Navigation – Plan du site
Les Juifs polonais en France et en Israël
Trajectoires migratoires : migrations collectives et parcours individuels

Écrire l’histoire de trajectoires migratoires en changeant d’échelle

L’exemple des Juifs polonais à Lens (Pas-de-Calais) dans l’entre-deux-guerres
Claire Zalc

Résumés

Cet article tente de retracer les trajectoires migratoires de quelques centaines de Juifs polonais immigrés à Lens, dans le Pas-de-Calais, durant l’entre-deux-guerres. Il n’y existe pas de structure communautaire avant la venue de familles juives immigrées d’Europe de l’Est au début des années 1920, familles qui semblent arriver, pour leur très grande majorité, dans le sillage des migrations polonaises à destination des mines du Pas-de-Calais. Le partage d’un répertoire migratoire commun, matérialisé par la langue mais également par la connaissance des préférences vestimentaires des Polonais, permet aux Juifs d’asseoir dans la région une activité économique de petits commerces ambulants, parfois sédentaires, le plus souvent dans le secteur de la confection et spécialisée dans la vente à crédit aux mineurs polonais. Grâce à l’utilisation d’un ensemble de sources nominatives (dossiers de naturalisation, recensements des Juifs produits pendant la seconde guerre mondiale, registres du commerce, archivées privées et entretiens), cet article tente de reconstituer le plus précisément possible les itinéraires migratoires qui conduisent 300 familles de Pologne en France. Il permet de discuter des atouts du changement d’échelle dans l’étude des processus migratoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le modèle est notamment issu des travaux de Paul Gemähling (Travailleurs au rabais, 1910), d’Isaac (...)

1Afin de comprendre et de décrire les vagues migratoires, les sciences sociales ont longtemps utilisé la loi dite du « push » et du « pull », théorisée au début du xxe siècle, qui consiste à s’interroger sur les facteurs respectifs qui poussent les immigrants à quitter leur pays d’une part, et à les attirer vers un autre, d’autre part1. Ce schéma s’insère dans une vision large des flux migratoires. Or j’aimerais ici opérer un changement de focale, du macro vers le micro, pour tenter de comprendre la nature des vagues migratoires des Juifs de Pologne vers la France durant l’entre-deux-guerres. C’est pourquoi je m’attarderai sur une étude de cas comprenant quelques centaines de familles émigrant de Pologne vers une petite ville du nord de la France : Lens, dans le Pas-de-Calais.

  • 2 Danielle Delmaire, Les communautés juives septentrionales 1791-1939. Naissance, croissance, épanoui (...)
  • 3 Nous utilisons le terme « communauté » non dans son sens cultuel ou associatif mais comme expressio (...)

2Au contraire de Bordeaux, Nancy, Strasbourg, Lille ou même d’autres villes du bassin houiller du nord de la France comme Douai ou Valenciennes, où la présence de Juifs est attestée dès le début du xixe siècle, il n’existe pas, à Lens, de structure communautaire avant la venue de familles juives immigrées d’Europe de l’Est au début des années 19202. Les Juifs arrivent à Lens, pour leur très grande majorité, dans le sillage des migrations polonaises à destination des mines du Pas-de-Calais. On dit souvent, dans la région, qu’ils seraient arrivés « dans les valises des Polonais ». À la fin des années 1930, la « communauté » compte un millier d’individus (environ 300 familles) à Lens même et dans les communes environnantes3. C’est cette installation, ses rythmes et ses modalités que nous voudrions décrire ici.

3Le changement d’échelle appelle à l’utilisation de sources nominatives (dossiers de naturalisation, sources produites dans le cadre de la politique antisémite mise en place en 1940, registres du commerce, archives privées et entretiens) qui permettent de penser l’articulation des dimensions individuelles et collectives dans le processus de fabrique communautaire. Parfois, ces différentes sources se contredisent : cette histoire montre aussi combien les trajectoires migratoires sont sujettes à des constructions politiques et mémorielles. Pour cela, j’aborderai successivement quatre points : la question des origines géographiques, des moments d’arrivée, des spécialisations professionnelles puis de la constitution d’une communauté pour, à chaque fois, montrer les décalages possibles entre histoire et mémoire de ces trajectoires.

Identifications

4Si l’on travaille ici sur les relations entre deux « groupes » de migrants, il faut d’emblée rappeler les difficultés éprouvées par l’historien de l’immigration pour les « identifier » dans les sources. En effet, l’une des explications au « retard » d’une histoire prenant en compte les « groupes ethniques » en France tient à la spécificité des catégories administratives d’enregistrement de la population étrangère.

  • 4 Pour une perspective comparatiste, voir Paul Schor et Alexis Spire, « Les statistiques de la popula (...)
  • 5 Nancy Green, Les Travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque : le « Pletzl » à Paris, Paris, Faya (...)
  • 6 Janine Ponty, Polonais méconnus, Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-gue (...)

5En effet, les sources administratives ne permettent pas de distinguer les « Juifs polonais » des « catholiques polonais »4. La statistique administrative relative aux populations « étrangères » répond à des définitions qui varient selon les pays : certains adoptent des critères ethniques en retenant la langue parlée comme critère d’appartenance (Belgique et Allemagne) alors que la France privilégie une acception purement juridique de la nationalité en particulier depuis la IIIe République. Si dans un certain nombre de pays, comme le Canada ou les États-Unis, certaines catégories du recensement prennent en considération la religion et/ou l’origine ethnique, cette question n’est plus posée dans les recensements français depuis 1872. Dans les démocraties libérales où la séparation de l’Église et de l’État est instaurée, la question de l’appartenance religieuse est considérée comme relevant du strict domaine privé. Il est possible de remarquer que ce principe est appliqué en France trente-quatre ans avant la séparation de 1905 entre l’Église et l’État. « Les Français de religion juive étaient dorénavant considérés, en ce qui concerne les statistiques, comme n’importe quels citoyens français : un gain pour les libertés, une perte pour les historiens », constate Nancy Green5. L’appareil statistique français refuse donc d’enregistrer les éléments identitaires qui concernent la « vie privée » des personnes (comme la religion, la langue, ou les coutumes). Et l’historien est prisonnier de cette catégorisation où le critère national est tout puissant, ce qui rend sa tâche parfois difficile. Durant l’entre-deux-guerres, l’étiquette juridique de « Polonais » ne permet pas de différencier les immigrants catholiques, les immigrants juifs, et les minorités comme les Ukrainiens6. Rappelons, de plus, que si la catégorisation nationale prime dans les procédures d’identification des populations d’immigrés en France, d’autres pays privilégient d’autres méthodes comme le pays de naissance. Ainsi donc, l’ensemble des sources archivistiques disponibles, notamment les listes nominatives de recensement, les immatriculations au registre du commerce… ne permettent pas de distinguer parmi les immigrants polonais les Juifs des « autres ».

  • 7 Gérard Noiriel, Les Origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette Littératures, 1999, p. 171.
  • 8 Arrêté du 29 avril 2002 instituant une dérogation générale pour la consultation de Fonds d’archives (...)
  • 9 Nicolas Mariot et Claire Zalc, « Identifier, s’identifier : recensement, auto-déclarations et persé (...)

6En France néanmoins, un contexte tout à fait particulier a vu l’imposition étatique de l’identité juive : la période 1940-1944 où, suite à la signature de l’armistice, le 17 juin 1940, est instauré un cortège de mesures discriminatoires contre les Juifs : identification (recensements de la population juive), interdictions (notamment professionnelles), aryanisation des biens (expropriation et cession à des non-Juifs), stigmatisation (affichage, port de l’étoile jaune), enfin arrestation, internement et déportation vers les camps d’extermination nazis. Cette période constitue sans conteste « un lieu d’observation privilégié pour l’historien désireux de mieux comprendre les procédures étatiques d’assignation identitaire7 » et ce d’autant que les archives relatives à l’identification puis à la persécution des Juifs sont ouvertes sans restriction aux chercheurs8. Une étude de cas monographique sur la ville de Lens permet ainsi de pouvoir saisir au plus près les pratiques d’identification des Juifs mises en place entre 1940 et 1944 en France, sans s’en tenir aux textes généraux et aux discours9. Si tel n’est pas le propos ici, il est nécessaire de rappeler que la distinction opérée si souvent dans les discours des enquêtés entre « Polonais » et « Juifs » (ce qui démontre l’intérêt d’une confrontation entre sources écrites et sources orales, ou entre histoire et ethnographie), n’est repérable dans les sources d’archives qu’en se fondant sur les documents administratifs produits dans un contexte de discrimination. Pourtant, on peut remarquer combien diffèrent les trajectoires migratoires des immigrations polonaises à destination du nord de la France.

Dans les valises des Polonais ? Régions d’origine

  • 10 Janine Ponty, op. cit., p. 71-81.
  • 11 Voir Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux-guerres, (...)

7Juifs polonais et catholiques polonais dans le bassin minier lensois se distinguent tout d’abord par les processus mêmes de leur arrivée en France. Dès 1919, les conventions bilatérales signées avec la Pologne en 1919 permettent ainsi la sélection sur place des candidats à la migration10. Les représentants de grandes organisations patronales (notamment le Comité des Houillères) se fédèrent au sein de la Société Générale d’Immigration, créée en 1924. Cette société anonyme prend en charge le recrutement et le transport des ouvriers polonais, pour le compte de la plupart des compagnies minières du Nord-Pas-de-Calais, en organise la répartition entre les différents sites miniers puis assure l’hébergement des travailleurs et de leurs familles11. Créée en 1924 sur l’impulsion du Comité Central des Houillères de France et de l’Office Central de la Main-d’œuvre agricole, cette société anonyme fonde sa puissance sur les accords qu’elle passe avec les principales organisations patronales.

  • 12 Danielle Delmaire, « Grandeur et misère de la communauté juive de Lens (1920-1944) », Gauhéria, n°  (...)

8Les immigrants juifs de Lens sont, quant à eux, pour leur très grande majorité, arrivés dans le sillage des migrations polonaises à destination des mines du Pas-de-Calais12.

  • 13 Entretien avec Mireille S., secrétaire de la communauté juive de Lens, 16/04/ 2003.

« Ils sont arrivés avec les Polonais, les étrangers qui venaient d’Europe centrale et qui venaient travailler dans les mines […] les Juifs, on pensait que parlant le polonais, le roumain, le tchèque, on aurait plus de facilité à s’adapter, à trouver du travail, c’est ce qui s’est passé13. »

9Mais ils se situent hors des réseaux canalisés de recrutement de la main-d’œuvre polonaise activés avec vigueur par l’État et le patronat durant les années 1920. Leurs voyages ne sont pas pris en charge, aucun emploi ne les attend à leur arrivée en France.

10La relative concordance des moments d’arrivées des Polonais, recrutés dans les mines du bassin lensois, et des Juifs installés à Lens pourrait laisser croire à un mouvement migratoire commun des deux immigrations. 80 % des Juifs lensois sont étrangers, pour les deux tiers d’entre eux nés à l’intérieur des frontières polonaises de 1939 (tableau 1).

Tableau 1

Pays de naissance (1939)

Nombre d’individus nés avant 1925

Pourcentages par région

Allemagne

23

5 %

Suisse

5

Belgique

4

Hollande

1

Argentine

1

0,5 %

Brésil

3

France

34

5 %

Hongrie

2

6 %

Roumanie

32

Tchécoslovaquie

10

URSS

11

1,5 %

Pologne

469

68 %

inconnu

101

14 %

Total

696

100 %

Les pays de naissance des Juifs de plus de 15 ans présents à Lens en 1940 (carte de l’Europe de 1939)

11Mais ils ne viennent pas exactement des mêmes régions que les Polonais recrutés en masse dans les mines du Pas-de-Calais. Plus de la moitié vient de la partie centrale de la Pologne, dite aussi « Pologne du Congrès ». Un tiers vient de Galicie (tableau 2).

Tableau 2

Kielce

73

Pologne du Congrès

Lodz

80

Lublin

58

Varsovie

67

278

54 %

Lwow

86

Galicie

Stanislawow

15

Tarnopol

25

Krakow/Cracovie

49

175

34 %

Bialystok

4

Autres

Katowice

2

Luck

2

Polesie

1

Poznan

1

Torun

1

Wilno

1

11

2 %

Inconnu

49

Inconnu

49

10 %

Total

514

514

100 %

  • 14 Les lieux de naissance ont été classés et codés en fonction des découpages administratifs de la Pol (...)

Districts d’origine des Juifs lensois nés dans la Pologne de 193914

  • 15 Paul-André Rosental, Les Sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du xix(...)

12En outre, ils sont issus, pour la moitié d’entre eux, de zones urbaines. L’idée selon laquelle l’immigration juive aurait emprunté les mêmes routes que les Polonais recrutés puis embauchés par les compagnies minières durant l’entre-deux-guerres ne tient donc pas. Il s’agit d’une reconstruction faite a posteriori, issue d’un regard local qui assimile ces migrants dans une même « origine ». Si l’on tente de reconstruire les sentiers des migrations des Juifs lensois, grâce aux dossiers de naturalisation qui égrènent les différents lieux traversés depuis l’arrivée en France, on s’aperçoit que rares sont les immigrants venus s’installer directement à Lens. La majorité passe d’abord par Paris. Et nombre d’entre eux ont visité, avant Lens, d’autres villes minières notamment dans l’Est de la France, dans la Sarre ou la Lorraine. La famille d’Israël Rubin, originaire de Mielec (Galicie occidentale), immigre à Paris en 1931 puis transite par Forbach et Lille avant d’atteindre Lens. Changer d’échelles d’observation pour se placer à hauteur de familles permet de mettre à jour des trajets rarement linéaires15.

  • 16 Archives nationales (AN), Centre des archives contemporaines (CAC), dossier de naturalisation de So (...)
  • 17 Françoise de Barros, « Trajectoires d’une maisonnée immigrée autour d’une petite entreprise de 1929 (...)
  • 18 Extrait du registre d’immatriculation de la ville de Rouen, 20 octobre 1929, archives privées Schor (...)
  • 19 Nous n’avons pas connaissance de la manière dont Sosche a pu se mettre en relation avec la famille (...)

13La trajectoire migratoire de Sosche Schor en témoigne. Sosche est la quatrième enfant d’Aron Schor et de Zipra Goldberg, nés tous deux en 1873 à Felsztyn, petite bourgade d’un millier de personnes, située en Galicie, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Lwow et à 15 kilomètres à l’ouest de Sambor16. Sosche est la première de la fratrie à quitter Felstzyn, à l’âge de 26 ans, pour se rendre à Rouen, en septembre 192917. Le plus ancien document conservé dans les papiers de Sosche concernant son arrivée en France est l’extrait du registre d’immatriculation de la ville de Rouen, qui atteste de sa résidence rue Thiers en octobre 192918. Depuis 1893, tout étranger est tenu, dans les huit jours qui suivent son arrivée, de se présenter à la mairie de la commune où il désire exercer une profession, ou à défaut, au commissariat, pour y déclarer la nature de son activité. Mais la profession de Sosche est dans ce cas laissée en blanc. C’est que l’activité qu’elle exerce alors ne fait pas l’objet d’un contrat de travail officiel : dès son arrivée, elle est en effet employée comme domestique-gouvernante par Paul Bauer, alors grand-rabbin de Rouen19. Il est intéressant de remarquer que le passage par Rouen est omis dans l’ensemble des entretiens effectués avec les membres de la famille rencontrés. La reconstruction d’une trajectoire migratoire linéaire qui conduirait Sosche de l’Est de l’Europe vers l’Est de la France avant de rejoindre Paris puis Lens témoigne de l’importance, dans les mémoires, d’une linéarité téléologique des parcours, orientés vers la direction finale. Le passage par Rouen, ville située bien plus à l’Ouest que Paris, et Lens, devient, dès lors, peu « cohérent » et tombe dans l’oubli.

14De même, l’impression d’homogénéité qui peut ressortir d’une première analyse des provenances doit être nuancée : les Juifs lensois ne constituent pas la « transplantation » directe, dans le Pas-de-Calais, d’un shtetl polonais. Les langues sont diverses (yiddish, allemand, russe, polonais), les origines aussi, les appartenances nationales varient, et évoluent au fil des modifications de frontières. Mais l’immense majorité partage la même condition : il s’agit d’immigrants, d’immigrants récents.

Moments d’arrivées : des raisons enchevêtrées

15Les arrivées des Juifs lensois en France se déroulent sur une courte période. La date d’entrée sur le territoire national est connue pour 695 personnes, or 43 % d’entre elles sont arrivées en France après 1929. Surtout, si l’on restreint la population aux « jeunes adultes », ce fait devient largement majoritaire puisque 58 % des Juifs de plus de 15 ans en 1940 sont présents en France depuis dix ans ou moins (tableau 3).

Tableau 3

Date d’entrée en France

nés en France

33

7,5 %

avant 1918

15

3,5 %

1919-1928

135

31 %

1929-1940

255

58 %

Total

438

100 %

Dates d’arrivée en France des Juifs de plus de 15 ans identifiés comme tels à Lens en 1940

  • 20 Les données dépendent en effet des dossiers de naturalisation et ne concernent que 167 individus.
  • 21 Daniel Tollet, Histoire des Juifs en Pologne du xvie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1992, p. 260-2 (...)
  • 22 Emanuel Melzer, « Antisemitism in the Last Years of the Second Polish Republic », in Yisrael Gutman (...)

16Les données, nettement plus lacunaires20, portant sur l’arrivée à Lens même, montrent que 75 % des immigrants s’y installent après 1929 ! Ces chronologies empruntent à deux registres explicatifs qui, tous deux, rappellent la spécificité de l’histoire migratoire de cette population. Si l’on se tourne vers la Pologne, pays d’origine de plus des deux tiers des Juifs lensois, on peut mettre en regard les rythmes d’arrivées en France avec l’intensité de l’antisémitisme dans l’entre-deux-guerres. Sous le régime parlementaire en vigueur jusqu’en 1926, la situation des Juifs se dégrade nettement. Une vague de pogroms, à Lwow en novembre 1918, puis en Galicie, en Polésie et en Lituanie, entache les débuts de l’indépendance polonaise, provoquant des flux de candidats à l’émigration21. De plus, les différents gouvernements en place dans la première moitié des années 1920 renforcent les mesures de discrimination antisémite dans l’enseignement, la fonction publique et le secteur économique. Le coup d’état du 10 mai 1926 du maréchal Pilsudski interrompt provisoirement cette évolution mais dès 1929, à la faveur de la crise économique, les incidents reprennent. Enfin, le caractère autoritaire du régime se renforce dans les années trente ainsi que les mesures discriminatoires22. On peut lire sur la courbe des arrivées en France des Juifs lensois durant l’entre-deux-guerres, les conséquences de ces moments de durcissement de l’antisémitisme polonais, populaire et public : augmentation des arrivées en 1920, en 1924-1925, 1929-1930 (graphique 1).

Graphique 1

Graphique 1

Entrées en France, par année, des Juifs lensois de plus de 15 ans immigrés dans l’entre-deux-guerres.

17L’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933 et la mise en place, en Allemagne, d’un antisémitisme d’État, provoquent une nouvelle vague d’immigration qui touche aussi des Polonais immigrés en Allemagne : les Sturm, originaires de Chelm, arrivent à Lens en 1933 avec leurs trois enfants, dont les deux derniers sont nés en 1929 et 1931 à Francfort.

  • 23 Abdelmalek Sayad, La Double Absence, Des Illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, (...)
  • 24 CAC 19790852/164 dossier 10268X49.
  • 25 CAC 0019780029/53 dossier 21440X47.
  • 26 CAC 0019780018/192 dossier 17744X47.
  • 27 CAC 0019790852/174 dossier 10606X49.

18Pourtant, les fluctuations des rythmes d’arrivées en France ne se réduisent pas aux explications politiques. Les flux de travailleurs étrangers sont aussi étroitement corrélés à la conjoncture économique. Si l’immigration des Juifs lensois ne s’inscrit pas en totalité au sein d’un processus volontariste et structuré, à l’instar des campagnes de recrutement menées conjointement par les organisations patronales et les pouvoirs publics français, on constate néanmoins que les rythmes d’arrivées correspondent à des temporalités propres aux régions d’accueil23. Juda Jakubowicz répond au fonctionnaire chargé de remplir sa demande de naturalisation qu’il est venu en France « pour raisons commerciales24 » ; Chil Zauberman, comme beaucoup d’autres, « pour y travailler25 » ; Chajskiel Dembinski « a quitté son pays par suite du manque de travail26 » ; Fajvel Lichtenstajn « a jugé qu’on vivait mieux en France que dans son pays d’origine27 ».

  • 28 Patrick Weil, La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique de l’immigration de 1938 à nos (...)
  • 29 Voir le modèle de la « chain migration » que Tamara Hareven a théorisé à partir du cas des Canadien (...)

19Enfin, les déterminants des départs s’inscrivent dans des configurations familiales et sociales qui se chevauchent sans s’embarrasser des frontières entre pays de départ et pays d’arrivée. Dans l’entre-deux-guerres, les flux migratoires à destination de la France sont principalement orchestrés, organisés et pris en charge par des organismes étatiques ou des institutions patronales et notamment la Société générale d’immigration : cette société anonyme introduit entre 1924 et 1930 plus de 400 000 travailleurs en France, soit plus du tiers des titres de travail délivrés28. Mais lorsque l’on sort du cadre d’une immigration planifiée, les étrangers font appel, pour organiser leurs parcours, à d’autres types de structures informelles, mobiles et plus difficilement repérables pour l’historien(ne). Choix de la destination d’émigration, du parcours et des étapes, circulation d’informations et de capitaux, organisation du transport des migrants, constituent autant d’échanges qui nourrissent ce que l’on a coutume de désigner sous le terme de « filière migratoire29 ».

  • 30 Entretien avec Denis Schor, le 12/12/2002.

20Revenons au cas de Sosche Schor : d’après son dossier de naturalisation, elle est domiciliée à Lens pour la première fois le 12 mars 1934, s’y installant alors pour deux mois alors qu’elle vient de la Sarre. Comment comprendre cette destination ? Elle y rejoint son frère, Abraham. Ce dernier installé dans la ville du Pas-de-Calais depuis 1932, s’y marie religieusement tout d’abord, vers 1935-1936 puis civilement en 1937. Il épouse une jeune femme originaire elle aussi de Felsztyn, en Pologne : Sarah Strassfeld, née en 1911. Ce mariage est fondé sur une connaissance anté-migratoire : les deux familles résident dans les années 1920 dans une ville polonaise qui compte, rappelons-le, un millier d’habitants. « Ils sont du même village, donc ils se connaissaient nécessairement30. » Cette union joue sans conteste un rôle dans le choix de Lens comme destination d’immigration pour Abraham et sa sœur, Sosche. Elle matérialise la recréation de liens, dans la migration, entre familles d’un même village d’origine mais génère, également, une assise économique entre migrants dans cette cité minière du Pas-de-Calais.

21En effet, lorsqu’on tente de reconstituer, au plus près, la « communauté juive de Lens » dans les années 1930, par le croisement de sources nominatives générées, notamment, par la politique antisémite mise en place entre 1940 et 1944 et par les dossiers de naturalisation déposés en préfecture, on compte treize immigrants juifs polonais originaires de Felsztyn et présents à Lens dans les années 1930 qui représentent neuf ménages (tableau 1). À l’exception de la famille Strassfeld, ils appartiennent tous à la même génération, nés au tournant du siècle (entre 1899 et 1912).

22Leurs dates d’arrivées en France sont assez proches : les originaires de Felsztyn immigrent entre 1929 et 1932, à l’exception d’une pionnière, Fajga Haftel, arrivée dès 1920. Mais le constat s’enrichit lorsque l’on est en mesure de décrire les parcours migratoires de ces pionniers – qui sont en fait surtout des pionnières – et notamment celui de Fajga Haftel.

Tableau 4

Nom

Nom épouse (pour femmes mariées)

Prénom

Année naissance

Année entrée en France

Année arrivée à Lens

HAFTEL

BEISER dit THAU

Fajga

1899

1920

1931

SCHOR

SALIK

Sosche

1903

1929

1934

GLICKMAN

SCHARF

Marian

1899

1929

1929

FELD

Abraham

1900

1930

?

HERSBERG

Fanny

1905

1930

?

STRASSFELD

Mayer

1882

1931

1931

GLUCKSMAN

STRASSFELD

Léa

1883

1931

1931

STRASSFELD

Kalman

1909

1931

1931

STRASSFELD

SCHOR

Sarah

1911

1931

1931

STRASSFELD

Jenta

1924

1931

1931

SCHOR

Abraham Majer

1905

1932

1932

HONIG

Pinkas

1905

?

?

HONIG

Chanina

1912

?

?

Chronologie des arrivées à Lens des Juifs originaires de Felsztyn.

  • 31 Ksiega adresowa Polski, 1929, Varsovie, Jener. Reprez. Rudolf Mosse, Institut historique juif, Vars (...)
  • 32 Centre des archives nationales (CARAN), BB11/13162.
  • 33 Avis du préfet, 31 juillet 1930, CARAN BB11/13162.

23Fajga émigre seule à Metz en 1920. À Felstzyn, elle est issue d’une famille de commerçants qu’on peut supposer relativement aisés si on en croit les professions occupées par ses homonymes dans la ville : les Haftel sont en effet libraire, commerçant de machines et de fers31. Elle rencontre Abraham Beiser dit Thau, à Metz, qu’elle épouse en 1924. Abraham est dans la région depuis la fin de la Première Guerre mondiale : né à Zablotow, en Galicie, en 1891, il a immigré en Allemagne en 1907, a été engagé sous les drapeaux de l’armée autrichienne pendant la Grande Guerre puis démobilisé à Metz. Leurs deux premiers enfants naissent en Lorraine en 1924 et en 1926 puis le couple quitte Metz pour se rendre… dans la Sarre, où la famille réside de 1928 à 1931. Ils sont alors domiciliés à Merlebach, comme Sosche32, et y exploitent un commerce de bonneterie-tissus. Mais lors de la première demande de naturalisation déposée en 1930, le fonctionnaire de la préfecture de Moselle la juge prématurée. « Par leur commerce ils sont en contact avec la population cosmopolite de Merlebach, mais ils semblent rechercher les fréquentations avec les commerçants d’origine française établis dans ladite agglomération ». En raison d’une « assimilation peu avancée. Ils ne connaissent pas notre langue », le fonctionnaire demande l’ajournement de la demande33. Au fil de la lecture du dossier, on apprend également que le père de Fajga habite à Lens : il est rejoint par la famille Beiser dit Thau en 1931. Le parcours migratoire de Fajga dessine un « sentier invisible », pour reprendre les termes de Paul-André Rosental, « sentier » qui sera emprunté quelques années plus tard par Sosche Schor.

  • 34 Archives privées Schor.

24Les sources administratives n’en donnent qu’un aperçu tourné vers la France et pourtant, certaines traces éparses témoignent aussi des allers retours, durant ces années, entre le pays d’immigration et le pays d’origine. Ainsi d’une photo de Sosche, à Felsztyn, datée de 1936. Elle pose aux côtés de ses deux jeunes frères Nathan et Jankiel, restés au pays, avec leurs épouses et leurs enfants, ainsi que sa mère, assise au premier rang. La famille s’est apprêtée pour l’occasion, les hommes portent la cravate et le chapeau et les garçons la kippa. Quant aux femmes, elles ont sorti leurs robes de fête et Sosche tient dans sa main gauche un livre, comme un rappel du savoir de celle qui est partie34. De Felsztyn à Lens, la route fut pourtant sinueuse.

  • 35 Paul-André Rosental, Les Sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du xix(...)
  • 36 Entretien avec Denis Schor, le 12/12/2002.

25Les sentiers empruntés par Fajga Haftel et sa famille, puis par Sosche, qui les ont menés de la Sarre à Lens, sont également parcourus par d’autres. Parmi les Juifs lensois, outre les Beiser dit Thau et Sosche Schor, deux autres familles déclarent un passage par la Sarre, plus précisément par les villes de Forbach et Merlebach : la famille Kanner, dont les parents sont nés à Strzykow, dans la région de Lwow, passe d’abord par l’Allemagne – tous leurs enfants nés entre 1921 et 1926 y sont nés – puis arrive en France en 1935 où elle s’installe à Forbach puis à Metz avant de gagner Lens en 1937. La famille d’Israël Rubin, lui-même originaire de Mielec (Galicie occidentale), s’installe à Paris en 1931, rejoint Forbach puis Lille avant d’atteindre Lens. Comme le rappelle Paul-André Rosental, « cette manière de voir rompt non seulement avec les lectures savantes qui voient dans la migration une réponse instantanée à des stimuli extérieurs, mais aussi dans une certaine mesure avec les catégories spontanées des acteurs35 ». En effet, dans les récits des descendants, la présence d’une amie est mentionnée, mais à titre accessoire, comme une aide dans l’installation commerciale de Sosche : « quand elle arrive elle va voir une femme qui s’appelle Fanny Thau qui est déjà elle installée, qui a pignon sur rue et qui l’embauche comme vendeuse, comme représentante. Bon à partir du moment où... elle réussit, elle va voir madame Fanny Thau et lui dit : voilà je voudrais m’installer, est-ce que tu es d’accord pour me prêter un fond de démarrage, et donc de fil en aiguille... mais là elle fait déjà le métier36 ».

  • 37 Entretien avec Sylvain Auslander et Adolphe Eckman, 12 juin 2003, Lille.

26Recommandations, partage d’informations mais surtout solidarités économiques expliquent la formation de la communauté juive lensoise. Sylvain Auslander, né en 1926 à Anderlecht, de parents polonais émigrés en Belgique puis en France, raconte : « Moi, on était à Paris, mon père était ouvrier maroquinier, et c’était dans la famille. Et à Paris, on crevait la misère hein. Il rencontrait un copain qui l’emmenait à Lens, et à Lens, il fabriquait des sacs à main37 ».

Commerçants et/ou mineurs ?

  • 38 Entretien avec Denis Schor, le 12/02/2002.
  • 39 Entretien avec Jacques Schor, 9/12/2002.

27Parmi les descendants, les voix convergent pour faire de la destination lensoise un choix rationnel, mû essentiellement par le facteur économique. Le choix de l’arrivée dans la ville minière se comprend au vu des opportunités offertes par le marché environnant. Le cadet des neveux de Sosche, économiste de profession, relate ainsi : « Bon, dans quelles circonstances et pour quelles raisons s’est-elle retrouvée à Lens, je ne sais pas. Je ne sais pas, mais je constate, quand même, qu’elle s’est retrouvée encore une fois au sein d’une population dont la langue maternelle était le polonais, et donc, où elle a pu exercer une activité commerciale auprès d’eux sans difficultés38 ». Et l’aîné de renchérir lui aussi « pourquoi à Lens ? Parce qu’à Lens il y avait une forte colonie de mineurs polonais39 ». Les opportunités économiques offertes par la présence, dans la région lensoise, d’une forte immigration polonaise, constituent à l’évidence l’un des éléments à prendre en compte pour expliquer le choix de cette destination par des immigrants juifs polonais durant l’entre-deux-guerres.

  • 40 L’obligation scolaire est portée de 13 à 14 ans par Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale sou (...)

28Quand on dresse le portrait de « la communauté juive lensoise » en 1940, on observe de singulières spécificités professionnelles. Sur 991 individus, 518 ont plus de 14 ans et sont en âge de travailler40. Parmi eux, 44 % sont indépendants, 17 % salariés et 39 % sans profession. Alors que les catholiques polonais sont pour l’immense majorité employés dans les mines, on trouve la plupart des Juifs dans l’univers des petites entreprises : 72 % de ceux qui travaillent sont indépendants. Le petit commerce et l’artisanat permettent aux migrants nouvellement arrivés de trouver rapidement un revenu, ce qui est particulièrement difficile pour les étrangers dans le contexte de la crise des années 1930. En outre, le statut d’entrepreneur offre des opportunités en termes d’embauche pour les parents, voisins, amis ou connaissances. L’indépendance est un fait largement majoritaire mais pas unique : il reste une petite centaine de salariés parmi les juifs lensois (91).

  • 41 Nancy Green, Les Travailleurs immigrés juifs à la Belle Epoque : le « Pletzl » à Paris, Paris, Faya (...)

29Les spécialisations professionnelles des migrants résultent de plusieurs facteurs : compétences et savoir faire, parcours biographiques des individus mais également moments d’installation. Le mythe de spécialisations importées par delà la migration, souvent tenace notamment autour du personnage du « tailleur juif », a été largement déconstruit41. La part des indépendants diminue au fur et à mesure que les arrivées sont plus récentes : 76 % chez les immigrants arrivés avant 1928, mais 54 % seulement parmi ceux arrivés après 1935. L’indépendance, souvent imposée dans un contexte de fermeture du marché du travail salarié (notamment depuis la loi du 10 août 1932), joue à Lens le rôle d’activation des filières migratoires, permettant aux nouveaux arrivants de trouver facilement à s’employer soit au sein même des boutiques, soit dans les réseaux construits autour de l’activité. Abraham Schor, lors de son arrivée à Lens, est d’abord employé par son futur beau-père. Parallèlement, il ouvre une petite entreprise à son compte. D’ailleurs, les 69 salariés dont on connait le secteur d’emploi se retrouvent pour l’essentiel dans les mêmes secteurs que les indépendants : textile, commerce, mercerie, cuirs et peaux. Seuls 17 relèvent d’un emploi industriel ou minier, ce qui les positionne, d’un certain point de vue, à l’extérieur de la « communauté ».

  • 42 Entretien avec Sylvain Auslander et Adolphe Eckman, 12/06/2003, Lille.
  • 43 Claire Zalc, Melting-shops… ,op. cit.

30En effet, le milieu professionnel des Juifs lensois s’articule autour du monde de la petite entreprise. Les réseaux migratoires sont autant de réseaux professionnels qui gravitent autour de l’univers de l’indépendance. Outre le fait que le petit commerce et l’artisanat permettent aux migrants nouvellement arrivés de trouver rapidement un revenu, l’accès à l’indépendance économique s’inscrit également dans la recherche de perspectives d’emploi pour les autres membres de leur famille, voisins ou relations. En effet, le statut d’entrepreneur offre des opportunités en termes d’embauche pour les parents ou les amis de l’entrepreneur pionnier. L’indépendance économique est ainsi utilisée afin de soutenir et d’encourager certains flux migratoires. Sylvain Auslander, enfant dans les années 1930, se souvient: « Avant-guerre, la plupart des Juifs qui sont arrivés à Lens, ils étaient commerçants ». Mais son ami d’enfance, Adolphe Eckman, se permet de le corriger au cours de l’entretien qu’ils font ensemble : « Ils devenaient commerçants. » Et Sylvain Auslander de renchérir : « Ils sont devenus commerçants42. » Petits artisans, commerçants, marchands ambulants, l’indépendance économique ne se décline pas nécessairement sous le signe de la prospérité économique, loin s’en faut43. Mais pour ces immigrants, il s’adresse à une clientèle spécifique.

  • 44 Entretien avec Adolphe E., Paris, 12/06/2003. 

31Le partage d’un répertoire migratoire commun permet aux Juifs d’asseoir à Lens une activité économique spécialisée dans la vente aux mineurs polonais. La maîtrise de la langue polonaise constitue un atout commercial indéniable sur le marché : « On parlait polonais, mon frère parlais polonais, moi je parlais polonais, et on parlait tous polonais, et tous les clients de la région aux alentours de Lens, c’était des gens d’origine polonaise. Ce qui fait que comme mes parents, ses parents parlaient très bien polonais, cela a développé un commerce, même un commerce de porte à porte, c’est-à-dire des gens qui allaient vendre directement44. »

  • 45 Ibid.

32Outre la langue, les entrepreneurs juifs polonais bénéficient d’un deuxième avantage sur le marché « polonais » : leur connaissance des produits. Ils importent de leurs pays d’origine une connaissance des « préférences », notamment vestimentaires, des Polonais. L’entreprise de Sosche Schor vend des vêtements pour les cérémonies religieuses (communions et deuils). Mais l’entreprise approvisionne aussi le marché lensois en plumes d’oies et de canards, « parce que les Polonais… aimaient, et aiment encore fabriquer leurs propres couettes (…). On pouvait tâter chez nous, on avait des sacs où on pouvait mettre la main, et les sentir, c’était pas juste vendu dans un sac fermé45 ». Les pratiques de vente sont également spécifiques : les transactions se font à domicile ; la commerçante offre à ses clients la possibilité de reproduire un geste spécifique : le toucher des plumes ; enfin, les achats se font à crédit.

Fabriques communautaires

33S’ils entretiennent avec les mineurs polonais des relations linguistiques et commerciales, les Juifs ne sont que très rarement voisins de cette population, au sens géographique du terme. Les mineurs logent à proximité des puits, dans les nombreuses cités qui composent la périphérie du territoire de la commune lensoise. Au contraire, les Juifs sont, pour plus des trois-quarts, domiciliés au cœur du centre-ville commerçant, dans un rayon de 1 300 mètres autour de la gare. Sans parler de ghetto, on peut mettre au jour l’importance de proximités urbaines parmi les Juifs lensois : 80 % d’entre eux sont domiciliés dans une rue qui compte au moins un autre ménage juif.

  • 46 Rapport du commissaire spécial de Lens à Monsieur le sous-préfet de Béthune, le 15 novembre 1929, d (...)
  • 47 Lettre du 17 juin 1930, CARAN BB11/12613. Sur les réseaux socialistes dans le bassin minier, voir F (...)

34Les commerçants les plus riches sont domiciliés en plein cœur de la communauté. Les positions économiques dominantes vont de pair avec un certain rôle social au sein de la communauté. Jezechiel Himmelfarb est arrivé en France en 1920, muni d’un contrat de travail dans les mines de Marles (Pas-de-Calais). Il a ensuite été expulsé vers la Pologne pour « délit politique » en 1921 – il faisait des conférences pour le Syndicat des Mineurs du Pas-de-Calais. Après quelque temps passés en Argentine, puis en Belgique, il revient à Lens, en 1926. Il y travaille quelques mois aux usines Gaillard-Stievenard puis s’établit comme marchand forain en confection avec sa femme et fréquente les marchés des environs. Lors de sa première demande de naturalisation, en 1929, on apprend que « les renseignements recueillis sur lui sont défavorables. En plus de son commerce, il s’occupe d’introduction d’étrangers et il établit des contrats de travail d’employeurs qui facilitent l’entrée en France de ses compatriotes israélites46 » (sic). En 1934, Jezechiel Himmelfarb devient commissaire du fonds de l’Union Sioniste de France (USF), membre du conseil d’administration de l’Union des Juifs de l’Est et président de l’Association du Culte Israélite de Lens. Cette position lui vaut d’obtenir finalement sa naturalisation, en 1937, grâce à l’intervention en sa faveur du député socialiste du Pas-de-Calais, Jacques Loutard auprès du Garde des sceaux47.

  • 48 Emmanuelle Saada, « Les territoires de l’identité. Être juif à Arbreville », Genèses, n° 11, 1993, (...)
  • 49 Entretien avec Mathilde Goldblum, Lens, 18 avril 2003; Danielle Delmaire, « Grandeur et misère.. », (...)

35La « communauté juive lensoise » prend corps, à partir des années 1930, autour d'institutions, de manifestations et de lieux48. Immigrants récents, les Juifs lensois mettent en place les structures de pratiques cultuelles spécifiques, distinctes de celles existant dans les communautés plus anciennes des environs, Lille ou Valenciennes. Cadres cultuels : un local loué, rue Pasteur, fait office de synagogue. Dans une rue adjacente, un bain rituel (mikveh) est utilisé pour l’ablution nécessaire aux rites de pureté. Un boucher cacher (shohet) permet aux pratiquants de s’approvisionner en viande cacher sans avoir à se déplacer à Lille49. Pourtant ces institutions ne sont pas réservées aux Lensois : un certain nombre de Juifs pieux de la région se rendent à Lens pour les utiliser et contribuent, ce faisant, à la fabrique communautaire. Lens s’institue, dans les mémoires, comme un espace de référence d'un judaïsme religieux directement importé des shtetlekh de Pologne, même si les sources font état d’une certaine diversité des pratiques.

  • 50 ADPDC, 1 Z 1022
  • 51 La Terre retrouvée, 25 mai 1934, cité par Danielle Delmaire, art. cit., p. 71. Sur ce type de manif (...)
  • 52 Catherine Nicault, La France et le sionisme 1897-1948. Une rencontre manquée ?, Paris, Calmann-Lévy (...)

36Les liens dépassent la sphère religieuse pour embrasser l’espace culturel et politique, via la mise en place d’un certain nombre d’associations au cours des années 1930. Sont déclarées à la préfecture un cercle littéraire et de secours mutuel juif, une Communauté israélite de Lens et environs (CIL) en mars 1936, une section de l’Union sioniste de France (USF) en mars 1934 ou encore une section de l’Union des Juifs de l'Est (UJE) en août 193650. La mouvance du sionisme ouvrier y est bien représentée et Nahum Goldmann, co-fondateur du Congrès juif mondial et actif partisan du sionisme de gauche pendant l’entre-deux-guerres, se déplace à Lens dans les années 1930. Le 2 mai 1934, Jezechiel Himmelfarb organise une soirée dans la ville au bénéfice de l’association Keren Kayemeth le-Israel (Fonds national juif), chargée de l’achat de terres en Palestine. Après une tombola et un buffet, une chorale d’enfants et la projection du film sioniste de 1929, « Printemps en Palestine » clôturent la manifestation51. Cet engagement distingue les Juifs lensois des autres communautés juives de France, parmi lesquelles les sionistes restent fort peu nombreux52.

  • 53 Patricia Hidiroglou, Rites funéraires et pratiques de deuil chez les Juifs en France, xixe-xxe sièc (...)
  • 54 Répertoire du cimetière israélite, Eleu dit Lauwette, arrondissement d’Arras. Archives privées Sylv (...)

37Autre particularité, qui participe pleinement de la fabrique de la communauté juive de Lens : la mise en place d’un cimetière israélite53. Au début des années 1930, la Communauté israélite de Lens se porte acquéreuse de concessions funéraires, afin de pouvoir procéder à l’inhumation des membres de la communauté. Trente concessions sont alors achetées sur le terrain du cimetière d’une commune voisine de Lens, à Eleu-dit-Leauwette. La croissance et l’institutionnalisation de la communauté se lisent aussi dans l’histoire de son cimetière : 30 nouvelles concessions sont achetées en 1938. En novembre 1939, 37 personnes y sont enterrées54.

38Pourtant, la construction communautaire, il faut le noter, ne s’accompagne d’aucune fermeture. Les regards sont parfois tournés vers la Palestine, dans un combat politique qui n’est en rien contradictoire avec l’exil en France, ni même avec la volonté de devenir français. Selon les termes de la loi de 1927, il suffit d’avoir résidé trois ans sur le territoire français pour pouvoir demander la nationalité française. 34 familles lensoises déposent un dossier avant 1939, soit 101 personnes. Les demandes sont rarement couronnées de succès : les délais entre le dépôt d’une première demande et le décret oscillent entre quelques mois et… vingt-deux ans, avec une moyenne d’attente de six ans. Mais 20 familles obtiennent la nationalité française avant le déclenchement du second conflit mondial (69 personnes). De plus, une centaine d’enfants nés en France sont naturalisés par déclaration entre 1927 et 1939.

39Pourtant, il ne faudrait pas céder à la tentation de dresser un portrait idyllique d’une fabrique communautaire dans l’intégration. L’insertion locale de cette population, fraîchement immigrée, ne se fait pas sans difficultés.

Frontières

  • 55 Lettre du 28 février 1933, Archives départementales du Nord (ADNORD) M/154 1313, cité par Danielle (...)

40La sociabilité issue du partage des espaces commerciaux suscite sans conteste tensions et concurrences. Du côté des clients polonais, l’antisémitisme s’exprime par bouffées. Le rabbin de Lille se plaint auprès des autorités françaises, en février 1933, des attaques émises à l’encontre des commerçants juifs de la région par le journal catholique Warius Polski. « Les intéressés ne craignent pas d’être pris à partie par leurs compatriotes catholiques mais ils redoutent que le Warius Polski, poursuivant sa campagne antisémite, cherche à les boycotter en tant que commerçants. Ils sont en général des petits marchands ambulants vivant de peu et circulant surtout dans les régions minières », rapporte le commissaire de police de Lille au préfet du Nord55.

  • 56 Entretien avec M. L., ancien mineur polonais, Lens, 18/04/2003.
  • 57 Archives Confédérales de Bern (ACB), E-4264 1985/196, dossier de réfugié n°11452.

41La plupart des entretiens réalisés révèlent un antisémitisme latent des clients polonais à l’égard de leurs commerçants attitrés, exprimé souvent autour de la frontière sociale qui distingue les deux groupes. Si les entrepreneurs juifs appartiennent aux marges de la mine, « on ne les a jamais vu descendre », leur reproche un ancien mineur, reprenant les poncifs antisémites répandus dans la France de l’entre-deux-guerres. On observe le maintien de frontières au sein des pratiques religieuses bien évidemment mais également de l’ensemble des relations sociales nouées dans le cadre cultuel et professionnel. Les sociabilités entre juifs et catholiques polonais restent largement restreintes au cadre de la transaction marchande : « Il n’y avait pas de mariage entre Polonais et Juifs », déclare un ancien mineur polonais en 200356. Et pourtant, quelques cas viennent nuancer cette frontière, objet de récits mémoriels qui insistent tous sur les différences entre les deux communautés. Tout d’abord, on compte certains Juifs salariés des compagnies minières : Jezechiel Himmelfarb, président de la communauté israélite de Lens en 1939, a commencé à travailler dans le Pas-de-Calais muni d’un contrat de travail comme mineur. Parmi la petite centaine de salariés, certains sont employés dans les boutiques, mais on compte également dix mineurs parmi les Juifs lensois. Jacob Wilk est arrivé en France en 1930. Il est d’abord employé pendant six ans dans les mines d’Anzin avant de s’installer dans le Pas-de-Calais où il travaille aux mines de Lens57. Ensuite, on repère également quelques cas de mariages mixtes. Bajla Tokar ne sait pas, en décembre 1940, si elle doit se déclarer aux autorités chargées d’établir le recensement des Juifs dans la région :

« Barlin le 23/12/40. Je soussigné Bajla Tokar née le 16 janvier 1908 à Varsovie de nationalité juif de parent et grand-parent juifs. Je suis marié à Jean Wardega né le 24 décembre 1895 à Wyszanow (Pologne) de nationalité polonaise et de religion chrétienne. Je n’appartiens à aucun culte juif. J’ai deux enfants née en France Wardega Stanisla née le 7 août 1926 à Barlin. Wardega Joseph née le 5 juillet 1927 à Barlin. Tout deux bathisés à l’église catholique. Mon mari travaille au n°7 des mines de Noeux. Il est mineur. Il y a vingt ans que nous sommes en France et nous sommes naturalisés Français depuis le 26 janvier 1935. Signature. Barlin le 23/12/1940 »

42Ces cas restent peu fréquents et marginalisés dans les souvenirs.

  • 58 Danielle Delmaire, op. cit., p. 740 et suivantes.
  • 59 Nicolas Mariot et Claire Zalc, Face à la persécution, 991 Juifs dans la guerre, op. cit.
  • 60 Marion Fontaine et Emmanuel Martin, « La commémoration de la rafle du 11 septembre 1942 à Lens », T (...)

43On trouve surtout trace, dans les archives, des tensions et rivalités suscitées par l’arrivée de ces immigrants du côté des « français ». Des Juifs français tout d’abord, qui voient d’un mauvais œil l’arrivée de ces nouveaux immigrants qui parlent yiddish et se font, à leurs yeux, bien trop remarquer58. Chez les commerçants français, ensuite, le rejet revêt les habits d’un combat contre la « concurrence». Un « Comité provisoire de défense du commerce français » est mis en place à Lens en 1938. Loin de se cantonner à la presse d’extrême droite, xénophobie et antisémitisme se déploient dans les discours. Avec la Seconde Guerre mondiale, l’occupation allemande et le gouvernement de Vichy, ils revêtent les habits d’une politique d’État. L’épisode de la rafle de Lens, le 11 septembre 1942, qui vit l’ensemble des Juifs encore présents dans la région être déportés vers Auschwitz, vient douloureusement rappeler combien la frontière entre ces deux « communautés » a pu se cristalliser59. Surtout, l’absence de commémoration officielle de cet événement pendant près de soixante ans témoigne du maintien de divergences, notamment dans les représentations attachées à la mémoire locale60.

  • 61 Edoardo Grendi, « Microanalisi e storia sociale », Quaderni storici, vol. 35, n° 2, p. 506-520. Sur (...)
  • 62 Paul-André Rosental, « Pour une analyse mésoscopique des migrations », Annales de Démographie Histo (...)
  • 63 Manuela Martini a commencé d’investir ce type de recherches à propos des migrants italiens : « Les (...)

44Ces différences conduisent à établir la prévalence des trajectoires migratoires dans la compréhension des modes d’insertion locale. À l’immigration organisée et prise en charge par le patronat minier des Polonais correspond une forte concentration sociale et spatiale dans le monde de la mine. Les immigrants juifs polonais venus « à la suite » de cette première migration s’installent quant à eux dans un territoire spatial plus circonscrit – le centre-ville de Lens – et sur un marché économique particulier. Il semble que ce terrain ouvre la voie à l’histoire des liens unissant et séparant deux communautés immigrées polonaises, celle des mineurs catholiques et celle des commerçants juifs, conduisant par là à réfléchir à la constitution, dans l’expérience migratoire, de « communautés » immigrées. Mais le parti-pris monographique n’est pas sans poser problème : comment rendre compte des variables exogènes qui pèsent sur les évolutions décrites ? Quel statut, surtout, accorder à une histoire locale qui devient, par le fait même d’être l’objet d’une recherche approfondie, exceptionnelle, pour pouvoir comprendre le « normal61 » ? Travailler sur une échelle mésoscopique autorise un traitement des données qui prend en compte les liens d’interconnaissance et rend compte avec précision des réseaux mobilisés dans le processus de migration62. L’option monographique permet de s’inscrire dans une dynamique d’analyse attentive aux formes et aux enjeux de sociabilité, ainsi qu’aux configurations propres à éclairer trajectoires sociales et professionnelles63. La confrontation de différents corpus de sources, envisageable sur un terrain de cette échelle, vient rappeler les risques du mono-déterminisme dans la compréhension de trajectoires individuelles ou familiales appréhendées dans leur dimension collective.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

de Barros, F.
2006   « Trajectoires d’une maisonnée immigrée autour d’une petite entreprise de 1929 à nos jours » in Anne-Sophie Bruno et Claire Zalc (eds.), Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles, Paris, Publibook, p. 91-109.

Delmaire, D.
1990   « Grandeur et misère de la communauté juive de Lens (1920-1944) », Gauhéria, n° 21, p. 65-72.
1998   Les communautés juives septentrionales 1791-1939. Naissance, croissance, épanouissement, doctorat d’État, Université de Lille 3.

Fontaine, M. et Martin, E.
2008   « La commémoration de la rafle du 11 septembre 1942 à Lens », Tsafon, n° 54, p. 138-177.

Green, N. L.
1985   Les Travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque : le « Pletzl » à Paris, Paris, Fayard.
2002   Repenser les migrations, Paris, PUF.

Guichard, E. et Noiriel, G. (eds.)
1997   Construction des nationalités et immigration dans la France contemporaine, Paris, Presses de l’École normale supérieure.

Hareven, T.
1982   Family, Time and Industrial Time. The Relationship Between the Family and Work in a New England Industrial Community, Cambridge, Cambridge University Press.

Mariot, N. et Zalc, C.
2007   « Identifier, s’identifier : recensement, auto-déclarations et persécution des Juifs lensois (1940-1945) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 54-3, p. 90-117.
2010   Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob.

Melzer, E.
1989   « Antisemitism in the Last Years of the Second Polish Republic », in Yisrael Gutman, Ezra Mendelsohn, Jehuda Reinharz et Chone Schmeruk (eds.), The Jews of Poland Between Two World Wars, Hanover and London, University Press of New England, p. 126-137.

Ponty, J.
1988   Polonais méconnus, Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne.

Rosental, P. A.
1999   Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.
2002   « Pour une analyse mésoscopique des migrations », Annales de Démographie Historique, 2002, 2, p. 145-160.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Saada, E.
1993   « Les territoires de l’identité. Être juif à Arbreville », Genèses, n°11, p. 111-136.
DOI : 10.3406/genes.1993.1173

Sayad A.
1999   La Double Absence, Des Illusions de l'émigré aux souffrances de l'immigré, Paris, Seuil.

Schor, P.
2009   Compter et classer. Histoire des recensements américains, EHESS, coll. « En temps et lieux ».

Zalc, C.
2010   Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin.

Haut de page

Notes

1 Le modèle est notamment issu des travaux de Paul Gemähling (Travailleurs au rabais, 1910), d’Isaac Hourwich (Immigration and Labor, 1912) et d’Harry Jerome (Migration and Business Cycles, 1926). Cf. Nancy L. Green, Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002, p. 89.

2 Danielle Delmaire, Les communautés juives septentrionales 1791-1939. Naissance, croissance, épanouissement, doctorat d’État, Université de Lille 3, 1998 et plus spécifiquement sur Lens, « Grandeur et misère de la communauté juive de Lens (1920-1944) », Gauhéria, n° 21, 1989, p. 65-70.

3 Nous utilisons le terme « communauté » non dans son sens cultuel ou associatif mais comme expression pour qualifier le groupe des Juifs lensois. Sur l’histoire de cette communauté pendant la Seconde Guerre mondiale, voir Nicolas Mariot et Claire Zalc, Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob, 2010.

4 Pour une perspective comparatiste, voir Paul Schor et Alexis Spire, « Les statistiques de la population comme construction de la nation. La mesure des origines nationales dans les recensements français et américains (1850-1920) », in Riva Kastoryano, (dir.), Les codes de la différence. Race – Origine – Religion. France – Allemagne – États-Unis, Paris, Presses de la FNSP, 2005 et sur le cas américain, Paul Schor, Compter et classer. Histoire des recensements américains, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2009.

5 Nancy Green, Les Travailleurs immigrés juifs à la Belle Époque : le « Pletzl » à Paris, Paris, Fayard, 1985, p. 263.

6 Janine Ponty, Polonais méconnus, Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988. De même, la catégorie « Russes » désigne des Russes mais également des Géorgiens, des Arméniens, des Ukrainiens, des Baltes, des « Russes-Allemands », des Kalmouks ou encore des Juifs : voir Olivier Le Guillou, « L’émigration russe en France, Boulogne-Billancourt et les usines Renault : lieux d’habitation et emplois des émigrés russes dans l’entre-deux-guerres » in Éric Guichard et Gérard Noiriel (dir.), Construction des nationalités et immigration dans la France contemporaine, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1997, p. 223 à 228.

7 Gérard Noiriel, Les Origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette Littératures, 1999, p. 171.

8 Arrêté du 29 avril 2002 instituant une dérogation générale pour la consultation de Fonds d’archives publiques concernant la Seconde Guerre mondiale, JO, 3 mai 2002, p. 8181. Cet arrêté fait suite aux recommandations de la mission Matteoli.

9 Nicolas Mariot et Claire Zalc, « Identifier, s’identifier : recensement, auto-déclarations et persécution des Juifs lensois (1940-1945) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 54-3, juillet-septembre 2007, p. 90-117.

10 Janine Ponty, op. cit., p. 71-81.

11 Voir Jean-Charles Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’immigration dans l’entre-deux-guerres, Lyon, Centre d’Histoire économique et social de la région lyonnaise, 1976.

12 Danielle Delmaire, « Grandeur et misère de la communauté juive de Lens (1920-1944) », Gauhéria, n° 21, 1990, p. 65-72.

13 Entretien avec Mireille S., secrétaire de la communauté juive de Lens, 16/04/ 2003.

14 Les lieux de naissance ont été classés et codés en fonction des découpages administratifs de la Pologne des années 1930, même si pour les individus nés avant la Première Guerre mondiale, ces frontières ne correspondent pas à celles en vigueur durant leur enfance.

15 Paul-André Rosental, Les Sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999.

16 Archives nationales (AN), Centre des archives contemporaines (CAC), dossier de naturalisation de Sosche Schor, cote 19790855/223 et dossier de naturalisation d’Abraham Schor, cote 19790851/68.

17 Françoise de Barros, « Trajectoires d’une maisonnée immigrée autour d’une petite entreprise de 1929 à nos jours » in Anne-Sophie Bruno et Claire Zalc (dir.), Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles, Paris, Publibook, 2006, p. 91-109.

18 Extrait du registre d’immatriculation de la ville de Rouen, 20 octobre 1929, archives privées Schor.

19 Nous n’avons pas connaissance de la manière dont Sosche a pu se mettre en relation avec la famille de Paul Bauer : archives privées Paul Bauer (1905-1985), Alliance Israélite Universelle.

20 Les données dépendent en effet des dossiers de naturalisation et ne concernent que 167 individus.

21 Daniel Tollet, Histoire des Juifs en Pologne du xvie siècle à nos jours, Paris, PUF, 1992, p. 260-261.

22 Emanuel Melzer, « Antisemitism in the Last Years of the Second Polish Republic », in Yisrael Gutman, Ezra Mendelsohn, Jehuda Reinharz et Chone Schmeruk (ed.), The Jews of Poland Between Two World Wars, Hanover and London, University Press of New England, 1989, p. 126-137.

23 Abdelmalek Sayad, La Double Absence, Des Illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

24 CAC 19790852/164 dossier 10268X49.

25 CAC 0019780029/53 dossier 21440X47.

26 CAC 0019780018/192 dossier 17744X47.

27 CAC 0019790852/174 dossier 10606X49.

28 Patrick Weil, La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique de l’immigration de 1938 à nos jours, Paris, Gallimard, 1995, (1ère éd. Calmann-Lévy, 1991), p. 27. Voir aussi Janine Ponty, Polonais méconnus, Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

29 Voir le modèle de la « chain migration » que Tamara Hareven a théorisé à partir du cas des Canadiens français venus travailler en Nouvelle-Angleterre à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. L’auteur décrit comment les liens de parenté sont privilégiés dans le recrutement de la main-d’œuvre des migrants, insistant sur le rôle de la famille, au sens le plus large, comme structure d’accueil et de soutien des nouveaux migrants. Tamara K. Hareven, Family, Time and Industrial Time. The Relationship Between the Family and Work in a New England Industrial Community, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, 474 p.

30 Entretien avec Denis Schor, le 12/12/2002.

31 Ksiega adresowa Polski, 1929, Varsovie, Jener. Reprez. Rudolf Mosse, Institut historique juif, Varsovie, p. 651 ; mentionné par Florence Milewski, Un Livre du souvenir, Paris, Éditions La Découverte, 2009.

32 Centre des archives nationales (CARAN), BB11/13162.

33 Avis du préfet, 31 juillet 1930, CARAN BB11/13162.

34 Archives privées Schor.

35 Paul-André Rosental, Les Sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999, p. 209.

36 Entretien avec Denis Schor, le 12/12/2002.

37 Entretien avec Sylvain Auslander et Adolphe Eckman, 12 juin 2003, Lille.

38 Entretien avec Denis Schor, le 12/02/2002.

39 Entretien avec Jacques Schor, 9/12/2002.

40 L’obligation scolaire est portée de 13 à 14 ans par Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale sous le Front populaire, le 9 août 1936.

41 Nancy Green, Les Travailleurs immigrés juifs à la Belle Epoque : le « Pletzl » à Paris, Paris, Fayard, 1985; Claire Zalc, Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin, 2010.

42 Entretien avec Sylvain Auslander et Adolphe Eckman, 12/06/2003, Lille.

43 Claire Zalc, Melting-shops… ,op. cit.

44 Entretien avec Adolphe E., Paris, 12/06/2003. 

45 Ibid.

46 Rapport du commissaire spécial de Lens à Monsieur le sous-préfet de Béthune, le 15 novembre 1929, dossier de demande de naturalisation, CARAN BB11/12613.

47 Lettre du 17 juin 1930, CARAN BB11/12613. Sur les réseaux socialistes dans le bassin minier, voir Frédéric Sawicki, « Le bassin minier, bastion de la gauche » in Jean-Claude Rabier, Hubert Cukrowicz, Hubert Bataille (dir.), La Remonte : le bassin minier du Nord-Pas de Calais, entre passé et avenir, Lille, Presses du Septentrion, 2002, notamment p. 80-87 pour l’entre-deux-guerres.

48 Emmanuelle Saada, « Les territoires de l’identité. Être juif à Arbreville », Genèses, n° 11, 1993, p. 111-136.

49 Entretien avec Mathilde Goldblum, Lens, 18 avril 2003; Danielle Delmaire, « Grandeur et misère.. », art. cit., p. 67.

50 ADPDC, 1 Z 1022

51 La Terre retrouvée, 25 mai 1934, cité par Danielle Delmaire, art. cit., p. 71. Sur ce type de manifestations sionistes du KKL, voir Catherine Poujol, « Vie quotidienne d’un propagandiste au bureau de Paris du Fonds national juif (KKL) (1926-1936) », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, n° 8, 2001, p. 69-85.

52 Catherine Nicault, La France et le sionisme 1897-1948. Une rencontre manquée ?, Paris, Calmann-Lévy, 1992.

53 Patricia Hidiroglou, Rites funéraires et pratiques de deuil chez les Juifs en France, xixe-xxe siècles, Paris, Les Belles Lettres, 1999.

54 Répertoire du cimetière israélite, Eleu dit Lauwette, arrondissement d’Arras. Archives privées Sylvain Auslender.

55 Lettre du 28 février 1933, Archives départementales du Nord (ADNORD) M/154 1313, cité par Danielle Delmaire ; art. cit., p. 69.

56 Entretien avec M. L., ancien mineur polonais, Lens, 18/04/2003.

57 Archives Confédérales de Bern (ACB), E-4264 1985/196, dossier de réfugié n°11452.

58 Danielle Delmaire, op. cit., p. 740 et suivantes.

59 Nicolas Mariot et Claire Zalc, Face à la persécution, 991 Juifs dans la guerre, op. cit.

60 Marion Fontaine et Emmanuel Martin, « La commémoration de la rafle du 11 septembre 1942 à Lens », Tsafon, 2008, n° 54.

61 Edoardo Grendi, « Microanalisi e storia sociale », Quaderni storici, vol. 35, n° 2, p. 506-520. Sur des réflexions épistémologiques similaires, voir aussi Anne Conchon, « Entre identité individuelle et détermination sociale : le cas de Guyent de Chateaubourg (1743-1824) », Genèses, n° 47, 2002, p. 42-61.

62 Paul-André Rosental, « Pour une analyse mésoscopique des migrations », Annales de Démographie Historique, 2002, 2, p. 145-160.

63 Manuela Martini a commencé d’investir ce type de recherches à propos des migrants italiens : « Les migrations temporaires à l’épreuve de la durée : mutations géographiques et professionnelles d'un champ migratoire entre Italie et France au début du xxe siècle », Séminaire Démo-dynamiques de l’INED, novembre 1998. Voir aussi Françoise de Barros et Claire Zalc, « En quête d’indépendance, enquête d’appartenances. Patrons, familles et salariés », Sociétés contemporaines, n° 68, 2007, p. 13-35.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1
Légende Entrées en France, par année, des Juifs lensois de plus de 15 ans immigrés dans l’entre-deux-guerres.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/6503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Zalc, « Écrire l’histoire de trajectoires migratoires en changeant d’échelle », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 22 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2011, Consulté le 22 octobre 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/6503

Haut de page

Auteur

Claire Zalc

Claire Zalc est chargée de recherche à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (CNRS-ENS). Membre du comité de rédaction de la revue Le Mouvement social, elle a publié récemment Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008 (avec Claire Lemercier), Melting Shops. Une histoire des commerçants étrangers en France, Paris, Perrin, 2010 et Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, Paris, Perrin, 2010 (avec Nicolas Mariot).

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page