Navigation – Plan du site
Varias

La Thérapie par la danse et le mouvement : entre corps, mouvement et parole

Haguit Greilsammer

Résumé

Cet article vient éclairer sur la nature de la relation entre le corps et l’esprit1 telle qu’elle se manifeste dans la pratique de la thérapie par la danse et le mouvement. Cette méthode psychothérapeutique refuse l’approche dichotomique qui distingue la pensée des émotions et privilégie l’hégémonie de l’intellect et du langage verbal comme seuls moyens de communication et de connaissance. Elle s’attache aux expressions corporelles et verbales et conçoit l’homme comme un individu et une unité holistique corps-psyché-intellect-esprit.
Nous allons aborder le sujet à travers la pensée philosophique d’Aristote et Descartes et la théorie psychanalytique de Freud. La vignette clinique d’une patiente souffrant de troubles psychosomatiques dans le cadre de la thérapie par le mouvement permettra d’exposer la façon par laquelle le mouvement corporel dévoile le monde émotionnel du patient, permet à l’intégration corps-psychisme de remonter à la surface et de se présenter comme un outil d’apprentissage pour le corps, les émotions et la pensée dans le but de permettre au patient de retrouver une unité.

Haut de page

Texte intégral

« Chaque jour il faut danser,
fût-ce seulement par la pensée ».
Nahman de Braslaw

Introduction

1La thérapie par la danse et le mouvement débute au cours des années quarante aux USA, initiée par des danseuses contemporaines dont l’ambition était de faire évoluer le monde de la danse classique vers une danse expressive-émotive. Marian Chace et Mary Starks Whithouse en étaient les pionnières. En 1966 était fondée l’association américaine de la thérapie par la danse, AMDT, présidée dans un premier temps par Marian Chace.

2La méthode psychothérapeutique proposée est fondée sur la présupposition que le corps et l’appareil psychique sont liés, et donc que chaque processus est vécu aussi bien dans le corps physique que dans le corps émotionnel. Ceci se manifeste dans la pratique et la clinique, comme la capacité à mobiliser les forces et les outils de l’appareil physique pour traiter les pathologies émotionnelles. La conception dominante dans ce domaine est que le corps conserve la trace d’expériences anciennes structurées par les tensions musculaires et possède les moyens de raconter ses expériences à la façon d’une autobiographie. À travers le mouvement-émotionnel, nous cherchons à retracer l’histoire du patient là où les symptômes névrotiques ne lui permettent pas de former des chaînes de pensées.

3À l’ouverture de cet exposé qui va interroger le mouvement au carrefour de la relation du corps et de l’esprit, il m’est important de signaler, qu’étant donné l’étendue de la discussion concernant la relation entre le corps et l’esprit, je ne me concentrerai que sur certaines lignes de pensées théorico-philosophiques, tout en étant consciente qu’il existe d’autres chemins théoriques qui ne sont pas moins importants, mais qui ne seront pas mentionnés. L’objet de cette étude porte sur la thérapie par la danse et le mouvement en tant que méthode psychothérapeutique, basée sur la compréhension du lien entre le corps et l’esprit. Dans un premier temps, nous nous interrogerons sur la question de la relation du corps avec l’âme telle que l’ont établie les philosophes Aristote et Descartes. Dans un deuxième temps, nous tracerons le mouvement de l’excitation pulsionnelle à l’intérieur de l’espace psychique en suivant Freud pour pouvoir définir le mouvement émotionnel comme acte psychique. Une fois posées ces références fondamentales, nous proposerons une vignette clinique où s’illustre le processus thérapeutique.

Aristote et Descartes : du réflexe au mouvement.

Aristote : le mouvement du corps est l’expression de l’âme

  • 2 Aristote, Histoire des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, 1964.
  • 3 Aristote, La Marche des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, 1973.
  • 4 Aristote, Le Mouvement des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettre, Paris, 1973.

4L’organisation corporelle des êtres vivants détaillée par Aristote dans l’Histoire des animaux2, présente le corps humain comme une symétrie rationnelle, déployée dans trois directions ayant chacune deux sens opposés ; un haut et un bas, un devant et un derrière, un coté droit et un coté gauche. La grandeur de l’homme se trouve dans son corps « aligné » sur le monde, lequel fixe un haut et un bas objectifs : l’homme converge ainsi avec l’ordre naturel de l’univers. Le mouvement est analysé, tout d’abord dans La Marche des animaux3, où Aristote classe les modes de locomotion, puis dans Le mouvement des animaux4, où il s’attache d’avantage à l’origine du mouvement, au problème de savoir comment l’âme met en mouvement le corps. Il insiste sur le primat de la forme sur la matière, tout en précisant qu’un cadavre privé d’âme, n’est pas un corps. Pour ce philosophe, le mouvement du corps (la forme) est l’expression de l’âme à travers le corps, en ce qu’ils constituent ensemble une unité. Il est la manifestation de chaque âme à travers son corps, et se traduit sous forme de caractère individuel tout en suivant les règles mécanico-physiques du corps.

Descartes : le mouvement est l’expression de l’histoire de l’âme au niveau individuel

5Dans un monde sans vide, tel que le conçoit Descartes, toutes les portions de la matière se pressent les unes contre les autres, créant une chaîne de réactions continues qui donnent aux corps leurs formes. C’est l’arrangement (la « disposition ») des organes qui impose la forme et qui permet à un corps de se mouvoir. Pour autant, l’utilisation du modèle mécaniste présente des limites particulièrement sensibles lorsqu’il s’agit d’éclairer le corps humain car celui-ci est étroitement « joint et uni » à une âme qui lui donne son unité.

  • 5 R. Descartes, « Traité de l’homme », Œuvre philosophique, Bordas, Classiques Garnier, Paris, 1988.

6C’est parce que, dans les faits, le corps vivant de l’homme ne se dissocie jamais de l’âme à laquelle il est uni qu’il n’est pas seulement un corps, même si, d’un point de vue ontologique, on parle bien de deux substances distinctes. Le corps humain, pour sa part, entretient un lien particulier avec son âme à telle enseigne que là où l’histoire individuelle intervient, elle infléchit le cours des opérations strictement mécaniques, ce qui conduit à remplacer la notion de réflexe par celle d’habitude5. Ces habitudes seront les lignes de caractère singulières caractérisant le mouvement de chaque corps, elles sont configurées par l’histoire de la rencontre du corps à travers son âme avec les événements de vie, en tant qu’ils sont enregistrés dans la forme corporelle. Autrement dit : Le mouvement est l’expression de l’âme au niveau individuel.

7En intégrant les réflexions de ces deux philosophes nous pouvons avancer l’hypothèse suivante : est-ce que ce n’est pas en analysant le mouvement et les signes corporels que nous allons pouvoir lire l’histoire de chaque individu, et en savoir plus sur la façon dont l’âme met en mouvement le corps ?

Freud : le schéma topique entre corps et psyché

Qu’est ce qu’est un acte psychique ?

  • 6 S. Freud, Métapsychologie, trad. Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, Folio essais, Paris, 1968.
  • 7 Ibid, p. 76.

8L’homme est exposé à partir de sa naissance à des excitations de deux origines, celles provenant de l’intérieur de l’organisme lui-même – les excitations pulsionnelles – et celles provenant de l’extérieur du corps – les excitations physiques qui agissent sur le psychisme. Laissons ici de côté les excitations physiques qui engendrent des actes réflexes, pour nous intéresser aux excitations pulsionnelles qui seules permettent de définir l’acte psychique6. La nature de la pulsion en tant qu’excitation provoque le besoin de décharge sous forme d’action. L’expression de la pulsion, pour dire la décharge sous forme d’action, est ce que l’on appelle un acte psychique. Un acte psychique passe par deux (ou trois) phases à l’intérieur de l’appareil psychique, entre lesquels s’interpose la censure7.

La phase inconsciente

  • 8 Ibid, p. 67.

9Nous ne connaissons cette phase qu’une fois qu’elle a subi une transposition ou une traduction en conscient. « …la plus grande partie de ce nous nommons connaissance consciente se trouve nécessairement, pendant les plus longues périodes, en état de latence, donc dans un état d’inconscience psychique8. » Ces états psychiques latents, inactivés, sont à la porté du Préconscient pour être activé en cas de besoin de fuite motrice. Cette relation corps-psyché, entre les états psychiques inconscients et les capacités physiques, est enregistrée dans l’appareil psychique en coexistence.

Le Préconscient

10Quand un acte psychique passe l’épreuve de la censure, il est susceptible de devenir conscient, sinon il est refoulé. Cette phase où émerge la possibilité pour un acte psychique de devenir conscient, est le terrain de travail de la thérapie par la danse et le mouvement. L’acte du mouvement corporel retire l’acte psychique de la phase inconsciente, mais ne lui donne pas (toujours) l’autorisation de devenir conscient. Le fait que l’acte est physique, donc en mouvement est toujours choix du patient. Le mouvement produit permet le déplacement ou le réveil du contenu inconscient et lui donne l’énergie, la force, de se présenter à l’épreuve de la censure, en tendant à devenir conscient.

La phase consciente

11D’après Freud, une pulsion ne peut jamais devenir objet de la conscience ; seule le peut la représentation qui la représente.

Le mouvement en tant qu’acte psychique

12À partir du schéma topique, nous pouvons définir le rôle essentiel de médiateur que remplit le système Préconscient à la jonction de l’excitation pulsionnelle, de la transformation en action et de la traduction en représentation susceptible de devenir objet de la conscience :

  • 9 Ibid, p. 97.

13« Le système Préconscient s’est emparé de l’accès à la conscience et à la motricité. À lui seul, le système Inconscient ne saurait mener dans des conditions normales aucune action musculaire, à l’exception de celles organisées sous forme de réflexes9. »

  • 10 Les termes ‘mouvement’ et ‘émotion’ dérivent de la même racine latine : movere.

14Notre hypothèse est la suivante : la décharge physique de la pulsion accompagnée de l’affect coïncide avec le mouvement corporel dans sa fonction en tant qu’acte psychique. Ce que nous nommons, en thérapie par le mouvement, le mouvement-émotionnel10 est le mouvement lié à l’affect qui intègre la pulsion dans son état psychique inconscient à travers la décharge physique et les sensations. Nous pouvons maintenant illustrer comment cette méthode psychothérapeutique engage de la manière la plus profonde l’appareil psychique et le corps.

La thérapie par la danse et le mouvement (DMT)

La technique du DMT

  • 11 S. Freud, Métapsychologie, op.cit. p. 51.
  • 12 En utilisant le terme esprit il s’agit d’envelopper le contenu que forme l’unité du corps avec son (...)

15Une séance individuelle de DMT passe généralement par quatre phases : a) Le patient arrive et raconte ce qui le préoccupe. b) Après une phase essentielle d’échauffement ou il est dirigé dans la prise de conscience de son propre corps, c) il est invité à raconter cette fois à travers la médiation du mouvement libre ce qui lui est arrivé, avec le support d’une musique ou non. Dans cette phase, le thérapeute peut soit accompagner le mouvement en miroir (mirroring), soit en être le spectateur-témoin (witnessing). d) Vient ensuite une phase ou le patient exprime cette fois dans la parole ce qu’il a vécu pendant la danse. Cet enchaînement des moments peut se répéter plusieurs fois dans une séance. La phase de verbalisation qui suit l’expérience du mouvement-émotionnel est guidée par la consigne de l’association libre formulée par Freud pour la pratique psychanalytique. Tout comme le patient « tombe » sur une « formation de pensées11», il tombe sur une formation de mouvement corporel. Le but du travail avec le mouvement dansé n’est pas seulement de réveiller ou refléter la vie intérieure du patient mais de l’encourager à s’éprouver en action. Le rôle du thérapeute est d’aider le patient dans la construction et l’enrichissement des relations entre son corps et son esprit12.

Vignette clinique

16Annette, âgée de vingt-huit ans, souffre d’un trouble anxieux dépressif. Enfant unique, elle a été élevée par ses grands-parents en raison du décès de sa mère quand elle avait seulement sept mois et de la rupture totale de son père avec la famille. Elle passe brillamment son baccalauréat et s’inscrit à l’université dans le département de littérature. Lorsque sa grand-mère doit être opérée, elle-même tombe malade, refuse de sortir de chez elle, son angoisse habituelle est aggravée. Elle est alors prise en charge par le service de psychiatrie et est traitée dans le cadre de l’hôpital de jour. À l’âge de vingt-sept ans, un diagnostic de cancer de sein est posé. Après une opération pour enlever la tumeur et les ganglions axillaires, elle suit un traitement chimiothérapique pendant une année. Elle est aussi traitée par 300 mg de Favoxil par jour et par des médicaments hormonaux. Le traitement en thérapie par la danse et le mouvement débute à la fin de cette année de traitement. Les séances ont lieu une fois par semaine et durant une heure, ceci pendant un an. Nous avons choisi d’illustrer cette vignette clinique par trois séances, à trois moments-clés de la prise en charge. Quand le traitement de thérapie par la danse et le mouvement commence, Annette est très affaiblie par son traitement chimiothérapique.

Séance I : La forêt d’Annette

17Nous rapportons ici non pas la première mais la deuxième séance, celle-ci démarrant précisément le travail thérapeutique avec le mouvement dansé.

18Annette arrive très excitée. Elle raconte que, le lendemain, sa grand-mère doit passer un examen à l’hôpital : pour se préparer il faut qu’elle boive trois litres d’un liquide « dégoûtant ». Elle m’explique qu’elle sait à quel point le liquide qu’il faut boire est mauvais, étant donné qu’elle-même a fait ce même examen l’année dernière, une semaine après avoir reçu le diagnostic du cancer. Elle prétend être angoissée essentiellement par le goût du liquide (pour sa grand-mère), et non pas les résultats de l’examen ; elle ne comprend pas pourquoi ses grands-parents doivent encore souffrir, ils ont assez souffert quand elle était malade. Elle me regarde et demande : « Alors pourquoi maintenant faut-il souffrir encore ? ». Annette continue et raconte que, quand elle est angoissée ou quand elle a peur, elle a la nausée ; que son grand-père, quand il s’énerve, court immédiatement aux toilettes : elle pense que la plupart des gens ont la nausée, la diarrhée ou vomissent quand ils sont énervés, angoissés ou qu’ils ont peur. Elle est certaine que la raison pour laquelle sa grand-mère souffre depuis quelques mois de maux de ventre est le résultat de toutes les inquiétudes dont elle a souffert pendant qu’elle, Annette, était malade du cancer. D’après la hiérarchie qu’elle pose, la plus souffrante est la personne malade et après ceux qui l’aiment. D’autant plus que l’examen de sa grand-mère se passe au même hôpital, dans le même service d’oncologie, au même étage où elle a été traitée, seulement à gauche de l’ascenseur.

19Silence, elle me regarde d’un air inquiet. Je lui propose une prise de conscience du corps. Nous nous levons et nous mettons l’une en face de l’autre, toujours très près des chaises où nous étions assises ; une musique lyrique composée pour la méditation nous accompagne. Nous commençons par un échauffement et nous enracinons les pieds dans la terre (grounding), en créant un espace entre les jambes pour sentir une stabilité. Nous reposons le bassin au centre de l’équilibre corporel, les genoux détendus, le bas du dos vers l’avant, la colonne vertébrale allongée, la poitrine ouverte, la respiration profonde. Nous libérons les épaules vers le bas, les bras détendus de chaque côté du corps, le cou souple et la tête droite. Une fois la carte du corps posée et celui-ci consciemment détendu, nous passons au mouvement dans l’espace. Je marche dans la pièce et elle me suit, nous recherchons un rythme de pas qui nous conviendrait. Ce que nous cherchons est ce qui pourrait nous mettre en mouvement. Annette dit que, pour elle, le redressement se base surtout sur le bas du dos et sur le cou. À un moment, elle dit qu’elle a besoin de se reposer avant de continuer, nous nous rasseyons sur les chaises. Je lui propose de fermer les yeux et de respirer calmement, elle accepte sans résistance et se détend.

20Ensuite nous nous relevons et je propose, cette fois, de suivre ses pas et qu’elle me décrive le lieu où nous marchons. Nous sommes dans la forêt, la température est parfaite : 25 degrés, l’ombre est accompagnée de rayons de soleil. Il n’y pas de branches jusqu’à la hauteur des arbres, nous marchons entre les troncs en écartant des buissons pour créer le chemin. Les arbres ne sont pas trop grands, ils sont jeunes. Il n’y a pas de quoi avoir peur dans cette forêt, la promenade est très agréable. Quand la promenade se termine nous nous rasseyons, Annette ressent une vague de chaleur, elle est toute rouge. Je lui propose de penser à des choses froides qu’elle aime ; Annette nomme l’eau froide, le jus et la glace au yaourt et aux mûres. Je propose un exercice de respiration : trois respirations froides, arrêt et ensuite on recommence. Ça marche. Annette me demande comment j’ai fait disparaître la bouffée de chaleur : « C’est stupide d’avoir des bouffées de chaleurs à mon âge, je pensais toujours que seulement les femmes âgées en souffraient, mais les médicaments font cet effet ». Nous convenons que chaque fois qu’elle se sentira angoissée, nauséeuse ou stressée, elle va s’arrêter et respirer trois fois profondément ; plus tard elle pourra me raconter si cela l’a aidée. À la fin de la séance, elle a des difficultés à quitter la pièce ; elle prend ses affaires et les repose, se mouche le nez, me redemande combien de fois respirer en cas de stress, reste debout à côté de la porte, dit plusieurs fois au revoir et à la semaine prochaine, vérifiant si le rendez-vous aura bien lieu et seulement après, sort.

Séance II : Le grand combat. (Un mois plus tard)

21Annette rentre dans la pièce et s’assoit à sa place habituelle. Je lui demande comment elle se sent, elle répond que cette semaine elle se sent beaucoup mieux, contrairement à la semaine dernière qui était terrible. Elle me raconte ensuite les détails de la chimiothérapie et tous les examens qu’elle a dû faire à l’hôpital. Quand elle termine je lui demande si elle veut se mettre en mouvement, elle répond : « Oui ! ». Je lui demande quelle musique elle voudrait pour nous accompagner ; elle répond qu’elle connaît seulement la sienne. Je propose qu’elle connecte son MP aux hauts parleurs et qu’elle me parle d’elle à travers sa musique. Nous nous levons, elle commence à bouger ; je suis son miroir. Elle marche dans la pièce à grands pas, sa gestuelle est dramatique, son mouvement est abstrait ; je pense à une marche sur la lune, en apesanteur. À la fin de la chanson, elle est toute essoufflée : « Ça parle de la ville magique-perdue, un pas de plus et j’y suis. C’est pour cela que je fais de grands pas », dit-elle. La prochaine chanson est de la musique mixée, son titre est ‘La spirale’. Je lui demande si je peux m’asseoir et l’observer pendant qu’elle danse, elle dit que oui. Annette danse au centre de la pièce, les yeux ouverts, elle essaye plusieurs fois de les fermer mais les rouvre tout de suite. Elle serpente tout en parlant et m’explique qu’elle est la spirale et donc il faut qu’elle soit souple dans la partie supérieure du corps. De temps en temps elle fait des gestes comme si elle entendait des voix éloignées, elle essaye de tourner mais perd l’équilibre. Elle continue jusqu’à la fin de la chanson.

22En se rasseyant, elle me dit : « Je me sens très ridicule ».
Je lui demande : « Pourquoi ? ».
« Je me sens toujours ridicule quand je danse en présence d’autres personnes », dit-elle.
« Et quand tu es seule ? »
« Je n’en ressens pas le besoin », répond-elle.

23Je lui demande ce qui l’embarrasse à part le fait de danser en présence d’autres personnes. Annette raconte que manger en présence d’autres personnes est également embarrassant pour elle, mais à l’hôpital le choix était d’avoir faim toute la journée où de surmonter l’embarras. Après un moment de silence elle me demande : « Quelle chanson à présent ? ». Elle choisit une mélodie inspirée par les livres de Tolkien. C’est l’histoire d’une bataille entre deux héros. Elle se lève, se retourne vers moi et dit : « Comment danse-t-on une bataille ? Je ne sais pas ». Je propose de prendre l’un des rôles et de me battre contre elle. Elle me donne le rôle d’un homme géant, aussi grand qu’un immeuble, avec un marteau énorme comme arme. Elle aura le rôle du héros tragique sur un cheval portant une épée.

24Nous commençons le combat: une partie du temps elle imite mes mouvements, l’autre elle invente les siens, nous tournons l’une autour de l’autre, aucun contact physique n’est créé.

25À la fin de la musique, Annette se couche par terre et m’indique que c’est le moment où le géant écrase avec son pied le héros tragique et où celui-ci, de ses dernières forces, enfonce son épée dans le pied du géant. Après avoir joué cet acte final, elle s’asseoit sur le tapis les jambes croisées, le corps souple et me raconte d’un air rêveur combien les Elfes (les personnages mi-humains mi-anges des livres de Tolkien), sont beaux et courageux. Cela dit, elle se lève et se rassoit sur la chaise. Elle me raconte qu’elle tombe toujours amoureuse de ces beaux Elfes dans les livres : « Des Elfes avec de long cheveux noirs, des yeux gris, intelligents, qualifiés, psychopathes et sadiques ». « Je tombe toujours amoureuse des héros psychopathes », dit-elle. Ensuite elle dit qu’elle espère que je ne pense pas qu’elle est « bizarre » et que sa grand-mère prétend que le problème n’est pas qu’elle tombe amoureuse de personnages de roman, mais le fait qu’ils sont tous tragiques. 

26« Et dans la vie réelle ? », je lui demande.
« Le problème est que dans la vie réelle, je ne suis jamais encore tombée amoureuse », répond-elle.
« Même pas de loin ? ».
« Non », répond-elle.

27Étant donné que la fin de la séance approche, je lui propose de choisir une musique calme pour terminer, elle met une chanson Japonaise. Nous sommes assises l’une en face de l’autre, les yeux fermés en train de nous concentrer sur la respiration. Annette est relaxée sur sa chaise, son visage est calme, sa respiration équilibrée. Je lui indique de repasser en pensée son corps en allant du bas vers le haut en étant attentive à ce qu’elle éprouve. Pour terminer, nous prenons trois profondes respirations en silence. Je la remercie pour la musique et la séance, elle dit qu’elle a encore une chanson d’Elfes. Je lui propose de l’amener à la prochaine fois. Une fois debout à la porte elle se tourne, et me dit : « Alors la prochaine fois je l’amène cette chanson ».

Séance III : Nulle part où se cacher. (Trois semaines plus tard)

28« Je ne vais pas bien. Ce que je voudrais vraiment, c’est frapper quelqu’un », dit-elle.

29Elle explique qu’elle a des examens à l’université la semaine prochaine, que c’est la date limite pour se présenter, qu’elle est anxieuse et qu’elle a compris tout à coup à quel point elle avait pris du retard pendant cette dernière année. De plus la cicatrice de l’opération lui fait mal quand il pleut, elle est fatiguée et n’a pas d’énergie pour se concentrer. La cicatrice la dérange, elle est laide et lui rappelle le cancer, cela se rajoute à la forme gonflée que son corps a pris à cause du traitement hormonal, la douleur qui apparaît à des moments inattendus et la vie qui ne s’est pas arrêtée quand elle est devenue malade ; tout cela la fâche. Je lui propose de faire un exercice où elle pourrait imaginer qu’elle tape sur quelqu’un comme elle le désire. Elle accepte et choisi sur son MP une chanson du groupe ‘Iron Maiden’ qui porte le titre ‘Nulle part où se cacher, il faut rester vivant’. (‘No where to hide got to stay alive’)

30Annette est debout face au mur. Elle donne des coups de pieds dans l’air, elle utilise ses mains pour donner des coups de poing; son visage montre sa colère. De temps en temps elle s’arrête pour voir ma réaction ; je l’encourage en lui disant de continuer autant qu’elle le désire et que c’est bien. Après quelques minutes, elle se rassoit toute transpirante, rouge et essoufflée sur la chaise, et dit que c’est plus difficile de se disputer avec quelqu’un qu’elle ne le pensait et qu’elle a besoin de se calmer. Elle est assise les jambes croisées, le corps tendu ne repose pas sur le dossier. Je lui propose d’ouvrir les jambes, de bien s’adosser en arrière, de laisser reposer la tête et le corps et de reprendre calmement son souffle. Après quelques minutes de calme, je lui demande où serait le lieu idéal pour se reposer.

31Elle est sur la plage, les vagues lui caressent les pieds, un bateau à voiles passe à l’horizon, le ciel bleu est décoré de quelques nuages, le climat est tempéré. Elle est assise à l’ombre sous un parasol vert, elle porte un maillot de bain bleu, la plage est pratiquement vide et elle mange une glace au yaourt avec des mûres, du kiwi, des noix, du chocolat et un peu de pêches. Son corps est léger, mais pas léger de manière à ce qu’il faille le retenir comme lorsqu’on a un vertige, une légèreté agréable.

32Elle ouvre ensuite les yeux et raconte qu’en réalité elle se sent lourde et pataude, elle voudrait sortir de la maison sans corps, comme un fantôme transparent pour ne pas faire peur aux gens. Elle irait alors au zoo, puisque les animaux peuvent la voir et n’ont pas peur.

33L’éléphant est lourd, stable et fort, elle a toujours voulu monter sur un éléphant. Le serpent perd sa peau et immédiatement il en a une belle et nouvelle. Le hibou peut voler, elle a toujours voulu voler et de plus la vue du hibou et son écoute sont parfaites. Elle est un escargot collant, lent, sans maison, et chacun peut lui marcher dessus.

34Annette met une chanson Irlandaise : « C’est la chanson parfaite! », annonce-t-elle joyeuse.

35Elle me demande de la rejoindre dans le mouvement, nous sommes des chats : « Un tigre, c’est trop pour moi en ce moment », dit-elle. Nous grimpons sur les arbres dans la jungle et chaque personne qui nous énerve, nous lui enlevons la tête en la mordant. Après nous devenons des hiboux assis sur les arbres à observer l’entourage ; Annette regarde de tous les côtés et quand la chanson se termine elle se plaint d’avoir mal au cou : « ce n’est pas aussi facile que je pensais d’être un hibou », dit-elle.

36Nous nous rasseyons et faisons des exercices de respiration pendant environs cinq minutes jusqu’à ce qu’elle se calme et dise qu’elle se sent mieux. « Mais en temps d’examen, je ne peux pas me reposer sur la plage », dit-elle. Je propose que quand elle est stressée ou en temps d’examen, elle prenne quelques minutes pour se relaxer et bien respirer avant de continuer. Nous sommes silencieuses, Annette a l’air calme. Un portable sonne dans le couloir et l’on entend la chanson de John Lennon ‘Imagine’. Annette dit qu’elle déteste cette chanson, la mélodie est belle mais les paroles sont stupides, le monde qu’il décrit sans religions, sans pays, sans guerres, sans rien. « On peut facilement tomber dans la dépression dans un tel monde. Tu ne penses pas ? », dit-elle.

Analyse : le lien corps, mouvement, parole

37Remarquons que le processus thérapeutique est accompagné tout au long des séances d’une démarche d’enseignement de pratiques corporelles qui permettront à la patiente d’harmoniser ses comportements aux moments de stress et d’angoisse. Les techniques de respirations, de visualisation et d’imagination, l’écoute du corps, l’apprentissage d’un rythme harmonieux de contraction et détente et l’expression à travers le mouvement dansé, visent tous à acquérir une connaissance du corps et une sensation de contrôle de soi. Comme nous l’avons exposé, les habitudes gestuelles sont un langage corporel qui raconte la manière dont l’individu s’est adapté à la vie dans son environnement et la façon dont il gère ses forces intérieures. Un des avantages principaux que présente le travail à travers le corps est la possibilité d’inscrire de nouvelles habitudes dans la mémoire à la fois corporelle et émotionnelle. La capacité de libérer les contractions musculaires, de s’abstenir d’un effort superflu tout en conservant les forces du corps, adoucit l’effort autant physique que psychique qu’exigent les différentes situations de vie. Les exercices proposés sont simples et n’exigent pas la présence du thérapeute pour être utilisés, tout en ayant une résonance bénéfique à tout niveau de l’organisme.

  • 13 J. B. Stora, Quand le corps prend la relève, Paris, Odiel Jacob, 1999.

38Ainsi nous pouvons observer à travers cette vignette clinique comment la thérapeute met en place un cadre thérapeutique où le corps se trouve au centre de l’expression, de la communication et de la relation thérapeutique. Cela se fait à travers des exercices d’échauffement qui permettent au patient de trouver un équilibre, des points de repères dans l’espace et de poser la carte du corps. Dans chaque séance, nous pouvons observer le mouvement entre la parole et le corps, la thérapeute invite à recourir au registre corporel et à l’expression gestuelle qui permettront un rythme équilibré entre la pulsion et l’émotion, la décharge à travers la parole et le mouvement, pour aboutir à la détente. Au cours de la première séance, Annette expose un parallélisme corps-psyché en comparant l’effet corporel des différentes émotions : nausée, diarrhée, vomissement face à l’énervement, l’angoisse et la peur. Elle met au compte de la grand-mère aujourd’hui malade l’inquiétude comme source de la douleur. Dans les deux cas « le corps a pris la relève du psychisme » selon l’expression de J.B. Stora13. Le deuxième aspect remarquable dans cette séance est la démarche prise pour aboutir au mouvement: nous commençons par poser et ressentir le corps, trouver les points d’appui et construire un équilibre, pour ensuite pouvoir passer à la recherche de ce que seraient les éléments qui soutiendraient l’équilibre et qui lui permettraient d’utiliser l’espace et le mouvement pour son expression. Nous pouvons remarquer l’ouverture de l’imaginaire dans la marche dans la forêt suivie de la verbalisation du sentiment de ne pas connaître son corps lors de la première séance. Dans la deuxième séance, l’espace sécurisé du mouvement entre la patiente et la thérapeute qui permet l’approche de ce qui fait difficulté dans la relation avec autrui : se sentir ridicule devant autrui et ne pas pouvoir vivre sans l’autre. La reconnection au corps, à ses désirs, à ses histoires et à ses besoins qui conduit à l’aveu de n’avoir jamais vécu l’amour et le réveil de l’élan vital. La troisième séance nous présente le résultat d’un travail de trois mois avec le mouvement-émotionnel : la pulsion est agressive, le contenu émotionnel dur et chargé, l’ambiance exprime le sentiment qu’il n’y a pas d’échappatoire à ce corps qui souffre de la maladie. Le rythme se manifeste en deux temps : mouvement-émotionnel représentant la colère, l’ouverture de l’imaginaire pour symboliser la détente (la plage), la verbalisation du sentiment de tristesse, d’être fragile et de ne pas avoir de maison. À cela s’enchaîne un deuxième cycle d’expression pulsionnelle avec le support des identifications animales, suivies d’une détente et d’une relaxation corporelle qui permettent au contenu psychique, associé à la chanson de John Lennon, de se formuler : le vide dans la dépression. Nous pouvons y voir la possibilité du patient de penser sa maladie en présence du thérapeute et la prise de conscience de ce que l’on nomme la psychothérapie.

  • 14 I. Serlin, « The dialogue of movement », in Integration exercise, sports, movement and mind : Thera (...)
  • 15 I. Modlinger, Dans un autre langage, Tel Aviv, Hapoalim, 1997. (Nous traduisons ainsi le titre d’un (...)

39Au cours de la séance de la thérapie par la danse et le mouvement, l’expérience corporelle se passe souvent sans parole, le mouvement silencieux permet aux souvenirs de remonter de l’inconscient et de communiquer consciemment avec les processus du moment dans le corps. Le mouvement-dansé est un processus de libre association au niveau mental, sensoriel, corporel. Le transfert se passe au niveau corps-mouvement entre le patient et le thérapeute14. À un certain moment du traitement, pour que cette force vitale se transforme d’une énergie sensuelle-gestuelle en chaîne de pensée, il faut qu’il se passe un processus de prise de conscience, ce passage crée la structuration de l’expérience corporelle sous forme de langage verbal et permet de la penser et d’en discuter. Quand l’expression corporelle est ample, le langage gestuel et le langage verbal s’intègrent et se complètent15.

40Ainsi lorsque nous rapprochons le corps et la parole à travers le mouvement dansé, nous associons les capacités de l’être à s’exprimer en harmonie corps-émotion-pensée-esprit. Ces processus répondent aux besoins du patient d’une expérience engageant l’être dans son entier et lui offrent un outil pour entrer et agir en lui-même.

Conclusion

41L’importance de l’expression, de la communication et du mouvement pour le bien-être corporel et psychique est devenu un thème central dans le discours occidental contemporain. Le corps se conçoit non seulement comme une machine extraordinaire, ou un moyen de communication avec les autres, mais aussi comme possibilité de nous faire renaître dans notre unité profonde aux niveaux corporel, mental et psychique. La nature symbolique du mouvement permet de se souvenir, de revivre et d’expérimenter des processus émotionnels, tandis que l’intégration des aspects physiques et psychiques promeut une intégration au niveau verbal et non-verbal de la personnalité et encourage la traduction des mémoires et des sensations en mots et pensées.

42La thérapie par la danse et le mouvement, au carrefour des thérapies contemporaines, est à la fois une pratique récente et une approche philosophique ancienne concernant la relation du corps et de l’esprit. Elle se centre sur le langage gestuel et l’expression corporelle comme façon d’élargir le répertoire émotionnel et la construction de la pensée, tout en ouvrant au thérapeute la possibilité de connaître l’histoire individuelle du patient. Cette approche psychothérapeutique est très précieuse quand nous traitons des patients souffrants de pathologies mentales sévères ou d’ordre psychosomatique pour lesquelles le corps devient le porte-parole de l’appareil psychique et parfois le principal outil d’expression de communication et d’apprentissage. En tout cas, le langage corporel-gestuel opère comme médiateur entre le corps, les émotions et la pensée, et permet au patient de retrouver un équilibre corps-psychisme. Cette discipline exige du thérapeute une connaissance du corps, du mouvement, de la pratique analytique, et une écoute subtile à la relation corps-esprit à travers le mouvement. Ainsi lors ce que nous observons le tango qui se danse entre le corps et son esprit, nous pouvons entendre la musique que compose le mouvement de l’individu au cours d’une vie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aristote, Histoire des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, 1964.

Aristote, La Marche des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, 1973.

Aristote, Le Mouvement des animaux, trad. P. Louis, Paris, Les Belles Lettre, Paris, 1973.

Chace, M., « Dance as adjunctive therapy with hospitalized patients », Bulletin of the Menninger Clinic n° 17, 1953.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Descartes, R., « Traité de l’homme », Œuvre philosophique, Bordas, Classiques Garnier, Paris, 1988.
DOI : 10.1522/cla.der.tra

Freud, S., Métapsychologie, trad. Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, Folio essais, Paris, 1968.

Modlinger, I., Dans un autre langage, Hapoalim, Tel Aviv, 1997.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Serlin, I., « The dialogue of movement », in Integration exercise, sports, movement and mind : Therapeutic unity, The Haworth Press, New York, 1998.
DOI : 10.1300/J358v10n03_05

Stora, J.B., Quand le corps prend la relève, Odiel Jacob, Paris 1999.

Whithouse, M.S., « Physical Movement and Personality », Analitical Psychologie Club, Los Angeles 1963.

Haut de page

Notes

2 Aristote, Histoire des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, 1964.

3 Aristote, La Marche des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettres, Paris, 1973.

4 Aristote, Le Mouvement des animaux, trad. P. Louis, Les Belles Lettre, Paris, 1973.

5 R. Descartes, « Traité de l’homme », Œuvre philosophique, Bordas, Classiques Garnier, Paris, 1988.

6 S. Freud, Métapsychologie, trad. Jean Laplanche et J.-B. Pontalis, Folio essais, Paris, 1968.

7 Ibid, p. 76.

8 Ibid, p. 67.

9 Ibid, p. 97.

10 Les termes ‘mouvement’ et ‘émotion’ dérivent de la même racine latine : movere.

11 S. Freud, Métapsychologie, op.cit. p. 51.

12 En utilisant le terme esprit il s’agit d’envelopper le contenu que forme l’unité du corps avec son âme et les possibilités de comportements potentielles.

13 J. B. Stora, Quand le corps prend la relève, Paris, Odiel Jacob, 1999.

14 I. Serlin, « The dialogue of movement », in Integration exercise, sports, movement and mind : Therapeutic unity, The Haworth Press, New York, 1998.

15 I. Modlinger, Dans un autre langage, Tel Aviv, Hapoalim, 1997. (Nous traduisons ainsi le titre d’un livre qui a été publié uniquement en Hébreu.)

1 Nous choisissons d’utiliser le mot esprit plutôt qu’âme, employé par Aristote et Descartes, en raison de la connotation religieuse du mot âme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Haguit Greilsammer, « La Thérapie par la danse et le mouvement : entre corps, mouvement et parole », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 30 octobre 2014, Consulté le 30 août 2016. URL : http://bcrfj.revues.org/7364

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page