Navigation – Plan du site
Compte rendu

Mordechai Eliav, Österreich und das Heilige Land. Ausgewählte Konsulat dokumente aus Jerusalem 1849-1917.

Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften; 2000, 617p (= Fontes Rerum Austriacum, Zweite Abteilung, Diplomataria et acta 91.Bd.).
Dominique Bourel
p. 51-52

Texte intégral

1La publication d’une anthologie des actes du consulat de l’Empire à Jérusalem est importante pour plusieurs raisons. Elle complète les études menées sur la politique extérieure de la monarchie austro-hongroise. Mais surtout elle permet de recomposer le puzzle des influences européennes au Moyen Orient et en Terre Sainte. La publication – en hébreu – d’une partie de ces sources avec une conséquente introduction avait déjà attiré l’attention des spécialistes.1 Ce volume qui offre les documents dans leur langue originale (italien, français et allemand) aidera beaucoup à dégager un tableau contrasté de la présence européenne dans la ville sainte. En dix ans, pas moins de six représentations étrangères s’ouvrent, en commençant par l’Angleterre en 1938. Puis suivent la Prusse (1842), la France et la Sardaigne (1843), les États Unis (1844), l’Autriche (1849), la Russie (1858) et l’Italie (1861). Parallèlement, les protestants érigent un évêché commun anglo-prussien (1842), le Patriarcat grec-orthdoxoe passe de Constantinople à Jérusalem en 1845 et un Patriarche Latin retourne à Jérusalem en 1847 alors que les Franciscains assurent depuis des siècles la « custodie » des « Lieux saints ».

2Après une solide introduction (pp. 29-93), 204 documents, presque tous issus du Haus-Hof-und Staatsarchiv de Vienne, sont sobrement commentés et précédés d’un résumé. On comprend parfaitement les enjeux de l’ouverture d’un consulat à Jérusalem qui protège vers le milieu du siècle environs 1 500/1 800 personnes. À la fin du XIXe siècle ce sont au moins cinq mille âmes qui sont sous la protection de l’Autriche Hongrie. On suivra le combat quasi permanent contre la France qui prétend elle seule protéger les catholiques et les lieux saints, mais rechigne à investir. Au contraire, l’Autriche apparaît comme une nation de bâtisseurs : on assiste à des grandes fondations : la poste autrichienne en 1853, première poste occidentale ; l’hopital Rotschild en 1854, premier hôpital juif, puis la première école moderne de Jérusalem « Simon von Lämel » en 1856 et enfin l’hospice autrichien en 1863. Le Consul doit se situer face à ses collègues, entreprendre parfois avec eux certaines démarches, mais parfois seul assurer la prééminence de son pays. Les rapports diplomatiques sont toujours très intéressants pour qui sait les lire, ils renseignent sur la population indigène à long terme, Juifs, chrétiens et musulmans et documentent aussi les visites, de plus en plus nombreuses, de têtes couronnées et de savants. Le Duc de Brabant – le futur Roi de Belgique Léopold II – vient en août 1855. Il est autorisé à entrer dans les mosquées. En 1869, à l’occasion de l’ouverture du canal de Suez, c’est l’Empereur François Joseph I et en 1898, la célèbre tournée de Frédéric Guillaume II. Avant la méfiance devant le sionisme rampant, on trouve des descriptions objectives et colorées du vieux yichouv, des vieilles familles séfarades, de la halouka et du prosélytisme de certains consuls anglais.

3Le premier diplomate autrichien, Joseph von Pizzamano, arrive le 1er mars 1849 à Jérusalem en tant que vice consul (sous l’autorité du consulat général de Beyrouth). Il est consul en 1852, puis consul général en 1857. Après 1867 on ne parle plus que du « K.u.K.Österreichisch-ungarisches Konsulat ». N’oublions pas que l’Empereur d’Autriche est aussi « roi de Jérusalem ». On note qu’un arménien, Artin Torossian, né en 1852 à Jérusalem, est chancelier du consulat entre 1896 et 1917. Le consulat traite avec les grandes familles, intervient aussi pour faciliter les fouilles de Jéricho, menées par le professeur Ernst Sellin à partir de 1907. Après les révolution des jeunes turcs, l’Autriche ayant annexé les provinces de Bosnie et d’Herzégovine, l’Empire ottoman proteste et il y a même un boycott. C’est en réalité toute la vie économique, politique et culturelle de la région qui reçoit un nouvel éclairage grâce à cet ouvrage.

4En appendice on trouve une prosopographie des 14 consuls à Jérusalem, des ambassadeurs à Constantinople, des ministres des affaires étrangères ainsi que la liste des gouverneurs (turcs) de Jérusalem. Les consuls apparaissent souvent très compétents, ils viennent souvent de l’académie orientale de Vienne. La tâche devait être écrasante, puisque deux sont morts en poste, d’un infarctus. Nous disposons désormais d’une édition fiable des documents anglais, allemands et autrichiens, ainsi qu’une belle monographie sur les relations avec les USA. Il serait souhaitable que rapidement, en s’appuyant sur les travaux conduits au Centre particulièrement par Dominique Trimbur2, on prévoit une initiative identique avec les papiers français dont la consultation est désormais largement facilité par l’excellent accueil réservé aux chercheurs dans les archives du MAE de Nantes.

Haut de page

Notes

1 Mordechai Eliav, Sous la protection impériale. Sélection de documents des archives du consulat d’Autriche à Jérusalem 1849-1917. Jérusalem, Yad Ben Zvi 1985. Les deux volumes ne sont pas identiques. Des documents nouveaux traitent de questions internes aux églises et ceux qui concernent des problèmes intra communautaires juifs ne figurent pas dans cette nouvelle publication. Voir la longue recension de Haim Goren dans Tel Aviver Jahrbuch für Deutsche Geschichte XXX (2002) pp. 423-433.
2 Dominique Trimbur et Ran Aronsohn (éds.) De Bonaparte à Balfour. Paris, CNRS Éditions. Voir aussi l’excellente thèse de Rina Cohen, La Palestine et ses populations vues par les consuls de France, 1841-1869. Thèse INALCO 1999, trois volumes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Bourel, « Mordechai Eliav, Österreich und das Heilige Land. Ausgewählte Konsulat dokumente aus Jerusalem 1849-1917. », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 11 | 2002, 51-52.

Référence électronique

Dominique Bourel, « Mordechai Eliav, Österreich und das Heilige Land. Ausgewählte Konsulat dokumente aus Jerusalem 1849-1917. », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 11 | 2002, mis en ligne le 13 novembre 2007, Consulté le 19 octobre 2017. URL : http://bcrfj.revues.org/832

Haut de page

Auteur

Dominique Bourel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page