Navigation – Plan du site
Les Juifs polonais en France et en Israël
Représentations et images de la Pologne

Une relation douce-amère

La Pologne et les étudiants juifs polonais en Belgique pendant l’entre-deux-guerres
Pascale Falek

Résumés

Cet article nuance les relations entre juifs polonais émigrés et leur pays natal avant la Shoah. Il se focalise sur la jeunesse intellectuelle juive polonaise exilée en Belgique et se base uniquement sur des sources antérieures à la tragédie. En analysant les raisons conduisant ces étudiants juifs polonais à quitter la Pologne, mais aussi les liens qu’ils gardent et maintiennent au quotidien avec leur pays natal, ainsi que la reproduction des traditions et usages socioculturels juifs polonais et la transmission de leur patrimoine culturel à leur descendance, l’auteur parvient à mettre en lumière toute l’ambigüité de cette relation intense et complexe à la fois.

Haut de page

Texte intégral

1La relation des Juifs polonais à leur pays d’origine est généralement perçue comme tragique et amère. La Pologne est vue comme un cimetière, un lieu d’où, après avoir été humiliés, les Juifs n’eurent d’autre choix que d’émigrer. Le rapport des Juifs à la Pologne évolue et se transforme, la Shoah le marquant de manière indélébile. Néanmoins, ce pays d’origine, cette Pologne où ils ont grandi, où ils se sont construits, ne les laisse pas indifférents, bien au contraire. Le lien reste fort, passant d’un extrême à un autre. Analyser les tenants et aboutissants de cette relation pour le moins ambiguë nécessite de se plonger dans l’histoire et d’étudier les liens entre les Juifs de Diaspora et leur pays d’origine, notamment, avant la tragédie. C’est dans cette perspective que nous approfondirons les liens entretenus par des Juifs polonais émigrés en Belgique pendant l’entre-deux-guerres avec leur pays d’origine. Plus spécifiquement, cet article se concentre sur la génération des étudiants juifs polonais ayant migré pour poursuivre leurs études supérieures, des jeunes intellectuels ayant quitté la Pologne à l’aube de leurs vingt ans. Les raisons qui les poussent à quitter leurs pays d’origine, les liens qu’ils gardent avec celui-ci, et les bribes de la Pologne qu’ils transmettent à leur descendance seront au cœur de cette analyse.

2Se limiter aux étudiants permet de cerner au mieux un sous-ensemble de la Diaspora juive polonaise et d’affiner l’examen de leurs relations au pays d’origine. Relations qui doivent s’étudier sur base de sources antérieures à la Shoah, si l’on veut comprendre le rapport des Juifs à la Pologne de l’entre-deux-guerres. Les nombreux témoignages d’étudiants juifs polonais réalisés après la guerre sont biaisés et pourraient faire l’objet d’une étude similaire, mettant en évidence leur déception, désarroi et sans doute amertume. Une image ne correspondant sans doute pas à celle qu’ils eurent avant la tragédie. Ne pouvant nous baser uniquement sur ces entretiens, nous avons consulté d’autres sources comme les dossiers de la Police des Étrangers, les archives des communautés juives établies en Belgique, les archives des universités et de nombreuses archives familiales privées. Ces documents nous éclaireront sur les liens entretenus par ces migrants avec leurs pays d’origine et sur l’évolution de ces relations douces-amères.

  • 1 Shaul Stampfer, « Gender Differentiation and Education of the Jewish Woman in Nineteenth-Century Ea (...)
  • 2 Pour un aperçu général voir : Victor Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1 (...)

3Surreprésentés dans les écoles secondaires par rapport à leur proportion dans la population, et ce d’autant plus pour les filles juives dont la scolarisation a connu une croissance sans précédent dès la fin du xixe siècle1, des milliers de jeunes Juifs polonais veulent poursuivre des études supérieures afin d’obtenir un diplôme leur assurant une indépendance financière et une certaine ascension sociale. Les diplômés de l’entre-deux-guerres suivent les traces des étudiants juifs qui, depuis la fin du xixe siècle, quittèrent l’Empire tsariste pour les universités allemandes, autrichiennes, suisses, françaises et belges2. Inspirés par ces modèles, épris de soif de liberté et d’envie de connaissance, ils décident d’émigrer, de quitter le pays qui les a vu grandir.

  • 3 Szymon Rudnicki, « Anti-Jewish Legislation in Interwar Poland », Robert Blobaum (ed.), Antisemitism (...)
  • 4 Aleksiun Natalia, « Christian Corpses for Christians! Dissecting the Anti-Semitism behind the Cadav (...)
  • 5 Dirk Hoerder, « Segmented Macrosystems and Networking Individuals: The Balancing Functions of Migra (...)

4Les raisons de leur migration sont multiples, combinant des effets de poussée et de tirée. À la détérioration de la situation sociale, politique et économique des Juifs en Pologne s’ajoutent des discriminations antisémites croissantes propres au milieu universitaire, où les étudiants subissent des attaques verbales, puis physiques, allant en s’aggravant dans la deuxième moitié des années 19303. L’université n’est pas seule à entraver l’ascension sociale des juifs polonais, les corporations libérales placent également des obstacles sur leur route et les conduisent à envisager une carrière à l’étranger, à défaut d’être mis sur un pied d’égalité dans leur patrie4. Poursuivre des études à l’étranger est le rêve de tous : Paris fait vibrer les cœurs de cette jeunesse en quête de savoir. Étudier en langue française sera le privilège de ceux sachant allier ressources financières, chance et astuce. Le consulat belge délivre en effet des visas étudiants, clés ouvrant les portes d’un pays libéral, démocratique et prospère dont les universités cherchent à recruter des « clients » étrangers. Les Juifs polonais viennent en Belgique, non seulement pour la renommée de ses universités, le coût de la vie moindre qu’à Paris, mais surtout parce qu’ils y ont une attache, y rejoignent un proche, membre de la famille ou ami ayant émigré quelques années auparavant. Les parents préfèrent envoyer leurs enfants dans une ville où ils ont un point d’attache5. La migration en chaîne explique ainsi en partie le choix de ces jeunes gens qui s’orientent tant vers les universités offrant les meilleurs cursus et programmes spécialisés, en ingénierie, médecine et commerce, que vers celles où l’admission semble la plus aisée et où le diplôme s’obtient rapidement.

  • 6 Irina et Dimitri Gouzevitch, « Se former et s’informer. Un regard sur la migration scolaire est-eur (...)

5Les étudiants de l’entre-deux-guerres diffèrent de ceux d’avant 1914 dans leur vision de l’émigration : à court terme pour la première génération tandis que le long terme est privilégié pour la seconde.6 Ils ne voient pas ou peu de débouchés possibles en Pologne ; ils sont nombreux à mettre une croix sur un potentiel retour vers leurs pays d’origine. Néanmoins, ces étudiants désireux de quitter, temporairement voire même définitivement, le pays qui les a vu naître et grandir, gardent des liens ténus avec celui-ci. La nature et le contenu de ces liens méritent toute notre attention.

  • 7 Nos recherches doctorales se concentrant sur les étudiantes, nous ne disposons pas de données exact (...)
  • 8 Pascale Falek, « A Multifaceted Image of Jewish Women at Belgian Universities during the Interwar P (...)

6Les ressortissants polonais sont de loin majoritaires parmi les étudiants étrangers en Belgique. Ils le sont également au sein du contingent des étudiants juifs. Ces derniers sont originaires, en ordre décroissant, de Pologne, de Roumanie, des Pays Baltes, de Hongrie et d’Union Soviétique. Dans les universités de Bruxelles, Liège et Gand, ainsi qu’à l’Institut supérieur de commerce d’Anvers, on dénombre 503 femmes juives polonaises entre 1918 et 19407. Les étudiants masculins sont quelques milliers, mais les données en notre possession ne nous permettent pas de les estimer avec précision. Sur ces 503 étudiantes, 305 sont inscrites à Bruxelles, 190 à Liège et 8 à Gand. Elles viennent principalement de Varsovie (109 ou 21 %), de Łódź (88 ou 17,4 %) et de Vilnius (42 étudiantes ou 8,4 %)8. Issus des classes moyennes et supérieures, les jeunes juifs polonais déclarent pouvoir subvenir à leurs besoins et recevoir de l’argent, mensuellement, de leurs parents ou proches.

  • 9 Jean-Philippe Schreiber, « Max Gottschalk », J.-Ph. Schreiber, Dictionnaire biographique des Juifs (...)

7Ayant migré seuls ou fréquemment avec un frère, une sœur ou un ami, leur famille est restée en Pologne. Les plus aisés rentrent dans leur pays natal voir leurs proches une fois l’an, en été. Cette pratique est attestée par leurs dossiers de police et récits individuels, vu que chaque déplacement nécessite l’octroi d’un visa de sortie et de réentrée sur le territoire, ce qui implique un coût et une procédure administrative. Retourner en Pologne pendant les vacances d’été s’est avéré tragique à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs, les étudiants qui purent revenir à temps en Belgique se trouvèrent à court de moyens, l’aide financière envoyée par leurs parents étant interrompue par la guerre. Cette situation de crise est décrite dans la lettre envoyée le 6 avril 1940 par l’Association des étudiants juifs de Bruxelles (AEJB) à Max Gottschalk9, président de la Commission d’aide aux étudiants de Pologne, afin qu’il réévalue les aides attribuées aux étudiants juifs polonais dont la situation matérielle se dégradait :

  • 10 Archives du Consistoire Central Israélite de Belgique (CCIB), Archives de Moscou, 160.1.11 Associat (...)

« Il est urgent de se pencher sur la question des étudiants qui ayant fini leurs études en 1939 n’ont pas encore trouvé une situation et d’autre part ne peuvent être secourus par leurs parents de Pologne ni retourner dans leur pays d’origine. Ces étudiants diplômés se proposent de faire leurs stages de spécialisation10. »

8L’AEJB avait comme principal objectif d’aider les étudiants juifs dans le besoin. Un office de placement avait été mis en place, des bourses et prêts d’études étaient proposés aux étudiants. Selon l’association, une aide matérielle, temporaire, permettrait aux étudiants juifs polonais de poursuivre et de réussir leurs études, comme illustré dans les deux cas suivants :

  • 11 Archives du Consistoire Central Israélite de Belgique (CCIB), Archives de Moscou, 160.1.11 Associat (...)

« Mr Henryk Minc, inscrit à la Faculté de Polytechnique à l’Université d’État à Liège a subi en 1938 son examen d’entrée avec distinction. Pour des raisons de santé il retourna pendant les vacances chez ses parents en Pologne, et se proposait de passer les examens universitaires à la session d’octobre. La guerre l’empêcha de revenir à temps à Liège. Il est rentré en Belgique en décembre 1939. Une subvention de votre part permettra à cet élève très doué de continuer ses études. (…) M. Wolsztejn Abram prépare son examen pour après la Pentecôte. Ce dernier, pour les vacances de 1939, retourna chez ses parents, empêché par les événements, il est revenu en Belgique en décembre 1939 et de ce fait se trouvait dans l’impossibilité de se présenter aux exams d’octobre. Il s’agit pour lui d’une aide de quelques mois seulement vu qu’il fait des démarches fructueuses pour continuer les études à l’Université de Jérusalem11. »

  • 12 Je remercie Jean-Yves Potel de m’avoir transmis ces informations. Jean-Yves Potel, Chapitre 2, Biog (...)

9Ces deux étudiants juifs polonais, doués et déterminés, sont revenus à temps en Belgique. Décidés à obtenir un diplôme, leur passeport pour la liberté, il ne leur manque qu’un soutien financier ponctuel. D’autres cependant, comme Anna Szternfinkiel-Langfus, rentrée chez ses parents en l’été 1939, n’auront pas cette chance et seront saisis par la guerre en Pologne12.

  • 13 Maurice Krajzman, La presse juive en Belgique et aux Pays-Bas. Histoire et analyse quantitative de (...)
  • 14 Hatikwah, L’Avenir Juif, 26 février 1937, p. 3
  • 15 Idem.

10Les étudiants juifs polonais suivaient avec attention les événements se déroulant tant en Europe orientale, dans leur patrie officielle, que ceux survenant dans la terre de leurs ancêtres, en Palestine. Ils s’intéressaient à la politique internationale et reprochaient d’ailleurs à leurs camarades belges de ne pas en faire autant. Pour rester à jour, ils disposaient d’une presse juive et non-juive variée, de bibliothèques et de salles de lectures. La presse juive de l’entre-deux-guerres reflète le dynamisme des communautés récemment établies en Belgique. À Bruxelles, le nombre de périodiques passa de huit en 1925-1929 à quinze en 1930-1934 et 31 en 1935-1939, alors que pendant les mêmes périodes, à Anvers, on en compte six et vingt-deux13. Cette évolution est due à la croissance numérique des communautés juives d’une part, et à leur besoin de diversification d’autre part ; ces immigrés se divisaient en sous-groupes souhaitant fréquemment publier leur propre organe de presse. Les grands périodiques comme Hatikwah – L’Avenir Juif, l’organe officiel de la fédération sioniste de Belgique, traitaient en permanence de la situation des Juifs de par le monde, et plus particulièrement de celle des Juifs de Palestine et d’Europe orientale. Concernant la situation dans les universités polonaises, la presse juive relaya la détérioration des conditions des étudiants juifs. En février 1937, il fut rapporté que « l’Université de Vilna a adopté les règlements exigés par les étudiants Endeks : bancs spéciaux, laboratoires isolés, etc. L’hôpital universitaire pratique le paragraphe aryen, tant pour l’admission des malades que pour le choix des médecins14. » Un mois plus tard, en mars 1937, on lisait que : « Toutes les universités et écoles supérieures du pays ont été fermées à nouveau à la suite de troubles graves qui ont eu lieu à Varsovie, à Vilna et ailleurs. Plus de trente étudiants juifs ont été plus ou moins grièvement blessés au cours de la semaine dernière15. » Ces passages montrent clairement l’intérêt des Juifs établis en Belgique pour la situation des étudiants juifs en Pologne et les discriminations auxquelles est soumise la jeunesse juive polonaise.

  • 16 Conseil des associations juives, Bruxelles, Belgique, Les intellectuels belges et l’institution de (...)
  • 17 H. Rabinowicz, « The Battle of the Ghetto Benches », The Jewish Quarterly Review, New Series, vol.  (...)
  • 18 Jean-Philippe Schreiber, Les Juifs de Belgique face à la montée de l’antisémitisme nazi (1933-1939) (...)

11Ne pouvant se contenter d’observer passivement le déclin des conditions d’études de la jeunesse juive en Pologne, le Conseil des associations juives de Belgique publie en 1937 un livret intitulé Les intellectuels belges et l’institution de « bancs de ghetto » aux universités de Pologne, cosigné par une centaine de personnalités, juives et non-juives, universitaires et politiques, dénonçant les discriminations et exactions dont furent victimes les étudiants juifs en Pologne16. De semblables réactions eurent lieu également en France et au Royaume-Uni17. Les dirigeants communautaires juifs combattaient les exactions commises en Pologne et soutenaient les étudiants juifs établis en Belgique. Toutefois, leur rapport aux émigrés d’Europe orientale se doit d’être nuancé. Les Juifs de Belgique ne formaient pas un groupe homogène mais plutôt des communautés juxtaposées, tiraillées par des divisions d’ordre politique, religieux et divisées selon leur ancienneté dans le pays d’accueil. L’establishment juif, libéral et bourgeois, désirait accélérer l’intégration des immigrés récents. Mais ces derniers, grandement majoritaires, imposèrent le sionisme comme principale tendance politique et reproduisirent les structures sociales et culturelles calquées sur celles prévalant en Europe centrale18.

12Les étudiants suivent le modèle mis en place par leurs aînés, ils créent leurs propres associations, se divisent en sous-groupes et factions selon leurs opinions politiques. Leurs réunions se déroulent en plusieurs langues : le yiddish prévaut mais tous ne le maîtrisent pas, ils passent dès lors à l’hébreu et au français. Ces trois langues étaient également utilisées dans les affiches et revues publiées par ces associations estudiantines, tout comme dans leur nom, comme en atteste l’illustration suivante.

Photo 1

Photo 1

Statuts de l’Association des étudiants juifs de Gand, 1922.

Archives de l’Université de Gand, 4 A24, 107, 1922-23, 323 b, studentenverenigingen.

  • 19 La Flandre Libérale, 20 février 1930. Cité par Rudy Van Doorslaer, Enfants du ghetto. Juifs révolut (...)
  • 20 Julien Vermont, « Un nouvel article d’importation. Le Numérus Clausus », Bulletin de la Fédération (...)
  • 21 Benjamin Nathans, Beyond the Pale. The Jewish Encounter with Late Imperial Russia, University of Ca (...)

13Regroupés sous la bannière des étudiants juifs, les ressortissants des différents pays d’Europe centrale auraient pu adhérer aux associations estudiantines formées sur base de la nationalité, comme le cercle des étudiants roumains ou polonais. Mais ces associations regroupaient principalement des étudiants non-juifs et n’étaient pas des plus ouvertes, comme l’indique une motion publiée par le Cercle des étudiants polonais à Gand en 1930, dénonçant la propagande communiste menée par les étudiants polonais israélites et demandant aux autorités d’être plus vigilants lors de l’octroi de visas étudiants à des jeunes de confession juive19. Ces propos suscitèrent bien évidement l’indignation des étudiants juifs et ne contribuèrent nullement à leur entente avec leurs compatriotes polonais. Entente qui avait déjà été compromise lors de la parution d’articles antisémites par des étudiants polonais et roumains dans l’organe des étudiants catholiques de Gand « L’Étudiant Catholique » et dans le journal de l’Association des étudiants libéraux de Liège, « L’Étudiant libéral20 ». Comme l’a démontré Benjamin Nathans, les étudiants juifs créent leurs propres associations lorsqu’ils en ressentent le besoin, n’étant pas pleinement acceptés dans les associations non-juives, voire y subissant d’importantes discriminations21. Ils préfèrent rester entre eux et sont, il est vrai, assez nombreux pour se regrouper en diverses organisations.

  • 22 Sur base des données que nous avons recueillies pour les étudiantes mariées inscrites à l’Universit (...)
  • 23 La législation en matière de visas pour étrangers changea pendant l’entre-deux-guerres. Archives Gé (...)
  • 24 Pascale Falek, « Travailler ou étudier : là n’est pas la question. Analyse des modes de subsistance (...)

14La vie sociale intense calquée sur le modèle européen de l’Est est propice aux rencontres pour ces jeunes en majorité célibataires. Ils sont nombreux à avoir côtoyé leur futur conjoint sur les bancs de l’université, au sein d’une association socioculturelle ou, dans le cas des activistes politiques, d’une organisation militante. Les socialistes et communistes s’opposaient aux traditions religieuses et cohabitaient souvent avant de se marier, de préférence civilement et non religieusement. La plupart contractaient cependant, comme les autres étudiants, des mariages d’amours avec un(e) fiancé(e) également universitaire mais surtout, venant du même pays voir de la même ville d’origine. Aussi, lorsqu’il s’agissait d’organiser la célébration du mariage à proprement parler, environ 40 % de ces étudiants retournaient dans leur ville d’origine ou dans celle de leur fiancé(e), parfois moins d’un an après avoir quitté la Pologne22. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce retour au pays : une grande partie de la famille s’y trouvait rassemblée et ne disposait des ressources suffisantes pour venir en Belgique ; de plus, ils avaient également besoin d’un visa pour traverser le continent. Les excuses ne manquaient pas pour rentrer de temps à autre voir les proches, mais il s’agissait plutôt d’y réfléchir à deux fois vu le coût du trajet et le budget serré de ces immigrés, ainsi que la difficulté d’obtenir un visa de sortie et de réentrée sur le territoire belge23. Les conditions matérielles des étudiants juifs polonais étaient dans bien des cas très difficiles et ils devaient souvent travailler en parallèle de leurs études24.

  • 25 Pascale Falek, « Parcours de femmes juives universitaires d’Europe de l’Est. Le cas d’Hélène Temers (...)

15Concilier des études, une vie professionnelle et familiale s’avère d’autant plus complexe lors de la naissance d’un enfant. Les jeunes parents n’ont souvent pas le budget pour assumer une garde d’enfants, les crèches ne sont pas courantes et leurs propres parents habitent loin. Certaines étudiantes décident de confier leur bébé à leurs proches restés en Pologne. C’est le cas notamment d’Helena Temerson : ne pouvant assumer seule ses études et l’éducation de son enfant, elle le confie à ses sœurs25. Georges Goriely grandit donc à Włocławek, ville natale de sa mère, à 100 km de Varsovie. Il y resta près de cinq ans. À son arrivée en Belgique, l’une de ses institutrices relate comme suit :

  • 26 Valérie Decordes, Enfants, éd. Desoer, Liège, 1964, p. 95.

« Il ne parle pas français ; aussi, dès qu’il ouvre la bouche, les bizarres sonorités de sa langue étrangère ajoutent encore à son aspect sauvage26. »

  • 27 Elisabeth Wulliger, Jean-Philippe Schreiber, « Benjamin Goriely, Hélène Temerson-Goriely, Georges G (...)

16Georges Goriely refusa de prononcer un mot de français pendant trois mois. Gâté en Pologne, ses parents ne trouvèrent pas immédiatement l’attitude à adopter par rapport à leur enfant. Ce qui ne l’empêcha guère de devenir un excellent étudiant et de poursuivre une brillante carrière27. Il baigna dans la langue polonaise jusqu’à son arrivée en Belgique, langue maternelle qu’il savait également lire et écrire, comme l’attestent ses échanges épistolaires en polonais, envoyés à sa mère afin qu’ils ne soient lus de personne d’autre qu’elle. Helena Temerson parlait le polonais au quotidien avec sa sœur Ruchla qu’elle fit venir de Pologne après son divorce pour l’aider dans les travaux ménagers. Avec son fils unique elle conversait surtout en français, mais de temps à autres ressurgissait le polonais, que celui-ci connaissait bien. Temerson affectionnait tout particulièrement les langues germaniques dont elle approfondit l’étude à l’Université Libre de Bruxelles avant de devenir lectrice d’allemand dans cette même institution.

Photo 2

Photo 2

Helena Temerson-Goriely et son fils, Georges Goriely, Berlin 1921-22.

Archives privées de Simone Goriely, Bruxelles.

  • 28 Fela Perelman-Liwer, La Belgique et la Révolution polonaise de 1830, Coll. Nationale, Office de pub (...)

17Quelques étudiants lièrent leurs études à leur pays natal ; ils choisirent d’approfondir leurs connaissances sur l’économie et l’histoire de la Pologne. Les études et la carrière de ces étudiants les ont rapprochés de leur patrie d’origine. Ce fut le cas de Fela Liwer-Perelman, au centre sur la photo ci-jointe, qui intitula sa thèse de doctorat en histoire « La Belgique et la révolution polonaise de 1830 », thèse qu’elle publia en 194828. Préfaçant cet ouvrage, le professeur Van Kalken relate comme suit :

  • 29 Franz Van Kalken, « Préface », Fela Perelman-Liwer, op. cit., p. 3-4.

« Il y a quelques années, peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale, je reçus la visite d’une étudiante polonaise, Melle Liwer, qui m’était envoyée par mon regretté collègue à l’Université de Varsovie, Marcel Handelsman, en vue de faire des études d’histoire contemporaine à l’Université de Bruxelles. Melle Liwer désirait se consacrer à une thèse touchant les relations entre la Belgique et la Pologne vers 1830. À première vue, le sujet ne m’enchanta guère. J’appréhendais de voir la jeune étrangère mettre sur papier une sorte d’effusion sentimentale consacrée à la gloire des deux pays29. »

Photo 3

Photo 3

Étudiantes juives polonaises au Bois de la Cambre, au centre : Fela Liwer-Perelman.

Bruxelles, 1930. Courtoisie du Musée Juif de Belgique

  • 30 Jean-Philippe Schreiber, « Fajga Estera dite Félicie ou Fela Liwer-Perelman », Jean-Philippe Schrei (...)

18Néanmoins, Fela Liwer-Perelman, née à Będzin en 1910 dans une famille sioniste, parvint à étudier l’histoire des relations entre son pays natal et son pays d’accueil. Elle vint étudier en Belgique car son frère aîné et amis s’y trouvaient30. Elle rêvait d’émigrer en Palestine, ce que son père lui avait promis, mais avant, il souhaitait qu’elle fasse des études sérieuses en Europe de l’Ouest. Peu d’étudiants, il est vrai, choisirent comme Liwer d’étudier l’histoire, la majorité optèrent pour la médecine, les sciences, l’ingénierie et le commerce. La connaissance du polonais aida nombre d’entre eux dans leurs parcours professionnel, principalement les diplômés en sciences commerciales et les traducteurs interprètes. »

19Une langue et une culture entretenues au quotidien, transmises à la descendance, sans pour autant oublier les raisons qui ont poussés les étudiants à quitter la Pologne et celles qui les ont conduits à croire l’herbe plus verte en Belgique, en Palestine ou encore aux États-Unis. Les éléments recueillis dans cet article attestent de l’attachement et de l’intérêt de ces jeunes intellectuels politisés pour leur pays d’origine, pays où ils se rendent régulièrement en vacances, où réside leur famille, où ils retournent se marier, où ils laissent grandir leurs enfants, mais où ils ne voient pas ou plus de futur potentiel les concernant. Ils décidèrent de quitter la Pologne et de bâtir leur vie ailleurs, tout en reconstruisant une vie culturelle et sociale calquée sur le modèle juif polonais. Ils fréquentaient d’autres émigrés, lisaient, parlaient et écrivaient en polonais et yiddish, tout en s’intégrant progressivement dans la société d’accueil. Aussi, la relation d’un individu à son pays d’origine varie avec le temps, en fonction des événements et des conjonctures. Dans le cas des étudiants juifs polonais émigrés en Belgique, il était essentiel d’examiner leurs visions de la Pologne avant la Shoah à la lumière de sources antérieures à la tragédie. Sources reflétant l’ambigüité de la relation entre les étudiants juifs polonais et leur pays d’origine, une relation douce-amère, vu les circonstances et motivations de leurs départs et leur lente insertion dans la société belge entraînant la reproduction de modèles socioculturels juifs polonais.

Haut de page

Notes

1 Shaul Stampfer, « Gender Differentiation and Education of the Jewish Woman in Nineteenth-Century Eastern Europe », Polin, 7, 1992, p. 63-87. Iris Parush et Ann Brener, « The Politics of Literacy: Women and Foreign Languages in Jewish Society of 19th century Eastern Europe », Modern Judaism, 15, 1995. Iris Parush, Reading Jewish Women. Marginality and Modernization in Nineteenth-Century Eastern European Jewish Society, Brandeis University Press, New England, 2004.

2 Pour un aperçu général voir : Victor Karady, « La migration internationale d’étudiants en Europe, 1890-1940 », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, vol. 145, n° 1, p. 47-60. Pour la Suisse voir Natalia Tikhonov, « La quête du savoir : étudiantes de l’Empire russe dans les universités suisses (1864-1920) », PhD diss., Université de Genève, 2004. Concernant la France : Nancy Green, « L’émigration comme émancipation: les femmes juives d’Europe de l’Est à Paris, 1881-1914, » Pluriel, 27, 1981. Pour l’Allemagne : Claudie Weill, Russes en Allemagne 1900-1914. Quand la Russie frappait aux portes de l’Europe, Coll. Chemins de la mémoire, L’Harmattan, Paris, 1996. Et enfin pour la Belgique : Vinciane Godfrind, « Les étudiantes comme migrantes ? L’exemple des Russes à l’ULB de 1905 à 1914 », Revue Belge d’Histoire Contemporaine, XXXVII, 2007, 3-4. Anick Van Acker, Slavische Studenten aan de RUG (1855-1914), Gent, Archief RUG, 1984.

3 Szymon Rudnicki, « Anti-Jewish Legislation in Interwar Poland », Robert Blobaum (ed.), Antisemitism and its Opponents in Modern Poland, Cornell University Press, Ithaca et Londres, 2005, p. 148-170. Szymon Rudnicki, « From “Numerus Clausus” to “Numerus Nullus” », Polin, 2, 1987, p. 246-268.

4 Aleksiun Natalia, « Christian Corpses for Christians! Dissecting the Anti-Semitism behind the Cadaver Affair of the Second Polish Republic », East European Politics and Societies, 2011.

5 Dirk Hoerder, « Segmented Macrosystems and Networking Individuals: The Balancing Functions of Migration Processes », Jan Lucassen and Leo Lucassen (eds.), Migration, Migration History, History. Old Paradigms and New Perspectives, Berlin, Peter Lang, 2008, p. 73-84.

6 Irina et Dimitri Gouzevitch, « Se former et s’informer. Un regard sur la migration scolaire est-européenne dans les établissements d’enseignement technique entre 1800 et 1940 », Hartmut Rüdiger Peter, Natalia Tikhonov, Universitäten als Brücken in Europa. Studien zur Geschichte der studentische Migration, Frankfurt and Main, Peter Lang, 2003, p. 249-277. Irina et Dimitri Gouzevitch, « Étudiants, savants et ingénieurs juifs originaires de l’Empire russe en France (1860-1940), » Archives juives, 2002/1, n° 35, p. 120-128.

7 Nos recherches doctorales se concentrant sur les étudiantes, nous ne disposons pas de données exactes sur la population estudiantine juive polonaise dans son ensemble.

8 Pascale Falek, « A Multifaceted Image of Jewish Women at Belgian Universities during the Interwar Period », Journal of Jewish Identities, vol. 3/1, janvier 2010, Youngstown State University, p. 25-40.

9 Jean-Philippe Schreiber, « Max Gottschalk », J.-Ph. Schreiber, Dictionnaire biographique des Juifs de Belgique. Figures du judaïsme belge XIXe-XXe siècles, De Boeck & Larcier, Bruxelles, 2002, p. 139-141.

10 Archives du Consistoire Central Israélite de Belgique (CCIB), Archives de Moscou, 160.1.11 Association des étudiants juifs de Bruxelles décembre-avril 1940, Lettre envoyée par l’Association des étudiants juifs de Bruxelles à Max Gottschalk, 6 avril 1940.

11 Archives du Consistoire Central Israélite de Belgique (CCIB), Archives de Moscou, 160.1.11 Association des étudiants juifs de Bruxelles décembre-avril 1940, Lettre envoyée par l’Association des étudiants juifs de Bruxelles à Max Gottschalk, 6 avril 1940.

12 Je remercie Jean-Yves Potel de m’avoir transmis ces informations. Jean-Yves Potel, Chapitre 2, Biographie d’Anna Langfus, à paraître en 2012.

13 Maurice Krajzman, La presse juive en Belgique et aux Pays-Bas. Histoire et analyse quantitative de contenu, Bruxelles, éd. de l’ULB, 1975, p. 25-26.

14 Hatikwah, L’Avenir Juif, 26 février 1937, p. 3

15 Idem.

16 Conseil des associations juives, Bruxelles, Belgique, Les intellectuels belges et l’institution de « bancs de ghetto » aux universités de Pologne, Bruxelles, 1937.

17 H. Rabinowicz, « The Battle of the Ghetto Benches », The Jewish Quarterly Review, New Series, vol. 55, n° 2, 1964, p. 151-159.

18 Jean-Philippe Schreiber, Les Juifs de Belgique face à la montée de l’antisémitisme nazi (1933-1939), mémoire de licence ULB, Bruxelles, 1983-1984.

19 La Flandre Libérale, 20 février 1930. Cité par Rudy Van Doorslaer, Enfants du ghetto. Juifs révolutionnaires en Belgique (1925-1940), Labor, Bruxelles, 1997, p. 83.

20 Julien Vermont, « Un nouvel article d’importation. Le Numérus Clausus », Bulletin de la Fédération des Etudiants Juifs de Belgique, n° 2, 1925, p. 130-133.

21 Benjamin Nathans, Beyond the Pale. The Jewish Encounter with Late Imperial Russia, University of California Press, Berkeley, 2002, p. 201-256.

22 Sur base des données que nous avons recueillies pour les étudiantes mariées inscrites à l’Université de Liège.

23 La législation en matière de visas pour étrangers changea pendant l’entre-deux-guerres. Archives Générales du Royaume, Police des Étrangers, II, 254, Manuel Officiel des chancelleries diplomatiques et consulaires, t. I, titre 49, visas de passeports. 1459 V. Étudiants étrangers.

24 Pascale Falek, « Travailler ou étudier : là n’est pas la question. Analyse des modes de subsistance d’étudiants juifs d’Europe de l’Est en Belgique (1918-1940) », Les Cahiers du Judaïsme, n° 29, Paris, 2010, p. 32-43.

25 Pascale Falek, « Parcours de femmes juives universitaires d’Europe de l’Est. Le cas d’Hélène Temerson (1896-1977) », Les Cahiers de la Mémoire contemporaine. Bijdragen tot de eigentijdse Herinnering, Bruxelles, 2010, p. 135-167.

26 Valérie Decordes, Enfants, éd. Desoer, Liège, 1964, p. 95.

27 Elisabeth Wulliger, Jean-Philippe Schreiber, « Benjamin Goriely, Hélène Temerson-Goriely, Georges Goriely », Jean-Philippe Schreiber (dir.), Dictionnaire biographique des Juifs de Belgique. Figures du judaïsme belge XIXe-XXe siècles, De Boeck & Larcier, Bruxelles, 2002, p. 137-138.

28 Fela Perelman-Liwer, La Belgique et la Révolution polonaise de 1830, Coll. Nationale, Office de publicité, Bruxelles, 1948.

29 Franz Van Kalken, « Préface », Fela Perelman-Liwer, op. cit., p. 3-4.

30 Jean-Philippe Schreiber, « Fajga Estera dite Félicie ou Fela Liwer-Perelman », Jean-Philippe Schreiber (dir.), Dictionnaire biographique des Juifs de Belgique. Figures du judaïsme belge XIXe-XXe siècles, De Boeck & Larcier, Bruxelles, 2002, p. 274-275.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1
Légende Statuts de l’Association des étudiants juifs de Gand, 1922.
Crédits Archives de l’Université de Gand, 4 A24, 107, 1922-23, 323 b, studentenverenigingen.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/6472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Photo 2
Légende Helena Temerson-Goriely et son fils, Georges Goriely, Berlin 1921-22.
Crédits Archives privées de Simone Goriely, Bruxelles.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/6472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Photo 3
Légende Étudiantes juives polonaises au Bois de la Cambre, au centre : Fela Liwer-Perelman.
Crédits Bruxelles, 1930. Courtoisie du Musée Juif de Belgique
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/6472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Falek, « Une relation douce-amère », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2011, Consulté le 31 juillet 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/6472

Haut de page

Auteur

Pascale Falek

Pascale Falek est doctorante en histoire à l’Institut de l’Université européenne à Florence. Sa thèse de doctorat s’intitule : « Une vie de potentiel. Les femmes juives d’Europe de l’Est dans la Belgique de l’entre-deux-guerres ». Elle a une licence d’histoire de l’Université Libre de Bruxelles, un Master en Études juives de l’Unversité d’Oxford, et un Master en Études européennes du Collège de l’Europe. Elle est l’auteur de « Travailler ou étudier : là n’est pas la question. Examen des modes de subsistance d’étudiants juifs d’Europe de l’Est en Belgique (1918-1940) » dans Les Cahiers du Judaïsme, 29, 2010 ; « A Multifaceted Image of Jewish Women at Belgian Universities during the Interwar Period » dans Journal of Jewish Identities,3/1, 2010.

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page