Navigation – Plan du site

Éditorial

Pierre de Miroschedji
p. 2-5

Texte intégral

1Ce quinzième numéro du Bulletin paraît alors que le Centre de recherche français de Jérusalem connaît depuis cet automne des changements qui vont progressivement modifier son organisation et son fonctionnement.

2Un premier changement est le départ du précédent directeur. Après avoir servi le Centre pendant huit années, Dominique Bourel est arrivé au terme de son mandat et va rejoindre en France un laboratoire du cnrs. Je l’ai remplacé depuis le 1er octobre dernier. C’est une succession difficile : mon prédécesseur avait su, avec le talent et le panache que l’on sait, développer le crfj et en assurer le rayonnement. Il y a fort à faire pour poursuivre dans cette voie.

3Un deuxième changement concerne les missions et le rôle assignés au Centre. Issu du cnrs, mais premier directeur nommé par le ministère des Affaires étrangères, mon arrivée marque l’intégration du crfj dans le réseau des Centres et Instituts de recherche français à l’étranger animé par la Direction générale de la coopération internationale et du développement du ministère des Affaires étrangères. Le fonctionnement de ces établissements est précisé par l’accord interministériel du 5 décembre 2000, dont les dispositions s’appliquent dorénavant au crfj. Comme c’était le cas antérieurement, ses activités scientifiques se développeront conformément aux missions qui sont celles d’un laboratoire associé au cnrs. Mais ces missions seront désormais élargies. Elles viseront notamment à développer, à travers l’établissement de partenariats suivis, des programmes de recherche pluridisciplinaires associant le crfj, les établissements d’enseignement et de recherche français et européens avec leurs homologues israéliens et aussi, chaque fois que cela sera possible, palestiniens.

4Un autre changement a eu lieu en juin dernier : le déménagement du crfj, passé du 5 au 3 rue Shimshon, dans des locaux très semblables aux précédents et loués jusqu’au printemps de 2007. C’est qu’une autre relocalisation se profile à l’horizon de 2007, puisqu’il est envisagé que le crfj rejoigne alors la Maison de France sur le campus de l’Université hébraïque de Jérusalem.

5Enfin, dernier changement, et non des moindres : la plupart des chercheurs affectés au crfj sont arrivés, ou arriveront prochainement, à la fin de leur mission ; c’était le cas de Lisa Antéby-Yemini, de Jeffrey Barash, de Silvana Condémi et de Françoise Ouzan partis l’été dernier1 ; ce sera celui de Dominique Bourel à la fin de décembre 2004, puis de Sossie Andézian à la fin de janvier 2005. C’est dire que l’équipe scientifique devra être renouvelée dans les prochains mois. Elle le sera en fonction d’un projet scientifique global, actuellement en cours d’élaboration. Il n’est pas inutile d’en indiquer dès maintenant les grandes orientations.

6Elles se fondent d’abord sur un rappel des missions du crfj, à la fois centre de recherches pluridisciplinaires menées en coopération entre chercheurs des deux communautés scientifiques, lieu d’accueil, lieu de formation pour jeunes chercheurs, et lieu de valorisation de ses recherches propres et des recherches françaises dans le domaine des shs.

7Les secteurs disciplinaires de recherche restent, pour l’essentiel, ce qu’ils étaient jusqu’à présent : ce sont l’archéologie ; les études hébraïques et juives ; Israël moderne et contemporain. Leur contenu, toutefois, est susceptible d’évoluer. Ainsi, par, exemple, en archéologie, l’accent sera mis sur les époques historiques, les sciences de l’Antiquité et du Moyen Âge. Pour les études hébraïques et juives, il est souhaité qu’elles incluent le judaïsme antique et médiéval et qu’elles s’intéressent davantage au monde séfarade. Quant aux recherches sur Israël contemporain, elles porteront principalement sur les questions de migrations, de mobilisations identitaires, de dynamiques sociales et de fonctionnement des institutions dans l’espace israélo-palestinien. Enfin, il est prévu de développer un quatrième secteur portant sur des thèmes de recherche pluridisciplinaires combinant sciences humaines, sciences sociales et sciences de la nature.

8Pour atteindre ces objectifs, nous sommes aujourd’hui au crfj en période de « brain-storming », prospectant et inventoriant systématiquement les possibilités de recherche et les besoins de coopération, à la fois en Israël et en France, afin de sélectionner les thèmes de recherche prioritaires, d’identifier les chercheurs mobilisables pour leur mise en œuvre et d’aboutir à l’établissement de partenariats franco-israéliens.

9Plutôt que d’une initiative individuelle, les thèmes de recherche relèveront d’un partenariat institutionnel, éventuellement précisé par une convention. Ils seront pluridisciplinaires et assez larges pour abriter des programmes distincts et en assurer la continuité dans le temps. On cherchera aussi à élaborer des thèmes transversaux, recoupant les trois secteurs disciplinaires du Centre et qui situés dans la longue durée.

10Il est prévu que les équipes mises en place pour chaque thème comprennent trois catégories de chercheurs : un chercheur affecté (chercheur cnrs ou enseignant-chercheur en délégation), chargé de structurer et d’animer le thème ; des chercheurs associés (français, israéliens, palestiniens), qui feront au crfj des séjours de courte ou de moyenne durée ; et des boursiers doctorants (également français, israéliens et palestiniens) bénéficiant d’une bourse du crfj ou du ministère des Affaires étrangères.

11Le crfj est aussi un lieu d’accueil et de formation. Il continuera ainsi, grâce aux bourses dites « mois-chercheurs » initiées par Dominique Bourel avec tant de succès, de donner des aides ponctuelles pour des séjours courts et ciblés à l’intention de chercheurs confirmés et d’étudiants avancés. Comme lieu de formation, il offrira la possibilité pour des doctorants de poursuivre des recherches en Israël dans un environnement stimulant qui associe des chercheurs des deux pays et qui leur permet de se familiariser avec le fonctionnement d’un monde universitaire de type anglo-saxon.

12Enfin, la valorisation de ses recherches est aussi l’une des missions importantes du crfj. Les réalisations récentes, dues aux efforts de Dominique Bourel et de ses collaborateurs, doivent être mentionnées ici. C’est d’abord le Colloque Louis Massignon, annoncé dans l’éditorial du Bulletin 14, qui s’est déroulé avec un grand succès à la fois à Jérusalem et à Naplouse du 30 mai au 1er juin 2004. C’est aussi une publication récente : un choix de lettres de la correspondance de Martin Buber, édités par Dominique Bourel et Florence Heymann2. Cette dernière, qui s’occupe avec tant de compétence et d’énergie des collections du crfj (la série « Hommes et sociétés », la série « Mélanges », auxquelles on ajoutera prochainement une série archéologique), a fait paraître chez Stock Le Crépuscule des lieux, identités juives de Czernowitz3, qui reprend l’essentiel de sa thèse de doctorat sur la mémoire des Juifs de Czernowitz, et qui lui a valu le prix Wizo, décerné à Paris le 6 juin 2004. De son côté, Dominique Bourel a publié chez Gallimard un ouvrage monumental sur Moses Mendelsohn4, qui a obtenu le prix du livre d’histoire et de recherche juives de la Société des études juives.

13D’autres publications sont en préparation, et d’autres encore résulteront des activités que le crfj va développer, en marge de ses recherches propres, à partir du mois de janvier 2005 : une série de conférences mensuelles, à l’intention d’un public élargi ; des séminaires également mensuels, réunissant des chercheurs français et des chercheurs israéliens ; des ateliers et un colloque prévus au printemps et à l’automne prochains.

14Le Bulletin est un instrument important de la valorisation des recherches faites au Centre. Mme Eva Telkes-Klein, qui l’a initié et qui en assure presque seule la publication, souhaite en améliorer la présentation et toucher ainsi davantage de lecteurs. Nous réfléchissons actuellement ensemble à des formules nouvelles : changement de présentation et/ou de contenu d’un Bulletin « papier » ? Publication en ligne qui doublerait, ou même qui remplacerait, l’édition « papier » ? Vos suggestions seront accueillies avec reconnaissance.


Jérusalem, le 25 novembre 2004.

Haut de page

Notes

1 Lisa Antéby-Yemini et Françoise Ouzan restent cependant chercheurs associés au CRFJ.
2 Lettres choisies de Martin Buber 1899-1965, textes traduits et annotés par D. Bourel et F. Heymann, Paris, CNRS Éditions, Collection Hommes et sociétés du CRFJ, 2004.
3 Florence Heymann, Le Crépuscule des lieux. Identités juives de Czernowitz, Paris, Stock, 2003.
4 Dominique Bourel, Moses Mendelsohn, la naissance du judaïsme moderne, Paris, Gallimard, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre de Miroschedji, « Éditorial », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, 15 | 2004, 2-5.

Référence électronique

Pierre de Miroschedji, « Éditorial », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 08 septembre 2008, Consulté le 24 juillet 2014. URL : http://bcrfj.revues.org/94

Haut de page

Auteur

Pierre de Miroschedji

Directeur de recherche au CNRS, Directeur du Centre de recherche français de Jérusalem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem

Haut de page