Navigation – Plan du site
La culture visuelle du XIXe siècle
Rencontres textes/images

Illustrer Balzac

Synergie(s) texte et image au xixe siècle
Anna Fierro

Résumés

En 1830, Nodier publie l’Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux, œuvre atypique, récit sans histoire ni personnages, qui marque un changement radical dans la relation complexe qu’entretiennent texte et image pendant le xixe siècle. En effet, l’illustration se multiplie, conquiert la page blanche, établit avec le texte un rapport d’égalité qui modifie sensiblement la physionomie des livres ainsi que l’approche de lecture.
Dans cette perspective, cet article vise à approfondir les croisements et les échanges réciproques existant entre littérature et illustration dans certaines œuvres balzaciennes. Vers 1840, l’écrivain participe à plusieurs projets d’ouvrages collectifs – notamment Les Français peints par eux-mêmes et Le Diable à Paris – et, en même temps, il rédige Petites misères de la vie conjugale, qui représente un unicum dans la production de Balzac. En analysant ces œuvres on essaiera de répondre aux questions suivantes: à quel point a-t-il été influencé par la « littérature panoramique » très en vogue en 1840 ? Comment son écriture se modifie-t-elle en se fragmentant et combien les illustrateurs sont, à leur tour, inspirés par les descriptions balzaciennes ? Par quels moyens expressifs l’auteur arrive-t-il jusqu’à abolir les frontières entre arts et genres différents, tout en réalisant l’idéal romantique de la « fraternité des arts » ?

Haut de page

Texte intégral

Notre dernière révolution a prouvé toute l’importance du crayon de nos dessinateurs.
(H. de Balzac, « Prospectus » de La Caricature)

  • 1 H. de Balzac, « La Peau de chagrin, roman philosophique par M. de Balzac », in Œuvres diverses, sou (...)

1En suivant l’allure serpentine de la « très spirituelle épigraphe »1de La Peau de chagrin, cet article vise à approfondir les croisements et les échanges réciproques existant entre littérature et illustration dans certaines œuvres de la première moitié du xixe siècle qui n’appartiennent pas exclusivement à l’auteur de La Comédie humaine, mais auxquelles il a contribué avec les textes les plus variés. Vers 1840, l’écrivain participe à plusieurs projets d’ouvrages collectifs, dont la spécificité réside dans l’union du texte et de l’image et dans l’emploi d’un style destiné à produire un effet comique : Les Français peints par eux-mêmes (1840-1842), Scènes de la vie privée et publique des animaux (1841-1842), La Grande ville (1842-1843), Le Diable à Paris (1845-1846), pour ne mentionner que les principaux ; en même temps, il rédige Petites misères de la vie conjugale, qui représente un unicum dans la production balzacienne puisque l’édition définitive, publiée en 1846, est ornée de 300 dessins de Bertall.

2En évoquant les années frénétiques du romantisme, dans un article sur Delacroix de 1864, Théophile Gautier écrit :

  • 2 Th. Gautier, « Eugène Delacroix », in Histoire du romantisme, Paris, Charpentier et Cie, Libraires- (...)

En ce temps-là, la peinture et la poésie fraternisaient. Les artistes lisaient les poètes et les poètes visitaient les artistes. […] L’enthousiasme tenait du délire. […] Maintenant que ce beau feu s’est refroidi et que la génération positive qui s’occupe de la scène du monde se préoccupe d’autres idées, on ne saurait croire quel vertige, quel éblouissement produisirent sur nous tel tableau, tel pièce, qu’on se contente aujourd’hui d’approuver d’un petit signe de tête2.

  • 3 Voir P. J. Edwards, « Dossier : La revue l’«Artiste» (1831-1904). Notice bibliographique », in Roma (...)
  • 4 Illustrateur, graveur et peintre, Tony Johannot (1803-1852) a collaboré avec diverses revues (comme (...)
  • 5 Bien que son activité ne dure que deux ans, du 29 décembre 1829 au 2 janvier 1831, La Silhouette se (...)
  • 6 La revue se proposait de brosser un tableau de la vie « morale, religieuse, littéraire et scénique  (...)
  • 7 H. de Balzac, « Prospectus », in Œuvres diverses, op. cit., t. II, pp. 795-797.

3L’idéal romantique de la fraternité des arts et de leurs influences mutuelles est résumé dans l’illustration qui ouvre le premier numéro de L’Artiste, revue créée le 6 février 1831 par Achille Ricourt, avec la double ambition d’offrir une publication artistique et littéraire3. La vignette – réalisée par Tony Johannot4 – montre dans un même atelier un peintre, un sculpteur, un écrivain et un musicien qui accompagne de sa guitare deux chanteuses. Au début des années 1830, ce sont les revues qui permettent et facilitent les échanges entre littérature et illustration : c’est le cas, par exemple, de La Silhouette, dont le sous-titre (« album lithographique : Beaux-arts, dessins, mœurs, caricatures »5) clarifie immédiatement quels seront les sujets abordés dans la revue ; ou de La Caricature6, hebdomadaire satirique illustré fondé par Charles Philipon en 1830, au lancement duquel participe Balzac aussi. Dans le « Prospectus » rédigé par l’auteur, Balzac justement affirme que, puisque les techniques de reproduction des images ont fait des progrès énormes, permettant la diffusion des illustrations même dans les journaux, la « caricature écrite » rivalisera désormais avec la « caricature lithographiée ». « N’est-ce pas une idée heureuse – se demande-t-il – que d’avoir deviné qu’il y avait à Paris une littérature spéciale dont les créations pouvaient correspondre aux folies de nos dessinateurs? »7. Comme le remarque Philippe Hamon, le xixe siècle n’a pas inventé le rapport entre texte et image, mais il a favorisé une propagation de l’image sans précédent, tout en poussant les auteurs à se confronter avec une problématique de plus en plus actuelle :

  • 8 Ph. Hamon, Imageries : littérature et images au XIXe siècle, Paris, José Corti, 2001, p. 248.

C’est donc le siècle où la littérature va désormais se situer par rapport à l’image selon des rapports de concurrence, de fascination, de rejet, de collaboration, plus ou moins subis, maîtrisés ou acceptés par les écrivains8.

  • 9 Sur ce point ce qui est intéressant, c’est la réaction d’un Flaubert « iconophobe » qui, dans une l (...)
  • 10 Voir le célèbre article « Des Artistes », paru dans La Silhouette en 1830, in Œuvres diverses, t. I (...)

4Balzac se laisse séduire par l’image et, parallèlement, il comprend les potentialités de l’illustration en les exploitant à son avantage9 : en effet, c’est la correspondance entre image et littérature, la connivence entre arts différents dans une même œuvre qu’il recherche dès ses débuts et qu’il atteint complètement à partir des années 1840. La collaboration avec plusieurs revues s’occupant explicitement de l’art, les articles sur la condition de l’artiste au xixe siècle10, les liens étroits établis avec les illustrateurs les plus féconds de l’époque, sont autant d’éléments qui témoignent de l’intérêt continu, voire croissant, de Balzac pour l’une des questions au sein du débat culturel. En outre, ses activités d’éditeur, de typographe, de fondeur de caractères exercées pendant quatre ans, entre 1825 et 1828, ne sont pas sans importance pour tout ce qui concerne le format du livre, la qualité du papier, la mise en page et les jeux typographiques.

  • 11 Paru en 1850, Balzac y participe avec un conte pour enfants, Tony Sans-Soin, texte publié pour la p (...)
  • 12 L. Lespès (sous la direction de), Le Livre des 400 auteurs : nouvelles, contes, voyages, légendes, (...)
  • 13 Ibid., p. 5. Très en vogue pendant les années 1830, la métaphore de la mosaïque est au centre de no (...)
  • 14 L. Lespès (sous la direction de), Le Livre des 400 auteurs, op. cit., pp. 4, 5, 6.

5Dans Le Livre des 400 auteurs11, ouvrage moins connu, mais qui mérite d’être signalé pour les illustrations de Nadar, l’éditeur Léo Lespès en décrivant le recueil, où sont « [conviés] tous ces hommes sans exception qui soutiennent et exaltent la gloire de la littérature française »12, résume les intentions des livres illustrés de la dernière décennie. Dans la « Préface semi-comique d’un livre sérieux », l’éditeur explique qu’il s’agira d’une « mosaïque complète »13, ou plus précisément que ce sera un « clavier universel, où chaque main viendra improviser sa mélodie ». Mais au-delà des métaphores artistiques ou musicales, comme dans les œuvres qui depuis des années reçoivent l’approbation d’un public enthousiaste, même dans Le Livre des 400 auteurs il faudra « unir la plume et le crayon », ou plutôt « marier légalement la plume de l’écrivain au crayon du dessinateur »14, comme cela ressort dans la vignette qui orne le texte, où Balzac célèbre l’alliance entre Madame la plume et Monsieur le crayon (fig. 1).

Figure 1

Figure 1

Nadar (1820-1910), vignette dans le texte, gravure sur bois debout pour Le Livre des 400 auteurs, 1850, p. 6.

6À travers quelques exemples, on va donc montrer les images du mariage heureux entre certains textes balzaciens et les dessins de plusieurs artistes, en essayant de mettre en évidence la façon dont l’écriture de l’auteur se modifie, en se fragmentant, et combien les illustrateurs sont, à leur tour, inspirés par ses descriptions.

Figure 2

Figure 2

J.-J. Grandville (1803-1847), tête de page, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie du rentier, 1840, p. 1.

  • 15 Doté d’une imagination absolument fabuleuse, Jean Ignace Isidore Gérard (1803-1847), connu sous le (...)
  • 16 H. de Balzac, « Monographie du Rentier », in Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale (...)

7Commençons par le troisième volume du recueil de Léon Curmer Les Français peints par eux-mêmes, et notamment par la Monographie du rentier, illustrée par Jean Ignace Isidore Gérard, connu sous le pseudonyme de J.-J. Grandville15. Le début du texte nous plonge, grâce au bandeau (fig. 2) et à la description qui suit, dans un musée d’histoire naturelle où l’on peut admirer de nombreuses espèces de bipèdes et, en particulier, entre une grue femelle et une oie, le squelette d’un « rentier mâle », dont voici la définition scientifique: « Rentier. Anthropomorphe selon Linné, Mammifère selon Cuvier, Genre de l’Ordre des Parisiens, Famille des Actionnaires, Tribu des Ganaches »16. Balzac continue sa description en détaillant les caractères typiques (physiques et moraux) de l’espèce : cinq ou six pieds de gradeur, la lenteur des mouvements dans son habitat naturel – Paris – en dehors duquel il « dépérit et meurt » ; ensuite, il s’attarde sur l’habillement, en énumérant tous les accessoires qui le rendent reconnaissable dès le premier coup d’œil. En s’appropriant les détails esthétiques fournis par l’écrivain, Grandville traduit graphiquement la description suivante :

  • 17 H. de Balzac, « Monographie du Rentier », in Les Français peints par eux-mêmes, op. cit., p. 1.

Ses larges pieds sont recouverts de souliers à nœuds, ses jambes sont douées de pantalons à couleurs brunes ou roussâtres; il porte des gilets à carreaux d’un prix médiocre […]. Il est cravaté de mousseline blanche. Presque tous les individus sont armés de cannes et d’une tabatière d’où ils tirent une poudre noire avec laquelle ils farcissent incessamment leur nez […]17 (fig. 3).

Figure 3

Figure 3

J.-J. Grandville (1803-1847), « Le Rentier », illustration hors-texte, gravure sur bois debout, pour Balzac, Monographie du rentier, 1840, s. p.

8Souvent le Rentier est accompagné de sa femme, dont le portrait très peu flatteur dressé par Balzac trouve, encore une fois, sa contrepartie dans le dessin de l’artiste qui n’oublie de transcrire aucun détail dans sa gravure :

  • 18 Ibid., p. 9.

La femme du Rentier est une de ces femmes vulgaires, entre la femme du peuple et la bourgeoise à prétention. Elle désarme le rire, elle n’offusque personne, chacun devine chez elle un parti pris : elle a des boucles de ceinture en chrysocale conservé avec soin ; fière de son ventre de cuisinière, elle n’admet plus de corset ; elle a eu la beauté du diable, elle cultive le bonnet rond, mais elle met parfois un chapeau qui lui va comme à une marchande de chiffon18 (fig. 4).

Figure 4

Figure 4

J.-J. Grandville (1803-1847), « Le Rentier et sa femme », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie du rentier, 1840, s. p.

9Le succès des Français pousse l’éditeur Hetzel à poursuivre la voie tracée par Curmer : en faisant paraître Scènes de la vie privée et publique des animaux, il remplace les hommes et les femmes de son époque par des animaux « humanisés » (ou des humains animalisés), auxquels chaque lecteur pourra s’identifier. Pour son projet, l’éditeur va s’assurer la collaboration d’un certain nombre d’écrivains en vue et confier la tâche d’illustrer les textes au crayon inventif et spirituel de Grandville. Le frontispice de l’édition de 1852, réalisé par François-Louis Français, explicite ce dessein : au premier plan de l’illustration, à gauche, on peut reconnaître Balzac, au centre, entre Hetzel et Janin, au fond Gautier et en haut Sand ; à droite, Grandville qui est en train d’esquisser ses modèles pendant que des animaux observent les différentes espèces d’écrivains (fig. 5). Mais, précise Hetzel dans le « Prospectus »,

  • 19 J. Hetzel, « Prospectus », in Scènes de la vie privée et publique des Animaux, édité par P.-J. Stah (...)

jusqu’ici […] son génie n’avait pas été complètement libre, puisqu’il avait à traduire, avant tout, ses auteurs, vivre avec eux, à leur guise, et dans leur temps. Dans notre livre, au contraire, chacun de ses dessins est une création qui, tout en se liant au texte, ne laisse pas d’être indépendante19.

Figure 5

Figure 5

François-Louis Français (1814-1897), frontispice, gravure sur bois debout pour Les animaux peints par eux-mêmes, 1852.

  • 20 A. Renonciat, « Métamorphoses des ’Métamorphoses’ de Grandville », in L’Œil écrit. Études sur les r (...)

10À l’instar de la publication de Curmer, même dans les Scènes de la vie privée et publique des Animaux Grandville recourt à deux catégories d’images, qu’Annie Renonciat appelle « les scènes » et « les types »20 : dans la première, les personnages sont représentés par groupes en train d’accomplir une action, comme faire de la réclame pour la sortie d’une nouvelle étude de mœurs, ou s’occuper des souscriptions ; dans la deuxième, les traits caractéristiques de chaque animal sont mis en relief par l’illustrateur, qui montre son sujet isolé, dans un décor naturel ou domestique.

  • 21 P.-J. Stahl, Histoire d’un lièvre (sa vie privée, publique et politique, écrite sous sa dictée par (...)

11La filiation entre les deux œuvres est évidente dans le frontispice « animalisé », où Grandville reproduit, en le parodiant, celui des Français : une foule d’animaux d’espèces différentes s’empresse autour d’un singe et d’un chien pour assister à l’affichage d’un nouveau placard promouvant la toute dernière publication à la mode. Filiation renforcée à partir de la deuxième édition du livre puisque le titre sera changé en Les Animaux peints par eux-mêmes. Mais l’intertextualité picturale ne se limite pas au seul frontispice. Dans l’Histoire d’un lièvre (sa vie privée, publique et politique, écrite sous sa dictée par une pie, son amie), P.-J. Stahl, pseudonyme d’Hetzel, définit un propriétaire sans scrupules comme « un Homme très dur qui s’appelait M. Vautour »21 : Grandville caractérise son personnage en lui donnant la même allure et les mêmes vêtements que le rentier balzacien, fournissant ainsi une version animalisée du « type » humain (fig. 6).

Figure 6

Figure 6

J.-J. Grandville (1803-1847), « M. Vautour », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Les Scènes de la vie privée et publique des animaux, 1840-1842, s. p.

  • 22 H. de Balzac, « Avant-propos », in La Comédie humaine, nouvelle édition publiée sous la direction d (...)
  • 23 Annie Renonciat remarque que la fonction de ces illustrations est « de révéler la bête qui est en l (...)

12La collaboration entre Balzac et Grandville est encore plus intéressante si l’on considère qu’à la même époque l’auteur est en train d’écrire le célèbre « Avant-Propos » de la Comédie humaine, où il avoue que « l’idée première [de son œuvre lui] vint d’une comparaison entre l’Humanité et l’Animalité »22. Tous les deux donc participent du même procédé visant à mélanger les traits de l’homme et de l’animal dans un être hybride qui naîtrait de la plume de l’écrivain et qui prendrait vie grâce au crayon du dessinateur. C’est le cas de la rencontre entre Beuaty, l’héroïne du conte balzacien Peines de cœur d’une chatte anglaise, et de son futur mari, l’illustre Puff (fig. 7). Cependant l’illustrateur, suivant son imagination, animalise parfois aussi les humains23 : comme la jeune miss jouant du piano, qui a un visage et une patte de chien, et une main humaine; ou la vieille fille à la figure simiesque, chez qui Beauty est accueillie.

Figure 7

Figure 7

J.-J. Grandville (1803-1847), illustration dans le texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Peines de cœur d’une chatte anglaise, 1867 (1840-1842), p. 69.

  • 24 H. de Balzac, « Monographie de la presse parisienne », in La Grande ville. Nouveau tableau de Paris(...)

13L’enquête pseudo-scientifique de Balzac sur les espèces qui vivent dans la capitale continue dans Monographie de la presse parisienne, publiée par Hetzel dans le recueil La Grande ville. Nouveau tableau de Paris comique, critique et philosophique (paru en livraisons de 1842 à 1843), illustré par Gavarni, Victor Adam, Daumier, D’Aubigny, H. Emy. Pour corroborer le sérieux de son étude, Balzac fait précéder l’analyse de l’« Ordre Gendelettre » d’un « Tableau synoptique ; Extrait de l’histoire naturelle du Bimane en société », qui résume dans un schéma d’une seule page les genres et les sous-genres caractérisant « cette portion d’Histoire Naturelle Sociale à laquelle une illustration vigoureuse donne tout le mérite de l’iconographie »24(fig. 8). Comme pour le Rentier, l’écrivain énumère les traits saillants de cet Ordre :

  • 25 Ibid., pp. 131-132.

Le principal caractère de ces deux Genres [le Publiciste et le Critique] est de n’en jamais avoir aucun. […] On remarque cependant quelques individus qui, en écrivant toujours la même chose, en répétant le même article, faute d’ailleurs d’en pouvoir trouver un autre, passent alors pour avoir du caractère […]. Sous le rapport physique, ces individus manquent assez généralement de beauté, quoiqu’ils se fassent des têtes remarquables à l’aide de la lithographie, du plâtre, des statuettes et du faux-toupet25.

Figure 8

Figure 8

Illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie de la presse parisienne, 1842-1843, s. p.

  • 26 Ibid., pp. 169-170.

14Des vignettes et des gravure hors-texte d’artistes divers ponctuent la narration balzacienne et reproduisent, en y mettant de l’emphase, certains détails du texte qui autrement passeraient presque inaperçus. Comme dans la description du genre des critiques, où Balzac écrit : « Les critiques de toute espèce tiennent surtout à passer pour être de bons enfants, ils ne font pas de mal par spéculation, mais parce que le public aime à ce qu’on lui serve chaque matin trois ou quatre auteurs embrochés comme des perdrix et bardés de ridicule »26. L’illustrateur, en prenant à la lettre les mots de l’écrivain, représente un lecteur-monstre avide, qui se nourrit d’une brochette savamment préparée pour lui d’un critique rusé (fig. 9).

Figure 9

Figure 9

Illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie de la presse parisienne, 1842-1843, s. p.

15Sous les habits d’un homme de science faussement rigoureux, Balzac conclut son observation par ces mots :

  • 27 Ibid., pp. 207-208.

La Presse, comme la femme, est admirable et sublime quand elle avance un mensonge, elle ne vous lâche pas qu’elle ne vous ait forcé d’y croire, et elle déploie les plus grandes qualités dans cette lutte où le public, aussi bête qu’un mari, succombe toujours. […] Si la Presse n’existait pas, il faudrait ne pas l’inventer27.

  • 28 Balzac y publie aussi trois contes qui seront réunis dans la Comédie humaine sous le titre Comédien (...)
  • 29 Les didascalies qui identifient les divers personnages ne sont pas écrites par Gavarni, mais elles (...)

16La référence au mariage nous permet d’aborder les derniers textes par lesquels nous allons achever notre étude, Le Diable à Paris et, par conséquent, Petites misères de la vie conjugale. Dans l’ouvrage collectif de l’infatigable Hetzel, Balzac fait paraître en 1845 dix « misères » (qui composeront Petites misères de la vie conjugale), sous le titre de Philosophie de la Vie conjugale à Paris. – Chaussée d’Antin28, illustrée par Bertall. Puisque ces pages sont accueillies très favorablement par le public, l’éditeur en tire à part un fascicule, intitulé Paris marié et « commenté » par Gavarni qui réalise 20 planches hors-texte et 40 vignettes incorporées dans le texte. L’ouvrage remporte un succès immédiat auprès des lecteurs, mais ce sont surtout les femmes dessinées par l’artiste qui constituent la partie la plus novatrice du livret, puisqu’elles forment une galerie très variée : il les représente tantôt fidèlement, en respectant les descriptions balzaciennes, tantôt en y ajoutant un détail insolite qui connote le personnage, comme l’image de Caroline en poupée sur un piédestal (fig. 10). D’autres fois, à partir d’une simple indication textuelle, Gavarni traduit le texte de Balzac en donnant sa propre vision du personnage. C’est le cas par exemple du dernier chapitre du livre, où l’auteur identifie ses personnages comme dans un texte théâtral : « une femme dont on dit beaucoup de mal » ; « une jeune affligée » ; « une femme de 40 ans sans emploi » (fig. 11)29.

Figure 10

Figure 10

Paul Gavarni (1804-1866), « Madame Caroline », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Paris marié, 1882 (1845), s. p.

Figure 11

Figure 11

Paul Gavarni (1804-1866), « Une femme de quarante ans sans emploi », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Paris marié, 1882 (1845), s. p.

  • 30 Sur le rapport texte et image dans Petites misères de la vie conjugale, voir N. Basset, « La Physio (...)
  • 31 « Si on accepte en effet de considérer que le signifiant mosaïque désigne un ’tout en morceaux’, un (...)

17Afin d’atteindre un public plus vaste et bien conscient de l’impact qu’une image peut avoir sur l’imagination de ses lecteurs, en 1845, Balzac rassemble les « misères » parues dans plusieurs revues et dans Le Diable à Paris chargeant Bertall d’illustrer son volume qui sera publié chez Chlendowski l’année suivante. Le lecteur accoutumé aux denses descriptions balzaciennes, où les lieux et les personnages sont analysés avec exactitude, pourra être dépaysé en lisant ce livre illustré, ou, au contraire, il sera surpris de l’originalité d’une œuvre littéralement envahie de dessins. Bien qu’il s’agisse d’un ouvrage caractérisé par un rythme irrégulier puisque texte et image entretiennent un dialogue incessant30, avec Petites misères de la vie conjugale Balzac arrive à un effet totalisant obtenu par l’assemblage d’éléments hétéroclites : comme dans une mosaïque, chaque scène, chaque chapitre et chaque illustration représentent un morceau qui contribuera à la composition d’une unité cohérente faite de composantes discontinues31.

  • 32 H. de Balzac, Petites misères de la vie conjugale, in La Comédie humaine, op. cit., t. XII, p. 103.
  • 33 « Nous connaissons des livres mâles et des livres femelles, des livres qui, chose déplorable, n’ont (...)

18Dans ce livre « androgyne »32, qui a un côté mâle et un côté femelle33, les 36 chapitres de même que les 300 images de Bertall racontent, et illustrent, les scènes de la vie conjugale d’Adolphe et Caroline, un couple dépeint comme typique de l’époque, comme typiques deviennent les situations dont ils sont les acteurs : la vie quotidienne entre femme et mari, le rapport compliqué avec les beaux-parents, la naissance d’un enfant, jusqu’à la découverte de relations extra-conjugales.

19En plus de la présentation des personnages principaux grâce aux gravures hors-texte, les dessins de Bertall remplissent une fonction bien précise selon leur place dans le texte : les lettrines et les vignettes en-tête de chapitre ont souvent une valeur proleptique, elles annoncent ou introduisent les sujets dont il sera question dans le chapitre ; tandis qu’aux culs-de-lampe et aux vignettes à l’intérieur du texte est attribuée une valeur analeptique, qui reprend ou fait allusion aux « misères » précédemment décrites. Les images cessent donc de recouvrir une simple fonction ornementale ou pittoresque, pour en acquérir une plus dynamique : elles éclaircissent certains aspects de l’histoire, comme la petite vignette qui résume dans une seule image plusieurs années de mariage (fig. 12), ou elles fournissent des clefs de lecture inusitées, comme la gravure hors-texte qui montre les différentes significations du mot « mal », en y ajoutant un sens supplémentaire que Balzac laisse deviner mais qu’il n’explicite pas dans le texte (fig. 13).

Figure 12

Figure 12

Bertall (1820-1882), « Avant, pendant, après », vignette dans le texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Petites misères de la vie conjugale, 1978 (1846), p. 88.

Figure 13

Figure 13

Bertall (1820-1882), « Mal », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Petites misères de la vie conjugale, 1978 (1846), s. p.

  • 34 H. de Balzac, « Le Diner bourgeois », in Œuvres diverses, op. cit., t. II, p. 657. Article publié d (...)

20En conclusion, ce sont des œuvres mosaïque, où le lecteur est sans cesse appelée à créer son propre parcours de lecture, à tendre son oreille aux mille suggestions qui lui viennent des images, car, pour reprendre une formule appropriée de Balzac, ce sont des « dessins qui parlent »34 et qui lui racontent la vie et les mœurs d’un siècle où une nouvelle ère du visuel est inaugurée.

Haut de page

Notes

1 H. de Balzac, « La Peau de chagrin, roman philosophique par M. de Balzac », in Œuvres diverses, sous la direction de P.-G. Castex, avec la collaboration de R. Chollet, R. Guise et N. Mozet, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1990-1996, 2 vol., t. II, p. 849. Ce compte-rendu est paru dans le numéro 41 de La Caricature, le 11 août 1831, sous la rubrique « Fantaisie ».

2 Th. Gautier, « Eugène Delacroix », in Histoire du romantisme, Paris, Charpentier et Cie, Libraires-Éditeurs, 1874, pp. 200-217. Cet article est publié pour la première fois dans Le Moniteur, le 18 novembre 1864. Sur ce sujet voir A. Larue, De l’Ut pictura poesis à la fusion romantique des arts, in La Synthèse des arts, sous la direction de J. Caullier, Lille, Presses du Septentrion, 1998, s. p.

3 Voir P. J. Edwards, « Dossier : La revue l’«Artiste» (1831-1904). Notice bibliographique », in Romantisme, 1990, pp. 111-118 ; S. Pauliac, « L’image de l’affiche dans la revue l’«Artiste» : l’exemple de Jules Chéret », in Image [&] Narrative [e-journal], n° 20, 2007, en ligne http://www.imageandnarrative.be/inarchive/affiche_findesiecle/pauliac.htm. Consulté le 27 avril 2011. C’est dans L’Artiste que Balzac fait paraître la première version du Chef-d’œuvre inconnu – publié en deux numéros, le 31 juillet et le 7 août 1831 – l’un des contes les plus importants où l’auteur examine la question de l’art et de l’artiste.

4 Illustrateur, graveur et peintre, Tony Johannot (1803-1852) a collaboré avec diverses revues (comme L’Artiste, La Revue des Deux-Mondes, Le Magasin pittoresque) et il a illustré plusieurs œuvres littéraires, parmi lesquelles l’Histoire du Roi de Bohême et de ses sept châteaux de Nodier (1830), l’édition Furne de la Comédie humaine de Balzac (1842), les Œuvres illustrées de Sand (1852-1856).

5 Bien que son activité ne dure que deux ans, du 29 décembre 1829 au 2 janvier 1831, La Silhouette sera le prototype des revues satiriques du xixe siècle. À cette revue ont contribué, entre autres, Balzac, Monnier (comme écrivain et illustrateur), Grandville et Daumier. Sur la collaboration de Balzac avec La Silhouette, voir la « Notice » aux « Articles publiés dans La Silhouette », in Œuvres diverses, op. cit., t. II, pp. 1503-1516 et R. Chollet, Balzac journaliste, le tournant de 1830, Paris, Klincksieck, 1983, chap. IV, « La Silhouette, un journal artiste au service des artistes », pp. 175-220.

6 La revue se proposait de brosser un tableau de la vie « morale, religieuse, littéraire et scénique » de l’époque, comme l’indique le sous-titre. Sur le rapport entre Balzac et la revue, voir la « Notice » aux « Articles publiés dans La Caricature », in Œuvres diverses, op. cit., t. II, pp. 1591-1605 et R. Chollet, Balzac journaliste, op. cit., chap. IX, « La Caricature : un lancement réussi », pp. 405-457.

7 H. de Balzac, « Prospectus », in Œuvres diverses, op. cit., t. II, pp. 795-797.

8 Ph. Hamon, Imageries : littérature et images au XIXe siècle, Paris, José Corti, 2001, p. 248.

9 Sur ce point ce qui est intéressant, c’est la réaction d’un Flaubert « iconophobe » qui, dans une lettre à Ernest Duplan, affirme résolument : « Jamais, moi vivant, on ne m’illustrera », in Correspondance, édition établie, présentée et annotée par J. Bruneau, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 5 vol., t. III, 1999, pp. 221-222, lettre du 12 juin 1862.

10 Voir le célèbre article « Des Artistes », paru dans La Silhouette en 1830, in Œuvres diverses, t. II, pp. 707-720.

11 Paru en 1850, Balzac y participe avec un conte pour enfants, Tony Sans-Soin, texte publié pour la première fois dans Le Livre des petits enfants (1843), collection destinée à la jeunesse et dirigée par P.-J. Hetzel. Sur ce point voir M.-P. Litaudon, « Hetzel, album et abécédaire », in Revue de la Bibliothèque nationale de France, n. 30, 2008, pp. 40-49.

12 L. Lespès (sous la direction de), Le Livre des 400 auteurs : nouvelles, contes, voyages, légendes, critique, histoire, théâtre, Paris, Aux Bureaux du Magasin des Familles, 1850, p. 4.

13 Ibid., p. 5. Très en vogue pendant les années 1830, la métaphore de la mosaïque est au centre de nombreuses études contemporaines, voir L. Belloï et M. Delville (éds.), L’Œuvre en morceaux. Esthétiques de la mosaïque, Bruxelles, Les Impression Nouvelles, 2006 ; M.-È. Thérenty, Mosaïques : être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Champion, 2003. Mais le concept de mosaïque peut être appliqué à toute l’oeuvre balzacienne, comme le souligne l’écrivain dans une lettre à Madame Hanska :« L’édition de La Comédie humaine, (tel est le titre de l’ouvrage complet dont les fragments ont composé jusqu’à présent les ouvrages que j’ai donnés) va prendre 2 ans et contient 500 feuilles d’impression compacte », in H. de Balzac, Lettres à Madame Hanska, édition établie par R. Pierrot, Paris, Laffont, Bouquins, 1990, 2 vol., t. I, p. 534, lettre de juin 1841. C’est nous qui soulignons. Sur ce point voir L. Dällenbach, Mosaïques. Un objet esthétique à rebondissements, Paris, Édition du Seuil, 2001 ; Id., « Du Fragment au cosmos (La Comédie humaine et l’opération de lecture I) », in Poétique, n° 40, novembre 1979, pp. 420-431 ; Id., « Le Tout en morceaux (La Comédie humaine et l’opération de lecture II) », in Poétique, n. 42, avril 1980, pp. 156-159 ; Id., « D’une métaphore totalisante, la mosaïque balzacienne », in Lettere italiane, n. 33, novembre1981, pp. 493-508 ; J. Guichardet, Balzac-Mosaïque, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2007.

14 L. Lespès (sous la direction de), Le Livre des 400 auteurs, op. cit., pp. 4, 5, 6.

15 Doté d’une imagination absolument fabuleuse, Jean Ignace Isidore Gérard (1803-1847), connu sous le pseudonyme de J.-J. Grandville (Jean-Jacques), a été un dessinateur, un caricaturiste (il a collaboré à L’Artiste, Le Charivari, La Caricature), mais aussi un créateur. Parmi les œuvres les plus remarquées de l’artiste, on compte Les Métamorphoses du jour (1829-1829) et Un Autre monde, son chef-d’oeuvre, qui paraît en 1844.

16 H. de Balzac, « Monographie du Rentier », in Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du xixe siècle, éditée par Léon Curmer, Paris, Curmer Éditeur, 1840-1842, 8 vol., t. III, p. 1. Sur Balzac et sa participation à l’ouvrage de Curmer voir S. Le Men, « La « littérature panoramique » dans la genèse de La Comédie humaine : Balzac et Les Français peints par eux-mêmes », in L’Année balzacienne, 2002, pp. 73-100.

17 H. de Balzac, « Monographie du Rentier », in Les Français peints par eux-mêmes, op. cit., p. 1.

18 Ibid., p. 9.

19 J. Hetzel, « Prospectus », in Scènes de la vie privée et publique des Animaux, édité par P.-J. Stahl, Paris, Hetzel et Paulin, 1841-1842, 2 vol., t. I, 1841, s. p.

20 A. Renonciat, « Métamorphoses des ’Métamorphoses’ de Grandville », in L’Œil écrit. Études sur les rapports entre texte et image, 1800-1940, sous la direction de D. Conroy et J. Gratton, Genève, Slatkine Érudition, 2005, en ligne http://www.ceei.univ-paris7.fr/07_ressource/01/document/02.html. Consulté le 8 mai 2012.

21 P.-J. Stahl, Histoire d’un lièvre (sa vie privée, publique et politique, écrite sous sa dictée par une pie, son amie), in Scènes de la vie privée et publique des animaux, op. cit., t. I, p. 64.

22 H. de Balzac, « Avant-propos », in La Comédie humaine, nouvelle édition publiée sous la direction de P.-G. Castex, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 1976-1981, 12 vol., t. I, p. 7. Dans le « Prospectus » Hetzel affirme : « Tout le monde connaît le genre créé par Grandville ; chaque artiste a sa spécialité, la principale gloire de cet esprit observateur sera toujours d’avoir su saisir les curieuses analogies qui existent entre l’homme et l’animal, et c’est justement qu’on l’a nommé le La Bruyère des animaux et le La Fontaine des dessinateurs », in Scènes de la vie privée et publique des animaux, op. cit., t. I, s. p.

23 Annie Renonciat remarque que la fonction de ces illustrations est « de révéler la bête qui est en l’homme », in A. Renonciat, « Métamorphoses des ’Métamorphoses’ de Grandville », art. cit.

24 H. de Balzac, « Monographie de la presse parisienne », in La Grande ville. Nouveau tableau de Paris, édité par J. Hetzel, Paris, Au Bureau central des publications nouvelles, 1842-1843, 2 vol., t. II, pp. 130-131.

25 Ibid., pp. 131-132.

26 Ibid., pp. 169-170.

27 Ibid., pp. 207-208.

28 Balzac y publie aussi trois contes qui seront réunis dans la Comédie humaine sous le titre Comédiens sans le savoir.

29 Les didascalies qui identifient les divers personnages ne sont pas écrites par Gavarni, mais elles sont reprise du texte de Balzac, voir H. de Balzac, Petites misères de la vie conjugale, in La Comédie humaine, op. cit., t. XII, pp. 180-182.

30 Sur le rapport texte et image dans Petites misères de la vie conjugale, voir N. Basset, « La Physiologie du mariage est-elle une physiologie? », in L’Année balzacienne, 1986, p. 101-114 ; A. Fierro, « Théâtre à lire, roman à jouer : l’hybridation dans Petites misères de la vie conjugale de Balzac », in Hybridations texte et image, Actes du colloque de Tours, 11-13 mai 2011, a cura di C. Boulaire, L. Gerbier e F. Nerlich, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », 2012 (sous presse) ; A. Fierro, « Comment ’illustrer le nom Balzac’ : de La Peau de chagrin aux Petites misères de la vie conjugale », in L’Imaginaire /The Imaginary, Actes du IXe congrès international de l’Association International pour l’Étude des Rapports entre Texte et Image (Aierti/Iawis), Montréal, 22-26 août 2011 (sous presse) ; S. Le Men, « Balzac, Gavarni, Bertall et les Petites misères de la vie conjugale », in Romantisme, n. 43, 1984, p. 29-44.

31 « Si on accepte en effet de considérer que le signifiant mosaïque désigne un ’tout en morceaux’, un objet à facettes, ou encore un montage de pièces détachées, on admet par là même qu’une mosaïque, structurellement, comporte deux pôles de l’ensemble : a) celui de l’unité de l’ensemble, b) celui de la discontinuité de ses composantes », in L. Dällenbach, Mosaïques, op. cit., p. 40.

32 H. de Balzac, Petites misères de la vie conjugale, in La Comédie humaine, op. cit., t. XII, p. 103.

33 « Nous connaissons des livres mâles et des livres femelles, des livres qui, chose déplorable, n’ont pas de sexe, ce qui, nous l’espérons n’est pas le cas de celui-ci », ibid., p. 102.

34 H. de Balzac, « Le Diner bourgeois », in Œuvres diverses, op. cit., t. II, p. 657. Article publié dans Le Voleur en 1830.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Nadar (1820-1910), vignette dans le texte, gravure sur bois debout pour Le Livre des 400 auteurs, 1850, p. 6.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2
Légende J.-J. Grandville (1803-1847), tête de page, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie du rentier, 1840, p. 1.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3
Légende J.-J. Grandville (1803-1847), « Le Rentier », illustration hors-texte, gravure sur bois debout, pour Balzac, Monographie du rentier, 1840, s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 4
Légende J.-J. Grandville (1803-1847), « Le Rentier et sa femme », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie du rentier, 1840, s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 5
Légende François-Louis Français (1814-1897), frontispice, gravure sur bois debout pour Les animaux peints par eux-mêmes, 1852.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 6
Légende J.-J. Grandville (1803-1847), « M. Vautour », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Les Scènes de la vie privée et publique des animaux, 1840-1842, s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 7
Légende J.-J. Grandville (1803-1847), illustration dans le texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Peines de cœur d’une chatte anglaise, 1867 (1840-1842), p. 69.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 8
Légende Illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie de la presse parisienne, 1842-1843, s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 9
Légende Illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Monographie de la presse parisienne, 1842-1843, s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 10
Légende Paul Gavarni (1804-1866), « Madame Caroline », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Paris marié, 1882 (1845), s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 11
Légende Paul Gavarni (1804-1866), « Une femme de quarante ans sans emploi », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Paris marié, 1882 (1845), s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 12
Légende Bertall (1820-1882), « Avant, pendant, après », vignette dans le texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Petites misères de la vie conjugale, 1978 (1846), p. 88.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 13
Légende Bertall (1820-1882), « Mal », illustration hors-texte, gravure sur bois debout pour Balzac, Petites misères de la vie conjugale, 1978 (1846), s. p.
URL http://bcrfj.revues.org/docannexe/image/7190/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Fierro, « Illustrer Balzac », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 24 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2013, Consulté le 25 mars 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/7190

Haut de page

Auteur

Anna Fierro

Anna Fierro (fierroanna@yahoo.it) est docteur en Langues et Cultures de la Méditerranée à la Faculté des Lettres et Philosophie de l’Université de Florence. Ses intérêts de recherche portent sur la littérature du xixe siècle (notamment l’œuvre d’Honoré de Balzac), sur la contamination entre roman et théâtre, ainsi que sur le rapport entre texte et image, sujets sur lesquels elle a publié plusieurs articles. En mars 2012, elle a soutenu sa thèse Hybridations balzaciennes : « méditations éclectiques » sur roman, théâtre, illustration. Elle est membre de l’AIERTI/IAWIS (Association Internationale pour l’Étude des Rapports entre Texte et Image / International Association of Word and Image Studies) et fait partie de l’équipe InTRu (Interaction, Transfert, Ruptures artistiques et culturels) de l’Université François Rabelais de Tours.

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page