance, car elles permettent de situer sur l’échelle historique du sionisme les prises de positions de Massignon en relation avec ce que l’on pourrait nommer la tournure des événements, depuis la déclaration Balfour, qui stipulait « que rien ne serait fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine », jusqu’à la création de l’État d’Israël, « en vertu du droit naturel et historique du peuple juif », qui chassera un million de réfugiés hors de leur terre.

  • 38  Voir pour exemple : « La situation actuelle de l’Église catholique en Palestine », 3 novembre 1918 (...)

31Pour comprendre comment Massignon est passé du soutien enthousiaste au sionisme à l’anti-sionisme le plus extrême, il faut revenir à son séjour à Jérusalem, en 1917-1918. Il avait été nommé adjoint du haut-commissaire Georges-Picot, signataire français des Accords Sykes-Picot, et sa mission consistait à recueillir des informations auprès de quelques personnalités choisies –renseignements qui lui permettront de rédiger des rapports concernant la situation de l’Église catholique en Palestine à la demande du Saint-Siège38. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Weizmann qui le convainc de la légitimité de la revendication sioniste, et lui-même se laisse persuader que le Foyer juif offrira l’occasion d’une « réconciliation intersémitique entre Arabes et Juifs ». Toutefois, bien que s’exprimant favorablement sur le sionisme, il ne s’illusionne pas sur les difficultés qu’occasionnera le retour d’Israël en Palestine, difficultés qu’il cherche à résoudre, bien avant que le problème ne se pose :

  • 39  « Le sionisme et l’islam », communication faite le 9 mars 1921 à la Société de Sociologie de Paris (...)

« La solution se trouve dans une entente internationale et dans un élément pondérateur puisé dans les consciences mêmes religieuses de l’Europe occidentale, au sein de ce que j’appelle la Chrétienté au sens large »39.

  • 40  Né vers 857 (ou 244 de l’Hégire), mort le 26 mars 922 (ou 309 de l’Hégire) à Bagdad, Mansur al-Hal (...)
  • 41  Salman est né dans une petite ville de Perse appelée Jiyye, près d’Ispahan, et mazdéen de naissanc (...)

32Après un début de carrière universitaire brillante au Collège de France, à la Direction de la Revue des Études islamiques, 1927 est pour Massignon l’année d’une révolution intérieure dont les conséquences se manifestent aussi bien dans ses recherches, – où il passe de Mansur al-Hallâj40, à qui il a consacré sa thèse, à Salman Pâk41, compagnon du prophète de l’islam – que dans sa vie professionnelle où il souhaite désormais orienter son travail de missions et de commissions officielles « vers les revendications légitimes de nos Musulmans ». On comprend dès lors qu’en 1927 justement, il se détache du sionisme :

  • 42  Fondateur de l’Université hébraïque de Jérusalem et partisan du binationalisme, à l’instar d’Hanna (...)
  • 43  Lettre du 21 novembre 1938, publiée dans Les Nouveaux Cahiers, janvier 1939, p. 16.

« De 1917 à 1927, je l’ai passionnément espéré, travaillant sur place à la réconciliation intersémitique, me disant comme Judah Magnes42, que l’Université hébraïque en serait le foyer culturel. Mais au lieu de sefaradim orientaux parlant arabe, ce sont des ashkenazim germanisés qui ont pris en main l’affaire palestinienne, avec la technique parfaite et implacable du plus exaspérant des colonialismes : refoulant lentement les indigènes arabes vers le désert. D’où la rage meurtrière de ces derniers. Tout peut être encore sauvé si l’on arrête l’immigration, afin de jeter les bases d’un État arabo-juif »43.

33Plus tard, le 21 novembre 1938, une question fondamentale lui est posée à l’occasion d’une discussion au sein du groupe des « Nouveaux Cahiers » : la Palestine peut-elle devenir la patrie d’une seule nation, Eretz Israel ?

  • 44  Lettre du 21 novembre 1938, publiée dans Les Nouveaux Cahiers, janvier 1939, p. 16.

« Non, elle est plus que cela ; c’est devenu un pays international, supranational, de par sa vocation triplement religieuse. (…) L’islam ne l’abandonnera jamais, car l’islam est d’origine raciale arabe ; la race arabe et la prière canonique musulmane se réclament d’Abraham, pour revendiquer part à son héritage. Si les fondateurs de la Société des Nations avaient compris que l’islam survivrait au partage de l’Empire ottoman, c’est à Jérusalem qu’ils auraient placé le siège de la SDN : là où une Chrétienté unie arbitrerait le conflit »44.

Le Royaume d’Israël est-il de ce monde ?

34Mais la « fièvre antisémite » de Massignon atteindra son paroxysme notamment dans les lettres envoyées à Maritain, en 1938-1939. Ces lettres, en effet, marquent un revirement total, en regard des actions qu’il avait précédemment entreprises aux côtés de Maritain en vue d’un soutien à la création d’un foyer national juif.

35Bien qu’il ait à ce moment précis une conscience aiguë de la douleur que pouvait éprouver Maritain pour les injustices et les souffrances alors endurées par Israël en Europe centrale, il n’hésite pas à lui écrire :

  • 45  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, 8 décembre 1938, p. 1, AFM.

« Ici, en France, cette persécution des Juifs d’Europe centrale pose un problème qui risque d’être le pendant du problème palestinien : si, pour aider les réfugiés à moins souffrir, à se ressaisir et à prospérer, la France se trouve avoir son avenir national compromis ou dévié par des naturalisations massives ou par une infiltration sélectionnée aux postes de commande, dans une administration frappée de léthargie, vous devinez que – descendant par mon père de paysans de France au Vexin, dès le XVIe siècle, et de tisserands flamands par ma mère, installés en Flandre dès le XVe siècle – tout un instinct légitime réagit en moi contre cette pression, dont trop d’indices montrent la préparation et la force. (...) Si je n’avais pas d’enfants, j’envisagerais peut-être cette mort graduelle de mon pays, mais j’ai des enfants et (...) je ne puis trahir mes ascendants et mes compatriotes en me réjouissant de la perspective d’une injection de sang immigré qui ne me paraît doué d’aucune tonicité normale, mais d’une toxicité certaine. Pourquoi, depuis quarante ans, le Grand Sceau de France au Ministère de la Justice, dont dépendent les naturalisations, est-il entre les mains des co-religionnaires de ces réfugiés ? Pourquoi, partout autour de nous, en ce moment où ces malheureux souffrent, voyons-nous avec une discipline par ailleurs admirable, leurs parents déjà installés en France, pourvoir à leurs besoins les plus immédiats et préparer leur carrière ? »45.

  • 46  Après celles de Sodome et d’Ismaël.

36Manifestement, les propos de Massignon sont ici en totale contradiction avec l’éthique qu’il a toujours prônée et défendue : une éthique chrétienne se définissant prioritairement et essentiellement par un sens profond de « l’hospitalité abrahamique », et impliquant donc par là, nécessairement, le « caractère sacré du droit d’asile » et celui du « respect de l’Étranger ». Mais ce qui est encore plus paradoxal, c’est le caractère concomitant de ces « écrits antisémites » et des Trois prières d’Abraham, qui prennent pourtant une place majeure dans son oeuvre. En effet, à ce moment-là, Massignon rédige sa troisième et dernière prière d’Abraham, celle d’Israël46. En mai 1939, il écrit à Maritain :

  • 47  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, Paris, 30 mai 1939, p. 1, AFM.

« De plus en plus fermement depuis deux ans, je me suis convaincu que laisser Israël s’entêter à vouloir refaire un État racial en Palestine est une véritable hérésie et un manquement à sa vocation suprême. C’est dans ce sens d’ailleurs que je poursuis la rédaction de ma « troisième prière », évidemment la plus difficile »47.

  • 48  Terme de Massignon lui-même dans sa lettre du 8 décembre 1938 à Maritain.
  • 49  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, Paris, 30 mai 1939.

37À la suite de cette « amère méditation »48 sur le caractère toxique d’Israël, on peut s’interroger sur la nature de l’avenir que Massignon entrevoit finalement pour le peuple juif, pour ce peuple qu’il condamne autant lorsqu’il cherche un refuge dans l’exil que lorsqu’il se bat pour la « reconstruction » d’un État juif. Comme ébauche de réponse, voilà comment il conclut cette fameuse lettre envoyée à Maritain49 :

  • 50  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, Paris, 8 décembre 1938.

« Est-ce vraiment pour Israël le salut que de venir chercher, à défaut de la Palestine, en France, le Paradis ? Il me semble au contraire que, plus que jamais, Israël devrait comprendre le mot du Christ : mon Royaume n’est pas de ce monde ; c’est en cela d’ailleurs que Jésus n’était pas juif, comme Klausner le lui a si amèrement reproché »50.

38Pour Massignon, l’immortelle espérance du retour en Palestine, corrélative à la vocation séculaire du peuple juif à l’Exil, a été détournée, démessianisée, laïcisée au XIXe siècle et est devenue essentiellement économique. Cette altération fondamentale touche surtout les ashkénazes, de parler yiddish, aux antipodes de la mentalité orientale palestinienne, dont sont en revanche beaucoup plus proches les séfarades.

  • 51  Massignon, Opera Minora III, « La Palestine et la paix dans la justice », p. 465.

« Certes, [écrit-il desashkénazes], ces nouveaux venus étaient des pionniers courageux, des défricheurs méthodiques, mais c’était déjà l’atmosphère de la colonisation qu’ils apportaient, avec le raidissement de l’émigré chassé par la haine ; ce retour à la terre était, selon la pensée de Herzl, un remède contre le désespoir, hors de tout recours à Dieu. (…) Le sionisme compte, pour réussir, sur des moyens profanes, et c’est ce que Magnès appelle bibliquement “l’idolâtrie”qui déclenche immanquablement la catastrophe »51.

L’irruption de Marie. Une vision paradigmatique de coexistence des religions abrahamiques

  • 52  Rapport de la mission d’information envoyée auprès des réfugiés de Bethléem en Terre Sainte par le (...)
  • 53  « Il ne s’agit pas tant des calomnies grossières du Sefer Toldoth Jeschu (et de leur écho talmudiq (...)
  • 54  Massignon, Opera Minora III, « Nazareth et nous, Nazaréens, Nasara », p. 493.

39C’est peut-être cet athéisme affiché de nombreux dirigeants sionistes, cette « perversion du message originel », qui heurte le plus l’homme de foi qu’est Massignon. Massignon mêle à son argumentation antisioniste des considérations religieuses qui avaient sans doute encore moins de chance d’être comprises. En effet, il considère d’emblée qu’en Terre Sainte il est impossible de séparer le temporel du spirituel et que les faits doivent être lus à la lumière des événements de l’histoire religieuse qui s’y sont déroulés depuis Abraham. Il livre ainsi bataille sur le sort fait à la Vierge Marie dans la tradition juive et défend l’honneur sacré d’une « jeune juive de quinze ans qui a conçu le Salut du monde ». L’islam vénère la pureté de la Vierge Marie, Myriam, en particulier dans la sourate 19 du Coran. Massignon va jusqu’à affirmer que « …ni en Palestine, ni ailleurs, le monde n’aura de paix dans la justice tant qu’Israël ne révisera pas le procès de la Mère de Jésus ». Et il n’hésite pas à rappeler avec véhémence qu’« entre un État d’Israël, qui refuse le Messie, soupçonne Jésus, doute de l’honneur de Sa Mère, et le fanatisme musulman qui punit canoniquement celui qui doute de la sainteté de Jésus et de la virginité de Sa Mère, mon choix de chrétien est fait »52. L’irruption inattendue de la Vierge dans la question d’Israël peut surprendre. Emporté par un zèle mystique, Massignon dénoncera, en 1948, dans ses Opera Minora, certaines « positions négatives » de la communauté juive de Nazareth relatives à Marie, et leur donnera une importance symbolique maximale53. Déjà en 1936, des colonies sionistes, avec la complicité britannique, avaient voulu s’installer aux portes de Nazareth ; ville qui, depuis mille six cents ans, avait interdit à ceux qui doutent de Marie d’habiter en ses murs : « car à Nazareth l’insulte du doute est pire qu’au Saint-Sépulcre : parce que c’est mieux, et plus qu’un berceau, c’est là où tout commence : les chrétiens sont tous nés natifs de Nazareth, de par son fiat marial de l’Annonciation »54.

  • 55  C’est ainsi qu’en 1948, il n’hésite pas à dénoncer la prise de Nazareth par les forces sionistes e (...)

40La reconnaissance de la pureté de Marie lui paraît la condition nécessaire à une reconnaissance juive dans l’esprit d’Abraham, bien plus, un préalable à toute paix. C’est pour lui d’une question d’intégrité spirituelle : « Honore ton père et ta mère, si tu veux vivre ». Pour Massignon, Israël se trouve en défaut par rapport à cette injonction du Décalogue55. Quoi qu’il en soit, l’équation mystique opérée par Massignon entre la réalité de Marie et l’essence d’Israël est au cœur de la question. Il s’agit pour Israël, comme pour l’Islam et la Chrétienté, de ne point porter témoignage contre sa propre réalité, contre la mère de son être, au sens arabe d’une essence et d’une perfection. C’est sans doute en ce sens qu’il faut comprendre ce que Massignon désigne comme le « surclassement » de l’État d’Israël par Marie.

  • 56  Professeur à la Georgetown University School of Foreign Service in Qatar.
  • 57  Louis Massignon au cœur de notre temps, sous la direction de Jacques Keryell, article de Patrick L (...)
  • 58  Ibid., p. 333.

41Selon Patrick Laude56, on ne comprendra guère les positions de Massignon concernant la nature d’Israël et la question de Jérusalem si l’on ne saisit pas le lien spirituel unissant le « déplacement » et « l’élection ». Car l’élection appelle et requiert l’acquiescement et il n’est d’acquiescement que dans et par le « décentrement » de l’âme et sa « concentration » nouvelle en Dieu. Or, pour Massignon, Israël est « déplacé » par définition. Choisi par Dieu, il est sommé de s’abandonner, de se déplacer. Et c’est ainsi que Massignon voit en lui une manifestation sainte de l’archétype spirituel du consentement. À son niveau le plus élevé, cette réalité est désignée par l’Écriture comme la « vierge d’Israël » (Amos 5, 2). En tant que catholique, Massignon ne peut que souligner le caractère fondamentalement marial de l’archétype d’Israël, comme l’indique l’expression scripturaire. Car la Sainte Vierge est elle aussi « déplacée », elle renonce à sa volonté propre pour n’être que « la servante du Seigneur ». Elle est « choisie entre toutes les femmes », comme Israël entre toutes les nations. Marie est le modèle de la pure soumission à Dieu, symbole de l’âme parfaite et exemple de perfection passive, virginale et féminine. Si Massignon voit dans l’Immaculée Conception le « signe marial » de ralliement des diverses confessions de la famille abrahamique « c’est parce que la virginité de l’âme ordonnée au fiat divin est l’essence de l’abrahamisme, en tant que consentement au sacrifice »57. Massignon envisage également la « pré-décarnalisation » propre au « signe marial », la pureté surnaturelle et prédestinée de la Sainte Vierge, comme le lieu d’un œcuménisme spirituel « dans la mesure où elle atténue l’incarnationnisme chrétien en surnaturalisant la « chair », laissant ainsi inaccessible la transcendance divine, jalousement privilégiée par juifs et musulmans »58.

42Pour conclure, rappelons que Massignon a toujours préconisé la conciliation en cette Terre Sainte qui, selon lui, ne devrait pas être un « objet de partage entre privilégiés », mais la « tunique sans couture de la réconciliation mondiale », un lieu d’intime mélange entre tous, et pour commencer, entre ceux qui ont tout de même, en ce lieu, plus de raisons pour s’unir que pour se haïr, sémites, Juifs et Arabes, fils d’Abraham, et chrétiens spirituellement sémites, formule prophétique que reprendra Pie XI, le 6 septembre 1938. Et il utilisera comme image pour traduire sa vision : la Terre Sainte doit être le « jardin d’enfants » de l’humanité.

Haut de page

Bibliographie

Destremau, Christian et Moncelon, Jean
2005   Louis Massignon, le Cheikh admirable, rééditée aux Éditions Le Capucin.

Massignon,Louis
1921   « Le sionisme et l’islam », communication à la Société de Sociologie de Paris, 9 mars.
1963   Opera Minora III, Ed. Dar al Maaref, Liban Beirut.

Moncelon, Jean.
2006   « Louis Massignon et la Palestine », publié dans les Cahiers d’Orient et d’Occident.

Neher-Bernheim, Renée
1989   « Rencontre de deux personnalités d’Eretz Israel vers 1900-1920 : Aaron Aaronsohn et Avshalom Feinberg », Cahier Jacques Maritain n° 23, Regards sur Israël. Communication reprise du colloque international « Les Juifs de France, le sionisme et l’État d’Israël », 1987, Université Ben-Gourion, Beer-Sheva. Actes parus en français dans les publications des Langues Orientales, Paris. Le titre sous lequel ces pages ont été originellement données est : « L’influence de deux personnalités d’Eretz Israël : Aaron Aaronsohn et Avshalom Feinberg, sur des penseurs et des savants français (1900-1920) ».
1991   Cahier Jacques Maritain, n° 23, Regard sur Israël, octobre.
1999   Louis Massignon au cœur de notre temps, sous la direction de Jacques Keryell, article de Patrick Laude, « La Jérusalem axiale de Louis Massignon », Ed. Karthala.
2009   Louis Massignon, Ecrits mémorables, I & II. Textes édités sous la direction de Christian Jambet par François Angelier, François l’Yvonnet et Souâd Ayada, Paris, Éditions Robert Laffont.

Haut de page

Notes

1  Communication de Louis Massignon,« Le sionisme et l’islam », Société de Sociologie de Paris, 9 mars 1921, p. 2.

2  Communication de Louis Massignon,« Le sionisme et l’islam », Société de Sociologie de Paris, 9 mars 1921.

3  Renée Neher-Bernheim, « Rencontre de deux personnalités d’Eretz Israel vers 1900-1920 : Aaron Aaronsohn et Avshalom Feinberg », Cahier Jacques Maritain n° 23, Regards sur Israël, p. 13. Communication reprise du colloque international « Les Juifs de France, le sionisme et l’État d’Israël », 1987, Université Ben Gourion, Beer Sheva. Actes parus en français dans les publications des Langues Orientales, Paris, 1989. Le titre sous lequel ces pages ont été originellement données est : « L’influence de deux personnalités d’Eretz Israël : Aaron Aaronsohn et Avshalom Feinberg, sur des penseurs et des savants français (1900-1920) ».

4  Ibid., p. 13.

5  Ibid., p. 13.

6  Communication de Louis Massignon,« Le sionisme et l’islam », Société de Sociologie de Paris, 9 mars 1921, p. 10.

7  Ibid., pp. 10-11.

8  Ibid., p. 11.

9  Ibid., p. 11.

10  Massignon fait allusion à cette fable : Saladin eut un jour le désir d’extirper quelque argent à son trésorier qui était israélite et il cherchait de quelle façon il pourrait lui en faire donner. Il résolut de lui poser une question insidieuse, et sous une forme que Gaston Pâris a contée d’une très jolie manière à la Société des Études juives à la fin du XIXe siècle : c’est la parabole des Trois anneaux. Cette parabole a été reprise par Lessing dans Nathan le Sage sous une forme qu’il croyait extrêmement sceptique, mais au fond de ce scepticisme il y a une conclusion consolante que Massignon réutilisera à profit.
Quelle était cette parabole, sinon un expédient de ce pauvre trésorier israélite qui voulait se tirer de l’embûche tendue par le sultan musulman ? Le sultan lui demanda : Quelle est la meilleure des trois religions ? L’islam ? La chrétienté ? Ou Israël ? Le trésorier se dit : « Si je réponds que c’est l’islam, il me dira « abjure », si je réponds que c’est Israël, il me fera exécuter, et je ne vais pas lui dire que c’est la chrétienté puisqu’elle ne nous intéresse ni lui, ni moi. Que vais-je faire ? Je vais raconter une parabole : un père avait un anneau qui était le signe de la royauté. Un premier fils naquit, et ce premier fils devait être l’héritier de l’anneau, l’héritier du trône, l’héritier, encore une fois, de toute la plénitude du père. Puis un second fils naquit, et enfin, un troisième ; tous les trois servirent fidèlement leur père, selon le pacte filial, et leur père ne savait que devenir. Avant sa mort, il vit son premier ministre, et lui ordonna de faire imiter deux fois l’anneau véritable par un orfèvre ; puis il fit remettre les imitations au second fils, puis au troisième ; deux anneaux, ressemblant strictement au premier. Si bien que le père mort, les enfants allèrent, pleins de confiance, trouver le premier ministre, chacun disant : « J’ai l’anneau, je dois avoir la couronne ». C’est ainsi, concluait Lessing, avec infiniment de scepticisme, que cet anneau royal qui aurait dû les faire s’aimer ne servit qu’à les faire se diviser et se haïr.

11  L. Massignon, « Le sionisme et l’islam », p. 16.

12  L. Massignon, « Le sionisme et l’islam », pp. 16-17.

13  Ibid., p. 17.

14  Petit-fils de Meir Belkind, tué par les Turcs en 1917.

15  Lettre de Massignon à Jacobson, 15 mai 1925. Archives familiales Massignon (AFM).

16  Lettre de Massignon à Jacobson, 1er août 1925, AFM.

17  Lettre de Massignon à Jacobson, 1er août 1925, AFM.

18  Cette lettre date probablement d’octobre 1925. Le brouillon manuscrit non daté est conservé à Kolbsheim. Le 15 novembre le P. Hugon, professeur à l’Angelicum et proche collaborateur de Pie XI, transmettait à Pie XI le rapport qu’elle accompagnait.

19  « Rapport sur le sionisme adressé à Pie XI (1925) », Lettre de J. Maritain au P. Hugon, Cahier Jacques Maritain, n° 23, Regard sur Israël, octobre 1991, p. 28.

20  Ibid., p. 26.

21  Ibid., p. 27.

22  « Rapport sur le sionisme adressé à Pie XI (1925) », Cahier Jacques Maritain, n° 23, Regard sur Israël, octobre 1991, p. 30.

23  Ibid., p. 30.

24  Ibid., p. 30.

25  La Revue juive, 1925, Chroniques, p. 242.

26  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », p. 1, AFM.

27  Portant par exemple sur « la collaboration des Juifs et des chrétiens pour sauver l’esprit et la fraternité humaine » ; sur « la vocation d’Abraham » (12 novembre 1937) ; sur « les trois religions monothéistes » (30 octobre 1938).

28  Voir Opera Minora III, « Compatientes », pp. 770-771 et quelques lettres de Louis Massignon à Monchanin dans La vie spirituelle, n° 694, mars-avril 1991, pp. 175-183. Sur le rôle de Monchanin dans le Groupe judéo-catholique, voir « L’abbé Monchanin, précurseur du dialogue judéo-chrétien (1935-1938) », Revue d’Histoire de l’Eglise de France, n° 204, pp. 85-101.

29  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », pp. 1-2, AFM.

30  L’Amitié judéo-chrétienne, décembre 1949, « Louis Massignon et les Juifs », signé du père Paul Demann.

31  Lettre du 30 mars 1950 communiquée par Daniel Massignon. André Chouraqui, grand ami de l’Abbé Monchanin, avait été introduit par ce dernier au groupe, en 1938.

32  Cette dernière a volontairement détruit les papiers relatifs aux activités de ce groupe. Elle a demandé aux membres de faire de même. Daniel Massignon se souvient d’avoir vu son père s’exécuter à Pordic.

33  En effet, Louis Massignon qui était vice-président de ce groupe en détenait le fichier d’adresses, dans lequel apparaissaient des noms comme celui de Jacques Berdaieff et Edmond Fleg.

34  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », pp. 7-8, AFM.

35  Françoise Jacquin, « Louis Massignon et le Groupe judéo-catholique (1936-1938) », p. 8, AFM.

36  Voir la biographie de Louis Massignon, le Cheikh admirable, par Christian Destremau et Jean Moncelon, rééditée aux Éditions Le Capucin ; et l’article « Louis Massignon et la Palestine », Jean Moncelon, publié dans les Cahiers d’Orient et d’Occident, 2006.

37  Au début de l’année 1938, commence en effet pour Massignon une « crise d’antisémitisme » avec une mise en accusation de l’activité des Juifs en France où dit-il « il faut savoir durcir sa volonté (à propos de la France et des Chrétiens d’Orient), le dos au mur, face au danger. Je pense d’ailleurs moins aux périls extérieurs qu’au danger du dedans – où pour nous remercier de leur avoir donné asile, tant de réfugiés israélites travaillent à notre destruction. Singulier destin de ce peuple insatisfait, dissocial, et pourtant prédestiné » (J. Keryell, L’hospitalité sacrée, p. 206) (…). Le 25 octobre de la même année, après une conférence de Maritain, il récidive et tient également des propos assez regrettables dans une lettre à Vincent Monteil : « Le seul reproche que je ferais à sa conférence est qu’il aurait dû avoir le courage de souligner que sa femme était d’origine juive ; et puis, il faut bien le considérer, l’action dissolvante de cet élément ethnique dans toutes les nations européennes ; il y a une mission mystérieuse qui n’est pas achevée et que l’on ne peut tout de même pas justifier quand on n’a pas de sang juif » (V. Monteil, Le linceul de feu, p. 188). Massignon paraît alors bien éloigné de l’hospitalité abrahamique qui prend pourtant au même moment une place importante dans ses écrits.

38  Voir pour exemple : « La situation actuelle de l’Église catholique en Palestine », 3 novembre 1918, Archives Secrètes du Vatican, Archives Ecclésiastiques Extraordinaires Africa, Asia, Oceania III, fasc. 40, Pos. 53. Ce document signé par Massignon met en garde contre « la désunion entre l’œuvre catholique et la protection française qui ne peut qu’accélérer les deux dangereux mouvements que sont le nationalisme des chrétiens arabes et la propagande protestante faite sous l’équivoque catholique de l’Église anglicane ».

39  « Le sionisme et l’islam », communication faite le 9 mars 1921 à la Société de Sociologie de Paris, Extrait de la Revue internationale de Sociologie, Paris, 1921, p. 18.

40  Né vers 857 (ou 244 de l’Hégire), mort le 26 mars 922 (ou 309 de l’Hégire) à Bagdad, Mansur al-Hallâj était le plus subtil des mystiques du soufisme, auteur d’une œuvre abondante tendant à renouer avec la pure origine du Coran et son essence verbale et lettrique.

41  Salman est né dans une petite ville de Perse appelée Jiyye, près d’Ispahan, et mazdéen de naissance. Converti au christianisme à son adolescence, il s’enfuit en Syrie afin d’y recevoir un enseignement religieux auprès d’un moine et s’associa à une communauté de chrétiens anachorètes. Il apprit d’eux qu’un ultime messager de Dieu serait envoyé à l’humanité prochainement pour faire revivre « la religion d’Abraham », car les signes étaient désormais réunis d’après les anciennes écritures. Le moine lui dit que ce prophète viendrait du pays des Arabes, et qu’il s’exilerait dans une région boisée de palmiers. Il voyagea alors vers le Hedjaz où il fut capturé, vendu en esclavage et emmené à Médine. C’est dans cette ville qu’il rencontra le jeune Mahomet et son épouse Khadîdja. Salman reconnut en lui les signes de la prophétie ; il se convertit donc à l’islam.

42  Fondateur de l’Université hébraïque de Jérusalem et partisan du binationalisme, à l’instar d’Hannah Arendt ou de Martin Buber.

43  Lettre du 21 novembre 1938, publiée dans Les Nouveaux Cahiers, janvier 1939, p. 16.

44  Lettre du 21 novembre 1938, publiée dans Les Nouveaux Cahiers, janvier 1939, p. 16.

45  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, 8 décembre 1938, p. 1, AFM.

46  Après celles de Sodome et d’Ismaël.

47  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, Paris, 30 mai 1939, p. 1, AFM.

48  Terme de Massignon lui-même dans sa lettre du 8 décembre 1938 à Maritain.

49  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, Paris, 30 mai 1939.

50  Lettre de L. Massignon à J. Maritain, Paris, 8 décembre 1938.

51  Massignon, Opera Minora III, « La Palestine et la paix dans la justice », p. 465.

52  Rapport de la mission d’information envoyée auprès des réfugiés de Bethléem en Terre Sainte par le comité catholique de secours (1949), Opera Minora III, p. 504.

53  « Il ne s’agit pas tant des calomnies grossières du Sefer Toldoth Jeschu (et de leur écho talmudique), que du jugement canonique de la Communauté juive de Nazareth (« mischmar cohenim, ne l’oublions pas) faisant radier, avant Barkochèbas, le nom du père légal de Jésus (« un tel ») dans les rouleaux généalogiques (megilloth juschasin), avec cette glose marginale « fils d’un adultère » ; glose signée par R. Schimon bar Azzai ; jugement canonique que la conscience d’Israël doit casser : s’il veut revivre ». Opera Minora III, « La Palestine et la paix dans la justice » (1948), p. 470.

54  Massignon, Opera Minora III, « Nazareth et nous, Nazaréens, Nasara », p. 493.

55  C’est ainsi qu’en 1948, il n’hésite pas à dénoncer la prise de Nazareth par les forces sionistes en termes de parricide et de matricide : « Devant la crypte de l’Annonciation, le sionisme se heurte au quatrième commandement du Décalogue « Honore ton père et ta mère », si tu veux vivre. Honore les vrais parents du Messie, l’Esprit de Dieu, et la Vierge d’Israël ». Opera Minora III, « Nazareth et nous, Nazaréens, Nasara » (1948), p. 493.

56  Professeur à la Georgetown University School of Foreign Service in Qatar.

57  Louis Massignon au cœur de notre temps, sous la direction de Jacques Keryell, article de Patrick Laude, « La Jérusalem axiale de Louis Massignon », Ed. Karthala, 1999, p. 333.

58  Ibid., p. 333.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Mayeres, « Massignon face au sionisme », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 20 | 2009, mis en ligne le 10 mars 2010, Consulté le 28 avril 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/6248

Haut de page

Auteur

Agathe Mayeres

Agathe Mayeres, doctorante à Paris-IV Sorbonne, est boursière du CRFJ pour l’année 2008-2009, dans le cadre de sa thèse de doctorat en Histoire des religions intitulée « la politique du Saint-Siège en Palestine, de la déclaration Balfour (1917) à la création de l’État d’Israël (1948) » et effectuée sous la co-direction de J.-O. Boudon, G. Groce et D. Tollet. Elle étudie les attitudes des clergés catholiques (latin et orientaux) face au développement du conflit judéo-arabe.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page