Navigation – Plan du site
La culture visuelle du XIXe siècle
Paradigmes philosophiques des nouveaux visuels du XIXe siècle

De l’intelligence du visuel ou du différend des images et des idées

Serge Bismuth

Résumés

Cet article interroge d’abord quelques convergences et effets de dialogue entre certains aspects des propos de Taine et de ceux de Charles Sanders Peirce et de William James. Il voudra ainsi ajouter à l’épistémologie de cette philosophie qui se dit pragmatiste, aux États-Unis, une considération pour la fonction cognitive que Taine conféra aux images et à sa crainte de voir s’amenuiser cette fonction parce que de plus en plus « étouffée » ou « mutilée par les idées ». Ensuite, pour autant que toute sémiotique s’essaye, par le truchement de la notion de signe, à réduire, pour le moins, ce dilemme entre l’image et l’idée – dilemme qui, esthétiquement au xixe siècle, apparut comme un différend (souvent douteux) entre impressionnisme et symbolisme –, la sémiotique initiée par Charles Peirce se trouvera comprise comme inséparable de cette « philosophie de la représentation » qui charpente ses travaux. Or, surtout à l’enseigne du non-point de vue que suppose la philosophie moniste à partir de laquelle Peirce et James tournèrent leurs propos, cet article engage à interroger l’idée de voyance, notamment telle que la conçurent quelques poètes et artistes (Rimbaud, Mallarmé, Valéry, Manet et Gauguin).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hippolyte Taine, Philosophie de l’art, tome 1, Paris, Hachette, 1909 (13e édition), p. 151.

« Le propre de l’extrême culture est d’effacer de plus en plus les images au profit des idées. »1
Taine, Philosophie de l’art.

Des idées et des choses vues

1Le seul fait d’évoquer l’idée d’idées reçues – dont Flaubert proposa une image amusante sous forme de dictionnaire –, et l’idée de Choses vues – titre certes choisi par les éditeurs de Victor Hugo –, suggère que c’est la question de la formation des idées et aussi des images, ou de leur acquisition, en quelque sorte comme ready made, qui préoccupa surtout ces deux illustres observateurs qui vécurent au xixe siècle.

2C’est ce dilemme entre ce que l’on conçoit et ce que l’on reçoit qui suggéra les idées de naturalisme, de réalisme ou d’impressionnisme. Au vu des formes artistiques inédites qu’elles impliquèrent, elles eurent pour première conséquence de conférer un statut expérimental aux œuvres qui les évoquaient, autant au moment de leur production que de leur réception.

3Ce qu’elles paraissaient effectivement expérimenter, c’est cette question qui occupa Hippolyte Taine quant à savoir si les images sont antérieures aux idées ou l’inverse. Conclure à la préséance de l’une d’elles ne pouvait aller sans devoir tirer des conséquences à maints égards.

4À tout le moins, la certitude qu’une telle question fût conséquente ne pouvait laisser Charles Peirce (1839-1914) indifférent. Cadet de quelques années de Taine (1828-1893), il travailla aux États-Unis à élaborer une philosophie qu’il dit pragmatiste pour indiquer qu’elle devait avoir des effets pratiques, et aussi une nouvelle sémiotique qui devait être son outil.

  • 2 Charles Sanders Peirce, Écrits sur le signe, Seuil, Paris, p. 148 (CP 2.278).

5S’agissant de cette question de préséance, Peirce semble avoir conclu en affirmant : « Toute assertion doit contenir une icône ou un ensemble d’icônes, ou bien encore contenir des signes dont la signification n’est explicable que par des icônes. »2

  • 3 Hyppolite Taine, De l’intelligence [1870], Librairie Hachette et Cie, Paris, 1892, tome 1, p. 36.

6Taine avait noté, quelques années auparavant, en 1870, dans son ouvrage intitulé De l’intelligence : « Vous trouverez dans le mot un système de tendances toutes correspondantes à celles de l’image, toutes acquises par lui dans son commerce avec l’expérience et l’image. »3

7On l’aura compris, il s’agira ici d’attirer l’attention sur le fait qu’une partie des travaux du savant américain peut être comprise comme une sorte de réplique aux écrits du philosophe français qui, à certains égards, peuvent être compris comme motivés par ceux d’Herbert Spencer – philosophe anglais qui contribua à inspirer à Darwin l’idée d’évolution, et l’auteur de celle, déplaisante, de « sélection des plus aptes ».

Regarder des idées ou voir des impressions

  • 4 Questionnement de Taine fondé sur la supposition que c’est à partir d’images – que peuvent éveiller(...)
  • 5 Hyppolite Taine, Les Philosophes français du xixe siècle [1857], Librairie Hachette, Paris, 1860, p (...)

8Taine fit d’abord en sorte de préciser trivialement la différence entre une idée et une image, et aussi comment les idées nous viennent à l’esprit4 par cette petite scène qu’il raconta dans son ouvrage intitulé Les philosophes français du xixe siècle : « Mettez un badaud ancien mercier et un archéologue un peu artiste devant Saint-Germain-des-Prés : comparez les deux physionomies : le premier a l’impression ; le second, l’idée. »5

  • 6 Écrits sur le signe, op. cit., p. 113 (1.538).

9Ce dont nous devrions conclure, non seulement que pour voir il faut avoir vu, que pour porter attention à quoi que ce soit, il faut que cet effort, si infime qu’il puisse paraître, paraisse avoir une utilité. Souci pragmatique que soutenait très explicitement Charles Peirce à propos de l’image qui, comme chacun est enclin à le croire, vient naturellement à l’esprit ou, autrement dit, selon le mot plus délicat de Peirce, comme « une instigation sans poussée »6.

10Aussi, pour continuer cet essai d’entrecroisement de regards, parmi les plus intelligents, sur l’idée et l’image, nous reviendrons sur le propos de Taine qui, par ailleurs, traita très sérieusement la notion d’impression, nécessaire à sa théorie concernant le processus de formation des images dans l’esprit, dont il reconnaissait qu’elle ne serait tout à fait soutenable, sinon à partir de l’observation directe du phénomène, à tout le moins de témoignages plus respectables que ceux d’un badaud.

  • 7 Hyppolite Taine, De l’intelligence, tome 1, op. cit., p. 13-14.

11En 1870, dans son ouvrage intitulé De l’intelligence, il notait donc : « Tout peintre, poète, romancier d’une lucidité exceptionnelle devrait être questionné et observé à fond par un ami psychologue. On apprendrait de lui la façon dont les figures se forment dans son esprit, sa manière de voir mentalement les objets imaginaires, l’ordre dans lequel ils lui apparaissent, si c’est par saccades involontaires ou grâce à un procédé constant, etc. Si Edgard Poe, Dickens, Balzac, Henri Heine, Horace Vernet, Victor Hugo, Doré, bien interrogés, avaient laissé de pareils mémoires, nous aurions là des renseignements du plus grand prix. »7

  • 8 Thomas Carlyle, Sartor Resartus, 1831.
  • 9 Thomas Carlyle, On Heroes, Hero-worship, and the Heroic in History, 1840.
  • 10 Hippolyte Taine, Notes sur Paris – Vie et opinions de M. Frédéric-Thomas Graindorge, Docteur en phi (...)

12Mais déjà, en 1867, d’une façon alors facétieuse, dans un autre ouvrage – qui peut sembler faire écho à la fable philosophique intitulée Sartor Resartus8 de Thomas Carlyle (1795-1881), un autre des plus éminents de ses contemporains anglais, chantre d’une autre idée encombrante : celle du culte des héros9 –, Taine notait qu’il suffisait d’observer n’importe quel artiste. Dans cet ouvrage intitulé : Notes sur Paris – Vie et opinions de M. Frédéric-Thomas Graindorge, Docteur en philosophie de l’Université d’Iéna, principal associé commanditaire de la maison Graindorge and Co. (huile et porc salé, à Cincinnati, États-Unis d’Amérique), Taine disait s’être rendu à Fontainebleau pour y observer « l’artiste », en précisant : « C’est là qu’on le voit au naturel ». Mais Taine notait ceci, très sérieusement : « Mais nulle part ils ne réussissent si bien que dans leurs esquisses » qui, précisait-il, sont « jetées à l’improviste et à la débandade comme la conversation d’un homme d’esprit. » C’est surtout cette affirmation qui retiendra l’attention : « Voilà les images intérieures non élaborées et tourmentées (…) telles qu’elles ont traversé leur cervelle. »10

Science des idées ou philosophie de l’expérience

13Même sérieusement énoncées dans son ouvrage intitulé De l’intelligence, ces notes feraient aujourd’hui douter du statut philosophique de cette recherche qui intéresserait peut-être la psychologie.

  • 11 Hippolyte Taine, Les philosophes français du xixe siècle, Librairie de L. Hachette et Cie, Paris, 1 (...)

14Mais dans son ouvrage critique intitulé Les philosophes français du xixe siècle, Taine notait : « La psychologie est un livre qu’au xviie siècle on a présenté par devant, au xviiie siècle par derrière, au xixe siècle encore par devant, mais que peu de personnes jusqu’ici ont songé à ouvrir. On en connaît très bien la couverture ; quant au contenu, c’est autre chose. »11

15Taine disait cela à une époque où la philosophie était comprise comme une « science des idées ». En l’invitant à considérer la psychologie, il escomptait que la philosophie fût à nouveau tournée vers l’homme réel et non seulement vers quelque métaphysique. La sémiotique devait aussi intéresser cette philosophie construite à partir d’observations puisque, comme Taine le rappelait, Condillac avait souligné le fait que la pensée opère au moyen de signes.

16« L’usage des signes est la vraie cause des progrès de l’imagination, de la contemplation et de la mémoire. » (Condillac, Essais sur l’origine des connaissances humaines, p. 49)

  • 12 Les philosophes français du xixe siècle, op .cit., pp. 16-17.

17Et Taine de déplorer : « Nous laissons dans la poussière des bibliothèques la Logique de Condillac, sa Grammaire, sa Langue des calculs, et tous les traités d’analyse qui guidèrent Lavoisier, Bichat, Esquirol, Geoffroy Saint-Hilaire et Cuvier. La philosophie fut alors la maîtresse des sciences ; elle indiquait une route nouvelle et on la suivit. »12

18Contre cette destitution dont il accusait ceux qu’il nommait « métaphysiciens d’Allemagne », et leur philosophie fondée sur une culture livresque, sans dire que la vraie philosophie serait mieux servie par une culture visuelle, Taine soutenait qu’elle devait procéder comme une science expérimentale. Ce qui imposait nécessairement de se tourner vers les choses : « Ils ne nous enseignent point à observer, à expérimenter, à induire ».

  • 13 Charles Sanders Peirce, La logique de la science, « Comment se fixe la croyance », La revue philoso (...)

19Et puisque nous confrontons les mots de Taine à ceux de Peirce, nous rappellerons à ce propos ceux-ci du dernier, évoquant lui aussi Lavoisier : « Il faisait concevoir d’une façon nouvelle le raisonnement comme une opération qui devait se faire les yeux ouverts, en maniant des objets réels au lieu de mots et de chimères. »13

20Quant à Taine, il continuait ainsi sa critique des métaphysiciens allemands : « C’est ailleurs qu’ils portent leurs efforts. Ils supposent l’esprit de l’homme plein et comblé d’idées de toutes sortes, entrées par cent sortes de voies, obscures, confuses, perverties par les mots (…). Ils s’en tiennent là, et ne prétendent point aller plus loin. On les nomme idéologues, et avec justice : ils opèrent sur des idées et non sur des faits ; ils sont moins psychologues que logiciens. (…) Et ce qu’ils enseignent, c’est l’art de penser, de raisonner et de s’exprimer. »

Renoncer aux facultés et aux images

  • 14 Écrits sur le signe, op. cit., p. 116 (1.539).

21Peirce a dû être sensible à la critique de ces logiciens pour avoir travaillé à définir tout autrement la logique, d’un point de vue sémiotique et pragmatique qui peut étonner encore : « Comme je l’ai étudiée, notait-il, elle [la logique] est simplement la science de ce que doit être une vraie représentation dans la mesure où la représentation peut être connue sans rassembler de faits particuliers étrangers à la vie quotidienne. C’est en bref la philosophie de la représentation. »14

22(Herbert Spencer avait déjà soutenu une pensée semblable en affirmant que, selon lui, la science n’était pas « autre chose qu’un développement d’un ordre supérieur de la connaissance vulgaire ».)

  • 15 Charles Sanders Peirce, À la recherche d’une méthode, Théétète éditions, Saint-Estève, Pyrénées Ori (...)

23Supposant qu’il eût connaissance du texte de Taine, nous pourrons penser que c’est pour donner à comprendre qu’il doutait que ses travaux suffisent à nous éclairer à ce propos, que Peirce publia en décembre-janvier 1877-1878, en France et en français, deux articles sous ce titre général : La logique de la science. Dans celui qu’il intitula Comment rendre nos idées claires, nous soulignerons cette remarque surprenante qui devait impliquer d’invalider la recherche de Taine. En effet, il parvenait à s’opposer à « l’hypothèse que nous avons des images absolument indéterminées ». Ce qu’il jugeait impossible, parce que, logiquement : « Dans ce cas, nous aurions, notait-il, dans chacune de ces représentations, les matériaux d’une infinité de cognitions conscientes qui ne parviennent cependant jamais à notre conscience. »15 Ainsi niait-il l’existence de ce que nous avons coutume de nommer une image mentale, probablement selon cette pensée critique que Wittgenstein énonça ainsi, sous la forme d’un précepte : « Ce que nous ne saurions dire, il faut le taire. »

  • 16 Contre « tout réductionnisme », Peirce notait : « On entreprend de situer divers pouvoirs mentaux d (...)

24Peirce parvint donc à renoncer à croire que nous puissions avoir en tête ce que l’on appelle image, cette sorte de chose qui, bien qu’elle doive s’inscrire dans le domaine de l’esprit – puisqu’elle ne serait pas à tenir comme une perception –, pourrait parfois ne pas parvenir à la conscience. Peirce renonça à cette croyance faute d’admettre que puisse se mobiliser un pouvoir capable de juger plus utile de ne pas rendre parfois conscientes de telles choses. Mais il devait lui manquer de croire que nous pourrions avoir – quelque part16 –, comme nous le disons ordinairement, un inconscient.

  • 17 Écrits sur le signe, op. cit., p. 116 (1.538).

25Pourtant, d’un point de vue pragmatique, comme William James l’avait soutenu concernant toute croyance, Peirce admettait l’idée d’image si tant est que sa « seule justification est que par la suite elle s’avère utile »17.

26Mais on peut supposer que Taine inspira ce raisonnement en ayant déjà renoncé à croire que nous soyons dotés de facultés.

27Cette conclusion lui parut s’imposer une fois parvenu à la conviction que les idées se formeraient à partir d’images. Alors, renonçant à ajouter une autre instance à l’esprit, il sacrifiait celle que l’on nomme faculté faute de lui reconnaître, sans pouvoir l’expliquer, une sorte de pouvoir supérieur qui animerait, surplomberait, subsumerait toutes nos capacités.

  • 18 Les philosophes français du xixe siècle, op. cit., pp. 16 à 20.

28Cette conclusion de Taine, fâcheuse d’un point de vue épistémologique, invitait surtout à adopter une autre posture que celle des idéologues maniant des idées abstraites avec plus ou moins de talent littéraire pour raconter fabuleusement l’histoire de telles instances. Et Taine, avant les logiciens du Cercle de Vienne, de dénoncer ainsi cette façon de faire de la philosophie : « S’il en est ainsi, l’idéologie est notre philosophie classique ; elle a la même portée et les même limites que notre talent littéraire ; elle est la théorie dont notre littérature fut la pratique ; elle en fait partie puisqu’elle la couronne. »18 En revanche, parce que tournée vers les choses réelles ou les effets réels des idées, Peirce précisa en termes de pragmatisme cette autre philosophie à laquelle Taine avait commencé à appeler.

Philosophie de la littérature et logique de la représentation

29Nous soulignerons maintenant une conséquence convergente, que l’on pourrait dire pragmatiste, des deux hypothèses auxquelles parvenaient logiquement Taine et Peirce. En renonçant aux idées de faculté et d’image – même si les premières étaient supposées jusqu’alors rendre possibles les secondes – ils confortaient une vision du monde justifiée par une philosophie dite moniste. Peirce, comme William James, participa à la soutenir via l’un de ses vecteurs de diffusion, la revue américaine titrée The Monist, dans laquelle ils publièrent quelques articles.

  • 19 Conception que conforteraient les remarques anti-réductionnistes de Peirce que nous rappelions supr (...)

30Nous rappellerons que l’idée de monisme implique d’avoir la conviction que nous vivons, pour ainsi dire, dans une sorte de plasma où tout se trouve en interaction avec tout ou, pour le dire autrement, sans vouloir évoquer l’idée de substance, que tout est signifiant. Or, si le monde nous paraît ainsi, signifiant, nous pourrions dire d’une façon théiste que nous sommes dans sa signifiance. Nous préférerons penser que, si rien ne saurait donner matière à penser qui ne soit signifiant, nous devrions conclure, non seulement que le monde doit être pensé comme significatif et donc qu’il fait penser, plus encore, parce qu’il est constitutif de toute pensée, que le monde est pensée19. Ce que Peirce entendait bien ainsi en parlant d’idéalisme objectif.

31Soit une vision du monde à laquelle conduisait autant la conception de Taine, affirmant que l’homme est un « polypier d’images », que celle de Peirce selon laquelle il ne saurait être d’autre vérité que celle de la signifiance ou d’une « signifique » généralisée – pour le dire avec l’un de ses mots.

  • 20 William James, Philosophie de l’expérience, « Le réel et le changement », Ernest Flammarion, Paris, (...)
  • 21 Henri Bergson, L’Énergie spirituelle [1919], PUF, Paris, 1999, p. 47.

32Enfin, pour préciser l’espèce de convergence des pensées de Peirce et de Taine, et pour dire aussi qu’elles ne furent pas sans effets, il faudrait évoquer la pensée d’Henri Bergson que William James rapprocha de celle de Charles Peirce : « Les vues de M. Peirce, avait-il noté, s’accordent entièrement avec celles de M. Bergson, quoiqu’ils y soient arrivés par des voies très différentes. » Il ajoutait : « J’engage vivement tous ceux qui étudient M. Bergson à les comparer avec celles du philosophe français. »20 Certes, une affirmation de Bergson comme celle-ci soutiendra l’invitation à cette comparaison : « La pensée est orientée vers l’action ; et, quand elle n’aboutit pas à une action réelle, elle esquisse une ou plusieurs actions virtuelles, simplement possibles. »21

  • 22 Henri Bergson, Matière et mémoire – Essai sur la relation du corps à l’esprit [1939], PUF, Paris, 1 (...)

33Mais nous serons plutôt enclins à penser que les vues ou visions de ce dernier se sont surtout épanouies à partir de celles de Taine. Ainsi, allant outre l’idée de ce dernier de l’homme comme polypier d’images, Bergson faisait de l’image la possibilité de l’idée même de corps : « Cette image spéciale que vous appelez votre corps »22, notait-il dans Matière et mémoire.

  • 23 Écrits sur le signe, op. cit., p. 149 (2.278)

34Cette résolution à la seule vision de ce qui semble nous importer immédiatement et avant tout, notre corps, n’est pas comparable au propos de Peirce selon lequel il ne saurait être de pensée sans icônes, comme nous le rappelions plus haut : « La seule façon de communiquer directement une idée est par le moyen d’une icône ; et toute méthode indirecte pour communiquer une idée doit dépendre pour son établissement de l’utilisation d’une icône. Par suite, toute assertion doit contenir une icône ou un ensemble d’icônes, ou bien encore doit contenir des signes dont la signification n’est explicable que par des icônes. »23

  • 24 Ibid., p. 116: « La logique (…). C’est en bref la philosophie de la représentation. » (1.539) 

35Les derniers mots de cette citation préciseront que Peirce ne confondait pas la notion d’icône avec celle d’image. Car, à bien le comprendre, l’icône serait à concevoir logiquement comme l’une des versions effectives de la notion de signe selon une considération de la logique comme « philosophie de la représentation »24.

Voyance et image-corps – ainsi soit-il

  • 25 Dans cet ouvrage, Caillois notait ironiquement : « Il s’en déclare l’auteur, c’est-à-dire, selon l’ (...)

36Il demeure que toutes ces hypothèses ou théories auront participé au développement de la doctrine moniste que l’idée d’esthétique généralisée – certes, proposée bien plus tard, en 1962, par Roger Caillois – pourrait simplement donner à appréhender en cela qu’elle engageait à contester tout à la fois les notions d’auteur25 et de point de vue.

37En effet, la pensée selon laquelle l’idée de point de vue pourrait ne plus être crédible doit avoir permis d’apprécier la pertinence de la notion d’impression, telle qu’elle fut reconnue au xixe siècle, comme la plus évocatrice avec celle de symbolisme, d’un nouveau rapport au visible.

  • 26 Susan Sontag, Sur la photographie [1973], U.G.E. 10/18, Paris, 1983, p. 18 : « Les photographies so (...)

38Pourtant, loin de vouloir persuader de croire que nous ne sommes pas précisément voyants, tout au contraire, elle implique de supposer que selon « une instigation sans poussée » – pour le dire avec le mot de Peirce – nous avons tout à fait conscience d’être voyant(s). Ce que confirme déjà le fait de voir et de sentir que nous (nous) voyons et, plus généralement, que le monde est voyant. Confirmation garantie – positivement, mais tout de même mystérieusement –, depuis les premières décennies du xixe siècle, par ces « pièces à conviction »26 que semblaient être les épreuves photographiques.

39Il reste que nous pouvons désormais êtres conduits à inférer qu’il y a de la vue parce qu’il y a des choses voyantes. Et aussi, plus bizarrement, mais aussi logiquement : s’il y a des choses voyantes, c’est parce qu’il y a de la voyance…

40Bien sûr, nous ne ferons pas accroire qu’à partir du xixe siècle nous aurions tous acquis une sensibilité de poète, d’artiste – comme l’avait prophétisé, d’un point de vue alors romantique, F. D. E. Schleiermacher. Plus tard, Rimbaud expliqua que le poète ne peut être voyant que grâce à quelques dérèglements des sens : « Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. »

41Mais nous n’ajouterons rien ici aux thèses consistant à dire que la vie contemporaine dérègle les sens. Nous préférerons opter pour l’idée de voyance – certes, d’un point de vue darwinien – comme adaptée au xixe siècle qui a été l’époque où elle fut conçue dans l’acception que nous lui connaissons aujourd’hui. Car le fait est que nous sommes tous certains que toute chose a au moins une signification. Certitude qui nous porterait à conclure, si l’on incline vers le monisme, à dire que c’est ainsi. Ce que nous dirions aussi, d’un point de vue pragmatiste, en constatant que nous voyant voyants, il nous faut admettre que nous voyons parce que nous sommes voyants.

  • 27 Serge Bismuth, Manet et Mallarmé – Vers un art improbable, L’Harmattan, Paris, 2002.

42Ces « C’est ainsi ! » nous rappelleront l’Igitur de Mallarmé – igitur signifiant « c’est ainsi » ou « ainsi soit-il ». Igitur est une sorte de conte philosophique que j’ai interprété27 comme un questionnement sur la difficulté, désormais, tant nous sommes devenus voyants, de créer quoi que ce soit de tout à fait neuf et ainsi, comme le disait joliment Mallarmé, d’ajouter une goutte d’eau à la mer. Car en ce siècle où, comme jamais, furent produites et diffusées tous azimuts une multitude d’images, comme le suggérait métaphoriquement Mallarmé, en conclusion de son Igitur, selon une formulation qui se disait alors symboliste –, qui se voudrait auteur ne pourrait avoir d’autre ressource que de « se couche[r] sur les cendres de ses ancêtres », c’est-à-dire de signer son fait sur du déjà, peu ou prou, vu, dit, entendu, écrit… Compris ainsi, tous les faits qui se reconnaissent comme artistiques consisteraient toujours, d’une façon plus ou moins évidente, du sampling, pour traduire ainsi – en faisant allusion à une option artistique très contemporaine – l’idée de création artistique, au sens contemporain de l’expression que lui reconnut Mallarmé, non sans confier sa préférence pour l’action restreinte.

43Idée d’action restreinte que j’ai aussi soutenue (cf. op. cit.) comme ayant pu lui avoir été suggérée par l’œuvre de son ami le peintre Edouard Manet, en partie constituée de réemplois d’images bien connues. Une telle façon d’imaginer ses œuvres pouvait certes attester d’une action artistiquement bien restreinte. Elle reste celle qui illustrait le plus visiblement le fait, évoqué par Mallarmé, de « se couche[r] sur les cendres de ses ancêtres. »

  • 28 Stéphane Mallarmé, Igitur ou La Folie d’Elbehnon, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 194 (...)

44« Il ferme le livre – souffle la bougie, – de son souffle qui contenait le hasard ; et, croisant les bras, se couche sur les cendres de ses ancêtres. »28

45Si ces mots, comme nous le pensons, engageaient à faire œuvre en s’en remettant au hasard et, par conséquent, voire plus généralement, à voir toute œuvre comme résultant peu ou prou d’une sorte de coup de dés, c’est à l’idée même de point de vue qu’invitaient à renoncer Manet et Mallarmé, laquelle ne va pas sans supposer la possibilité d’une position singulière qui, plus idéalement, fait accroire à une possibilité plus formidable encore, celle de voir isolément et seulement ce monde là, ici et maintenant, mais comme d’ailleurs : depuis cette sorte de promontoire qui serait celui de l’auteur.

  • 29  Paul Valéry, Cahiers II, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1960, p. 1220.

46Toutefois, pour ne pas renoncer tout à fait à se prétendre auteur, Paul Valéry notait : « En somme, on ne peut être auteur et sincère. »29

  • 30 Ibid., « Triomphe de Manet », pp. 1331-1332. 

47Aussi, en considérant les peintres dits impressionnistes comme les émules de Manet, il notait en regard de leurs œuvres : « Ils proposent à bien des générations leur manière de considérer et de traiter le monde sensible, leur science personnelle d’opérer par l’œil et la main pour changer l’acte de voir en chose visible. »30

  • 31 Paul Valéry, Cahiers I, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1973, p. 789.

48Par ces autres de mots, Paul Valéry précisait que de telles œuvres concernaient non seulement le langage, mais ce dont, selon lui, devait surtout nous instruire tout langage : « Un langage ! Un langage ! pour exprimer non les images mais leur construction, mais leur sort – et tout ce qui, quantité, forces, transformations réglées ou élémentaires, … les fait – vivre. »31

49Et l’on sait que de la culture visuelle du xixe siècle émergèrent, en plus de cette « langue de l’œil qui écoute » que travailla à imaginer Paul Gauguin, nombre d’autres œuvres qui signifièrent effectivement cette idée de construction, voire de déconstruction des images, et aussi celle d’images vivantes lorsqu’advint, à la fin de ce siècle, le cinématographe.

Haut de page

Notes

1 Hippolyte Taine, Philosophie de l’art, tome 1, Paris, Hachette, 1909 (13e édition), p. 151.

2 Charles Sanders Peirce, Écrits sur le signe, Seuil, Paris, p. 148 (CP 2.278).

3 Hyppolite Taine, De l’intelligence [1870], Librairie Hachette et Cie, Paris, 1892, tome 1, p. 36.

4 Questionnement de Taine fondé sur la supposition que c’est à partir d’images – que peuvent éveiller ou réveiller des signes – que les pensées se forment et qu’aura peut-être participé à inspirer ces mots d’Herbert Spencer : « Chez tous les quatre, les symboles verbaux employés ou bien n’éveillent pas d’images, ou bien n’éveillent que des images extrêmement vagues, qui, groupées ensemble, ne peuvent former que des ombres de pensées. » Herbert Spencer, Premiers principes, p. 517 de la traduction de M. Guymiot, depuis la sixième édition anglaise, Édition Alfred Costes, Paris, 1920 (Bibliothèque en ligne, Les Classiques des sciences sociales, Université de Québec à Chicoutimi).

5 Hyppolite Taine, Les Philosophes français du xixe siècle [1857], Librairie Hachette, Paris, 1860, p. 13.

6 Écrits sur le signe, op. cit., p. 113 (1.538).

7 Hyppolite Taine, De l’intelligence, tome 1, op. cit., p. 13-14.

8 Thomas Carlyle, Sartor Resartus, 1831.

9 Thomas Carlyle, On Heroes, Hero-worship, and the Heroic in History, 1840.

10 Hippolyte Taine, Notes sur Paris – Vie et opinions de M. Frédéric-Thomas Graindorge, Docteur en philosophie de l’Université d’Iéna, principal associé commanditaire de la maison Graindorge and Co. (huile et porc salé, à Cincinnati, États-Unis d’Amérique) [1867], Librairie Hachette & Cie, Paris, 1913, op. cit., pp. 277 et 264.

11 Hippolyte Taine, Les philosophes français du xixe siècle, Librairie de L. Hachette et Cie, Paris, 1860, p. 15-16.

12 Les philosophes français du xixe siècle, op .cit., pp. 16-17.

13 Charles Sanders Peirce, La logique de la science, « Comment se fixe la croyance », La revue philosophique de la France et de l’étranger, Troisième année, Tome VI, décembre 1878 et quatrième année, tome VII, janvier 1879, p. 555.

14 Écrits sur le signe, op. cit., p. 116 (1.539).

15 Charles Sanders Peirce, À la recherche d’une méthode, Théétète éditions, Saint-Estève, Pyrénées Orientales, 1993, p. 95.

16 Contre « tout réductionnisme », Peirce notait : « On entreprend de situer divers pouvoirs mentaux dans le cerveau, en tenant par exemple pour certain que la faculté du langage réside dans tel ou tel hémisphère. Mais autant dire alors que le langage réside dans la langue. Il ajoutait : « L’erreur est très semblable à celle qui a longtemps prévalu selon laquelle un courant électrique se propage à travers le fil électrique, alors qu’on sait aujourd’hui que c’est justement le seul endroit où on le coupe et qu’il est donc totalement à l’extérieur du fil. (7.364) Citations que l’on trouvera dans l’ouvrage de Claudine Tiercelin, La pensée-signe – Étude sur C. S. Peirce, Jacqueline Chambon, Nîmes, 1993, p. 80.

17 Écrits sur le signe, op. cit., p. 116 (1.538).

18 Les philosophes français du xixe siècle, op. cit., pp. 16 à 20.

19 Conception que conforteraient les remarques anti-réductionnistes de Peirce que nous rappelions supra, en note 16.

20 William James, Philosophie de l’expérience, « Le réel et le changement », Ernest Flammarion, Paris, 1910, p. 355. Pour soutenir davantage que Bergson ait pu s’intéresser à des auteurs anglophones, nous rappellerons, non seulement qu’il confia avoir lu deux textes de W. James sur l’effort et sur l’émotion, au moment où il concevait Les Données immédiates de la conscience [1889], qu’il a traduit en 1881, dès sa publication l’ouvrage de James Sully (1842-1923) intitulé Les illusions des sens et de l’esprit. Sully fut en charge de chaire de logique et de philosophie de l’esprit au University College de Londres de 1892 à 1907. Gilles A. Tiberghien inféra de l’intérêt de Bergson pour ce texte de James Sully le propos d’un article qu’il intitula : « Une source peu connue du bergsonnisme », in Courts-circuits, Le Félin, Paris, 2008, pp. 91-106, et Bergson (direction de Philippe Soulez et Frédéric Worms), PUF, Paris, 2002, p. 50 et pp. 330-331.

21 Henri Bergson, L’Énergie spirituelle [1919], PUF, Paris, 1999, p. 47.

22 Henri Bergson, Matière et mémoire – Essai sur la relation du corps à l’esprit [1939], PUF, Paris, 1990, p. 38.

23 Écrits sur le signe, op. cit., p. 149 (2.278)

24 Ibid., p. 116: « La logique (…). C’est en bref la philosophie de la représentation. » (1.539) 

25 Dans cet ouvrage, Caillois notait ironiquement : « Il s’en déclare l’auteur, c’est-à-dire, selon l’étymologie, l’augmentateur, celui qui confère la portée et l’importance. »

26 Susan Sontag, Sur la photographie [1973], U.G.E. 10/18, Paris, 1983, p. 18 : « Les photographies sont des pièces à convictions. » Aussi, parce que paraissant proche de la maxime de Wittgenstein, nous noterons aussi cette citation de Henry David Thoreau que rapportait Susan Sontag : « Vous ne pouvez dire plus que vous ne voyez. » (Ibid., p. 118). Cette affirmation soutenait surtout la conviction selon laquelle il ne saurait être de pensée qui n’ait d’abord été motivée par quelque chose de visible.
Cette conviction fut partagée par Charles Sanders Peirce qui affirma plus explicitement : « 1. Nous n’avons aucun pouvoir d’introspection. Toute notre connaissance du monde interne dérive par raisonnement hypothétique de notre connaissance des faits externes. 2. Nous n’avons aucun pouvoir d’Intuition : toute cognition est logiquement déterminée par des cognitions antérieures. 3. Nous n’avons aucun pouvoir de penser sans signes. 4. Nous n’avons aucune conception de l’absolument inconnaissable. » À la recherche d’une méthode, op. cit., p. 67, 2e Partie, Critique des facultés, Chapitre : « Quelques conséquences de quatre incapacités ».

27 Serge Bismuth, Manet et Mallarmé – Vers un art improbable, L’Harmattan, Paris, 2002.

28 Stéphane Mallarmé, Igitur ou La Folie d’Elbehnon, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1945, p. 442.

29  Paul Valéry, Cahiers II, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1960, p. 1220.

30 Ibid., « Triomphe de Manet », pp. 1331-1332. 

31 Paul Valéry, Cahiers I, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1973, p. 789.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Bismuth, « De l’intelligence du visuel ou du différend des images et des idées », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013, Consulté le 24 juin 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/6946

Haut de page

Auteur

Serge Bismuth

Serge Bismuth, Maître de conférences HDR en esthétique et en sémiotique, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, France.

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page