Navigation – Plan du site
Les Juifs polonais en France et en Israël
Représentations et images de la Pologne

Le souvenir de la Pologne dans la littérature polonaise en Israël

Karolina Famulska-Ciesielska
Traduction de Marcin Rey

Résumé

The main aim of this paper is characteristics of one of the most important subjects of literature written in Polish in Israel – the subject of Poland as a country of origin or a homeland.
Describing mental visions of Poland in this literature concerns three main areas: “sensual memory” (landscapes, smells, tastes, colours specific to the country of origin), reminiscences of the people of Poland (both Polish and Jewish), and the circle of issues, which can be generally described as Polish culture (traditions, history, values, ethos, myths, language, literature, music and arts).
The three areas are in many ways connected, and they create personal, unique vision of the country of origin as an important factor of individual identity. Often it is an ambivalent image. For some of the writers emigration is seen as a kind of personal defeat, for others as a good decision leading to finding a proper place in life, but in most of the cases it is something that has both good and bad consequences.

Haut de page

Texte intégral

1La littérature de langue polonaise créée en Israël est un phénomène aussi vaste que foisonnant. Au total, depuis le début des années 1940, c’est grâce à la contribution de près de soixante-dix auteurs que ce phénomène existe. Ces personnes arrivaient en Israël à des moments différents de leur vie, porteurs d’expériences variées. Leurs souvenirs et leur réflexion présentent une image multiforme, bien que l’on puisse y discerner quelques principes communs et un certain nombre de motifs récurrents. D’ailleurs, chacun de ces auteurs mériterait qu’une analyse à part lui soit consacrée.

2Ces personnes – pour diverses raisons – ont décidé d’écrire en polonais même si, bien souvent, elles étaient conscientes de se condamner à la marginalisation dans la vie littéraire israélienne. Seules quelques-unes d’entre elles ont publié, ou publient encore, en hébreu.

3Leur création littéraire diffère, sur de nombreux points, de l’œuvre de ceux qui, eux aussi, étaient arrivés de Pologne et se sont immédiatement tournés vers l’hébreu comme langue exclusive de leur expression artistique, comme par exemple Dan Calka ou Dan Ben Amotz (qui a réussi de nombreuses années durant à se faire passer pour un Sabra, c’est-à-dire pour un Juif né en Israël).

  • 1 Lors des premières années de son séjour en Israël, il lui est arrivé de s’exprimer en polonais, com (...)
  • 2 Cf. S. Ronen, Polin. A Land of Forests and Rivers. Images of Poland and Poles in Contemporary Hebre (...)

4Calka est arrivé en Israël à l’âge de 21 ans et n’a pas tardé à rejeter complètement le polonais, sa première langue1. Sa création littéraire comprenait certes des motifs polonais, mais toujours sous-tendus d’une prise de distance critique envers la polonité comme option identitaire pour les Juifs. Dans l’un de ses textes autobiographiques, Calka alla même jusqu’à se féliciter d’avoir échappé à la fascination de la polonité2.

  • 3 Voir ibid., p. 134-150.

5Quand elles sont en hébreu, même les représentations de l’amour déçu des Juifs envers la Pologne paraissent bien plus radicales, amères, voire caricaturales. L’œuvre d’Ada Pagis3 en est l’un des exemples. Dans la littérature polonaise en Israël, ces images – bien que fréquentes elles aussi – semblent plus lisses, atténuées, dépourvues d’auto-ironie.

6Ryszard Löw – l’un des principaux animateurs de la vie littéraire des Juifs polonais en Israël – a sans doute été un peu trop univoque dans sa description de toute cette catégorie d’écrivains d’expression polonaise :

  • 4 S. J. Żurek, « Z Polską w sercu – rozmowa z Ryszardem Löwem, izraelskim historykiem literatury pols (...)

« Le trait essentiel d’un écrivain-émigré est le mal du pays, le désir de revenir exprimé pratiquement sans cesse. Mais la vision de la réalité polonaise et de la Pologne qui est celle des auteurs d’ici est différente. Sur beaucoup de questions, nous portons un autre regard que les autres auteurs qui n’habitent pas en Pologne. […] La patrie des écrivains qui écrivent en polonais, ce n’est pas la Pologne, c’est Israël. Cette décision est délibérée. Les aspirations nationales de la littérature polonaise sont étrangères aux auteurs qui écrivent ici. Quand il y a des aspirations nationales chez les écrivains qui écrivent en polonais, c’est d’aspirations judéo-israéliennes dont il s’agit4 ».

7Ce jugement ne saurait s’appliquer à tous les auteurs. De nombreux Juifs en Israël qui écrivent en polonais éprouvent des sentiments ambivalents en se demandant lequel de ces deux pays est leur patrie et surtout, à quel espace littéraire appartient leur œuvre.

8La vision mentale de la Pologne dans les textes des auteurs polono-israéliens se compose d’éléments qui relèvent de trois domaines différents. Le premier d’entre eux fait partie de ce que l’on pourrait appeler globalement des « stimuli sensoriels » qui seraient conservés dans la mémoire et qui restent associés à des sentiments, d’une part très diversifiés et, de l’autre, invariablement puissants. Il s’agit de paysages, d’images de la nature, de lieux connus, de rues dans les villes ou villages où ils sont nés, de parfums et de couleurs.

9Deuxièmement, le contenu de cette mémoire qui porte sur la vie dans la Diaspora est constitué d’individus, de témoignages personnels imprégnés d’émotions qui vont de l’amour jusqu’à la haine. La Pologne est un pays où vivait – souvent depuis des siècles – une famille qui, dans de nombreux cas, a disparu pendant la Shoah. Mais dans ce pays vivaient aussi des voisins qui n’étaient pas des Juifs. Et tous ces voisins dont le souvenir reste gravé dans la mémoire n’étaient pas forcément des antisémites mais c’étaient tout simplement les « autres » qui existaient dans le même paysage et étaient séparés d’eux par un mur invisible.

10Les images de l’antisémitisme polonais apparaissent à de nombreuses reprises dans la littérature de langue polonaise en Israël, que ce soit dans les descriptions des situations d’avant-guerre ou de l’après-guerre (en particulier, il s’agissait de situations liées à la résurgence des sentiments anti-juifs à l’époque du « dégel » dans les années 1950 et de persécutions institutionnalisées de la fin des années 1960) ou des situations les plus dramatiques du temps de la Shoah. Dans cette littérature qui constitue l’expression vivante de l’attachement à la polonité, ces représentations servent à documenter une coexistence difficile et longue de plusieurs siècles. Ces images n’ont pas pour objectif de provoquer mais plutôt de nous inciter à une réflexion.

11Troisièmement, un rôle considérable quant à la structuration du souvenir de la Pologne revient à une problématique que l’on pourrait appeler généralement la « culture polonaise ». Dans ce cadre, on retrouve les questions liées à la tradition polonaise, à l’histoire, aux valeurs, à l’éthos, aux idéaux et aux mythes, mais aussi – ce qui semble le plus important – à la littérature et à la langue polonaises.

12Entre ces trois domaines, il existe des relations diverses qui créent une Pologne mentale, personnelle, parfois même fantomatique, une Pologne qui reste toujours présente dans la mémoire des Juifs qui ont été obligés de la quitter. L’appartenance à cet ensemble si vaste d’acceptions mais aussi à ce qui, dans un certain sens, en constitue le revers, à savoir le sentiment de déracinement, d’avoir été blessé et dépourvu de son patrimoine – tout cela constitue l’objet de réflexion de nombreux écrivains.

13« Chacun d’entre nous porte en soi cette Pologne dont il se souvient » – a dit Irit Amiel lors de l’entretien que j’ai eu avec elle. Sans aucun doute cependant, il faut distinguer l’œuvre littéraire des représentants des vagues successives de l’émigration. La Pologne de Józef Kornblum qui est parti en 1935 pour construire sa patrie en Eretz Israël – est celle du temps de l’entre-deux guerres, sans l’expérience de la Shoah. La Pologne des « enfants de l’Holocauste », de Miriam Akavia, Irit Amiel, Halina Birenbaum ou de Jael Shalitt, qui ont quitté leur pays natal juste après la guerre est celle qui se caractérise par tout un ensemble de problèmes qui, cette fois, ne tient pas compte des expériences de la Pologne sous le régime communiste. Un phénomène encore différent est celui de la Pologne de Natan Gross et de Józef Bau qui sont partis au tournant des années 1940 et 1950. Leur expérience toutefois était différente de celle des émigrés de l’Aliyah-Gomułka des années 1957-59 : Ida Fink, Maria Lewińska, Renata Jabłońska, et aussi de la Pologne des « émigrés de Mars » de la fin des années 1960 – Viola Wein, Eli Barbur, Anna Ćwiakowska, Stanisław Wygodzki (la mémoire polonaise de ce dernier s’étend sur la plus grande partie de sa vie, car dans une telle perspective, son séjour long d’une vingtaine d’années en Israël semble n’être qu’un épisode relativement court). La Pologne de l’époque de « Solidarność » qu’Aleksander Rozenfeld a quittée et où il est revenu quelques années après est, une fois encore, tout à fait différente.

14Ce même pays évoqué par diverses personnes contient en soi une multitude d’expériences et une immense mémoire imprégnée de nombreuses émotions.

  • 5 Voir : B. L. Sherwin, Duchowe dziedzictwo Żydów polskich [L’héritage spirituel des Juifs polonais], (...)

15Comme l’a remarqué le rabbin Byron Sherwin, après l’expérience traumatique de la Shoah, il est à craindre que les Juifs ne perçoivent la Pologne que comme un immense cimetière5. Or, dans la littérature polonaise en Israël, cette approche unidimensionnelle n’existe pas, même si dans ces œuvres il ne manque pas d’amertume et de rancune envers la Pologne.

  • 6 L. Lipski, Paryż ze złota [Paris en or], Izabelin, 2002, p. 16.

16Le thème de la nostalgie, Leo Lipski (1917-1997), l’un des plus grands écrivains polono-israéliens, l’a résumé en une courte phrase : « Je pense que toutes les nostalgies sont valables6 ». Selon Lipski, ce n’est pas une bonne chose lorsque l’on ne ressent pas la nostalgie et quand il n’y a rien qui nous la ferait ressentir.

17Avec cette nostalgie, perçue comme un sentiment positif et enrichissant, dans les ouvrages des écrivains polono-israéliens coexistent cependant d’autres émotions difficiles. De ce ressentiment à l’égard de la Pologne parlent notamment Eli Barbur (émigré de mars 68) et Maria Lewińska (qui fait partie de l’Aliyah-Gomułka). Renata Jabłońska, quant à elle, évoque une crainte indéfinissable et le sentiment d’égarement. C’est dans un élan de douleur que les émigrés d’après-guerre, les survivants de l’Holocauste et tous ceux qui avaient perdu leur famille quittaient la Pologne. On retrouvera de tels témoignages dans les textes de Miriam Akavia, Irit Amiel et de Halina Birenbaum.

18Toutefois, au fil des années, les émotions souvent s’atténuent. La Pologne peut alors apparaître comme un supplément agréable, tel un complément d’identité lorsque l’on a déjà sa propre et véritable patrie. Cette approche est, du moins en partie, celle que propose Miriam Akavia.

19Lors de notre entretien, elle m’a confié : « Quand j’avais déjà mon identité israélienne, je pouvais m’ouvrir à un sentiment pour la Pologne ». Pourtant, ce sentiment, ce n’était point un surplus mais bel et bien une affection réelle et profonde.

20Comme exemple très typique d’œuvres littéraires permettant d’illustrer le premier de ces champs thématiques, c’est-à-dire les références aux stimuli sensoriels conservés dans la mémoire, nous pourrions rappeler le poème de Łucja Gliksman intitulé Nostalgia [Nostalgie]. L’auteur exprime dans ce texte son attachement aux paysages polonais, y compris ceux qui, en apparence, sont les moins séduisants :

  • 7 Ł. Gliksman, « Nostalgia », in Id., Wiersze zebrane [Vers choisis], Tel Aviv, 2004, p. 45.

Il suffit de penser « éteules »,
Ou de se dire « friches » —
Et tout de suite ton cœur se serre,
Et l’existence te fait mal
7.

21Puisque, même les éteules et les friches (ou plutôt leur souvenir et non pas, par exemple, celui des champs aux gerbes d’or) éveillent cette nostalgie douloureuse, cela prouve que ce sentiment de rattachement à la Pologne reste très puissant et qu’il ne s’agit pas de sentimentalisme mais de désespoir d’un être humain qui a perdu sa maison. Ce ne sont pas ces « champs diaprés de froment aux gerbes d’or », comme chez Mickiewicz que Gliksman adore tant, mais les éteules et les friches – une terre en apparence morte et infertile – qui deviennent ainsi le symbole d’un pays et d’une patrie que l’on ne retrouvera plus jamais.

22La nostalgie de la Pologne – dans sa dimension élémentaire, celle des couleurs et des paysages – est très nette dans les poèmes de Filip Istner qui avait émigré en 1969. Dans son poème Jerozolimska wiosna [« Le printemps de Jérusalem »], juste après avoir exprimé son désir de vouloir quitter Israël, apparaissent des réminiscences nostalgiques polonaises. De même que Gliksman, il exprime sa nostalgie envers ce qui, à premier abord, ne semble guère attirant :

  • 8 F. Istner, « Jerozolimska wiosna » in Id., To już [C’est maintenant], Stockholm, 1989, p. 37. (...)

– Faudrait-il alors s’installer sur l’Autre Hémisphère ?
– Ou, peut-être, aller sur la Lune ? – Dans un autre monde ?
Et à Varsovie, quel temps fait-il maintenant ?
De la pluie ? De la neige mouillée qui fond en un seul instant ?
Et les chatons des saules ? Sont-ils déjà en fleurs ?
8

23L’importance pour un émigré, au niveau personnel, du problème de la nostalgie, nous est prouvée par l’introduction du thème et de la perspective de la mort dans la réflexion poétique (le passage vers un « autre monde »). Le tombeau se dessine alors comme l’ultime patrie : la seule, l’équitable et qui permet enfin de plonger dans une indifférence apaisante. Pour l’auteur, ce poème, écrit en 1972 à Jérusalem, s’est avéré être une triste et sombre « prophétie ». Une dizaine d’années plus tard, le poète a décidé de partir pour un pays avec lequel il n’avait aucun lien, la Suède, où il est mort peu après.

  • 9 Voir : A. Sandauer, « O sytuacji pisarza polskiego pochodzenia żydowskiego w XX wieku (Rzecz, którą (...)

24On peut retrouver la même quête d’affinités et de similitudes qui permettraient de se sentir en Israël un peu comme en Pologne notamment dans les poèmes de Stanisław Wygodzki. Comme l’a remarqué Artur Sandauer, ce n’est qu’après son départ en Israël que Wygodzki a écrit ses « premiers et émouvants poèmes consacrés à la Pologne9 ». Le texte présenté ci-dessous confirme cette observation :

  • 10 S. Wygodzki, 26 października …, [26 octobre...], Kontury, 1992, t. 3, p. 12.

Le 26 octobre, au soir,
Viennent les premières pluies,
[…]
Cette nuit à Givataim
Et ce parfum des arbustes, le même qu’en Pologne –
[...]
Ô pluies, venez encore et encore,
venez,
venez de nouveau
et revenez encore
10.

25La nostalgie se révèle aussi dans des incantations, dans des sentiments illusoires et dans des associations sensuelles, vécues le cœur palpitant. En assouvissant les sens grâce à des similitudes éphémères, l’homme, éloigné du lieu de sa naissance, au moins pour un instant, peut ressentir un léger apaisement.

26Les poèmes de Wygodzki, tels que Na przystanku autobusowym… [« À l’arrêt de bus »] et Wołam ciebie [« Je t’appelle »] prouvent l’attachement exclusif et inébranlable à la Pologne perçue comme l’unique lieu, où, cependant, il n’était guère possible de vivre et de créer car les Polonais n’ont pas été à la hauteur des standards éthiques désignés par l’idéal de la polonité.

27L’attachement à la Pologne comme caractéristique essentielle de l’appartenance littéraire était particulièrement perceptible et important dans l’œuvre de Leo Lipski et de Wygodzki. Lipski abordait peut-être une problématique plus universelle, mais il restait tout autant polonais. Israël n’est jamais devenu pour eux leur véritable patrie, ceci malgré un certain attachement qu’ils vouaient à ce pays.

28Dans l’un des entretiens, Wygodzki déclarait :

  • 11 Wygodzki – zeszyt pamięci [Wygodzki – cahier de la mémoire], sous la rédaction de K. Bernard-Sztatl (...)

« La Pologne reste pour moi une plaie immense. Je ne veux pas et je ne peux pas en parler. Tout est dans mes poèmes et c’est à eux que je vous renvoie11. »

29D’autre part, il faut mentionner un ensemble de textes confirmant le sentiment de déchirement entre les deux patries.

30Le sujet et en même temps le narrateur du poème d’Aleksander Rozenfeld exprime, a de nombreuses reprises, l’impossibilité de procéder à un choix et de vivre dans un état de double loyauté qui ne donne pas le sentiment de bonheur. La patrie polonaise s’avère plus proche car même si, comme l’écrit Rozenfeld dans un autre poème, « le poète est partout mal à l’aise », c’est tout de même en Israël qu’il se sent moins bien :

  • 12 A. Rozenfeld, « Dwa są tylko miejsca na ziemi… » in Id., Wybór wierszy [Choix de vers], Cracovie, 1 (...)

À deux patries et à Dieu pareillement fidèle
Sur la Terre juive j’enfile des mots polonais
Assis au bord de l’eau je pleure sur cette eau qui disparaît
12.

  • 13 A. Wolfstein, Nie móc wybrać tej ani tamtej ziemi [Ne pas pouvoir choisir ni cette terre ni l’autre (...)

31Sur l’impossibilité de ne pouvoir choisir « ni l’une ni l’autre terre13 » écrivait déjà Anita Wolfstein qui, adolescente, était arrivée en Israël avec l’Aliyah de l’époque de Gomułka et qui, après des années, s’est installée définitivement aux États-Unis, ce qui, probablement, en a été justement la conséquence.

32Dans de nombreux textes d’auteurs polono-israéliens, on retrouve souvent l’expression de la nécessité intérieure de vouloir revenir en Pologne, du moins par la pensée mais, en même temps, il y a cette prise de conscience qu’il s’agit déjà d’un autre lieu que celui dont on a gardé le souvenir ; ce monde ancien est mort et il n’en reste que quelques rares vestiges. L’absence dans la ville natale – qui, paradoxalement, a été vécue personnellement – perturbe le sentiment de l’existence en tant que telle. Le néant en quelque sorte apporte une dimension absolue au pouvoir qu’il détient sur la vie de l’émigré. Et c’est d’une telle situation que parle Jael Shalitt dans son poème Powrót [« Le Retour »] :

  • 14 J. Shalitt, « Powrót », in Id., Wybór wierszy [Choix de vers], t. 1, Łódź, 1995, p. 44.

J’erre dans cette ville qui est la mienne comme nulle autre ville au monde
Et pourtant je n’y suis plus
[…]
Je regarde mon propre je-n’y-suis-plus
Et je sais que maintenant il ne me restera plus rien
14.

33Dans beaucoup de textes on retrouvera l’idée que s’il était possible de restituer le passé, on pourrait surmonter aussi la hantise de se sentir orphelin. La Pologne est le lieu de l’impossible retour et en même temps un lieu qui existe réellement, ce qui rend ce sentiment encore plus douloureux.

34La nostalgie n’est pas forcément associée au désir de revenir réellement en Pologne. Parfois, il suffit d’un retour imaginaire, il suffit d’évoquer des images du passé dont, parfois, le souvenir est incertain. Ces images restent souvent éloignées de la réalité, ce qui d’ailleurs ne pose guère de problème car elles ne servent, de toutes façons, qu’à assouvir ses propres et profonds besoins. Meir Persico constate dans l’un de ses poèmes :

  • 15 M. Persico, « Proszę Pani, weźmy jako przykład… »[S’il vous plaît Madame, prenons comme exemple…], (...)

Tel est le problème du souvenir.
Et pour le mettre à jour, je ne le veux pas, je n’en suis pas capable et je ne sais pas le faire.
D’ailleurs, à qui cela pourrait-il servir
15 ?

35Ces mots sont prononcés par un poète qui s’est réconcilié avec lui-même, avec ses regrets et ses lacunes. Or, sans aucun doute, tous les auteurs polono-israéliens ne reprendraient pas forcément ces paroles avec la même quiétude.

36Dans la création littéraire polono-israélienne, la Pologne est l’un des visages de l’Europe, ce n’est qu’une partie de l’Europe qui incarne les valeurs auxquelles aspiraient en Israël les auteurs tels que Stanisław Wygodzki, Leo Lipski ou Aviva Shavit Władkowska.

37Pour ce qui est des références à la culture polonaise – les plus caractéristiques et les plus fréquentes restent celles qui font appel à la tradition du romantisme. Particulièrement significative est dans ce contexte la déclaration d’attachement à la Pologne exprimée avec fermeté par Aviva Shavit-Władkowska dans son poème Okoliczności [« Circonstances »] :

  • 16 A. Shavit-Władkowska, Okoliczności [Circonstances], Kontury, 2001, t. XII, p. 29.

« Lituanie, ô ma Patrie!…
Peut-être c’est la seule prière,
Que je connais par cœur,
En pensant à mes ancêtres
16 ».

38Messire Thaddée, l’épopée nationale polonaise apparaît alors dans un tel contexte comme un élément du patrimoine des Juifs polonais. Il est possible de retrouver la confirmation de cette constatation dans les œuvres de nombreux autres auteurs.

39L’image présentée ci-dessus ne rend que partiellement état du caractère particulièrement complexe des rapports qu’entretiennent les Juifs polonais en Israël avec leur pays d’origine, leur première patrie. Dans leurs ouvrages, il ne manque ni d’idéalisation ni de reproches bien amères, mais les deux découlent de la vérité d’une expérience individuelle présentée dans une œuvre dépourvue de stéréotypes.

Haut de page

Bibliographie

Adamczyk-Garbowska, M.
2004   Odcienie tożsamości. Literatura żydowska jako zjawisko wielojęzyczne, Wydawnictwo UMCS, Lublin.

Amiel, I.
1999   Osmaleni, Świat Literacki, Izabelin.
2003   Wdychać głęboko, Świat Literacki, Izabelin.

Barbur, E.
2005   Strefa Ejlat, Sic, Varsovie.

Całka, M. [Calka Dan]
1959   Miniatury, « Od nowa », numéro 43, p. 14.

Gliksman, Ł.
2004   Wiersze zebrane, Kontury, Tel Aviv.

Istner, F.
1989   To już, Relacje, Stockholm.

Jabłońska, R.
2004   Chamsin, SPP, Olsztyn.

2004   Niknące twarze, Prószyński i S-ka, Varsovie

Lewińska, M.
1999   Emigracji dzień pierwszy, Philip Wilson Varsovie.

Lipski, L.
2001   Paryż ze złota, Świat Literacki, Izabelin.
1995   Piotruś, Oficyna Druków Niskonakładowych, Olsztyn.

Ronen, S.
2007   Polin. A Land of Forests and Rivers. Images of Poland and Poles in Contemporary Hebrew Literature in Israel, Wydawnictwo Uniwersytetu Warszawskiego, Varsovie.

Rozenfeld, A.
1990   Wybór wierszy : 1976-1989, Wydawnictwo Literackie, Cracovie.

Sandauer, A.
1985   « O sytuacji pisarza polskiego pochodzenia żydowskiego w XX wieku (Rzecz, którą nie ja powinienem był napisać…) », in : ibidem, Pisma zebrane, t. 3, Czytelnik, Varsovie, p. 443-529.

Shalitt, J.
1995-1996   Wybór wierszy, t. 1-2, Oficyna Bibliofilów, Łódź.

Shavit-Władkowska, A.
2001   Okoliczności, Kontury, t. 12, p. 29.

Wygodzki, S.
1971   Drzewo ciemności, Oficyna Poetów i Malarzy, Londres.
1990   Pożegnanie, PIW, Varsovie.

Żurek, S. J.
2000   « Z Polską w sercu – entretien avec Ryszard Löw, historien israélien de la littérature polonaise », Tygiel Kultury, numéros 7-9, p. 132-134.

Haut de page

Notes

1 Lors des premières années de son séjour en Israël, il lui est arrivé de s’exprimer en polonais, comme le prouvent quatre courtes nouvelles publiées sous son nom polonais d’origine : Mieczysław Całka, dans la revue Od nowa [À nouveau], éditée en langue polonaise par les olim venus de Pologne. Voir : M. Całka, « Miniatury », Od nowa, 1959, numéro 43.

2 Cf. S. Ronen, Polin. A Land of Forests and Rivers. Images of Poland and Poles in Contemporary Hebrew Literature in Israel, Varsovie, 2007, p. 128.

3 Voir ibid., p. 134-150.

4 S. J. Żurek, « Z Polską w sercu – rozmowa z Ryszardem Löwem, izraelskim historykiem literatury polskiej » [Avec la Pologne dans le cœur – entretien avec Ryszard Löw, historien israélien de la littérature polonaise], Tygiel Kultury [Le creuset des cultures], numéros 7-9, 2000, p. 134.

5 Voir : B. L. Sherwin, Duchowe dziedzictwo Żydów polskich [L’héritage spirituel des Juifs polonais], traduction. W. Chrostowski, Varsovie, 1996, p. 277.

6 L. Lipski, Paryż ze złota [Paris en or], Izabelin, 2002, p. 16.

7 Ł. Gliksman, « Nostalgia », in Id., Wiersze zebrane [Vers choisis], Tel Aviv, 2004, p. 45.

8 F. Istner, « Jerozolimska wiosna » in Id., To już [C’est maintenant], Stockholm, 1989, p. 37.

9 Voir : A. Sandauer, « O sytuacji pisarza polskiego pochodzenia żydowskiego w XX wieku (Rzecz, którą nie ja powinienem był napisać …) » [Sur la situation de l’écrivain polonais d’origine juive au xxe siècle (Choses que je ne devrais pas écrire…)] in Id., Pisma zebrane [Collection d’écrits], t. 3, Varsovie, 1985, p. 511.

10 S. Wygodzki, 26 października …, [26 octobre...], Kontury, 1992, t. 3, p. 12.

11 Wygodzki – zeszyt pamięci [Wygodzki – cahier de la mémoire], sous la rédaction de K. Bernard-Sztatler, Tel Aviv, 1992, p. 33.

12 A. Rozenfeld, « Dwa są tylko miejsca na ziemi… » in Id., Wybór wierszy [Choix de vers], Cracovie, 1990, p. 42.

13 A. Wolfstein, Nie móc wybrać tej ani tamtej ziemi [Ne pas pouvoir choisir ni cette terre ni l’autre], cité d’après : M. Lewińska, « Oddalić się znaczy pamiętać » [S’éloigner signifie se souvenir] in Z moich trzech groszy reszta [Le reste de mes trois groszy], Tel Aviv, 1997, p. 120.

14 J. Shalitt, « Powrót », in Id., Wybór wierszy [Choix de vers], t. 1, Łódź, 1995, p. 44.

15 M. Persico, « Proszę Pani, weźmy jako przykład… »[S’il vous plaît Madame, prenons comme exemple…], in

Id., Rzecz pamięci [Choses de la mémoire], Łódź, 1998, p. 14.

16 A. Shavit-Władkowska, Okoliczności [Circonstances], Kontury, 2001, t. XII, p. 29.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karolina Famulska-Ciesielska, « Le souvenir de la Pologne dans la littérature polonaise en Israël », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2011, Consulté le 24 avril 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/6464

Haut de page

Auteur

Karolina Famulska-Ciesielska

Karolina Famulska-Ciesielska, dr., responsable du projet La littérature polonaise en Israël. Lexicon à l’Université catholique de Lublin, principales publications : Polacy, Żydzi, Izraelczycy. Tożsamość w literaturze polskiej w Izraelu, Toruń: Wydawnictwo Naukowe Uniwersytetu Mikołaja Kopernika, 2008 [Polonais, Juifs, Israéliens. L’identité dans la littérature polonaise en Israël ; en polonais]; Najważniejszy jest ciąg dalszy. O Zosi Braun, z domu Lewinter, Warszawa – Jerozolima – Toruń: Instytut Adama Mickiewicza, 2008 [La continuité est la chose la plus importante. Sophia Braun née Lewinter ; édition bilingue – polonais et hébreu ; publié avec A. Liebman; trad. A. Zajdman], « Alija Gomułkowska ». Obraz odwilży w oczach Żydów - pisarzy polskich, którzy wyemigrowali do Izraela w latach 1957-1958, « Archiwum Emigracji », 2009, Z. 10 [« l’Alyiah de Gomulka ». L’image du ’Dégel’ dans les œuvres littéraires d’écrivains judéo-polonais qui ont quitté la Pologne entre 1956 et 1958, en polonais].

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page